Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Au loup - Lisa Ballantyne

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Agression sexuelle sur mineure : une accusation grave aux conséquences irrémédiables. Lisa Ballantyne livre un roman captivant qui évoque le film La Chasse de Thomas Vinterberg. Une quête de justice haletante sur fond de critique sociale acerbe.

L’accusé : Nick, prof de théâtre au collège, époux et père comblé, est un homme épanoui. Un soir, une visite de la police. Le voilà accusé d’agression sexuelle par une de ses élèves de douze ans. En quelques heures, l’angoisse, la honte, l’épouvante s’abattent sur sa vie. Alors que l’opinion publique crie au loup, Nick doit faire face au raz de marée qui menace d’engloutir sa réputation, son travail, sa famille.

La victime : Angela déteste ses parents, ses camarades, sa vie. Après un suicide raté, elle explique son geste à sa mère : son professeur de théâtre l’a touchée, contre son gré. Le mot est lâché. La voilà soudain propulsée au centre de toutes les attentions, mais aussi la cible des pires ragots au collège. Dépassée par les événements, elle se réfugie dans un mutisme qui sonne comme un appel au secours.

Coupable ou innocent ? Victime ou menteuse ? Ce qui est certain, c’est qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Pour ces deux êtres blessés, le salut ne pourra advenir qu’à une seule condition : que la vérité éclate au grand jour.

Vos #AvisPolar

  • Anne-Sophie Books (Les lectures d’Anne-Sophie) 2 juillet 2019
    Au loup - Lisa Ballantyne

    Un thriller qui ne laissera personne insensible.

    Ce qui m’a le plus marquée dans ce roman ? Sans conteste, les personnages.
    Ils sont très bien décrits, leur psychologie est très fine, et ils se complètent tous, à un moment où à un autre.

    Mais ce qui m’a vraiment frappée, c’est qu’à aucun moment Lisa Ballantyne n’essaie de nous pousser à les apprécier, ni même à ressentir de l’empathie pour eux.

    C’était risqué, et pourtant ça a superbement bien fonctionné avec moi : l’absence d’attachement à leurs égards m’a permis de me méfier de tous et de douter de la parole de chacun.

    Jusqu’à la surprise finale qui en a réellement été une.

    Mais reprenons du début.

    Angela, 13 ans, est une toute jeune fille au physique plutôt ingrat. Elle est violente, sujette aux sautes d’humeur, grossière et agressive envers ses camarades et sa famille.
    Nick, jeune professeur de théâtre et ancienne star du petit écran, est un homme séduisant, profondément épris de sa femme et l’heureux papa de 2 enfants.

    Quand la première avoue à sa mère avoir été agressée par le second, la vie des tous les protagonistes vole en éclats.

    Mais la vérité sort-elle toujours de la bouche des enfants ?

    Dès les premières pages, il apparaît clairement au lecteur que tous les personnages mentent et ont de (lourds) secrets.

    Très rapidement, victime et bourreau s’interchangent.
    Et si l’on ne peut croire personne sur parole, on ne doute pas que les révélations seront forcément fracassantes.

    Avec Au Loup, Lisa Ballantyne nous offre un pur thriller psychologique à la construction est parfaite.

    Au cours des chapitres qui donnent tout à tour la parole à Nick, sa femme, Angela, ou ses parents, nous tentons de démêler le vrai du faux de toutes ces vies cabossées.

    En choisissant de ne pas jouer sur l’empathie du lecteur, l’auteure nous permet de réfléchir et analyser chaque passage avec un recul qui semble nous laisser toute latitude pour trouver la vérité.

    Mais ce n’est qu’une illusion, et malgré cette approche le virage final qu’elle a choisi nous surprend forcément.

    Une bonne et agréable lecture, qui crée une vraie surprise grâce à une approche peu conventionnelle.

    À lire pour tous les amoureux de thrillers psychologiques !

  • L’atelier de Litote 5 juillet 2019
    Au loup - Lisa Ballantyne

    Je découvre Lisa Ballantyne avec ce roman noir et c’est pour moi un coup de cœur. Cette auteure possède un véritable talent pour se mettre dans la peau de ses personnages, tout sonne juste et donne une lecture captivante et riche en émotion. Le sujet abordé ne laissera personne indifférent d’autant plus qu’il correspond à l’actualité avec des mouvements comme #BalanceTonPorc ou encore #MeToo qui donne une nouvelle vision de l’agression sexuelle. Voir ainsi deux personnes malmenées, tant l’agresseur ou le supposé agresseur ou encore la victime ou la supposée victime était comme être dans un monde parallèle où on ne sait jamais qui dit la vérité et qui ment. C’est extrêmement bien décrit avec une profondeur et un réalisme qui nous emporte à 100%. Nous allons donc apprendre à connaître la jeune Angela douze ans, en plein conflit avec sa mère, agressive avec ses amis, après une énième confrontation, elle tente d’en finir avec la vie et fera une révélation qui mettra son professeur de théâtre dans une situation intenable. Nick Dean, marié, père de famille va être accusé d’agression sexuelle sur Angela, il niera fermement et pourtant cette accusation menace de tout saccager, son travail, sa famille, son honneur. On suit ainsi ces deux personnages qui s’enferment dans leur affirmation faisant crépiter la tension et l’émotion. Ce livre n’a pas été une lecture facile mais il est tellement bien écrit qu’il n’a pas encore quitté mon esprit et me revient souvent en tête. J’ai trouvé la montée du désespoir très marquante que ce soit chez Angela mais encore plus chez Nick qui a tout à perdre. Le titre « Au loup » est parfaitement adapté car tout au long de la lecture on balance d’un côté à l’autre sans jamais savoir qui ment et qui dit la vérité. La vérité finira par éclater et on se rend alors compte que l’intrigue était en fait bien plus recherchée qu’au premier abord. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2019/06/18/37439475.html

  • valmyvoyou lit 14 juillet 2019
    Au loup - Lisa Ballantyne

    Angela est une pré-adolescente de douze ans, mal dans sa peau. Les relations avec sa mère sont très tendues et elle est très violente au collège. Après une tentative de suicide, elle confie à sa mère les raisons de son mal-être : elle a subi une agression sexuelle de la part de son professeur de théâtre, Nick Dean.

    Lorsque Nick est arrêté à la suite aux révélations de son élève, son monde s’effondre. Il crie son innocence, mais un faisceau d’indices corrobore les accusations de l’adolescente. Sa vie sociale, professionnelle et familiale s’effondre. Il n’a plus le droit d’être seul avec des enfants, alors qu’il est père d’un petit garçon et d’une petite fille.

    Chaque chapitre est une alternance entre les différents personnages : Angela, sa mère Donna, son père Stephen, Nick et sa femme Marina. Les informations données par chacun ne permettent pas de découvrir la vérité. Au contraire : les portraits psychologiques sont si poussés que ce sont les zones d’ombre qui ressortent. Ce qui est certain, c’est que les répercussions sont immenses, que ce soit pour Nick ou Angela.

    Lequel des deux ment ? Difficile de le savoir, mais ils vivent tous les deux un enfer, qui éclabousse aussi leur entourage. Je pense que la conclusion peut être qualifiée de surprise. En ce qui me concerne, je l’ai comprise assez vite. Mais c’est en raison d’expérience de vie. Cela ne m’a pas empêchée de me demander jusqu’au bout si mon intuition était bonne, car l’auteure m’a fait passer d’une conviction à une autre, tout au long du livre.

    J’ai dévoré Au loup. Je trouve que le titre est particulièrement bien trouvé. L’alternance de voix et les portraits des personnages attisent l’envie de savoir où se situe la réalité des faits. Je ne me suis pas attachée à un en particulier, c’était la quête de vérité qui me faisait tourner les pages, l’envie de savoir. J’ai adoré que mes convictions soient malmenées.

  • Sylvie Belgrand 10 août 2019
    Au loup - Lisa Ballantyne

    Un sujet délicat, la pédophilie, abordé de façon intelligente, et avec juste ce qu’il faut d’empathie et de retenue pour ne pas tomber dans le jugement ou le pathos.
    Lisa Ballantyne fait preuve de beaucoup de sensibilité dans son ecriture, et c’est ce qui rend ce livre si attachant. C’est un roman, pas un documentaire, et pourtant on ne peut s’empêcher parfois de se demander avec la gorge serrée comment on vivrait une telle situation.

    #AuLoup #LisaBallantyne #Belfond #NetGalleyFrance #lecture #livres #chroniques

    Le quatrième de couverture :

    Agression sexuelle sur mineure : une accusation grave aux conséquences irrémédiables. Lisa Ballantyne livre un roman captivant qui évoque le film La Chasse de Thomas Vinterberg. Une quête de justice haletante sur fond de critique sociale acerbe.
    L’accusé : Nick, prof de théâtre au collège, époux et père comblé, est un homme épanoui. Un soir, une visite de la police. Le voilà accusé d’agression sexuelle par une de ses élèves de douze ans. En quelques heures, l’angoisse, la honte, l’épouvante s’abattent sur sa vie. Alors que l’opinion publique crie au loup, Nick doit faire face au raz de marée qui menace d’engloutir sa réputation, son travail, sa famille.
    La victime : Angela déteste ses parents, ses camarades, sa vie. Après un suicide raté, elle explique son geste à sa mère : son professeur de théâtre l’a touchée, contre son gré. Le mot est lâché. La voilà soudain propulsée au centre de toutes les attentions, mais aussi la cible des pires ragots au collège. Dépassée par les événements, elle se réfugie dans un mutisme qui sonne comme un appel au secours.
    Coupable ou innocent ? Victime ou menteuse ? Ce qui est certain, c’est qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Pour ces deux êtres blessés, le salut ne pourra advenir qu’à une seule condition : que la vérité éclate au grand jour.

  • Aude Lagandré 6 octobre 2019
    Au loup - Lisa Ballantyne

    Nick est prof de théâtre, marié, père de deux enfants. Ancien acteur, sa vie est sur les rails, chaque chose est à sa place : réputation, vie de couple, boulot.
    Angela est une ado de 13 ans à tendance sale gosse. Mal dans sa peau, toujours en recherche de bagarre et n’hésitant pas à taper dans le tas, elle est pas mal détestable et détestée. À la suite d’une violente dispute avec une camarade de classe, elle est exclue de son école. le soir même, elle fait une tentative de suicide en avalant de l’aspirine. le lendemain, elle accuse son prof de viol.
    La vie bien rangée de Nick prend alors des allures de cauchemar.

    Nous sommes bien en présence d’un thriller psychologique avec une seule problématique : qui ment, qui dit la vérité ? Je me suis demandé quel avait été le but de l’auteur en écrivant ce roman dans cette aire très actuelle et parfois malsaine du #metoo ou #balancetonporc, où la réputation d’un homme s’écroule à la seconde où l’accusation est lancée fusse-t-elle vraie ou fausse, la vindicte populaire s’emparant alors de l’histoire en écrasant tout sur son passage, s’immisçant subrepticement dans une vie de couple bien rangée où Monsieur semble avoir quelques vices cachés que la fausse pudibonderie de la société bien pensante ne saurait tolérer. Lisa Ballantyne ne nous rend pas le personnage d’Angela sympathique. Loin de là… Une vraie tête à claques qu’on aurait bien envie d’envoyer en camp de redressement. Oui, je sais… Ce n’est pas politiquement correct de taper sur une victime potentielle, femme de surcroît, enfant dans ce cas précis… Et sur un coupable potentiel alors ? Avoir des envies sexuelles un peu moins « classiques » (et encore, on se détend, on n’est pas dans « hell.com ») est-ce s’accuser tout seul d’être un dégénéré ? Deux trois mots clés restés dans votre moteur de recherche et hop, c’est la taule assurée. Veillez bien à effacer régulièrement vos historiques de navigation, on ne sait jamais !

    C’est exactement le genre de sujet qui me fait suer et contribue à prodigieusement m’agacer. Pourquoi ? Parce que notre société fait que la présomption d’innocence n’existe plus. Une accusation ? Une condamnation directe sans passer par la case départ. Nous ne sommes plus dans la parole de l’un contre celle de l’autre, nous sommes dans un jeu pervers de « Je suis une femme je dis la vérité », « tu es un homme, tu mens ». Alors, je vous entends déjà hurler au loup justement ! Allez, les féministes, sortez l’artillerie lourde ! (Pour info, je suis aussi du côté des femmes, mais pas à n’importe quel prix). Je savoure déjà la petite phrase mainte fois entendue « il n’y a pas de fumée sans feu… »
    Dans ce cas précis, c’est exact : il n’y a pas de fumée sans feu. Il y a bien eu un problème grave survenu à Angela. L’agressivité permanente et la propension à la violence cachent des choses bien plus profondes qu’il n’y paraît.

    Si le titre anglais « Little Liar » vous apporte pas mal d’indications sur le contenu, et même si je n’ai pas été transcendée par ce récit, il y a quand même quelques thématiques que j’ai beaucoup aimées. D’abord la façon dont l’auteur construit le tsunami de réactions en chaîne qui découle de l’accusation. Plus particulièrement son effet totalement dévastateur sur la sphère familiale. Ensuite, la place du sexe dans un couple marié depuis un certain temps, lorsque l’un a mis deux enfants au monde et que l’autre reste si frustré qu’il se tourne vers l’exécution au final assez soft de ses fantasmes. « À présent, il connaissait si bien son corps qu’il aurait pu identifier, isolé du reste, l’un de ses doigts, de ses orteils et presque même l’un de ses cheveux. Intimité. Ils étaient devenus si intimes qu’il ne pouvait plus la chosifier, quels que soient les efforts qu’il déployait. (…) Quand il la voyait dans la vraie vie, il avait envie d’elle et aimait chaque centimètre carré de son corps, mais l’idée qu’il avait d’elle, cette idée avait été ternie par la familiarité… » Enfin, la construction du roman grâce à une alternance des voix donne le dynamisme nécessaire qui manque un peu à l’intrigue.

    En résumé, même si je n’ai pas été happée par cette lecture que j’ai finalement trouvée assez banale, je n’ai pas détesté non plus. L’écriture reste très classique, le scénario attendu. Il reste la fin. Vous me direz si vous l’avez vue venir ou non. Elle méritait un peu plus d’éléments pour que le lecteur soit un tant soit peu surpris… Je classerai donc cette lecture dans un oui mais…

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.