Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Cap Canaille - Christophe Gavat

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

9 #AvisPolar
5 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Ancien du 36, désormais en poste à Marseille, Henri Saint-Donat est confronté à son premier « barbecue », règlement de comptes en vogue parmi les trafiquants de la cité phocéenne, qui consiste à enfermer un corps dans le coffre d’une voiture à laquelle on met le feu. Flanqué d’équipiers hauts en couleur, le commandant commence l’enquête, mais la piste de la guerre des gangs ne donne rien. Lorsque l’identité de la victime est enfin confirmée, les choses prennent un nouveau tour : Henri a connu cette personne autrefois à Paris, et elle n’avait pas du tout le profil pour finir sa vie dans une voiture incendiée par des dealers marseillais …

Né en 1966, Christophe Gavat est commissaire divisionnaire, en poste en Guadeloupe. En trente-deux ans de police, il a traversé la France, ces grandes affaires qui vous happent et ces petites du quotidien qui vous marquent. Il a déjà publié deux témoignages et un roman. Son premier livre a été adapté par Olivier Marchal pour France 2.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • booksandmartini 8 juin 2021
    Cap Canaille - Christophe Gavat

    C’est pas la capitale, c’est Marseille bébé ! Ok, référence musicale douteuse (j’ai honte) mais je trouve que “Cap Canaille” c’est assez ça, quoi que.. Why not !

    Bon je ne vous le cache pas, je n’avais jamais lu de “Prix du Quai des Orfèvres” avant, et je suis plutôt contente d’avoir lu celui-là. L’histoire n’est pas compliquée et l’auteur ne met pas 100 ans avant de nous plonger dans son histoire. Il fait même preuve d’une authenticité comme je l’ai rarement ressenti, ce petit truc en plus que même des semaines après ma lecture je n’arrive toujours pas à mettre les mots dessus. Mais quelque part l’auteur m’a fait sentir comme une bleue sur sa première vraie enquête, comme si je sortais de l’école de police et que je découvrais le métiers. Il m’a donné cette sensation d’être à l’intérieur, mais pas trop, mais quand même vachement dedans. Est-ce que j’ai été clair là aucune idée, ma foi…

    Bien évidemment, et c’est ce que je reproche de plus en plus au livre de ce registre là, les 2 “gros” personnages principaux sont pleins de clichés sur les flics. C’est dérangeant, uniquement dans le sens où finalement c’est encore pratiquement les mêmes que d’habitude. C’est peut-être mon seul et unique reproche sur ce roman.

    Nous sommes ici à Marseille, et le cadre est tellement bien décrit que je m’y suis vue, que j’avais envie de partir dans le sud à la fin de ma lecture tellement l’auteur m’ a donné envie de soleil, de sud, d’accent chantant. On ne réchappe pas aux commentaires typiques, les expressions bien de Marseille, et l’OM (oui, écrire ces lettres fut compliqué pour la Stéphanoise que je suis). Très régional tout ça.

    Article complet sur le blog https://booksandmartinicom.wordpress.com/2021/05/10/cap-canaille-christophe-gavat/

  • Rewina 30 avril 2021
    Cap Canaille - Christophe Gavat

    Ce polar a le prix du quai des orfèvres et c’est bien l’inconvénient de ce livre.
    Les personnages sont bien campés et originaux. L’histoire est cohérente. Par contre, le style m’a beaucoup gênée. D’abord, pour avoir ce prix, il faut montrer qu’on connaît bien le milieu de la police, et là on en a sa dose, avec tous les sigles et tous les termes, cela alourdit la lecture. Savoir que tel personnage a fait telle école (en sigle) qui a changé de nom etc ... et bien pour les experts c’est peut-être intéressant pour une lectrice lambda comme moi, c’est fastidieux. Ensuite, le style est parfois maladroit, pour montrer que les policiers sont des hommes ou des femmes comme les autres.

  • ju_se_livre 6 mars 2021
    Cap Canaille - Christophe Gavat

    Ça fait plusieurs années que je suis assidûment la parution du gagnant du prix du quai des Orfèvres. A l’exception d’une année où j’ai trouvé que c’était une grosse blague, je suis jamais déçue. L’année 2021 est un très bon cru.

    L’intrigue est ultra addictive. Entre braquages, "barbecue", règlements de compte, l’enquête est menée tambour battant et ne laisse pas le temps au lecteur de respirer. Les chapitres sont courts d’où le bon rythme. Et j’ai aimé que pour une fois l’intrigue se déroule à Marseille.

    J’ai trouvé que la plume de l’auteur était vraiment agréable à lire et fluide. J’ai aimé le portrait qu’il a fait de ses personnages. Des personnages attachants qu’il a su humaniser avec tact, sans trop en faire. Je n’aime pas quand la vie personnelle des personnages étouffe l’affaire. Ici, l’auteur a su trouver le juste milieu.

    En bref, je suis totalement conquise par le gagnant de cette année qui m’a donné envie à travers ses descriptions de faire un tour à la cité phocéenne. Je pense même que c’est celui que j’ai préféré parmi ceux que j’ai pu lire. Avec un peu de chance, peut être qu’on retrouvera ses personnages dans un nouvel opus. 🤞🤞.

  • Bagus35 17 février 2021
    Cap Canaille - Christophe Gavat

    Le commandant de police Henri Saint-Donat est appelé sur un barbecue ,une pratique discutable des mafieux marseillais qui consiste à enfermer dans le coffre d’une voiture une victime et de mettre le feu au véhicule.Peu d’indices sur place hormis le vol de la voiture près d’une cité mais l’autopsie va révéler qu’il s’agit d’une ancienne connaissance du commandant ,une braqueuse de haut vol surnommée « La Carlton ».Aidée de son équipe ,il va essayer de comprendre comment cette femme a pu finir sa carrière ,carbonisée ,au fond d’un coffre.Un bon polar d’un ancien commissaire.

  • Et le Monde de Sosso 1er février 2021
    Cap Canaille - Christophe Gavat

    Une plongée directe auprès du commandant Henri Saint-Donat à Marseille !
    Il a quitté le 36 quai des orfèvres pour le sud et à peine arrivé, il se retrouve devant son premier barbecue... processus banal de vengeance dans la cité phocéenne (on te tue, on te met dans une voiture et on brûle le tout !).
    .
    Prix du quai des orfèvres, on ne sera donc pas surpris d’être immergé dans l’unité avec leurs expressions, sigles, jargons etc...
    L’enquête se révèle telle une toile d araignée dont les recherches permettent de relier les événements les uns aux autres.
    Des personnages qui traînent leurs propres histoires ; leur caractères forts pour la plupart s’associent pour former une équipe efficace et motivée.
    C est rythmé et haletant !
    Classique, efficace et réussi, un bon moment de lecture.

  • alexandra 3 janvier 2021
    Cap Canaille - Christophe Gavat

    Cru 2021 du prix du Quai des orfèvres. Et un très bon cru.
    Avec ce prix on est sûr d’être en immersion totale alors quand en plus c’est bien écrit et que l’intrigue est bien ficelée, on se laisse porter sans problème. Tout est là, carré, maitrisé. Ici vous ne croiserez pas d’inspecteur en mal de mandat mais des vrais flics. La fine fleur de la PJ marseillaise se retrouve face un barbecue, méthode habituelle des caïds marseillais pour éliminer un rival. Mais l’identité du mort les surprend : la Carlton, braqueuse renommée qu’on pourrait qualifier de "beau mec" si ça s’appliquait aux femmes. Henri Saint-Donat, commandant à la crim’ et ancien du 36 la connait bien. L’affaire se complique lorsqu’une petite frappe marseillaise est retrouvée morte près de Melun. Et si ces deux morts étaient liés ? Pourquoi la Carlton, spécialiste des braquages haut de gamme se retrouve exécutée comme une dealeuse ?
    Autour d’Henri on va croiser Lucie Clert de la BRB, Basile Urteguy son lieutenant et tous les hommes et femmes de la pj marseillaise. On est dans l’ambiance du début à la fin, on est au coeur du dispo, on suit les filoches, on s’interroge, on jure avec l’accent, on est immergé dans les rues de Marseille, dans les méandres de la procédure mais sans jamais que ça pèse sur l’intrigue, on est à l’Evéché... on évolue aux côtés de vrais personnages humains et crédibles, jamais clichés. bref on savoure et on applaudit. Un vrai bon roman policier !

  • Sylvie Belgrand 15 décembre 2020
    Cap Canaille - Christophe Gavat

    Comme tous les lauréats du prestigieux prix du quai des Orfèvres, Cap Canaille fait la part belle aux procédures policières et au jargon du métier, mais c’est d’abord et surtout une formidable histoire de flics. On est emporté par le rythme de l’action, et on s’attache aux personnages. Christophe Gavat sait rendre ses héros et héroïnes humains, fragiles, blessés, et pourtant forts. Sans oublier Marseille, ses malfrats, son folklore, sa beauté, qui est aussi un des "personnages" de l’histoire. Une belle réussite, qui ferait à mon avis, un bon film.

    #CapCanaille #ChristopheGavat #Fayard #NetGalleyFrance #Netgalley #lecture #livres #chroniques #polar

    Le quatrième de couverture :

    Ancien du 36, désormais en poste à Marseille, Henri Saint-Donat est confronté à son premier « barbecue », règlement de comptes en vogue parmi les trafiquants de la cité phocéenne, qui consiste à enfermer un corps dans le coffre d’une voiture à laquelle on met le feu. Flanqué d’équipiers hauts en couleur, le commandant commence l’enquête, mais la piste de la guerre des gangs ne donne rien. Lorsque l’identité de la victime est enfin confirmée, les choses prennent un nouveau tour : Henri a connu cette personne autrefois à Paris, et elle n’avait pas du tout le profil pour finir sa vie dans une voiture incendiée par des dealers marseillais...

  • loeilnoir 30 novembre 2020
    Cap Canaille - Christophe Gavat

    Prix du Quai des Orfèvres 2021, Cap Canaille est le second roman de Christophe Gavat, commissaire divisionnaire en poste en Guadeloupe.

    Avril 2018, Marseille. Ancien du 36 quai des Orfèvres, le commandant Henri Saint-Donat, récemment arrivé dans les Bouches-du-Rhône, est confronté à son premier « barbecue » : un corps carbonisé est retrouvé dans une voiture brûlée. L’équipe d’enquêteurs penche pour un règlement de compte entre voyous des cités nord, mais les résultats d’autopsie révèle une victime inattendue : une ancienne connaissance parisienne de Saint-Donat, que le commandant ne s’imaginait pas finir calcinée dans le coffre d’une voiture marseillaise.

    Rien de tel que le récit d’une enquête policière par un auteur lui-même policier, gradé de surcroit : diverses facettes du métier sont habilement évoquées, le jargon policier utilisé est expliqué, les dialogues sont relevés, ponctués de pics et de surnoms entre collègues… Tout cela sonne vrai, colle à la peau de protagonistes auxquels on s’attache indubitablement. L’auteur sait y faire : la vie privée des personnages, souvent malmenée par les impératifs du métier, apporte au roman son aspect le plus fictif, mais là encore on est dans le vrai, dans l’humain. J’ai particulièrement aimé Henri Saint-Donat : le motard chevronné qui promène sa belle sur les hauteurs de Cassis, traînant avec lui ses blessures d’homme et de père, que l’on découvre au fur et à mesure du roman. J’ai aimé son côté atypique de policier admiratif d’un voyou, pas de n’importe quel voyou puisqu’il s’agit d’une femme distinguée, « une Arsène Lupin » aussi efficace que séduisante.

    Des descriptions sublimes de paysages méditerranéens aux investigations dans les rues de Marseille, toujours cette impression d’y être ! Le réalisme transmis dans ce roman est certainement la clé de sa nomination au Prix du Quai des Orfèvres. Je remercie Net Galley et les Editions Fayard pour cette lecture.

  • Alex-Mot-à-Mots 20 novembre 2020
    Cap Canaille - Christophe Gavat

    J’ai aimé cette enquête marseillaise au départ, ses personnages principaux, son décor.

    J’ai aimé la victime : la Carlton, une figure du grand banditisme, tout en élégance.

    J’ai aimé l’enquêteur Saint-Donat qui trouvé de la force dans le décès de son fils.

    J’ai aimé le vocabulaire recherché de l’auteur : c’était la première fois que je lisais le mot arpète dont il m’a fallu chercher le sens.

    J’ai aimé l’humour, notament à propos de la fameuse Ombrière conçue par Norman Foster, une structure faite de miroir pour se protéger du soleil.

    Un récit mené tambour battant mais qui laisse une place à l’amour.

    Bref, un excellent moment de lecture pour ce prix Quai des Orfèvres cuvée 2021.

    L’image que je retiendrai :

    Celle du Cap Canaille au décor magnifique mais dangereux.

    https://alexmotamots.fr/car-canaille-christophe-gavat/

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.