Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Ce qui se dit la nuit - Elsa Roch

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Rentrer chez soi.
Tout oublier après le cadavre de trop, vingt ans dans la police à collectionner les « ides » : homicides, infanticides, parricides... À peine quadragénaire, le commissaire
Amaury Marsac a l’impression de porter mille ans de noirceur sur ses épaules. Il n’en peut plus. Il fuit Paris direction le village de ses origines.
Mais alors qu’il renoue avec Elsa, son amour de jeunesse, une vieille dame est retrouvée morte chez elle, égorgée et tondue, un morceau de tissu bleu cousu au niveau du cœur.
Cette femme, c’est Marianne, une figure bienveillante de son passé. Horrifié, Marsac s’impose dans l’enquête. De nouveau happé par les sombres coulisses de l’âme humaine, il va devoir démêler passions amoureuses et superstitions, blessures de l’enfance et cicatrices de l’Histoire jamais refermées.

Vos #AvisPolar

  • Ophé Lit 9 juillet 2018
    Ce qui se dit la nuit - Elsa Roch

    « Ce qui se dit la nuit », un roman dans lequel, les croyances de nos provinces, tissent une toile de fond pour la plume précise mais aussi très sensible et poétique d’Elsa Roch.

    « Elle se replia dans l’herbe, comme un bâton d’encens qui, après s’être peu à peu consumé, se délite brusquement et s’effondre. »

    Dès les premières pages je savais que ce roman me plairait. Assaillie d’émotions, pour des raisons très personnelles, elles ne m’ont pas quittées tout au long de ma lecture.

    Elsa nous emmène au cœur du Berry où le Commissaire Marsac a choisi d’aller se ressourcer pour échapper aux « ides » : homicides, infanticides, parricides... et comme je le comprends. Elsa a décrit avec justesse le « trop plein » du vécu d’un policier confrontés aux « ides » et surtout au « ide » de trop... celui qui, pour des raisons personnelles , peut nous faire basculer...
    Mais alors que Marsac pensait se ressourcer, il en sera tout autrement.

    Une intrigue nimbée de mystères et des croyances de tout un village. Un village où tous se connaissent... un village au rythme duquel vous vivrez tout le temps de la lecture.
    C’est dans cette ambiance à la limite du huis-clos qu’Elsa a choisi de faire évoluer des personnages puissants, attachants, tellement humains, avec leurs fêlures et leurs passions.

    « On raconte que les soirs de pleine lune, dès la nuit tombée, les lupeux, ces créatures surnaturelles à tête de loup et voix humaine qui attirent les voyageurs égarés dans les fondrières, viennent ici et qu’on ne peut les regarder sans mourir de peur. »

    Enfin Elsa aborde des thèmes tels que la passion amoureuse, la rivalité, l’évolution des amitiés nouées à l’adolescence ou encore l’ambition.

    Je dois avouer que si Marsac est le personnage central de ce roman , c’est un autre personnage, Manon, qui m’a le plus touchée. Un personnage que Marsac connaît depuis l’enfance, une jeune femme pour laquelle j’ai ressenti une réelle tendresse.

    Je peine à croire qu’il s’agisse d’un premier roman de part la qualité de l’écriture... et pourtant... Elsa a sorti son second roman « Oublier nos promesses » le 7 février dernier, et « Ce qui se dit la nuit » est, quant à lui, paru en poche.

    Si vous n’avez jamais lu Elsa, n’hésitez pas, elle fait partie des nouveaux auteurs que je compte suivre !

  • Happy Manda Passions 15 février 2019
    Ce qui se dit la nuit - Elsa Roch

    Un plongée en apnée pour ce polar sombre brillamment mis en scène,

    Suivre Elsa et Amaury fut un vrai plaisir, des personnages sympathiques et attachants.

    Dans un décor hors du temps, presque coupé du monde, nous nous retrouvons piégés dans une ambiance pesante faites de superstitions et d’histoires, entremêlant les psychologies tortueuses des différents personnages.

    Par une intrigue qui s’enfonce dans la noirceur, l’auteur sait nous tenir en haleine. Son écriture est simple, régulière mais avec un sens consommé du suspense.

    Pour les amateurs de polar, je ne peux que vous le conseiller entre révélations noires et souvenirs d’outre tombe plongez.

  • Jean-Paul dos Santos Guerreiro 13 mars 2019
    Ce qui se dit la nuit - Elsa Roch

    Bonjour à toutes et à tous…

    Dès ses premières phrases Elsa m’a très vite emporté dans son univers.
    Et quel univers…

    Malgré un début assez sombre et sordide, la plume d’Elsa m’a finalement menée dans un monde où la poésie est omniprésente.
    Au cours de cette enquête policière, il suffit d’une phrase, parfois de quelques mots pour que tout bascule soudain.

    Très belle découverte, pour un premier roman avec un final aussi intelligent qu’inattendu !

    Je conseille vivement…

    ÷÷÷÷÷÷÷

    Extrait :
    « Psy à la BRM de Tours, la brigade des mineurs. Tous ces mômes qu’on ne sauvera jamais, j’en peux plus. Les nuits blanches de cauchemars qui rejouent sans cesse ce que le jour n’a pas résolu j’en peux plus.
    “Est-ce qu’il y a eu d’autres moments violents avec ton père ? (Jessica huit ans :) — Oui. Il a dit qu’il allait m’encastrer dans le mur et me casser toutes mes dents pour me faire passer l’envie de parler en classe.” Plus de motivation, plus de ressource, plus rien/ Épuisée. J’ai quarante ans et je suis vide. Ou trop pleine. “Est-ce que ton oncle fait d’autres choses que tu n’aimes pas et qui te gênent ? (Jordan dix ans :) — Oui, la nuit des fois quand il me garde il… il…” Histoires sordides et mots trop crus entrecoupés de douloureux silences. Inertie des services sociaux qui appliquaient une politique aveugle de protection de l’enfance via la volonté de maintenir les liens familiaux le plus longtemps possible. Jusqu’au drame. Elsa ne comprenait pas, ne comprenait plus. Elle aurait voulu les secouer, leur ouvrir les yeux. Colère et impuissance. Cocktail explosif. »

  • jml38 27 octobre 2019
    Ce qui se dit la nuit - Elsa Roch

    Premier roman d’Elsa Roch, un gros coup de coeur à la première lecture, que j’ai autant apprécié à la deuxième. Cela m’arrive d’avoir envie de relire un livre et ce fut le cas pour celui-ci.
    Après un court prologue dans le passé qui trouve sa place comme souvent en fin de récit, on fait connaissance avec les personnages principaux et j’ai tout de suite aimé le style. L’auteure fait passer en quelques phrases beaucoup d’émotion et on comprend qu’entre Amaury, Elsa et Manon quelque chose d’intense existe même après dix ans d’éloignement.
    J’ai ressenti immédiatement beaucoup d’empathie pour ces personnes très sensibles, avec leurs doutes et leurs fantômes. Amaury flic réputé du 36, Elsa psy à la brigade des mineurs de Tours, tous les deux fatigués de leur boulot, et Manon soeur cadette d’Elsa, une enfant dans un corps de belle jeune femme de 30 ans, personnage solaire de ce roman.
    C’est d’ailleurs pour répondre à une lettre de Manon qu’Amaury a décidé de revenir dans la région qu’il a plus ou moins fuit des années auparavant.
    Son retour coïncidant avec le meurtre de Marianne Touret, une personne qu’il appréciait particulièrement, il s’impose dans l’enquête au risque de perdre l’amitié d’un flic local qui se laisse aller à la facilité et séduire par les apparentes évidences.
    Accompagné d’un jeune lieutenant qui lui sert de chaperon, Amaury s’imprègne de cette ambiance rurale qu’il connait bien, ces hommes rudes, guérisseurs, rebouteux, qui respirent la force mais craignent la malédiction qui semblent frapper les animaux, ces femmes qui sont tout sauf fragiles et connaissent les vertus et les dangers des plantes.
    Contrairement aux policier locaux impatients de conclure l’enquête, Amaury prend le temps d’écouter ce que ces Berrichons veulent bien dire et d’entendre ce qu’ils ne disent pas, conscient que la patience et la bienveillance sont les seules façons de comprendre ce qui s’est réellement passé.
    Un superbe roman d’atmosphère avec des personnages très attachants.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.