Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’interrogatoire d’Elsa Roch pour le Baiser de l’ogre

Bepolar : Comment est née l’idée de ce roman ?
Elsa Roch : Elle est née d’une promesse : celle d’écrire, un jour, une histoire qui mettrait en scène une fillette qui ressemblerait à une petite fille (diagnostiquée autiste) dont je me suis beaucoup occupée, adolescente. Sa rencontre a bouleversé ma vie. Pour elle, je suis devenue psy, pour elle, il a fallu que j’écrive. Ce roman lui est d’ailleurs dédié. La genèse du Baiser de l’Ogre est vraiment une belle histoire.

Bepolar : Votre héros, Amaury Marsac, va devoir protéger la petite Liv qui a trois ans. Qu’aviez-vous envie de faire ? Lui donner un rôle autre que celui d’enquêteur ? Le mettre en porte à faux, en tension vis à vis de son équipe ?
Elsa Roch : Je n’avais aucune intention de le mettre en porte à faux vis-à-vis de son groupe, pas du tout. Mais Marsac est un homme d’honneur. Il a donné sa parole, celle de protéger Liv, il ira jusqu’au bout, flic ou pas flic, chef de groupe ou pas chef de groupe. Le faire évoluer « hors cadre », sous un angle plus personnel, était d’ailleurs très intéressant.

spip-slider

Bepolar : A travers elle, qui n’a jamais dit un mot, vous parlez aussi de la différence. C’était votre souhait ? C’est aussi un contrepoint assez flagrant avec le métier de policier et les circonstances dans lesquelles Marsac a retrouvé sa mère...
Elsa Roch : Oui bien sûr, merci de le relever. La différence est un sujet qui me tient à cœur et j’aime, comme le notait la libraire qui a mis quelques mots sur ma quatrième de couverture, essayer de donner une voix à ceux qui n’en n’ont pas. Dans « Ce qui se dit la nuit  » par exemple, j’ai adoré créer le personnage de Manon, dans Oublier nos promesses celui de Jérôme Pieaud, et dans Le baiser de l’Ogre celui de Liv, petite princesse mutique. Quant au contrepoint, oui, vous avez raison : Liv, étrange mais si lumineuse, va enfin apporter un peu de douceur dans le quotidien très sombre de Marsac, jusqu’à impacter sa vie, ses pensées, sa façon d’être au monde. J’ai aimé l’idée de partir sur cette interrogation : Qui peut jamais savoir ce qu’il va advenir d’une rencontre ?

Bepolar : Entre l’enquête et la nouvelle situation de Marsac par rapport à Liv,
comment avez-vous construit votre roman ?

En ne perdant de vue ni que j’écrivais un polar, ni que cette enfant devait rester au cœur de l’histoire. Il a fallu trouver le juste équilibre, notamment dans l’alternance action/émotion.

Bepolar : Ce n’est pas la première fois que l’on rencontre Marsac, chef de groupe au 36 quai des Orfèvres. Comment pourriez-vous nous présenter votre personnage ? Quels liens avez-vous avec lui ?
Elsa Roch : C’est un personnage que j’ai crée un but en tête : m’attacher à lui afin qu’il puisse devenir un héros récurrent, et que je ne m’en lasse pas (trop vite !). Il s’agit donc d’un homme qui vient de dépasser la quarantaine, flic depuis longtemps à la Crim’, hanté par son passé : une nuit d’hiver, alors qu’il était enfant, sa petite sœur, Solène, a disparu sur une plage et on ne l’a jamais retrouvée. Il est rongé par la culpabilité et refuse de croire à sa mort (sans preuve il, est compliqué de faire un deuil), alors il la cherche, partout, toujours… Et cette quête incessante parasite son existence entière, jusqu’à son rapport aux femmes.

Le lien qui nous rapproche désormais, lui et moi, est plus fort que ce que j’avais imaginé au départ. La littérature est un mensonge, mais l’écriture, elle, est magique.

Bepolar : Vous y parlez aussi de la place de la mère dans notre monde d’aujourd’hui par le biais de cette jeune recrue retrouvée près d’un cadavre. C’est une question que vous souhaitiez aborder ?
Elsa Roch : Oui. Sujet intéressant, non ? Je ne veux pas trop en parler afin d’éviter tout spoil pour les lecteurs, mais je n’ai pas fini de questionner la place des mères dans notre monde : nos premiers et derniers mots sur terre sont souvent pour elles.

c’est un polar délibérément tendre

Bepolar : Certaines critiques parlent d’un roman "tendre", entre l’enfer et l’intime. C’est ce que vous aviez envie de faire ?
Elsa Roch : Effectivement, c’est un polar délibérément tendre (même si nous sommes bel et bien dans un univers noir, dans la transgression). Il m’était impossible de l’envisager autrement, parce que cette enfant mise en scène, cette petite Liv ou Miss Butterfly comme la surnomme Marsac, devait apporter douceur et espoir. En souvenir de cette fillette évoquée au début de notre entretien, et afin que la différence soit perçue à travers un prisme de positivité.

Bepolar : Quand pourrons-nous vous voir en dédicace ?
Elsa Roch : Pour l’agenda complet, je vous invite à me suivre sur les réseaux sociaux ! Mais je peux vous annoncer mon prochain déplacement, ce sera le 14 décembre à Raimbeaucourt dans le cadre de « Noir Charbon », une première qui s’annonce prometteuse !

Bepolar : Quels sont vos projets ? Êtes-vous en train d’écrire un nouveau livre ?
Elsa Roch : Ecrire ! Un nouveau roman est en cours. Ecrire reste le meilleur moyen que j’ai trouvé pour contrer le « book blues » qui suit souvent la parution d’un roman, même si cela signifie replonger dans de longs mois d’incertitude…

Galerie photos

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.