Chacun sa vérité - Sara Lövestam

Notez
Notes des internautes
2
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

« Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. » Kouplan, détective sans-papiers.

Depuis trois ans, Kouplan est en « situation irrégulière ». Sa demande d’asile a été rejetée par la Suède mais il ne peut rentrer dans son pays, l’Iran, sans risquer sa vie. Dans l’attente d’un avenir meilleur, il lui faut échapper à la vigilance quotidienne des autorités, tout en gagnant assez d’argent pour subvenir à ses besoins : ex-journaliste, il songe à poursuivre dans l’investigation. Un jour, il propose ses services sur Internet et une femme lui répond : sa fille de six ans a été enlevée. Cette enquête va le précipiter dans le Stockholm underground, ces recoins de la ville où les clandestins sont des proies faciles pour les criminels…

Premier volet de la tétralogie Kouplan, Chacun sa vérité a reçu le prix de l’Académie suédoise des auteurs de polars 2015.

Vos avis

  • 1001histoires 2 février 2018
    Chacun sa vérité - Sara Lövestam

    Publié en 2015 sous le titre original de "Sanning med modifikation". C’est le premier titre de la série Kouplan que l’auteure a souhaité baptiser "Comment Kouplan a survécu : la vérité".

    Kouplan vit à Stockholm dans une minuscule chambre sous-louée et dont il peine à payer le loyer. Sa demande d’asile a été refusée. Il est en situation irrégulière, il est sans-papiers. Lors d’un banal contrôle d’identité, il peut être arrêté et expulsé. Comment passer inaperçu en Suède quand on est iranien ? La vue d’un policier provoque en lui une peur panique. Il lui faut sans cesse fuir, se fondre dans la foule ou adopter une attitude susceptible de le rendre invisible. Ses problèmes d’argent semblent presque dérisoires comparés à la peur, sauf quand il a faim. Kouplan est jeune, il dit qu’il a vingt huit ans mais il a moins, d’ailleurs il ressemble à un adolescent.

    Octobre, l’hiver approche, pour survivre il lui faut de l’argent. Kouplan a passé une annonce sur internet : "Détective privé. Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi". Bientôt une réponse. Pernilla l’appelle à l’aide. Sa petite fille Julia, six ans, a disparu. La maman qui vit séparée du père ne veut pas faire appel à la police. Kouplan sera bien payé. Il a enfin un travail. Quelques recherches sur internet lui suffisent pour devenir un spécialiste des enlèvements d’enfant. Il passe à l’action.

    En quelques pages, le décor est planté. Kouplan est devenu le plus sympathique des détectives. Pernilla est une mère à la fois attachante et intrigante. Stockholm est bien décrit à travers le regard de Kouplan qui ne cesse de scruter autour de lui à la recherche du moindre uniforme de policier. Il ne doit pas se faire remarquer. Il est en situation irrégulière, sans-papiers. Le style de Sara Lövestam est simple, direct et efficace. Les chapitres sont courts. La lecture est facile et agréable. Les pages défilent.

    Kouplan passe à l’action. Mais il n’a rien à sa disposition. Le temps passe, déjà presque deux semaines que Julia a disparu. Ah si seulement il pouvait visionner les caméras de surveillance du centre commercial où Pernilla a perdu de vue sa fille. A défaut de méthodes d’investigation révolutionnaires, Kouplan a une intuition rare, il fouille dans la passé de Pernilla. Pourquoi ne veut-elle pas faire appel à la police ? Il évoque fréquemment sa mère. "Maman, dis-moi, ...". Il sait que sa mère lui répondrait "En matière de psychisme humain, tout est possible ...". La mère de Kouplan est psy en Iran. Il est sans nouvelles. Qu’est devenu son frère ? Par bribes le passé de Kouplan se reconstitue.

    Futurs lecteurs, n’ayez aucune crainte, ce roman est bien un polar efficace avec du suspense. Kouplan est bien un détective privé, avec ses indics comme Rachid qui fait la plonge au kebab. Kouplan se révèle particulièrement performant dans ses filatures. La fin du roman apporte sont lot de surprises. L’énigme est résolue, Kouplan va pouvoir continuer à exercer le métier de détective pour notre plus grand plaisir, bienvenue dans le cercle de ceux qui recherchent la vérité. Sincères félicitations à Sara Lövestam, une jeune auteure qui peut être fière de son premier roman policier.

    http://cercle-du-polar-polaire.over-blog.com/2016/11/sara-lovestam.html

  • Jean-Yves GAUTHIER 19 mars 2018
    Chacun sa vérité - Sara Lövestam

    Les aventures de Kouplan... Rien à voir avec Coplan, le célèbre agent secret mis en histoire par Paul Kenny (même si il y avait 3 auteurs pour raconter ses péripéties...), même si on peut y voir quelques analogies pour peu qu’on ait l’esprit vagabond. Pour le côté secret d’abord. Kouplan navigue dans l’underground de part son statut illégal de migrant sans papiers, parallèle avec le statut "secret" de Coplan, agent des services secrets. Et l’auteure, Sara Lovestam, brosse ici un état sociétal de la Suède actuelle comme Paul Kenny de son temps sur l’état politique, social de l’époque. Le personnage est original même si à l’origine il était journaliste d’investigation dans son Iran natal. Quel migrant aurait l’idée de devenir Détective ? Kouplan et je n’en connais pas d’autres. Il se met au service de ceux qui n’attendent plus rien des services classiques de police. Il n’a pour se débrouiller que son esprit inventif, son sens aigu de l’observation et de déduction, faisant fi de toutes les techniques au service des enquêteurs, il arrive à ses fins. Le personnage est sympa et attachant dans son côté atypique. Même si le type d’intrigue a déjà été vu à maintes fois, il ne l’a jamais été abordé de cette manière d’ou l’intérêt porté à la lecture de ce roman ou polar, on peut facilement le faire entrer dans l’une ou l’autre case. Mais est il besoin de le rattacher à un style pour l’apprécier ?? Pas certain. Autre prouesse de l’auteure, nous donner à connaître la fin de l’intrigue avant la fin du bouquin. Elle réussit, pourtant, à continuer de nous accrocher sur la suite de son histoire. Bref tout ça pour dire qu’on passe un super moment, qu’on attend avec impatience la suite des aventures de Kouplan, qu’on aime le style de Sara Lovestam. Un Polar à lire d’urgence.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.