Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Cinq doigts sous la neige - Jacques Saussey

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Une fête d’anniversaire.
Une forêt enfouie sous la neige.
Quinze jeunes coupés du monde.

Marc Torres, écrivain à succès, vit seul avec son fils dans un immense domaine isolé dans les bois.
Alexandre a été très perturbé par le décès de sa mère, cinq ans plus tôt. Plongé dans son travail pour tenter d’oublier la douleur du deuil, Marc ne l’a pas soutenu comme il l’aurait dû.
Lorsque son fils lui demande l’autorisation d’inviter des amis chez eux pour son dix-huitième anniversaire, Marc ne peut refuser, même s’il craint les débordements des jeunes.

Pendant la fête, le ciel se couvre très vite au-dessus des sapins noirs. Bientôt, la neige bloque les accès à la montagne et verrouille la quinzaine d’adolescents chez les Torres au cœur de la forêt silencieuse.

Marc est inquiet. Alexandre est un garçon fragile. Il va devoir le protéger des autres, mais aussi de lui-même.

À tout prix.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Vos #AvisPolar

  • Loiclivresque 6 septembre 2020
    Cinq doigts sous la neige - Jacques Saussey

    Comme tous ceux que j’ai lu de lui, j’ai complètement adoré et pris mon pied.
    L’auteur nous emmène dans un endroit très/trop enneigé, mais moi qui adore la neige j’en suis ravi. Une fête d’anniversaire qui ne va pas se passer comme elle le devrait, avec un évènement qui va tout chambouler. Un thriller très bien construit dans lequel on retrouve une ôde pour le lien entre un père et son fils avec un père qui va prendre des risques inconsidérés pour protéger son fils, mais de quoi ? Héhé mystère :p Un roman dans lequel d’autres évènements imprévus vont venir s’y mêler, on est tenu en haleine, on stress avec certains personnages, on est en empathie pour d’autres, on espère que tout va s’arranger mais est-ce que ce sera le cas ? Bref. Un roman génial, dans un décor magique, avec un suspens à toute épreuve et des personnages qui se trouvent dans une spirale infernale dans ce paysage encombré par beaucoup de neige.

  • Aude Lagandré 8 septembre 2020
    Cinq doigts sous la neige - Jacques Saussey

    C’est certainement la chronique la plus difficile à écrire cette année, et sûrement celle que je ne m’attendais pas à devoir écrire… Tout d’abord, parce qu’entre les éditions Cosmopolis et moi, c’est une grande histoire d’amour depuis le début : j’ai une très grosse partie de leurs publications dans ma bibliothèque. Ensuite, parce que si vous me suivez, vous savez que j’ai lu le tout premier tome de la série Daniel Magne/Lisa Heslin cet été (« Colère noire ») parce que j’avais adoré « Du poison dans la tête » et que je voulais absolument connaître la genèse de cette rencontre. Par ces deux romans de Jacques Saussey, j’ai été conquise… Tellement conquise que j’ai acheté toute la série mettant en scène ces deux protagonistes.

    « Cinq doigts sous la neige » est un one-shot, il ne reprend donc pas ces personnages récurrents. Mais c’était le dernier Saussey, et c’était la nouvelle sortie de Cosmopolis, donc j’y suis allée les yeux fermés, presque en courant pour l’acheter le jour J. Cette chronique n’est que le reflet de mon propre ressenti de lecture, elle n’engage que moi, inutile de sortir le panier de tomates ou de m’attendre au coin de la rue avec une batte de base-ball. D’autres blogueurs en parlent également et de manière très positive, évoquant l’atmosphère anxiogène de ce roman, puisqu’il se passe lors d’une tempête de neige, dans une maison coupée du monde.

    Je ne vais pas tourner autour du pot trop longtemps : je n’ai strictement rien aimé dans ce récit. D’abord, je n’ai pas retrouvé l’écriture de Jacques Saussey dans sa délicatesse et son élégance. J’ai même été très surprise par la vulgarité de certaines phrases. Ensuite, je n’ai pas trouvé le message fort qu’il y avait par exemple dans « Du poison dans la tête », qui traitait des violences morales faites aux femmes. J’ai été excédée au possible de retrouver encore un écrivain comme personnage central, déballant les affres de son métier par le menu, sa façon de travailler, ses angoisses et ses innombrables succès. Je n’incombe pas cet état de fait à Jacques Saussey, sans doute une erreur de programmation dans une époque où tout le monde a l’air de vouloir parler de la même chose au même moment.

    Parlons justement de ce personnage, Marc Torres, reclus dans son chalet vosgien, surveillant contraint d’une bande d’adolescents en pleine crise d’hormones qui ne pense qu’à picoler ou à se droguer. Aucune des réactions, des paroles ou des actes de Torres ne m’ont semblé crédibles. À aucun moment, je n’ai pu m’attacher à ce personnage ni croire une seconde à ses décisions prises en dépit du bon sens. Je n’ai pas adhéré non plus au fait de laisser supposer que, sous la proie d’un stress intense, on puisse faire autant d’âneries en une seule nuit. Pour un écrivain, j’ai envie de dire que le personnage de Marc Torres a deux neurones et une absence totale de discernement et de réflexion. D’ailleurs, sa relative sévérité à l’encontre de son fils en début de roman prouve bien qu’un câble a littéralement grillé dans son cerveau cette nuit-là. Je n’ai ressenti aucune émotion, ni pour l’écrivain, ni pour les ados, ni pour les parents venus récupérer leur progéniture le lendemain de la fameuse nuit quand l’un manquait à l’appel. Je n’ai pas compris non plus ce que venaient faire là les chapitres consacrés aux militaires crapahutant dans la neige sous la direction d’un type givré du cerveau qui ne fonctionne qu’à la haine gratuite, à part peut-être pour lancer un débat sur le monde militaire. La place accordée à la présence de ces militaires n’est pas suffisamment développée pour avoir pu prendre la mesure de l’utilité de ces scènes dans le roman. L’atmosphère supposée anxiogène n’est pas arrivée jusqu’à moi, je n’ai éprouvé ni peur ni angoisse. Même la fin n’a eu aucun effet puisque je l’ai vue venir à des kilomètres.

    Alors que dire ? Rendez-vous raté pour « Cinq doigts sous la neige », mais rendez-vous maintenu pour les suivants. Même si la magie n’a pas opéré cette fois-ci, cela ne veut en aucun cas dire qu’elle n’opérera plus, ou qu’elle n’opérera pas pour vous. Je vous conseille, comme d’habitude, de le lire pour vous faire votre propre avis.

  • myfabulousreading 8 septembre 2020
    Cinq doigts sous la neige - Jacques Saussey

    Un excellent polar old school

    Première rencontre pour moi avec Jacques Saussey, et d’autant plus marquante qu’elle se fait par le biais de la maison d’édition Cosmopolis, une valeur sûre. Et bien, c’est une réussite ! Dès l’ouverture, vous aurez le droit à une scène choquante, qui vous propulsera directement dans le vif du sujet.
    ▪️
    Ce thriller en huis clos est rondement bien mené. Tout part d’une petite fête organisée par Alexandre pour ses 18 ans, qui n’est autre que le fils d’un écrivain à succès, Marc Torres. Ce dernier a perdu sa femme et il élève donc seul son fils, dans un immense domaine à l’écart de tout. Alexandre file un mauvais coton, en plein adolescence, son père peine à se faire entendre. Mais il est catégorique, pas de drogue, ni d’alcool à cette fête.
    ▪️
    La soirée commence plutôt bien, mais une tempête de neige oblige les 15 ados à se cloîtrer chez Alexandre. Les routes sont impraticables, personne ne peut rentrer avant le lendemain. Au cours de la nuit, un drame se produit, et de là une avalanche d’évènements effroyables, vont fatalement se succéder.
    ▪️
    Les scènes chocs arrivent après une préparation en amont parfaitement maitrisée. On en est à se demander à chaque chapitre, ce qu’il va advenir de plus terrible encore. L’auteur arrive à traduire les émotions des personnages avec la plus grande justesse, surtout celles de Marc, qui se retrouve dans une situation où il lui est difficile de faire des choix rationnels en tant que père. L’immersion est totale, j’avais froid, peur et j’étais angoissée. Qu’allait-on encore découvrir sur cette soirée cauchemardesque ?
    ▪️
    Pas de portable, ni de test d’ADN nous dira l’auteur dans sa note au lecteur (et effectivement l’action se déroule entre 1974 et 1986) et pourtant cela fonctionne à merveille. Une spirale infernale qui vous retournera le cerveau.
    La fin finira de vous achever…

    https://www.instagram.com/p/CE4a6q-HpT3/?igshid=17z5kmokci3ut

  • jeanmid 11 septembre 2020
    Cinq doigts sous la neige - Jacques Saussey

    Avec nouveau roman Jacques Saussey frappe une nouvelle fois très fort .
    Certes pas de commandant Daniel Magne et de Lisa Heslin ici mais un scénario ficelé aux petits oignons pour tous les amateurs du genre .

    L’auteur bourguignon nous embarque dans une histoire cauchemardesque où la neige transforme en quelques heures une fête d’ados en un huis clos tragique .
    Voyez plutôt l’ambiance : vous êtes un auteur à succès qui vit en reclus loin de la foule et des médias - on est en 1974 et les médias se résument à la télé et à la presse écrite - votre femme est morte et vous tentez d’élever seul votre fils . Un gamin pas vraiment sage , livré par moment , complètement à lui -même , fragile et influencable , traumatisé par la mort de sa mère et qui a tendance à tester les drogues en vogue à l’époque , LSD et cannabis , en cachette de son père avec la bande de ses meilleurs copains .
    Marc Torres ne peut rien refuser à son fils Alexandre et notamment pas l’organisation d’une boum avec ses copains et ses copines à la maison . Mais le climat des Vosges , particulièrement rugueux et neigeux cette année-là , va soudainement s’abattre sur la région et couper du monde pour quelques heures la demeure du romancier . La température glaciale du dehors va vite se combiner avec une situation chaotique provoquée par une malencontreuse successions dramatiques . Comme une mécanique implacable qui va se mettre en place , inexorable et fatale .

    Si vous aimez le suspens avec ce roman vous allez être gâtés ! L’ami Saussey nous tisse un récit où la fatalité semble prendre le pas sur le hasard , un récit qui vous happe dès le premier instant et vous scotche jusqu’à la fin .
    En bonus une plongée dans les seventies que les moins de quarante ans n’ont pas connues , avec cette brochette d’objets vintage tels le téléphone à Bakélite avec cadran , la chaîne hifi avec platine vinyle intégrée sur lesquelles tournaient les tubes des groupes chevelus de l’époque , qui font aujourd’hui la joie des collectionneurs , des jeunes branchés d’aujourd’hui ou des nostalgiques de l’époque.

    Chaque personnage de ce roman semble être un maillon ou plutôt un grain de sable pouvant , grâce à une combinaison incroyable de ses éléments, orienter l’histoire d’une manière ou d’une autre mais jamais comme on pourrait l’imaginer.
    Et c’est bien là, la magie et la virtuosité de l’artiste qui arrive à surprendre son lecteur encore et encore , ne lui laissant aucune échappatoire tangible et durable .
    L’auteur prend le malin parti de faire du lecteur le témoin privilégié du principal acte criminel . Lui seul connaît le véritable coupable et l’un des « jeux » va consister à voir si ses agissements vont rester impunis ou pas .
    Avec l’apparition d’étonnants protagonistes qui vous tireront quelques sourires malgré la tension et les drames qui se jouent , Jacques Saussey va alors s’amuser à jouer avec les nerfs de ses lecteurs comme avec ceux du coupable , nous baignant ainsi dans un suspens angoissant difficilement soutenable mais terriblement addictif.
    Qui aura le dernier mot ? Il faudra lire le roman pour connaître la réponse .

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.