Hier encore - Luca Tahtieazym

Notez
Notes des internautes
2
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Des gosses qui dansent au bord du précipice.
Une fugue.
Une odyssée.

Et vingt ans plus tard, les fantômes du passé qui viennent réclamer leur dû.

Vos avis

  • lesmotsdelau 28 décembre 2018
    Hier encore - Luca Tahtieazym

    Elise et Simon sont des enfants malheureux, ils vivent dans la peur constante sous les coups d’un père brutal et d’une mère qui laisse faire sans rien dire. Ils vont décider de s’enfuir avec Romain un camarade d’Elise. Ils n’auront de cesse, depuis le jour de leur fugue à marcher, combattre et survivre, se méfiant de tout et de tous, essayant de passer inaperçu afin d’échapper à ce présent débordant de violence. Unis par de profonds liens, ils vont devoir affronter des situations qui vont vite ternir leur soif de liberté, ce périple marquera à jamais leurs vies.

    Comment ne pas penser à une certaine chanson emblématique qui porte le même nom que ce roman et qui parle d’une histoire tout aussi marquée par un temps trop vite écoulé… Hier encore, ils étaient enfants, ils ont défié le temps, et ce dernier va avoir une place très importante dans le déroulement du récit, qui va comporter deux grandes parties. La première est centrée sur les enfants, nous sommes en France à la fin des années 50, on va faire la connaissance de personnages aux noms évocateurs, pour les personnes ayant déjà lu quelques livres de cet auteur.

    Elise, Simon, Romain, trois personnages qui vont nous marquer par leurs forces, leurs courages, leurs envies et leurs rêves. Une détermination commune et une belle confiance entre eux sont autant de traits qui vont nous attendrir et nous pousser à vouloir les prendre sous notre aile. Une jeunesse à jamais gâchée, un manque d’amour évident que ne devrait ressentir aucun enfant.
    L’insouciance de l’âge à croire que l’on peut tout réussir et entreprendre, cette naïveté est si belle qu’elle en est touchante et on espère que cette vie va enfin leur sourire. Mais rien n’est aussi simple et l’auteur l’entend bien différemment, sa plume reconnaissable n’est pas tendre et le happy end n’est pas à écrire pour tout de suite.
    Ces enfants ont souffert, ont déjà vécu des choses qu’ils ne veulent plus jamais subir, la seule solution à leurs problèmes reste la fuite, mais est-elle vraiment la meilleure des issues ? Peut-on fuir le présent sans que celui-ci n’ait de répercussion sur l’avenir ?
    Ce n’est pas une simple fugue, c’est un réel rêve d’avenir, ils vont traverser de nombreux coins de France, rencontrer des gens qui ne seront pas toujours bons avec eux. Certains passages sont peut-être un peu plus durs à lire, mais cela va nous prouver que malgré un jeune âge, la solidarité et l’amour peuvent gagner de tout… ou presque !
    J’ai été révolté de voir comment certaines personnes peuvent se désintéresser du sort de trois enfants ou au contraire en tirer profit, des êtres abjects sans aucun scrupule.

    Puis intervient la seconde partie, une tout autre écriture que dans la phase précédente accompagne ce changement de décor. Là, dans cette ambiance les questionnements arrivent, et on ne cessera de tourner les pages pour avoir des réponses.
    C’est un livre sous forme de puzzle, avec quelques pièces disséminées ici et là. Des petites graines semées dans les chapitres seront là pour rappeler des choses aux fans aguerris de l’auteur. À vous de retrouver les morceaux et à les placer dans le bon sens afin d’essayer de résoudre cette histoire.
    Des hypothèses arrivent, mais les doutes sont partout, emportant avec eux nos doux rêves de vie de bohème.
    Un final qui vous laissera avec de nombreux sentiments dont celui du temps qui passe et des choix vers lesquels la vie nous mène quel que soit notre âge.
    Les décisions vieilles de vingt ans sont-elles pardonnables quand le sablier lâche son dernier grain de sable ? À vous de vous faire votre opinion et de faire ce voyage …

  • Root 1er janvier 2019
    Hier encore - Luca Tahtieazym

    Le père Laborie a la main leste. Le père Laborie, à part sa trogne, il se fout un peu de tout. Il a pas plus de considération pour sa femme que pour ses gosses. Elle, il l’a mariée parce que c’était la mode, eux sont arrivés là sans rien demander à personne. De derrière le mur de sa chambre, Élise veille en ruminant. Simon sanglote, il s’est encore pris une dérouillée. Elle voudrait le rejoindre et le consoler mais elle a tout intérêt à se faire discrète car ce soir, c’est le grand soir : ils s’en vont pour de bon. Leur plan, ils le mûrissent depuis un moment, c’est pas humain de vivre comme ça. Leur père, ils le haïssent autant qu’ils le craignent et ça peut plus durer. Quelque part dans la campagne de L’Houmeau, pas très loin, Romain les attend. Si les petits Laborie font le mur la trouille au ventre, ce dernier ne s’en fait pas trop, personne ne courra après un gamin de l’assistance, ça libérera une place au foyer. Des clopes, des couverts et des couvrantes, de quoi se caler l’estomac les premiers jours, la mise en commun des paquetages rend le départ bien concret. Élise a aussi pris des livres. Il est temps d’y aller. Ils vont marcher jusqu’au maquis, peut-être tout droit, et aller voir la mer : elle a pas la même couleur que l’océan.

    Poussés par le vent de liberté qui leur souffle dans le cœur, ils marchent d’un bon pas. Ils sont malins, mais malgré toutes leurs précautions, trois petits comme ça sur le bord des routes, ça attire l’attention… et ça s’attire des ennuis. Le long des côtes aquitaines, l’échappée belle prend une tournure inattendue. Il eût été surprenant que tout se passe comme prévu. Autant le savoir : il ne faut rien prévoir avec Luca Tathieazym, il vous embarque toujours ailleurs et même plus loin. C’est un sacré chemin qu’il nous fait faire dans Hier encore. Entre balade et ballade, espoir et défiance, on adopte Simon, Élise et Romain dès les premières pages. On fait partie de l’aventure. Tous trois inspirent une telle tendresse, ces petits mal-aimés qui s’endorment trop souvent le ventre vide en se frictionnant les côtes. On voudrait les protéger contre les adultes, leur indifférence cruelle, l’autorité de leurs mains calleuses. Ça sonne vrai, ça sonne juste, on en oublie qu’on lit un livre, une histoire que quelqu’un a inventée pour nous distraire. On se retrouve là, à l’été 1958, à chercher une remise où passer la nuit pour se remettre des bornes qu’on a dans les pattes, et Achille Laborie qui doit rester un souvenir le plus longtemps possible. Puis on relève la tête, on jette un œil autour de soi, le monde a drôlement changé. On se contentait de peu « dans le temps », on avait d’autres rêves. On voulait pas trop avoir, on voulait juste être. Libres. On courait dans les champs et au bout, il y avait la mer. Mais ici ou ailleurs, là-bas, il y a 60 ans, il est des blessures qui ne se referment pas. Des rêves tués dans l’œuf, qui se transforment en motivations noires. Des desseins à poursuivre, des fantômes, des coupables.

    Avec son sens de la narration épatant, Luca Tahtieazym floute les genres et nous mêle à cette incroyable cavale en deux temps dont on s’extirpe des bleus aux genoux autant qu’au cœur. Et l’émotion d’avoir lu un de ces romans dont on se souvient.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.