Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La Forêt - Luca Tahtieazym

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

1958.
Lors d’une sortie scolaire, sept enfants s’égarent en forêt et se réfugient dans une cabane abandonnée, au centre d’une clairière.

Très vite, ils réalisent que toute tentative de fuite les ramène systématiquement à leur point de départ. Un constat s’impose : ils sont prisonniers.

Et le pire n’est peut-être pas cette Chose qui rôde la nuit ; le pire, pour un survivant, ce sont parfois les autres survivants…

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Root 1er janvier 2019
    La Forêt - Luca Tahtieazym

    1958.

    Cette sortie scolaire n’était pas du goût de tous. Scruter toute la journée des plantes aux noms imprononçables valait-il de manquer quelques heures de cours ? Ma foi, oui. « Buddy » Louis en a pris son parti et chahute avec ses camarades en queue de peloton quand l’un d’eux trébuche. Le petit groupe trainaille, attendant que Simon, dit Michette, se relève et s’époussette. Le restant de la classe les a distancés. S’ils ne se dépêchent pas, la mère Lambert va les rabrouer. Ça se chamaille, ça presse le pas, à gauche, à droite ? Un quart d’heure, toujours personne en vue. Une demi-heure… une heure… Le jour décline, il va falloir s’organiser. Bien à propos se présente une baraque délabrée nichée dans une clairière.

    « Heureusement qu’on va y passer qu’une nuit, dans ce cabanon… »

    S’ils avaient su.

    Au réveil, la faim et l’angoisse les tenaillent. La faim l’emporte, et voilà la petite troupe partie à explorer le coin. Une rivière, quelques feuilles, n’importe quoi pouvant faire illusion dans l’estomac. Ici le nord, là la cabane, ils devraient bien en voir le bout de cette forêt. Mais Louis n’en croit pas ses yeux : ils sont revenus à la clairière. Leur point de départ. Ils ont tourné en rond. La forêt semble se refermer… sur elle-même. Dans le désespoir général, il faut garder un œil sur Achille, dit la Teigne. Ce gosse, c’est de la carne à la Henry Bowers (pour ceux qui savent). Fils de paysan élevé à coups de trique, sa carrure impressionnante lui a toujours assuré un respect forcé. Mais la donne a changé. Portées par l’instinct de survie, certaines alliances sont possibles, mais pas avec la Teigne. Ce sera désormais 6 contre 1… contre la forêt.

    Je n’avais pas idée de ce que serait ce bouquin. Oui, le résumé très accrocheur, oui la couverture vraiment jolie, mais j’étais loin du compte. Luca Tahtieazym fait là une démonstration extraordinaire du pouvoir des mots. À mesure que les événements se répètent, on cesse de respirer. On tourne en rond avec les personnages, on ne trouve plus le sommeil parce qu’on veut connaître la suite, puis on arrive au milieu du livre (435 pages en tout). Soyons sérieux, qu’est-ce qu’il va nous raconter ensuite ? Il parvient pourtant à décrire quantité de choses banales avec tant d’émotions différentes, tant de ferveur, qu’on ne s’en lasse jamais. Les dialogues font sourire, tirent une larme. L’argot dans la bouche des gamins serre le cœur. Ils sont si petits ! Comme une grande bouffée de nostalgie pour ce que furent les années 60 que je n’ai même pas connues. J’ai éprouvé une infinie tendresse pour chacun d’eux : Louis, Romain, Simon, Nagib, Claire, Élise, Achille. J’ai vécu à leur rythme, espéré, tremblé, souffert avec eux. Dans la détresse, des caractères se révèlent, des valeurs se défendent ; on réalise la force de l’entraide, on mesure le poids des coups bas. Adultes avant l’heure.

    L’histoire, narrée par Louis, est superbement écrite (brillamment ? magnifiquement ? n’importe quoi signifiant « putain de bien » fera l’affaire). Ça ne lésine pas sur l’effet de surprise, je ne compte pas les fois où j’ai été sidérée. Comment tout ça peut se terminer ? Devant un tel niveau d’excellence, on redoute forcément que l’auteur se plante avec une fin branlante. Eh bah même pas. La chute est à la hauteur de tout ce que j’ai vécu dans cette forêt.

    Avec ses airs de Stephen King et de Stranger Things, ce roman s’inscrit dans la lignée des meilleurs fantastiques, avec une dose de rationnel et un supplément de torture psychologique qui font sacrément cogiter, émeuvent, et collent une frousse mémorable. Mémorable, je vous dis.

  • Lectures noires pour nuits blanches 21 mars 2019
    La Forêt - Luca Tahtieazym

    Promenons-nous dans les bois....

    Lors d’une sortie scolaire en forêt, sept enfants, âgés de 10 à 13 ans, s’égarent. Ils découvrent une vieille cabane dans une clairière, mais chaque fois qu’ils vont vouloir partir, ils reviennent à leur point de départ. La forêt les retient prisonniers.

    Un résumé alléchant qui m’a tout de suite donné envie de lire ce livre. Il tient toutes ses promesses, le suspense, le mystère, l’angoisse sont au rendez-vous.
    C’est oppressant l’ambiance est lourde la forêt nous attire à elle et on a l’impression d’étouffer. Je me suis vue dans cette forêt, à essayer de trouver une issue, à ramasser des baies et des champignons, à tourner en rond sans cesse. Brrr, la balade d’aujourd’hui sera remise à plus tard.

    Les personnages sont très attachants et nous feront vivre plein d’émotions. On passe du sourire aux larmes, avec toujours la peur et l’angoisse nichée au fond de nous. Comment vont grandir ces enfants sans adultes, sans modèle ni repères. Comment vont-ils réussir à se construire au milieu de cette forêt ? Et surtout, réussiront-ils à en sortir un jour... ?

    Ces enfants avec leur langage argotique de l’époque m’ont fait penser à La guerre des boutons, avec un soupçon de Lost et un zeste de Stephen King. Mais Luca a un style bien à lui. J’aime son humour grinçant, sa façon de rendre complice le lecteur en s’adressant à lui. Une belle écriture, fluide et percutante, un riche vocabulaire, très agréable à lire. Et toujours des petits clins d’oeil, semés ça et là, comme un jeu de piste.

    Malgré son côté fantastique, c’est un roman très sombre, très noir. Ca peut paraître répétitif, mais une fois embarqués, ça se lit tout seul et c’est prenant jusqu’à la fin. Je n’ai pas vu le temps passé et je me suis régalée.
    Une fin qui nous laisse perplexe et nous pousse au questionnement.

    Prêts pour une escapade en forêt ? Je vous le recommande vivement ! En même temps qu’une leçon de botanique, vous aurez une leçon de survie avec en prime frissons et angoisse garantis.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.