L’interrogatoire polar de Cyril Carrere

BePolar : Comment est née l’histoire de ce roman ?
Cyril Carrere : Tout est parti d’une histoire que j’avais en tête et qui correspond à la fin du roman. J’en avais une vision claire et précise, il ne manquait que le contexte, qui s’est greffé à l’ensemble après quelques mois de recherches sur deux sujets bien particuliers.
(que je ne peux pas dévoiler, pour ceux qui n’ont pas lu Grand Froid). À partir de là, j’ai imaginé l’intrigue se déroule dans le présent (en 2014), en insérant l’élément déclencheur de cette "course pour la vérité" dès les premiers chapitres.

BePolar : Comment est-ce que vous pourriez nous présenter votre héros Lucas ?
Cyril Carrere : Lucas est un personnage profondément humain qui mène une vie simple, entre son boulot de médecin urgentiste au CHU de Nantes et les sorties entre amis, les voyages...
C’est un trentenaire célibataire très proche de sa mère. Cette dernière, avocate, l’a élevé seule. Ils ont pour habitude de manger ensemble régulièrement.
Au début de Grand Froid, les circonstances vont faire qu’il regrettera de ne pas avoir pu la voir une dernière fois...

La saison a joué un grand rôle tout au long de celle de Grand Froid.

BePolar : Votre roman se déroule à l’automne, au moment où les températures baissent. Comment la saison a joué dans l’écriture ?
Cyril Carrere : C’est vrai que l’atmosphère, l’ambiance est un élément très important lorsqu’on se lance dans la rédaction d’un livre. La saison a joué un grand rôle tout au long de celle de Grand Froid.
Le concours VSD a eu lieu à l’automne, ce qui m’a permis de me mettre en situation assez facilement. J’ai tenté de conserver ce "thème" du froid tout au long de l’intrigue, qu’il soit physique (au travers des lieux décrits) ou psychologique (il traduit très bien les sentiments qui envahissent Lucas lorsque sa mère disparaît, ainsi que la vérité qui se dévoilera à lui, petit à petit). Enfin, Grand Froid a une autre signification que je vous laisse découvrir.

BePolar : Comment avez-vous construit votre intrigue ?
Cyril Carrere : Elle s’est construite à l’envers pour ma part.
J’avais la fin en tête, il a donc fallu remonter le fil de l’histoire, en s’appuyant sur les repères que j’avais placés au début, au milieu et aux 3/4 du livre et qui correspondent à des révélations importantes pour Lucas.
J’ai également pensé à ce double développement où l’on suit Lucas d’un côté, le commissaire Mandé de l’autre, sur des volets complémentaires, nécessaires à la résolution de l’intrigue.

BePolar : Il a été écrit dans le cadre du concours Fyctia avec un chapitre par jour, est-ce que vous l’avez retravailler ensuite ? Comment ce mode d’écriture change votre manière de travailler ?
Cyril Carrere : Le concours VSD-RTL s’est déroulé sur la plateforme Fyctia, que je connaissais pour avoir participé à un autre concours (dont est issu mon autre thriller, "Le Glas de l’Innocence"). Le rythme était soutenu, il y avait de très bons auteurs et de très bonnes histoires, ce qui m’a poussé à écrire de manière intensive. Sur les trois mois de la phase d’écriture, j’ai écrit et publié 40 chapitres. J’en avais une dizaine de plus en "réserve".
Grand Froid s’est classé 1er (votes du public) ce qui m’a qualifié pour la finale en compagnie de 7 autres participants.
Nous avons eu 3 semaines supplémentaires pour boucler le manuscrit, durant lesquelles j’ai cravaché pour aboutir à la version finale, qui dépasse les 70 chapitres et qui est très différente de celle que l’on peut lire en ligne sur Fyctia.
C’est un point important : les chapitres que l’on publie sur Fyctia sont de véritables "drafts" (pour ma part en tout cas). Ils sont écrits rapidement, le but étant de profiter cet élan pour développer son histoire. Mais en aucun cas ça ne peut constituer un manuscrit final. Je pense que certains participants l’ont oublié et se sont mis un peu trop de pression ;).

Le concours a été un élément moteur qui m’a permis de boucler un manuscrit en 4 mois. Après le concours, je l’ai retravaillé, peaufiné et soumis à plusieurs maisons d’édition. J’ai eu la chance d’avoir le choix, et me suis tourné vers une jeune ME, les éditions Nouvelle Bibliothèque, dont le projet et le côté humain me permettent aujourd’hui de m’épanouir. Leur retour de lecture m’a permis d’apporter les dernières modifications au manuscrit qui est aujourd’hui édité.

J’ai débuté l’écriture de mon troisième roman, un thriller sur fond d’arnaque financière

BePolar : Quels sont vos projets ? Sur quoi travaillez-vous ?
Cyril Carrere : J’ai débuté l’écriture de mon troisième roman, un thriller sur fond d’arnaque financière, très sombre et s’appuyant sur des personnages forts. Je me donne un an pour sa rédaction.
En parallèle, je continue les recherches et compile les informations dont j’ai besoin pour les prochains romans.
L’un reprendra certains personnages du Glas de l’innocence et se déroulera au Japon : je profite d’y vivre pour faire ces recherches "en direct", c’est une phase que j’adore !
L’autre mettra en scène Loïc Mandé pour une intrigue qui est assez attendue par ceux qui ont découvert Grand Froid. J’ai hâte !

Galerie photos

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.