Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La Capture - Nicolas Lebel

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Quand Yvonne Chen débarque sur l’île bretonne de Morguélen en ce 9 octobre, bien décidée à faire la peau des Furies qui l’ont manipulée et abandonnée près du corps de son collègue Starski, elle doute un moment des informations récoltées : que viendraient faire ces tueurs à gages sur ce caillou chauve, rasé par les vents ?
En cette morne saison, les habitants se comptent sur les doigts de la main et les nouveaux arrivants sont vite repérés. Chen prend deux d’entre eux en filature, convaincue qu’elle tient ses proies. Erreur : les deux hommes sont en réalité des agents de l’OCLCH, l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité. Depuis huit ans, ils surveillent le prêtre de la commune, le père Petrovácz, un Hongrois qui ne quitte jamais l’île et qu’ils soupçonnent d’être un criminel de guerre croate. Mais les preuves manquent et le temps presse : dans quelques semaines, le crime dont on le suspecte sera prescrit. La lieutenante pressent aussitôt que le brave Petrovácz est la cible des Furies et propose son aide, espérant ainsi dénicher le groupuscule et assouvir sa soif de vengeance.
Sur cette île du bout du monde où hurlent les goélands se livre alors une véritable chasse du chat et de la souris. Comment Chen peut-elle, dans la bise et les embruns, identifier ces Furies dont elle ignore tout ou presque ? Pour démêler le vrai du faux et survivre à Morguélen, il lui faudra échapper à cette nouvelle Danse des Furies et comprendre qu’elle n’est qu’une pièce sur un échiquier géant…

Jeu de miroirs sur un terrain sans issue, le nouveau roman de Nicolas Lebel entraîne le lecteur dans une course échevelée où tout n’est qu’ombre et reflets. On y retrouve l’humour et l’ingéniosité inégalables de l’auteur de la série Mehrlicht et du Gibier.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Mousquetaire11 1er juillet 2022
    La Capture - Nicolas Lebel

    Les amoureux de la Bretagne et les fans de Nicolas Lebel seront ravis de se plonger dans cette nouvelle lecture car ils retrouveront avec plaisir l’un des personnages du Gibier, la lieutenante Chen qui mettra le cap vers cette région littorale...

    Après avoir vécu un événement traumatisant, Yvonne Chen n’a plus qu’une seule idée en tête ; celle de se venger. Ses investigations vont la mener sur l’île bretonne de Monguélen où tout porte à croire que le gang des Furies a posé ses valises. Mais pour quelles raisons ces criminels viendraient-ils sur ce bout de terre perdu où les seules occupations des insulaires sont d’assister à la messe, aller au bar du coin ou d’utiliser leur connexion internet pour jouer à des jeux en ligne ? Est-ce que le calme apparent de l’île ne cache-t-il pas de nombreux secrets qui pourraient être balayés par le souffle des embruns ? Une course contre la montre va alors démarrer et Yvonne devra avancer rapidement ses pions en compagnie de deux cavaliers pour éviter l’échec et mat...

    Même si ce roman policier peut se lire indépendamment du « Gibier », je regrette de ne pas avoir suivi l’ordre chronologique de la série. Malgré ce constat, je ne peux que féliciter Nicolas Lebel qui par un tour de passe-passe nous entraîne très rapidement dans cette histoire où les apparences sont trompeuses.

    Je tiens à remercier Les Éditions Le Masque, Nicolas Lebel et Netgalley france
    pour avoir eu l’occasion de découvrir un formidable roman policier d’ambiance qui m’a transporté en Bretagne et dont les descriptions faîtes des personnages les rend attachants malgré des caractères bien différents...

  • Les_lecturesdeflo 22 mai 2022
    La Capture - Nicolas Lebel

    Second volet de la série ayant pour personnage principal la lieutenant Yvonne Chen que j’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver. Il est selon moi indispensable de lire Le gibier avant La capture, mais comme vous le savez, j’ai un TOC avec les sagas. Toutefois, le premier tome se termine sur un évènement qui est la cause de cette nouvelle enquête de Chen.

    Fidèle à elle même, la voici exilée en Bretagne, sur les traces des furies, un groupuscule à l’identité mystérieuse, qui officie sous couverture pour éliminer ses cibles. Chacune de leurs missions est apparentée à une danse pour le moins macabre. Mais qui mène la danse ?

    Personnage charismatique, Yvonne a mauvais caractère et n’éprouve aucune empathie. Elle ne fait pas dans la dentelle lorsqu’il s’agit d’obtenir des informations et d’arriver à ses fins. Elle se permet tout et ses réflexions m’ont faite sourire à plus d’une reprise.

    Comme d’habitude le style Lebel est efficace. Non dénué d’humour, il se joue de nous avec habileté pour nous livrer un roman très réussi au dénouement surprenant. Je n’ai rien vu venir !

    Si je dois chipoter un peu, je dirais juste que j’ai trouvé Yvonne moins « piquante » dans cet opus, mais je ne doute pas qu’elle nous réserve de belles surprises dans le troisième volet.

    Vivement la suite !

  • Killing79 19 mai 2022
    La Capture - Nicolas Lebel

    Quand Nicolas Lebel m’a annoncé lors d’un salon qu’il reprenait le personnage d’Yvonne Chen pour écrire la suite de ses aventures, j’ai trépigné d’impatience. « Le gibier » avait été un tel coup de cœur pour moi que revenir dans son univers m’enchantait.

    En plus d’une énigme retorse et emplie de rebondissement, ce premier épisode brillait par ses personnages charismatiques. Aux côtés de l’inspecteur Starski, Yvonne, l’héroïne froide et cassante, avait un petit rôle mais elle avait marqué les esprits. Pour notre plus grand bonheur, elle revient plus décidée que jamais dans sa quête de justice. Exit la capitale, bienvenue sur une île bretonne.

    En chemin, elle rencontre deux autres acteurs qui se joignent à elle par la force des évènements. Leurs enquêtes se croisent et ils font équipe afin d’accomplir leurs missions respectives. Même si j’ai trouvé une nouvelle fois qu’Yvonne n’était pas assez présente à mon goût, j’ai pris du plaisir à me replonger dans une nouvelle aventure qui m’a réservé quelques surprises. Moins original et dynamique, que son prédécesseur, « La capture » se concentre sur l’observation et l’ambiance. Il est donc différent mais toujours aussi efficace.

    Cet opus peut surement se lire seul. Mais au vu de tous les éléments liés au précédent, je pense qu’il faut avoir lu celui-ci afin de comprendre l’importance des motivations des protagonistes. Le cas échéant, vous risquerez de trouver certaines scènes superficielles et sans fondement. Et ce serait vraiment dommage !

    Nicolas Lebel réussit parfaitement à donner un second souffle à sa série. Il développe ses idées esquissées dans l’intrigue initiale. L’histoire prend même une nouvelle dimension et dérive vers d’autres cieux. Par conséquent, on peut facilement imaginer que l’auteur n’en restera pas là. Je ne vous cache pas que ça me rend fou de joie !

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2022/05/19/nicolas-lebel-la-capture/

  • jeanmid 29 avril 2022
    La Capture - Nicolas Lebel

    Je commence par un regret- ce sera le seul - on sait tout de suite que l’on à faire à une suite, celle du « Gibier » . On retrouve la tempétueuse Yvonne Chen acoquinée , malgré eux, de nouveaux acolytes , agents de l’OCLCH ( Office Central de Lutte contre les Crimes contre l’Humanité), le major Mortier et le capitaine Romero. Les deux agents pourchassent une cible qui se trouve comme eux sur ce petit archipel insulaire des Morguélen, perdu dans la Manche non loin des îles anglo-normandes. La mission que leur a donnée l’Office est de démasquer Andro Dragović , le criminel de guerre qui a trahi les siens et volé des œuvres inestimables lors du dernier conflit meurtrier qui a déchiré l’ancienne Yougoslavie dans les années 90. Ce criminel se cache derrière les traits du bon curé Franco-hongrois Andras Petrovácz mais il manque toujours aux deux agents de solides preuves de ses forfaits pour l’arrêter . Yvonne Chen ne poursuit pas la même cible. Elle, ce sont les Furies qu’elle pourchasse, ces ombres qui ont semé la mort de ses collègues et notamment du commissaire Paul Starski. Alecto le chef assisté de Tisiphone et Mégara : voilà le trio qu’elle souhaite éliminer. Grâce à un de ses seuls amis resté fidèle à la Brigade Criminelle elle a pu retrouver leur trace sur l’île de Morguélen.
    La chasse est donc de nouveau ouverte mais si le gibier ne se laissera sans doute pas facilement prendre dans ses filets si une nouvelle danse des Furies est déjà en route.

    Ce nouvel opus continue sur le même rythme que le premier même si le déroulement du récit se situe dans un quasi huit-clos que représente l’île de Morguélen. Si le père Petrovácz est au centre de toutes les attentions, un bon nombre de personnes gravitent autour, sans qu’on sache vraiment le rôle qu’ils jouent véritablement. Eh oui, l’auteur aime entretenir le suspens et nous aussi. On ne sera donc pas étonné, outre les trois flics, de voir apparaître parmi les personnages secondaires, la nièce du marin disparu en mer, un brocanteur fan de Johnny à la recherche d’un mystérieux trésor, une bibliothécaire handicapée ou des marins qui passent plus de temps au comptoir du bar que dans leur bateau. Car, en plus de cacher de lourds secrets, notre gentil curé compte aussi mettre la main sur ce nouveau trésor …
    L’histoire se complexifie donc un peu plus pour pimenter ces chasses-poursuites déjà bien remplies . L’auteur y ajoute comme à son habitude un zeste d’humour qui ne manque pas de piquant compte tenu de la tonalité du récit.
    Bonne lecture !

  • universpolars 11 avril 2022
    La Capture - Nicolas Lebel

    Presque chaque titre de chapitres découpant cette intrigue fait référence à une phase ou à une stratégie d’une partie d’échec. « La rencontre » nous amène sur une petite île bretonne, dans les Côtes-d’Armor - endroit fictif pour cette histoire -, lors d’un enterrement. Ambiance de mort, ambiance tout court. Un décor. Cette île est une légende ! Mais pas dans le sens où vous l’entendez …

    Cette île sauvage, paisible en apparence, cache pourtant dans un appartement proche de l’église deux fins limiers suréquipés qui cherchent à confondre un criminel de guerre vivant sous une fausse identité depuis de nombreuses années : le curé. La prescription est proche, il ne reste que très peu de temps.

    Parallèlement, nous retrouvons la lieutenante Chen, en mode chasse, qui vit avec un goût amer et persistant coincé au fond de la gorge. Pour bien comprendre son dégoût et sa répulsion, il est judicieux de lire avant « Le Gibier », sorti l’année passée. Vous comprendrez pourquoi cette flic aussi sympathique qu’une porte de grange rouillée est aussi vénère. Sa chasse la mènera également sur notre petite île bretonne.

    J’ai aimé cette mise en place de l’intrigue. Nous suivons plusieurs actions qui n’ont aucun rapport entre elles, qui ne peuvent presque pas en avoir mais qui, finalement, se rejoignent indubitablement. Vous allez me dire qu’évoluer sur un petit îlot coupé du monde, ça aide. Et c’est vrai. Du « beau » monde semble avoir fait escale sur cette petite terre de pêcheurs et l’auteur leur a donner carte blanche. Les grands et mauvais esprits se rencontrent !

    J’ai aussi aimé la confusion régnant dans cette histoire. Un bon nombre de protagonistes jouent un rôle, mais pas forcément le leur. Observations, infiltrations, regards de travers, bons ou mauvais jeux de rôles. J’aime beaucoup ! Nicolas Lebel nous offre un huis clos truffé d’incertitudes dans un univers froid et rustique. Vous verrez, c’est à l’image de plusieurs serpents entremêlés les uns aux autres qui se mordent la queue.

    Que peuvent bien relier de vieux documents mentionnant le sang du Christ, des crimes perpétrés durant la guerre serbo-croate, des tueurs professionnels, notre curé, cette flic très très énervée, ce brave type fraîchement décédé - peut-être pas si brave, mais vraiment mort - ou encore nos fameux agents infiltrés ?

    Et bien je peux vous assurer que l’auteur va vous l’expliquer clairement, avec un récit que j’estime atypique, mettant en scène des personnages qui, chacun à leur manière, vont contribuer à vous mettre sur la bonne voie.

    Je vous ai écrit plus haut ce que j’ai aimé, mais ce que j’ai adoré - et le mot est faible -, c’est toute cette machination mise en place sur cette île. Bravo aux personnages pour cette surprenante et machiavélique mise en place - en scène ! - et merci à l’auteur d’avoir créé les personnages qui ont en eu l’idée !

    Si Mehrlicht était là, il descendrait directement six bouteilles de Côtes-Rôties cul-sec en crachant des noms d’oiseaux !

    Un dénouement habile et touchant promet une belle relance pour le prochain roman qui ne manquera pas, j’en suis sûr, d’effeuiller davantage l’épaisse carapace de la « lieutenante » Chen.

    A lire.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.