Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La catabase - Jack Jakoli

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Elle émerge lentement, aveuglée par un projecteur. Nue et enchaînée à une table métallique. Près d’elle, un homme portant un masque de porc installe une caméra. Il se retourne vers l’objectif et prononce quelques mots avant de saisir un marteau : « J’ai bien reçu vos paiements. Nous allons pouvoir commencer conformément à vos directives. » Belgique, été 2006. Un promeneur découvre un corps sauvagement mutilé. Contraint d’intégrer la section criminelle d’un village tranquille, Matt entame sa première enquête. Rien ne pouvait le préparer à ce qu’il va découvrir. Tiré de faits réels, Jack Jakoli vous invite à prendre part à une terrible descente aux Enfers...

Vos #AvisPolar

  • calyenol 6 février 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    Salut vous !

    .

    J’ai lu La Catabase de Jack Jakoli.

    .

    "...l’homme écoute des sonorités terrifiées.Couchée sur le dos et sanglée sur une table métallique montée sur roulettes,une femme nue tente de se débattre."

    .

    Karen,nue et enchaînée à une table métallique,émerge lentement aveuglée par un projecteur.
    Prés d’elle,un homme au masque de porc se tourne vers une caméra en se saisissant d’un marteau...
    C’est un promeneur cet été 2006 qui découvre un corps sauvagement mutilé,et Matt qui vient d’intégrer la section criminelle de ce petit village tranquille,démarre sa première enquête.

    .

    "Alors qu’il s’avance plus avant,il fait soudain volte-face en braquant son arme...le stress monte,sa main tremble..."

    .

    J’ai découvert l’auteur avec sa petite nouvelle qu’est "Punition".
    Il m’avait déjà captivé avec très peu de page et là avec La Catabase,il a réitéré.

    .

    La Catabase est un livre qui commence très fort.
    Une scène hard qui coupe le souffle et qui m’a donné la nausée,a fait que je me suis de suite sentie immergé dans cette enquête.
    Vous savez,le toujours vouloir savoir plus...pourquoi...mais ce qui m’a aussi le plus touchée,c’est le fait de savoir que c’était tiré de faits réels.
    Outre les scènes difficiles que l’on a l’impression de vivre avec les personnages,on se sent lié à la plume de l’auteur.
    Une plume qui nous hâpe,simple,
    fluide et qui nous emporte un peu plus dans certaines scènes.
    L’enquête est portée par une intrigue bien faite,on sent que l’auteur connaît le terrain.
    C’est très visuel,très réaliste.
    Il m’a fait passer par plusieurs états,le dégoût,l’émoi,le doute,la peur...et en laissant une place au darknet,il montre clairement qu’il ne faut jamais se fier aux apparences,la noirceur est partout !

    .

    La Catabase est un livre addictif que j’ai eu du mal à lâcher.
    La fin est parfaite,je ne l’aurais pas voulu autrement.
    Jack Jakoli est un auteur qui confirme ici son talent et avec lequel il faudra compter désormais.
    Un auteur à découvrir et à suivre.
    J’ai plus qu’adoré ma lecture,elle est limite un coup de coeur.

    .
    Alors,si vous êtes tentés,cédez !

  • L’atelier de Litote 17 février 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    Je me doutais que ce livre allait me plaire, rien qu’en lisant la quatrième de couv et avec la superbe photo noir et blanc sur le devant, j’étais déjà mordue. Même si avec le commentaire de Ghislain Gilberti je pensai à une histoire de BDSM dans la chambre rouge de la douleur… Mais non c’est pire, bien pire, quand on pense que l’auteur a été inspiré par des enquêtes réelles, cela m’a fait carrément froid dans le dos. On le sait le monde est rempli de pervers, de psychopathes et de fous, je ne m’attendais pas à cette descente dans les ténèbres de l’âme humaine. Le style est vif et ne s’embarrasse pas de grandes phrases, en revanche, elles touchent toujours en plein cœur, net et précis. L’histoire se déroule en Belgique à l’été 2006, je n’ai pas pu m’empêcher de me faire la réflexion qu’après l’affaire Dutroux, la Catabase était bien une horreur de plus dans ce pays qui semble si calme. On découvre le corps d’une femme horriblement martyrisée, mutilée. L’enquête va commencer et c’est le duo Matt et Yann qui va la mener. Le premier chapitre tape très fort et nous met tout de suite dans l’ambiance, avec une scène hardcore inoubliable. J’ai adoré le scénario bien tordu et le fait que l’on passe sur une autre temporalité avec des faits ce passant en 2018. C’est intelligemment construit, impossible de quitter son livre sans connaître la fin et quelle fin ! Une réussite pour ce thriller de haute volée qui ne laissera personne indifférent. On sent la patte de l’homme de terrain derrière les lignes et le fait que l’auteur soit de « la partie » est certainement un plus dans le vécu de ses personnages et la façon très réaliste d’enquêter. Pour moi c’est un coup de cœur pour une histoire actuelle où le Dark net à une grande place, où l’on côtoie le pire et le meilleur de l’être humain. J’en redemande ! Bonne lecture.

  • alexandra 7 mars 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    Que dire de plus ou de mieux qui a déjà été dit ? Page turner ? Coup de coeur ? Démoniaque ? Cru ? Je ne vais pas réinventer la roue, ce livre est juste génial. La fameuse scène d’ouverture est immonde à souhait et encore plus lorsqu’on devine le propos de cette séance. Quand on a passé ça, la suite est finalement beaucoup moins gore. Mais le sort réservé à Gabriel Dumas, toute cette machination au service de cette fameuse Catabase (qui rappelons-le est une référence grecque à la descente aux enfers pour la faire simple) sont absolument abjectes et c’est assez bien rendu et construit. C’est factuel, c’est une enquête de police qui s’étend sur près de 12 ans. Les personnages font le job mais au final les flics ont un rôle secondaires, manipulés comme tout le monde. C’est un style direct et sans fioritures. Ça va à l’essentiel mais on est tout de suite happé par le récit. J’ai été dégoûtée par la fin et ce sentiment d’impunité pour les vrais coupables. Le pouvoir de l’argent, l’ignominie de ce qu’on peut trouver sur le darknet. Mais au final ce qui est le plus écœurant ce n’est pas l’histoire en elle-même parce que bon on a l’habitude des auteurs à l’imagination tordue. Non ce qui écœure c’est que ça soit inspiré de faits réels et qu’au moment où je vous parle des put#*#&= ; de dégénérés sont en train de se rincer l’œil sur des faits similaires...

  • unevietoutesimple 8 mars 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    Si vous vous lancez dans cette lecture, attendez-vous à être malmené parce que l’univers dans lequel vous plonge Jack Jakoli est aux antipodes du monde des Bisounours.

    Dès la scène d’ouverture, vous êtes mis dans l’ambiance. C’est dur, c’est violent, cela vous retourne l’estomac (surtout si vous êtes une femme) mais ce n’est pas de la violence gratuite, cette scène est nécessaire à l’histoire. Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle avec le premier chapitre des Démoniaques de Mattias Köping et la scène du transfo du même livre. Ces trois chapitres ont généré les mêmes émotions chez moi à savoir de la révulsion, de l’écœurement. Mais comme j’apprécie les thrillers bien noirs qui vont au bout des choses, qui demandent d’avoir des tripes pour les lire, j’ai aimé ressentir cela.

    L’intrigue policière est bien ficelée (il ne faut pas oublier que l’auteur sait de quoi il parle puisqu’il est enquêteur à la Police Fédérale Belge) et m’a semblé cohérente et tenir la route. Il y a ce qu’il faut de rebondissements pour vous tenir en haleine. Les chapitres sont courts (chose que j’apprécie grandement dans une lecture) ce qui vous fait enchainer les pages sans vous en apercevoir. Certains passages sont vraiment durs et violents (âmes sensibles vous serez bien malmenés et il vous faudra du courage pour lire ces pages) mais l’ensemble est fluide, rythmé et facile à lire. Jack Jakoli va à l’essentiel, sans fioritures.

    Il vous emmène dans l’univers du Darknet, des red rooms, pas besoin de vous dire dans ce cas que vous serez confronté à ce qu’il y a de pire chez la gente humaine étant donné qu’il n’y a aucune limite, où tout est possible tant que vous payez.

    Quand je pense que Jack Jakoli a édulcoré les faits réels dont il s’est inspiré pour écrire cette histoire… Cela me glace le sang.

    Cette chronique est très courte mais j’ai toujours beaucoup de mal à parler de mes coups de coeur car tout se bouscule dans ma tête. Et puis, j’ai toujours la crainte de trop en dévoiler.

    Je ne peux donc que vous inviter à lire ce roman afin de vous faire votre propre avis, qui je l’espère, rejoindra le mien…

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.