Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La catabase - Jack Jakoli

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

10 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Elle émerge lentement, aveuglée par un projecteur. Nue et enchaînée à une table métallique. Près d’elle, un homme portant un masque de porc installe une caméra. Il se retourne vers l’objectif et prononce quelques mots avant de saisir un marteau : « J’ai bien reçu vos paiements. Nous allons pouvoir commencer conformément à vos directives. » Belgique, été 2006. Un promeneur découvre un corps sauvagement mutilé. Contraint d’intégrer la section criminelle d’un village tranquille, Matt entame sa première enquête. Rien ne pouvait le préparer à ce qu’il va découvrir. Tiré de faits réels, Jack Jakoli vous invite à prendre part à une terrible descente aux Enfers...

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Vos #AvisPolar

  • calyenol 6 février 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    Salut vous !

    .

    J’ai lu La Catabase de Jack Jakoli.

    .

    "...l’homme écoute des sonorités terrifiées.Couchée sur le dos et sanglée sur une table métallique montée sur roulettes,une femme nue tente de se débattre."

    .

    Karen,nue et enchaînée à une table métallique,émerge lentement aveuglée par un projecteur.
    Prés d’elle,un homme au masque de porc se tourne vers une caméra en se saisissant d’un marteau...
    C’est un promeneur cet été 2006 qui découvre un corps sauvagement mutilé,et Matt qui vient d’intégrer la section criminelle de ce petit village tranquille,démarre sa première enquête.

    .

    "Alors qu’il s’avance plus avant,il fait soudain volte-face en braquant son arme...le stress monte,sa main tremble..."

    .

    J’ai découvert l’auteur avec sa petite nouvelle qu’est "Punition".
    Il m’avait déjà captivé avec très peu de page et là avec La Catabase,il a réitéré.

    .

    La Catabase est un livre qui commence très fort.
    Une scène hard qui coupe le souffle et qui m’a donné la nausée,a fait que je me suis de suite sentie immergé dans cette enquête.
    Vous savez,le toujours vouloir savoir plus...pourquoi...mais ce qui m’a aussi le plus touchée,c’est le fait de savoir que c’était tiré de faits réels.
    Outre les scènes difficiles que l’on a l’impression de vivre avec les personnages,on se sent lié à la plume de l’auteur.
    Une plume qui nous hâpe,simple,
    fluide et qui nous emporte un peu plus dans certaines scènes.
    L’enquête est portée par une intrigue bien faite,on sent que l’auteur connaît le terrain.
    C’est très visuel,très réaliste.
    Il m’a fait passer par plusieurs états,le dégoût,l’émoi,le doute,la peur...et en laissant une place au darknet,il montre clairement qu’il ne faut jamais se fier aux apparences,la noirceur est partout !

    .

    La Catabase est un livre addictif que j’ai eu du mal à lâcher.
    La fin est parfaite,je ne l’aurais pas voulu autrement.
    Jack Jakoli est un auteur qui confirme ici son talent et avec lequel il faudra compter désormais.
    Un auteur à découvrir et à suivre.
    J’ai plus qu’adoré ma lecture,elle est limite un coup de coeur.

    .
    Alors,si vous êtes tentés,cédez !

  • L’atelier de Litote 17 février 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    Je me doutais que ce livre allait me plaire, rien qu’en lisant la quatrième de couv et avec la superbe photo noir et blanc sur le devant, j’étais déjà mordue. Même si avec le commentaire de Ghislain Gilberti je pensai à une histoire de BDSM dans la chambre rouge de la douleur… Mais non c’est pire, bien pire, quand on pense que l’auteur a été inspiré par des enquêtes réelles, cela m’a fait carrément froid dans le dos. On le sait le monde est rempli de pervers, de psychopathes et de fous, je ne m’attendais pas à cette descente dans les ténèbres de l’âme humaine. Le style est vif et ne s’embarrasse pas de grandes phrases, en revanche, elles touchent toujours en plein cœur, net et précis. L’histoire se déroule en Belgique à l’été 2006, je n’ai pas pu m’empêcher de me faire la réflexion qu’après l’affaire Dutroux, la Catabase était bien une horreur de plus dans ce pays qui semble si calme. On découvre le corps d’une femme horriblement martyrisée, mutilée. L’enquête va commencer et c’est le duo Matt et Yann qui va la mener. Le premier chapitre tape très fort et nous met tout de suite dans l’ambiance, avec une scène hardcore inoubliable. J’ai adoré le scénario bien tordu et le fait que l’on passe sur une autre temporalité avec des faits ce passant en 2018. C’est intelligemment construit, impossible de quitter son livre sans connaître la fin et quelle fin ! Une réussite pour ce thriller de haute volée qui ne laissera personne indifférent. On sent la patte de l’homme de terrain derrière les lignes et le fait que l’auteur soit de « la partie » est certainement un plus dans le vécu de ses personnages et la façon très réaliste d’enquêter. Pour moi c’est un coup de cœur pour une histoire actuelle où le Dark net à une grande place, où l’on côtoie le pire et le meilleur de l’être humain. J’en redemande ! Bonne lecture.

  • alexandra 7 mars 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    Que dire de plus ou de mieux qui a déjà été dit ? Page turner ? Coup de coeur ? Démoniaque ? Cru ? Je ne vais pas réinventer la roue, ce livre est juste génial. La fameuse scène d’ouverture est immonde à souhait et encore plus lorsqu’on devine le propos de cette séance. Quand on a passé ça, la suite est finalement beaucoup moins gore. Mais le sort réservé à Gabriel Dumas, toute cette machination au service de cette fameuse Catabase (qui rappelons-le est une référence grecque à la descente aux enfers pour la faire simple) sont absolument abjectes et c’est assez bien rendu et construit. C’est factuel, c’est une enquête de police qui s’étend sur près de 12 ans. Les personnages font le job mais au final les flics ont un rôle secondaires, manipulés comme tout le monde. C’est un style direct et sans fioritures. Ça va à l’essentiel mais on est tout de suite happé par le récit. J’ai été dégoûtée par la fin et ce sentiment d’impunité pour les vrais coupables. Le pouvoir de l’argent, l’ignominie de ce qu’on peut trouver sur le darknet. Mais au final ce qui est le plus écœurant ce n’est pas l’histoire en elle-même parce que bon on a l’habitude des auteurs à l’imagination tordue. Non ce qui écœure c’est que ça soit inspiré de faits réels et qu’au moment où je vous parle des put#*#&= ; de dégénérés sont en train de se rincer l’œil sur des faits similaires...

  • unevietoutesimple 8 mars 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    Si vous vous lancez dans cette lecture, attendez-vous à être malmené parce que l’univers dans lequel vous plonge Jack Jakoli est aux antipodes du monde des Bisounours.

    Dès la scène d’ouverture, vous êtes mis dans l’ambiance. C’est dur, c’est violent, cela vous retourne l’estomac (surtout si vous êtes une femme) mais ce n’est pas de la violence gratuite, cette scène est nécessaire à l’histoire. Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle avec le premier chapitre des Démoniaques de Mattias Köping et la scène du transfo du même livre. Ces trois chapitres ont généré les mêmes émotions chez moi à savoir de la révulsion, de l’écœurement. Mais comme j’apprécie les thrillers bien noirs qui vont au bout des choses, qui demandent d’avoir des tripes pour les lire, j’ai aimé ressentir cela.

    L’intrigue policière est bien ficelée (il ne faut pas oublier que l’auteur sait de quoi il parle puisqu’il est enquêteur à la Police Fédérale Belge) et m’a semblé cohérente et tenir la route. Il y a ce qu’il faut de rebondissements pour vous tenir en haleine. Les chapitres sont courts (chose que j’apprécie grandement dans une lecture) ce qui vous fait enchainer les pages sans vous en apercevoir. Certains passages sont vraiment durs et violents (âmes sensibles vous serez bien malmenés et il vous faudra du courage pour lire ces pages) mais l’ensemble est fluide, rythmé et facile à lire. Jack Jakoli va à l’essentiel, sans fioritures.

    Il vous emmène dans l’univers du Darknet, des red rooms, pas besoin de vous dire dans ce cas que vous serez confronté à ce qu’il y a de pire chez la gente humaine étant donné qu’il n’y a aucune limite, où tout est possible tant que vous payez.

    Quand je pense que Jack Jakoli a édulcoré les faits réels dont il s’est inspiré pour écrire cette histoire… Cela me glace le sang.

    Cette chronique est très courte mais j’ai toujours beaucoup de mal à parler de mes coups de coeur car tout se bouscule dans ma tête. Et puis, j’ai toujours la crainte de trop en dévoiler.

    Je ne peux donc que vous inviter à lire ce roman afin de vous faire votre propre avis, qui je l’espère, rejoindra le mien…

  • lecturesdudimanche 26 mai 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    Pour les grands lecteurs (de noir) que nous sommes, lire les écrits d’un flic est toujours percutant. Car ils transpirent de véracité, d’expérience. C’est le cas de « La Catabase », qui a connu un succès fulgurant. Et si, au départ, j’avoue avec beaucoup d’honnêteté que ce livre ne m’intéressait pas plus que ça, les avis sur la toile ont fini par avoir raison de mon indifférence… Et heureusement ! Je me suis donc lancée dans cette lecture avec avidité, et j’en ressorts comme tant d’autres : bluffée !

    Le premier chapitre est particulièrement rude (même carrément dégueu, en fait…), mais si vous y survivez, vous assisterez aux premières loges à la décadence humaine.

    Un crime atroce est commis, et tous les indices pointent dans la direction d’un marginal, qui refuse pourtant d’admettre sa culpabilité, malgré les manœuvres pour le moins douteuses qui visent à le faire craquer. Mais après tout, sa culpabilité ne faisant aucun doute, on se dit qu’il n’a probablement que ce qu’il mérite…

    On navigue entre l’émoi que suscite un crime d’une telle violence, les méthodes policières un peu limite et l’univers carcéral tout sauf idyllique. Et la visite, guidée par un Jack Jakoli qui nous mène par le bout du nez, se poursuit jusque dans les tréfonds du Dark Web. Mention spéciale pour le final frustrant !

    Vous croyez avoir tout lu ? Il y a pire… Il y a toujours pire… Parce que l’être humain et son imagination sans borne nous entraîne toujours un cran plus loin dans la perversité ! Pour un premier livre, Jack Jakoli frappe fort ! Et s’il ferait un piètre jardinier (lisez, vous comprendrez…), nul doute que son avenir dans le sombre monde des thrillers se fera dans la plus grande lumière ! Auteur à suivre !

  • Ophé Lit 25 juin 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    J’ai lu ce livre dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2019 et c’est en pesant chacun de mes mots que je vais vous livrer mon avis. Comme pour d’autres auteurs de ma connaissance, il est difficile d’écrire un avis négatif. Toutefois, je vais m’attacher à ne pas oublier Dame Bienveillance en route pour vous expliquer en quoi, pour moi, ce roman n’est pas achevé.

    La Catabase démarre sur les chapeaux de roues avec un premier chapitre certes hyper violent, mais maîtrisé et rythmé. En revanche, pour la suite, ça se complique.

    Il y a un vrai manque de profondeur. Manque de profondeur sur les personnages, sur leurs relations. Manque de profondeur sur certains aspects de l’intrigue. Quelques parties sont sous développées et m’ont laissée sur ma faim, quand d’autres, trop détaillées n’apportent pas grand chose à l’intrigue. Je ne peux pas les développer ici au risque de divulgacher (ben oui, plus le droit de dire spoiler) l’histoire. Je citerais juste comme exemple, pour celles et ceux qui auraient lu Jack, le personnage de la petite vieille qui arrive comme un cheveu sur la soupe.

    Autre point problématique pour ma part, le côté « very bad flic » présent dans la première moitié du livre. Je précise que pour une fois ce n’est pas en lien avec ma profession, mais uniquement un ressenti. Une sorte de méchant flic à la J.C Grangé qui est parfois capillotracté et trop présent, au détriment de l’intrigue.

    Et là vous me dîtes, elle est où ta bienveillance Ophélie ? Alors j’y viens… Ce roman a un vrai potentiel et il mériterait d’être retravaillé. L’intrigue est originale, Jack en a sous la pédale dans la description de scènes gores et j’aurais aimé retrouver autant de soin dans le reste du roman. Ce côté stylistique présent dans la citation que j’ai choisi de partager avec vous.

    Avec un renforcement des personnages, de certains passages, La Catabase pourrait devenir un vrai bon thriller.

  • Mes évasions livresques 13 juillet 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    J’en avais beaucoup parlé de ce livre et le blurb, signé Ghislain Gilberti, un de mes auteurs chouchous, avait achevé de me convaincre. Il fallait que je le lise.

    L’opportunité s’est présenté à moi avec ce prix, j’en suis ravie.

    Le livre commence très fort avec une scène extrêmement violente et gore, qui ne plaira pas à tout le monde. Moi, ça me convient tout à fait donc j’étais contente.

    S’ensuit une intrigue où je n’ai pas pu m’empêcher de penser au film Hostel, pas un copier coller, loin de là mais quelques aspects communs.

    J’ai dévoré le livre en deux jours car j’ai vraiment apprécié l’intrigue, énigmatique et assez trash.

    Si vous aimez les intrigues sur le dark web, vous serez servis.

    Par contre, j’ai eu du mal, formellement, avec le livre.
    Un style assez simple, pas très développé. Pas réellement de psychologie de personnage, quelques coquilles persistantes et une grammaire et une conjugaison approximatives qui auraient dû être évités par le travail éditorial...

    Des incohérences, un personnage qui ne sert strictement à rien, à part écrire un chapitre de plus, je déteste les personnages fantômes dans les romans.

    Heureusement l’intrigue est très rythmée, pleine d’actions et de rebondissements ce qui fait que j’ai passé, malgré les défauts, un bon moment de lecture. Pour moi, le potentiel est là et je serai curieuse de lire le second roman de l’auteur.

    En voyant que ce roman s’appuie sur des faits réels, j’ai peur de savoir quels sont ces faits, car le roman relate des faits vraiment sordides.

  • myfabulousreading 4 août 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    👩‍⚖️Adjugé !Pendu !👩‍⚖️

    Pour cette première chronique du mois d’août, je vous préviens, ça va faire mal...

    Catabase, red-rooms...Quésako ? Une sacrée plongée dans les noirceurs de l’âme humaine et du Dark web, l’Enfer de Dante version 21e siècle. Tout s’achète, tout se vend, c’est à la portée du plus offrant.

    Première scène, première claque, vous en tremblerez mais une fois passée cette épreuve, vous serez apte à poursuivre. C’est sombre, violent, révoltant et en plus tiré de faits réels...

    Cette lecture va vous retourner les tripes. On en ressort absolument sonnés. Ce thriller nous ouvre les yeux sur une réalité de ce monde que nous ne côtoyons pas (enfin je l’espère pour vous 😱😅), celle de personnes fortunées, ne sachant plus quoi faire ni de leur temps, ni de leur argent et en recherches de sensations toujours plus fortes, plus intenses et plus singulières. Ce qu’ils sont capables de faire pour échapper à la routine et l’ennui vous semblera complètement irréel et pourtant ça existe....

    Une écriture simple qui va droit au but mais qui est rythmée et qui ne vous laisse pas de répit, des personnages réalistes, un sujet qui fait frémir, c’est un sans fautes pour moi. Bravo @jackjakoli qui signe là un premier opus à découvrir absolument !

    https://www.instagram.com/p/CDbvOGnn9YU/?igshid=bhnckxd0hco7

  • LectureChronique 25 août 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    Bonjour mes Lecteurs

    Dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2019, je viens vous chroniquer en retour de lecture le sélectionné du mois dans la catégorie Littérature Noire : "La catabase" de Jack JAKOLI chez IFS éditions.

    Une jeune femme, Karen Wagner, est retrouvée dans le canal morte, assassinée. Quelqu’un a fait preuve d’acte de barbarie, pour ne pas dire de cruauté, sur le corps torturé de la jeune femme.

    Les deux inspecteurs, Matt Leymans et son coéquipier, vont devoir enquêter et retrouver le meurtrier de la victime qui a été atrocement mutilée.

    Des dix premières pages que j’avais lues, j’avais adoré le côté horrible et sanguinolent de la scène en question. Cette mise en bouche m’avait donné envie de lire la suite, en sachant que si ça commençait aussi puissamment, le reste du récit devait suivre cette logique de thriller "trash/gore".

    Et puis finalement, après la lecture du roman entier, je dois avouer que ma déception est grande.

    A part ce premier chapitre qui introduit l’histoire de manière assez compliquée à digérer, le reste du roman est tout simplement raconté comme un polar noir, sombre et, jusqu’à la fin, ne propose rien de comparable qui puisse permettre un rapprochement avec l’effusion de sang du début.

    Pas d’extravagance non plus dans les actes des deux inspecteurs qui suivent à la lettre la procédure de l’enquête policière à laquelle ils sont soumise.

    L’écriture semble bien formulée, voire "policée". On ne peut que confirmer que l’auteur travaille bien dans les forces de l’ordre ; son récit sent le vécu, l’expérience. On remarquera quelques bizarreries de langage, mais qui ne perturbent pas plus que cela la lecture.

    Je trouve dommage que le sujet du Dark Web ait été si peu traité, vu que l’ensemble de l’action semble découler de son utilisation.

    Idem pour l’enquête qui se résout trop rapidement au départ, puis continue d’être traitée en pointillés sur des années.

    On saute surtout d’un personnage à un autre sans transition. J’ai cette impression que l’auteur veut être partout à la fois, sans maîtriser réellement son positionnement et les fondements de son récit.

    Les personnages, justement, ne sont pas suffisamment développés avec autant de précisions que dans un thriller classique, puisque un thriller est censé développer l’intrigue du point de vue de la victime, ce qui n’est pas le cas ici.

    Quant au point de vue du "bourreau" sur la longueur du récit par rapport à l’enquête, il est carrément occulté.

    Tout porte à croire que l’auteur a voulu nous forcer à regarder à droite pour être mieux surpris quand les événements arrivent par la gauche. Je dirai que l’effet de surprise est à revoir...

    Jusqu’à la fin, je découvre avec stupeur que certaines relations entre les protagonistes ont été comme passées sous silence (d’où se connaissent-ils, ces deux là ? Pourquoi sont-ils encore en relation durant toutes ces années ? )

    Une fin qui pour moi n’en est pas une, je reste perplexe, j’attends toujours que les histoires commencées ici et là soient complètement fermées et "classées sans suite".

    Finalement, c’était un livre dont j’attendais beaucoup et qui, après lecture complète, m’a tellement insatisfaite...

    D’autres avis lecture sur mon blog : https://lecture-chronique.blogspot.com

    Extrait : Après un passage rapide à la salle de bains, l’homme se présente nu devant la chambre de sa mère, celle qui jouxte la sienne. Pour la première fois depuis qu’elle est six pieds sous terre, il en pousse la porte. Aujourd’hui, il a envie de la voir. Aujourd’hui, il a besoin d’affronter son regard accusateur.

  • Riz-Deux-ZzZ 31 août 2020
    La catabase - Jack Jakoli

    En bref, âmes sensibles s’abstenir pour ce thriller qui reste finalement très en surface du Darkweb...
    Cette lecture a été de vraies montagnes russes émotionnelles pour moi : entre curiosité de lire un thriller inspiré de faits réels, enthousiasme de voir que l’auteur a travaillé dans le monde judiciaire puis dégoût de ce premier chapitre et frustration de ne pas approfondir certains passages, certains personnages. Ce roman ne laissera certainement pas indifférent. [...]

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.