Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La chambre des murmures - Dean Koontz

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

18 #AvisPolar
10 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Jane Hawk face à la confrérie secrète

« Il n’est plus temps d’attendre... »
Tels sont les mots qui résonnent dans l’esprit de Cora Gundersun, une enseignante appréciée de tous, au matin du « grand jour ». Juste avant qu’elle commette un attentat-suicide au volant de son 4x4 bourré de jerrycans d’essence.
« Accomplis la mission qui t’incombe... »
L’effroyable contenu du journal intime de Cora corrobore l’hypothèse de la démence. Lorsque de nouveaux cas surviennent, Jane Hawk, inspectrice du FBI en disponibilité, comprend que chaque seconde compte. À jamais marquée par le deuil de son mari, un marine qui s’est mystérieusement donné la mort, elle sait qu’elle n’a plus rien à perdre.
« ... et tu seras célèbre et adulée ! »
Sa traque va conduire Jane sur la piste d’une confrérie secrète dont les membres se croient au-dessus des lois. Une quête de justice à la mesure de sa soif de vengeance..

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • SIGPRO2022 18 septembre 2021
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    La chambre des murmures de Dean Koontz
    Sur le rayon de la bibliothèque de mon village, ce livre est apparu dans le rayon thriller. La lecture de la quatrième de couverture, m’a tout de suite attiré : une inspectrice du FBI Jane Hawk en disponibilité, à jamais marquée par le deuil de son époux, un marine qui s’est mystérieusement donné la mort, conduit une enquête sur la piste d’une confrérie secrète dont les membres se croient au dessus des lois alors que Cora Gundersen, enseignante appréciée de tous, au matin d’un grand jour commet un attentat-suicide au volant de son 4x4 bourré de jerrycans d’essence. Dès les premiers chapitres de ce livre plusieurs questions sont posées : Qu’est-il arrivé à Cora pour qu’à la suite d’un séminaire elle a totalement changé au dire de ses amis et collègues. Qu’a t-elle voulu exprimer dans ses cahiers ou d’une écriture compulsive elle évoque une araignée dans sa tête. « Parfois la nuit, je me réveille en sursaut et je sens la présence dans ma tête d’une araignée » Pourquoi à t-elle commis cet attentat-suicide faisant 46 morts dont un gouverneur et un parlementaire.. Qui était ces commanditaires ? Pourquoi la police locale est rapidement mise en dehors de l’enquête et les policiers saisis font tout pour brouiller les pistes ? Pourquoi la maison de Cora est incendiée afin qu’il ne reste aucune trace du passage des enquêteurs ? Quelle sont les connivences qui existent entre les responsables de la police et de mystérieux personnages, qui dans l’ombre veulent changer le monde pour le dominer. Pas a pas Jane et chapitre après chapitre, suivront Jane Hawk qui ne manque absolument pas de ressource ni de moyen sur sa traque de différents personnages, qui se se croyant intouchables veulent prendre le contrôle d’individus au travers de nanomachines et d’injection dans le système sanguin à partir de 16 ans. Lorsque l’injection est faite ils ne leur reste plus pour prendre le contrôle de ces personnes de leur dire cette phrase : Jouons au crime dans la tête ». A ce moment précis toutes ces individus obéissent aux ordres, ne réfléchissent plus, n’ont plus d’affect et tels des robots sont soumis aux ordres qui leur sont donnés ou transmis par la chambre des murmures jusqu’à leur éventuel suicide si nécessaire. Jane n’a qu’une idée en tête faire éclater cette vérité pour sauver une partie de l’humanité de cette société criminelle en tranchant la tête de celui qui est à l’origine de cette société Les Arcadiens. Sa tâche n’est pas facile d’autant plus que les autorités officielles de la police, manipulée également la recherchant à travers le pays comme criminelle. Je vous assure on ne s’ennuie pas un seul instant à la suivre dans ses diverses actions ou tous les coups sont permis, ou elle démontrera à plusieurs reprises son aptitude au tir par une détente facile. Luther Tillman, shérif dans le Minnesota n’a pas beaucoup apprécié que l’enquête concernant Cora qui était son amie soit bâclée . A partir d’un des cahiers de Cora il va lui aussi partir à la recherche de cette société mystérieuse Les Arcadiens et notamment dans un petit village à Haut-Fourneau-Le-Lac ou l’ambiance est tout a fait particulière, ou il n’y a pas de chien, et ou se tient une école, ou l’on apprend rien, comme le présentera un élève qui n’a qu’une envie avant ses seize ans, celle de s’évader de ce lieu clos. C est dans ce village si particulier que Jane et Luther vont se rencontrer et de concert réaliser quelques belles actions qui vous laisseront le coeur en émoi, mais que je ne veux pas vous dévoiler ici, histoire de ne pas gâcher votre plaisir de les découvrir. Je ne vous dévoilerai pas les nombreuses rencontres de Jane tout au long de sa traque comme celle avec un irrésistible papy de 80 ans, vendeur de perruques Bernie Riggowitz « vous m’appellerez Papy Bernie » ou ce trafiquant de drogues Otis Faucheur, ce Dr Porter Walkins et tous ses amis chez qui elle peut bénéficier d’une pause avant de repartir à l’assaut, notamment du huitième étage de la tour occupé par David James Michael. Ce nom nous est apparu dans les premiers chapitres de ce livre lorsque Jane, voulant dénoncer par voie de presse l’objectif de cette société d’implanter dans le cerveau des puces pour en prendre le contrôle des individus a découvert que le journaliste qu’elle avait contacté pour et l’ avocat de ce dernier étaient liés à David James Michael qui semble jouer un rôle prépondérant chez les Arcadiens. Est-il le seul ? Que va devenir la famille de Luther Thilman, ? J’attends avec impatience de connaître la suite car j’avoue je suis resté sur ma faim. Un précision d’importance me semble-t-il de vous révéler : j’ai découvert La chambre des murmures de Dean Koontz sans avoir lu Dark Web ! Je vais partir sans tarder à la quête de la suite de Chambre des Murmures, avant que l’on me fasse oublier tout ce que je viens de lire, d’écrire et vous relater par cette phrase qui permet au membres des Arcadiens de tout oublier : Auf Wiedersehen ! Bien à vous

  • leslecturesdecaroline 10 décembre 2020
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    Suite des aventures de Jane Hawk, agent du FBI en cavale qui continue à essayer de déjouer un complot terrifiant usant de nouvelles technologies aux pouvoirs avilissants.
    L’intrigue de La chambre des murmures reprend quelques jours après la fin de Dark Web.
    Jane, plus motivée que jamais, est toujours sur la piste des maîtres de la conspiration qui manipulent les gens en leur implantant des nanomachines dans leur cerveau et se rend compte que cette manipulation prend de l’ampleur.

    Si le rythme est un peu moins frénétique que dans le roman précédent, ce 2ème tome est tout aussi addictif. Dean Koontz sait accrocher le lecteur ! J’ai aimé l’ajout de personnages secondaires, notamment le shérif que j’espère retrouver dans la suite. Jane a beau être une super héroïne, elle reste humaine et a parfois besoin de soutien et cela donne un nouveau souffle au roman, en ajoutant une pointe d’humour lors des rencontres avec ces personnages (Papy Bernie !).

    Je ne sais pas si je vais avoir la patience d’attendre la sortie en poche du 3ème tome pour connaître la suite :-) car la quête de Jane est loin d’être terminée !

  • LesRêveriesd’Isis 7 octobre 2020
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    Tout d’abord, j’évoquerai la construction de ce roman. Nous commençons par découvrir Cora Gundersen, une femme qui nous met un peu mal à l’aise. Autant elle semble adorable, autant, par certains aspects, elle semble perdre la raison, et ses attitudes deviennent progressivement de plus en plus inquiétantes, jusqu’à l’acmé et la catastrophe. Puis nous alternons avec différents protagonistes : Jane Hawk, Hannafin, Randall Larkin… autant de noms qui nous perdent et nous donnent le tournis. C’est une sensation étrange car, si au début, c’est déroutant, très vite, nous comprenons que cette construction est au service du sens du roman. Comme Jane, nous sommes perdus dans les ramifications d’une organisation qui étend ses tentacules toujours plus loin, toujours plus avant, au-delà même de ce que nous pouvions imaginer. Toutes les strates de la société sont envahies et personne n’est à l’abri. Même la personne la plus honnête en apparence peut être à la solde de personnes corrompues… Ainsi, nous sommes immergés d’emblée dans le monde de l’héroïne et sa cavale devient notre cavale, pour notre plus grand bonheur. La toile tissée par l’auteur s’avère donc particulièrement efficace et complexe.

    Au fil des événements, nous découvrons les turpitudes de tous : du puissant avide de richesses et de pouvoir, capable de satisfaire les pires perversions parce qu’il en a l’occasion et les moyens, au petit exécutant qui ne subodore rien de la face immergée de l’iceberg, en passant par l’ambitieux qui espère bien gagner beaucoup en s’impliquant dans une organisation qui n’a rien de moral ou d’altruiste. Bref, nous retrouvons ici la nature humaine dans ce qu’elle a de plus violent, de plus abject mais aussi de plus beau. En effet, Jane Hawk est prête à tout pour aider et sauver des innocents, elle brave la mort, elle risque sa vie pour prouver qu’elle a raison, que son combat n’est pas vain, que son mari mort n’est pas mort pour rien. Et, sur son chemin, au milieu des drames et des salauds, elle croise des gens bien, qui lui tendent la main sans rien demander en échange, qui se mettent en péril, eux et leur famille, pour l’aider, à l’instar du shérif Luther. L’alliance des deux est savoureuse. J’ai d’ailleurs particulièrement aimé un personnage qui apparaît à la fin, un vieux monsieur à l’humour ravageur qui aide Jane pour le plaisir, pour passer le temps et parce que ça l’amuse. Du reste, je ne vous dévoilerai pas son nom pour que vous gardiez la fraîcheur de la découverte.

    Jane quant à elle est bien entendu la clef de voûte du roman. C’est une femme décidée, qui a son lot de fêlures. La vie ne l’a pas épargnée et sa croisade sera peut-être davantage sa croix. Mais, contre vents et marées, elle avance, oeuvre pour le bien, pour démasquer les ordures et pour les faire punir. Elle n’est pas infaillible et se trompe, fait preuve de maladresse, répare ses erreurs avant d’avancer. Jane est donc un personnage attachant : à la fois exemplaire et téméraire, elle endosse le rôle d’un Dom Quichotte dans un monde de requins qui ne lui laisse que peu de chances de réussir son entreprise. Nous avons donc là un personnage vraiment intéressant.

    Enfin, le monde décrit est subtil et percutant. Il offre un mélange de science fiction avec les nanotechnologies et de monde moderne terriblement réaliste. Le contenu en devient encore plus glaçant, car, tout du long, nous nous demandons si les événements mentionnés ne risquent pas de devenir un jour une triste réalité. C’est donc un réel tour de force car cette oeuvre allie avec un équilibre rare roman policier, suspense, réalisme et science fiction. Nous sommes bluffés par la précision des choses, par la cruauté avec laquelle le destin s’acharne sur certains, par le souci du détail chez Dean Koontz qui permet un twist final savoureux mais aussi, et surtout, annonciateur d’autres aventures, car ne croyez pas en avoir fini avec les monstres au terme de ce tome. Bien au contraire, les coupables identifiés laissent place à des monstres sournois, tapis dans l’ombre, qu’il faudra encore débusquer au terme d’un combat à venir, inéquitable, violent et, à n’en pas douter, meurtrier.

    Ainsi, La Chambre des murmures est une réussite. L’écriture fluide et glaçante nous mène de bout en bout dans une cavale folle aux accents désespérés. Voici une aventure dont nous ne ressortons pas indemnes et qui nous amène aux confins de la folie des hommes tout en nous poussant à nous interroger sur notre monde et ses dérives. En un mot : Un bijou.

  • celine85 8 juillet 2020
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    Il s’agit du tome 2, qui est dans la continuité du premier dont le titre est « Dark web » On retrouve notamment le personnage de Jane Hawk et c’est vraiment un plaisir de continuer ses aventures. Toujours une bonne dynamique de l’intrigue grâce aux nombreux rebondissements. le seul bémol pour moi de ce livre c’est quand l’auteur nous parle de nanoparticules,… personnellement je ne suis très fan de tout ça, voila pourquoi je ne lui donne pas la note de 5/5. Sinon les ingrédients sont bien là pour un livre de suspense.

  • Carine Zimmermann 8 juillet 2020
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    Comme dans le premier tome, nous alternons entre les points de vue de différents personnages et c’est top ! L’histoire est encore plus prenante, nous sommes face à un véritable page-turner et j’avais hâte d’arriver à la fin, en même temps que j’appréhendais le cliffhanger habituel…

    De nombreuses révélations nous sont encore faites, et la finale notamment n’était pas mal du tout ! J’avoue que je ne l’avais pas vu venir et qu’elle annonce une très bonne suite encore une fois.

    Jane obtient de multiples soutiens un peu partout, ce qui d’un côté permet un changement de paysage, de conteste et de relation, mais qui nous rend l’histoire très artificielle… Quel est le pourcentage de chance que cela arrive dans la « vraie » vie ? De plus, cela rend l’aventure de Jane bien moins périlleuse que ce qu’elle devrait être, et l’était dans le 1er tome pour moi.
    Heureusement cela est rattrapé par le fait de ne pas trouver de soutien là où elle était presque sûre d’en recevoir… !

    Je ne peux pas vous dire grand-chose sans vous spoiler, mais un autre personnage principal fera surface et ce n’est pas sans déplaire ! Nous aurons également des kidnappings, visites familiales, découverte d’autres lieux remplis d’esclaves arcadiens…. En tout cas vous n’allez pas vous ennuyer !

    Un page-turner addictif, des liens rompus à peine formés, une alliance, des révélations, et bien sûr un avenir bien sombre qui s’annonce (peut-être une petit lueur d’espoir cette fois !)… Une très bonne suite à l’aventure de Jane Hawk en tout cas !

  • ludi33 25 juin 2020
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    La chambre des murmures est la suite directe de Dark Web, difficile de lire cet opus sans avoir lu le précédent, pour ne pas dire impossible. Jane continue à chercher les responsables de la mort de son mari. Mais on découvre ici que le réseau est bien plus complexe que prévu.
    J’apprécie toujours autant ma lecture, avec ce tome tout aussi difficile à lâcher. le rythme est rapide, soutenu par un découpage en chapitres très courts, qui incite le lecteur à poursuivre sa lecture.
    Jane reste déterminée. Elle continue à croiser sur sa route des alliés imprévus qui l’aide à avancer dans sa quête. Luther est l’un d’eux et va se retrouver pris dans un engrenage dont il ne pourra pas s’échapper.
    Si l’on peut reprocher à l’intrigue d’enchainer les situations dans lesquelles Jane est un peu trop chanceuse, difficile de lâcher le roman avant d’arriver à la dernière page, tellement l’écriture de Dean Koontz nous captive.
    J’ai hâte de lire la suite.

  • Clémence Bernard Delpy 31 mai 2020
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    J’ai adoré Dark web, lu ce même mois, qui met en scène l’agent du FBI Jane Hawk ; c’est donc tout naturellement que j’au poursuivi l’aventure avec La chambre des murmures, le second volet de la série de Dean Koontz. Si Dark web se terminait d’une manière assez satisfaisante (Jane arrivant au bout de sa quête), le côté ouvert nous donnait forcément envie de savoir comment Jane allait s’en sortir.
    La chambre des murmures est dans la même veine que son petit frère, peut-être plus addictif encore ; alors qu’on aurait pu penser que ça commencerait à être rébarbatif ou à sembler too much, il n’en est rien et pour moi c’est un coup de coeur ! Dean Koontz construit son intrigue de telle manière qu’il nous bluffe continuellement ; comme une immense toile d’araignée, dont tous les fils se rejoignent au centre, mais que nous ne semblons pas prêts de pouvoir approcher. Pourtant, Jane avance dans son enquête, ses découvertes nous glaçant chaque fois un peu plus. L’auteur sait parfaitement se mettre dans la tête des personnes « infectées » par les Arcadiens, avec une telle précision que ça en fait froid dans le dos. Encore une fois, le récit est rythmé, porté par des chapitres très courts qui passent d’un personnage à l’autre, nous embarquant à nouveau dans un contre la montre aux côtés de Jane. Cette dernière est vraiment impressionnante, elle calcule tout, prend chaque paramètre en compte, chaque action est millimétrée et l’on se rend plus d’une fois compte que c’est le secret pour échapper à ceux qui la traquent et disposent de moyens phénoménaux. A tel point que parfois, on se dit que ça parait tout de même inimaginable qu’elle arrive à passer inaperçue… oui mais, inimaginable ou pas, on a envie d’y croire. Jane c’est à la fois notre héroïne et une femme hyper touchante, détruite par le meurtre de son mari, prête à tout pour donner une chance à son fils et à l’humanité.
    Tout comme dans Dark web, Jane se découvrira certains alliés mais ne s’attarde jamais afin de ne pas mettre en danger ces personnes à qui elle s’attache. Ici, un shérif afro-américain très perspicace qui devra payer le prix fort, un papy croisé sur la route ou encore un baron du crime qui lui doit une faveur.
    C’est une intrigue de dingue, toujours avec ce côté qui frôle la science-fiction mais parait tellement réaliste (futuriste ?). Finalement que représente l’homme au regard de la folie des « grands » ?
    Dean Koontz reprend des faits divers : attentats, suicide… et nous en trouve une explication insensée ! Peut-être pas tant que ça finalement, l’Histoire nous l’a déjà montré, et plus d’un mégalo a déjà voulu étendre sa suprématie sur le monde… Oui mais là, on commence vraiment à se demander qui est la tête et comment il va être possible au commun des mortels de s’en sortir !
    un portrait au vitriol de ses hommes qui se sont pris pour DieuAvec un Booth Hendrickson plus détestable que jamais, Dean Koontz nous dresse et perdent toute leur superbe face à une femme qui n’a (presque) plus rien à perdre. Lorsque les masque tombent, on ne peut s’empêcher d’être choqué ; que ce soit au niveau langage ou façon d’être, le plus sophistiqué des hommes laissant apparaître la figure du pire c*****d.
    Bref, je n’ai pas vu défiler les pages, les dernières révélations tournent encore dans ma tête et je n’ai qu’une envie, retrouver Jane pour la voir poursuivre sa croisade, sans pouvoir, of course, ne pas espérer une happy end.

  • bookliseuse 22 février 2020
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    Cora Gundersun, institutrice de 40 ans, appréciée de tous, sans que rien ne le laisse présager, commet un terrible attentat.

    Jane Hawk, ancienne inspectrice au FBI, est recherchée par toutes les polices du pays, accusée d’avoir commis plusieurs meurtres. Sa seule présence met en danger toute une organisation secrète dont le seul but est de régner sur le monde.

    L’auteur, avec ce deuxième opus, arrive à créer une grande empathie autour de notre héroïne, Jane, renforcée par des personnages attachants, qui gravitent autour d’elle, et vont l’aider d’une manière ou d’une autre à atteindre son but final.

    Malheureusement, on alterne entre des longueurs à n’en plus finir dans la première partie du roman, mais aussi par des passages avec beaucoup d’action, rendant tout de même cette lecture agréable dans l’ensemble. Il est vraiment dommage, que cette première partie soit si lente à faire démarrer l’histoire.

    Heureusement, la deuxième partie, et la fin surtout du roman, nous font passer un excellent moment. On découvre un terrible complot, dont personne ne peut échapper, où l’argent et le pouvoir sont les principaux objectifs. Comment savoir où sont les ennemis ?

    Je lirai la troisième partie du roman avec plaisir.

  • Mes Carnets Litteraires 13 février 2020
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    Même si j’avais bien apprécié la lecture du tome 1, je dois avouer que j’ai préféré ce tome 2, encore plus addictif !
    Après un démarrage en douceur où il m’a fallu me remettre dans l’intrigue après avoir lu le 1er tome il y a plus d’un an, la suite du roman ne m’a laissée aucun répit !
    Très rapidement, l’action se met en place et l’auteur nous embarque dans un véritable blockbuster à l’américaine mené de main de maître par Jane, véritable Bruce Willis au féminin !
    J’ai adoré toutes les rencontres que fait Jane au cours de son périple, tous ces personnages secondaires si sympathiques et si attachants qui apportent tellement à l’histoire !
    Dean Koontz a le talent d’amener beaucoup de sentiments et d’émotions dans ses thrillers, peu d’auteurs arrivent à allier action et émotion !
    La fin est très ouverte et je confirme qu’il est donc impossible de faire abstraction du tome 3 quand vous avez mis le nez ou plutôt les yeux dans cette série 😉
    ➡️ Un tome 2 très addictif, pétri d’action et d’émotion ! Une réussite !!!

  • Des Livres Mon Univers 29 janvier 2020
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    "La vérité, une fois acquise, ne peut sombrer dans l’ oubli et s’ imprime à jamais dans le coeur des initiés qu’ elle plonge dans un monde d’ obscurité."

    J’ ai lu la chambre des murmures qui reprend là où s’ est arrêté Dark Web. Je conseille donc de lire Dark Web avant, ce qui vous permettra d’ être conditionnés pour lire La suite , que j’ ai trouvée bien meilleure que le premier opus.

    Dans La Chambre des Murmures le suspense et l’ action sont au RDV. Jane est toujours pourchassée par une société secrète qui complote contre l’ humanité afin de créer un monde à leur image. Ici ne faites confiance à personne, vous ne pouvez pas vous le permettre sous peine de perdre votre capacité de décision, de jugement et être réduit à la servitude. Absolument terrifiant, n’est-ce pas ? Vous avez raison d’ avoir peur.

    "Vous n’ entendez pas tous ces murmures qui s’ échappent de la chambre secrète, Jane ? Rassurez vous ce sera bientôt le cas."

    Auf Wiedersehen !

  • Le Monde de Marie 28 janvier 2020
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    On reprend l’histoire là où on l’a arrêtée à la fin de Dark Web. Avec toujours ses chapitres courts qui donnent du rythme, l’auteur nous réserve encore bien des surprises.

    Jane Hawk est plus forte que jamais. Une femme qui en a et que les épreuves ont endurcie. Elle poursuit son parcours à travers les Etats pour assouvir sa vengeance et vaincre les Arcadiens. Ces derniers se révélants bien plus puissants encore, et leur sombre entreprise bien plus avancée que ce qu’on aurait pu imaginer. Ils sont partout. De quoi vous horrifier et vous faire craindre plus encore l’évolution de la nanotechnologie.

    Jane fera de nouvelles rencontres, des personnes bonnes et attachantes, d’autres qui ne sont pas de bonne famille mais qui lui seront d’une grande aide. Une femme qui sait se trouver les alliés qu’il faut.

    Un récit que l’on dévore pour son héroïne, ses scènes d’action, son rythme et son intrigue. Prenante et palpitante, elle ne comporte aucun temps mort. Avec toujours ce sentiment de paranoïa, fondé ou non, qu’un danger menace et qu’il peut tomber sur Jane à chaque instant. Mais c’est sans compter sur son intelligence et son instinct qui sont pour elle, même lorsque l’étau se resserre, ses meilleures chances de survie.

    Un second tome palpitant qui est synonyme d’avancée mais à la fin duquel tout est très loin d’être dit. Laissons le temps à Jane de se remettre. Vivement la suite.

  • VALERIE FREDERICK 8 mai 2019
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    Un roman noir auquel j’ai bien eu du mal à m’accrocher. Non qu’il soit mal écrit ou que l’intrigue pâtisse de longueurs. C’est le thème sous-jacent, les nouvelles technologies, qui m’a rebutée. Je ne suis pas scientifique pour deux sous et quand on me parle de nanoparticules et d’algorithme, j’ai le poil qui se hérisse !
    J’ai néanmoins bien aimé le personnage de Jane Hawk, femme forte et perspicace qui n’a pas peur de risquer sa vie à chaque fois qu’un personnage, même haut placé dans le projet d’Arcadie nouvelle, se retrouve face à elle. J’ai aimé aussi le personnage du shérif Tillman, qui avance telle une ombre pour se révéler terriblement efficace lorsqu’il s’agit de déjouer les apparences.
    Par contre, le côté roman d’anticipation surfant sur la vague du conspirationnisme m’a plutôt déplu, malheureusement. Ce n’est pas un sujet de roman que j’ai l’habitude de lire et c’est probablement pourquoi je suis passée à côté. Dommage.

  • unevietoutesimple 8 mars 2019
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    Je remercie tout d’abord Mylène des Editions l’Archipel pour l’envoi de ce roman.

    La couverture est magnifique avec ses couleurs chatoyantes mais je ne m’arrête pas à cela pour choisir un livre. Le résumé m’a intriguée car l’histoire promettait du suspens et de l’action.

    Je dois reconnaitre que je n’avais pas réalisé que ce roman était une suite, enfin si, mais je ne pensais pas que les deux histoires étaient liées, je supposais, à tort, que c’était une nouvelle “aventure” du personnage principal.

    De ce fait, je pense que je suis passée à côté de certaines choses et je me suis sentie perdue à certains moments, notamment lors des références à des événements passés.

    L’histoire, avec au centre la nanotechnologie, est un vrai thriller avec de l’action et des rebondissements. On y suit Jane Hawk, agent du FBI en fuite, prête à tout pour protéger son fils et démontrer que son époux a été “poussé” au suicide. Elle affronte tous les dangers, forte de son expérience au FBI et avec l’aide de ses contacts pour lui fournir les moyens nécessaires.

    Parallèlement, nous suivons Luther Tillman, un shérif intègre qui s’interroge sur l’attentat-suicide de Cora qui ne correspond en rien à sa personnalité. C’est un personnage auquel je me suis beaucoup attachée et dont j’ai apprécié le fait qu’il sache sortir du rang lors de sa course à la vérité.

    L’intrigue vous rendra paranoïaque et vous aurez parfois envie de lancer un “Jouons au crime dans la tête” aux personnes que vous côtoierez histoire de vous assurer que tout va bien.

    Du point de vu stylistique, l’écriture est fluide et les chapitres sont courts, ce qui permet d’avancer rapidement dans la lecture.

    Pour conclure, il ne me reste plus qu’à lire le premier tome “Dark Web” comme si c’était une sorte de flashback qui m’aidera à comprendre certaines situations et qui me fera patienter jusqu’au prochain épisode en espérant que ce dernier nous donnera toutes les explications et dévoilera ceux qui sont tout en haut de l’échelle. Je viens de lire que l’auteur avait prévu plusieurs épisodes à suivre et qu’il en serait déjà au 5ème tome. Et moi qui espérait que tout nous serait dévoilé dans le prochain roman…

  • ellemlire 5 mars 2019
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    Dark Web avait été mon tout premier Dean Koontz, dans un genre précédent de ce qu’il avait l’habitude d’écrire, si je ne me trompe pas. J’avais, à ma grande surprise beaucoup aimé le côté film d’action. Avec La chambre des murmures, j’étais ravie de retrouver Jane Hawk pour la suite de ses aventures.

    "Jouons au crime dans la tête."

    La chambre des murmures est la suite immédiate de Dark Web. On retrouve Jane qui continue sa traque, plus motivée que jamais à mettre fin aux activités d’une confrérie qui prend le contrôle des personnes via une injection qui modifie leur cerveau, irrémédiablement. Dès lors les personnes obéissent, ne réfléchissent plus, ne sont plus jamais les mêmes. Vidées de ce qu’elles étaient avant, elles deviennent tels des robots au service des membres de la confrérie, jusqu’au suicide quand cela est nécessaire.

    "Vous n’entendez pas tous ces murmures qui s’échappent de la chambre secrète, Jane ? Rassurez-vous, ce sera bientôt le cas."

    C’est le cas de Cora Gundersun, une enseignante qui a une très bonne réputation dans la ville où elle réside. Jusqu’au jour où, conduisant son 4×4, rempli de bidons d’essence, elle commet le pire, un attentat-suicide. Qu’est-il arrivé à Cora ? Que veut-elle dire quand, dans ses cahiers, elle évoque l’araignée dans sa tête ? La folie tisse sa toile, doucement, calmement. La confrérie prend le contrôle à distance.

    "Parfois la nuit, je me réveille en sursaut et je sens la présence dans ma tête d’une araignée…"

    Comme dans Dark Web, j’ai remarqué que l’auteur aimait jouer avec les humeurs du ciel et la météo. A chaque chapitre, il y a une description du ciel qui change. de tempête en orage, de couchers de soleil aux nuages, ces représentations donnent le ton et apportent encore, à mon sens de la dynamique et du relief au récit.

    "Tandis qu’elle grignotait le sandwich derrière son volant, trois éclairs rapprochés déchirèrent le ciel en éclairant brièvement les arbres, les immeubles et les voitures avant qu’un coup de tonnerre fasse trembler le sol avec la puissance d’un séisme. Une pluie battante s’abattit sur le paysage urbain avec une violence tropicale, isolant brusquement Jane du reste du monde dans l’habitacle du Ford noyé sous le déluge."

    Une nouvelle fois, Dean Koontz a su m’emporter d’action en action, de rebondissement en rebondissement, de révélation en révélation alors que ce genre de livre n’est pas vraiment mon genre de prédilection. Je me laisse prendre au jeu avec cet auteur, je tourne les pages, enchaîne les chapitres. le suspense est là, la tension aussi. La manipulation des « robots » par la confrérie est fascinante autant qu’elle fait froid dans le dos. Ce côté anticipation, science-fiction dont je ne suis pas grande fan d’ordinaire me plaît beaucoup dans cette série « Jane Hawk ». Il me tarde d’en lire la suite !

    "La folie est devenue la norme, de nos jours."

    En bref, La chambre des murmures m’a fait passer un excellent moment. Les pages et les actions ont défilé sans que je m’en rende compte. du très bon thriller d’action, très divertissant !

  • Stef Eleane 5 mars 2019
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    Dean Koontz est un des plus grands et plus prolifiques auteurs américains. A 73 ans, il a vendu plus de 450 millions de livres dans le monde. Traduit dans le monde entier, adapté à la télé et chez nous, en France, il est quasiment inconnu. Quelques livres traduits seulement. La chambre des murmures est la suite du roman sorti aux Editions L’archipel en 2018 Dark Web.

    Pour ceux qui n’ont pas lu Dark Web, pas de panique, moi non plus. Bien évidemment il est toujours préférable de lire le premier roman. Mais un auteur comme Dean Koontz ne vous laissera pas tomber. Bien entendu que toutes vos interrogations auront une réponse en temps voulu.

    Jane Hawks est une fugitive, ancien agent du FBI, veuve et mère d’un petit garçon. Elle se cache des plus grands de ce monde, de toutes technologies et à soif de vengeance. Son mari a été poussé au suicide, son fils maltraité par ses ennemis et la population entière est en danger.

    "Le visage qu’elle vit dans le miroir n’était pas celui qu’elle connaissait. Après toutes ces épreuves traversées depuis quatre mois, elle se sentait usée par la peur, rongée par le chagrin, minée par l’inquiétude."

    C’est un road trip parsemé de mort que nous propose l’auteur. Sur la route, pour échapper aux chasseurs, telle une proie. Mais cette proie est tenace, virulente et finalement très dangereuse.

    Le fond de l’intrigue, je ne vous en parlerai pas. Je vous avertis seulement qu’on frôle la science-fiction, l’anticipation. Oui c’est ça un thriller d’anticipation en sorte.

    Dean Koontz n’est pas connu pour avoir écrit que des chefs-d’œuvre, mais il faut bien avouer que cette série est convaincante et addictive. Pour découvrir l’auteur autant commencé par Dark Web et La chambre des murmures .

    Il y aura une suite ! Qu’on se le dise 😉

  • claire chronique 5 mars 2019
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    Tout d’abord, merci aux éditions de l’Archipel et à Mylène pour ce service-presse. Alors, ce roman est coupé en six parties et est aussi la suite de « Dark web », mais je vous rassure, il peut se lire indépendamment de l’autre.

    Lorsque j’ai reçu le livre, j’ai tout de suite été séduite par cette couverture et ses couleurs.

    L’auteur nous plonge tout de suite dans le vif du sujet : une institutrice qui vit ses dernières heures en compagnie de son chien avant de faire un attentat à bord de son 4*4. Des carnets intimes qu’elle laissera derrière elle. Un congrès où elle s’est rendue et où il s’est passé quelque chose...

    Une agente du FBI fugitive qui souhaite redorer le blason de son mari qui s’est soi-disant suicidé.

    De grosses légumes qui ont soif de pouvoir, de manipulations et qui ont mis au point justement cette technologie (prendre le contrôle du cerveau) pour obliger quiconque à faire n’importe quoi pour eux. Suicides, assassinats, terrorisme... tout est possible. Quand Jane et son fils deviennent la cible... Une mère qui monte au ring pour se protéger et protéger son petit. Un roman que j’ai beaucoup aimé avec des chapitres courts. 444 pages que je n’ai pas vu passer. Une écriture fluide et addictive. Je pense lire « Dark web » bientôt. Je recommande cet auteur et ai hâte de le lire de nouveau !

  • L’atelier de Litote 23 février 2019
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    Je découvre le personnage récurrent de Jane Hawk avec ce deuxième opus de la chambre des murmures, il aurait été préférable de commencer par le premier afin d’être mieux immergé dans l’univers que nous propose Dean Kontz mais il est possible de lire celui-ci séparément. Une confrérie secrète a le pouvoir de prendre possession de l’esprit de personnes innocentes. Au vu de ce qui est arrivé avec le cas de Cora Gundersun, une enseignante bien sous tout rapport qui décide d’attenter à ses jours en commettant un attentat digne de certains terroristes. Et ce n‘est que le début, d’autres cas viendront qui engageront Jane Hawk, ex agent du FBI, sur des pistes dangereuses, au péril de sa vie, avant qu’il ne soit trop tard. S’en suit une course poursuite à travers tout le pays, mettant en scène de nombreux personnages plus ou moins utiles à l’avancement de l’intrigue.
    La progression de l’histoire se fait sur un rythme trop lent à mon goût, avec le sentiment de faire du sur place et donc de traîner en longueur.
    J’ai eu un peu de mal avec le côté futuriste, qui certainement plaira à d’autres lecteurs, le thème est somme toute porteur et a du potentiel. Je suis passé à côté peut être à cause du manque d’originalité de la trame, un sentiment de déjà vu, l’impression d’avoir passé quasiment tout le livre à courir, à échapper à des fusillades ou à interroger des gens avec Jane, ne m’a pas suffisamment passionnée. On est clairement dans une traque où l’action prime, dans laquelle on ne connaît pas vraiment les « méchants » et où les personnages sont très peu développés. Je retiens donc que les policiers uniquement centrés sur l’action, très peu pour moi, j’ai trop besoin de voir la psychologie des personnages en oeuvre ainsi que la construction du monde dans lequel ils évoluent. Mon avis est mitigé car j’ai apprécié le premier quart du livre et beaucoup moins la suite. Comme je suis une curieuse née, il ne me reste plus qu’à souhaiter que le prochain opus ne me décevra pas et donnera à notre héroïne l’opportunité de poursuivre sa quête de justice avec brio car il faut reconnaître les qualités d’écritures de l’auteur.

  • livrement-ka 22 février 2019
    La chambre des murmures - Dean Koontz

    Un grand merci aux Editions l’ARCHIPEL pour ce livre à la couverture et à l’histoire superbes : Un thriller digne de ce nom et à la hauteur de son titre.

    J’ai été séduite par le titre et la couverture au départ, et pour finir j’ai été happée par l’histoire. Une traque hors du commun, avec des rebondissements en veux-tu en voila, et surtout des personnages sans foi ni loi, ne reculant devant aucun obstacle.

    Ce livre m’a plongée dès les premières lignes dans une histoire hors du commun. Une institutrice qui vit de manière ordinaire avec son chien, et qui commet l’irréparable en se transformant en bombe humaine . Des carnets intimes qu’elle a laissés où se mêlent ses sensations totalement à l’opposé de ce qu’elle était aux dires de son entourage.

    L’impression qu’une araignée pond des oeufs dans sa tête et qu’elle n’est plus maître de ses actions. Que s’est-il passé au congrès où elle s’est rendue quelques jours avant son changement ?

    Et la traque que va mener Jane Hawk, ancienne du FBI, pour protéger son fils, et surtout le monde entier contre des personnes qui ont soif de pouvoir et qui souhaitent s’emparer de l’esprit des gens. Au début, ils se concentrent sur une ville et espèrent faire fructifier leur idée à tout le pays voire plus.

    Heureusement elle va rencontrer des personnes extraordinaires qui vont l’accompagner dans cette aventure absolument édifiante. Mais pour certaines personnes il est déjà trop tard !!!!!

    Sur la forme de l’histoire :

    Ce livre est divisé en plusieurs parties, elles-mêmes divisées en sous-parties.

    Une plume très fluide, un texte aérée, et une lecture agréable font qu’il est accessible à tous et surtout aux fans de thrillers.

    Le texte est écrit gros.

    L’auteur place souvent ces livres en tête des ventes et on comprend pourquoi .

    Une vraie maîtrise de l’intrigue bien ficelée, des dialogues à la hauteur de l’histoire et des personnages qui n’ont rien à envier aux plus dangereux criminels de toute la planète.

    Conclusion :

    Que vous conseiller à part de foncer aux Editions Archipel ou dans votre librairie pour acheter ce livre ?

    Une histoire à couper le souffle....une course haletante et effrénée pour accomplir une mission d’une envergure extraordinaire.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.