Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

15 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Automne 2016. Castellacio, petit bourg du Sud de l’Italie. Le cadavre d’une jeune fille est retrouvé pendu par les poignets avec du fil barbelé aux branches d’un saule. Sa tête décapitée gît entre les racines, ses yeux vitreux fixent Damiano Valente. Valente, c’est le Chacal, un écrivain à succès de « true crime », hanté par le passé et condamné à traîner sa jambe brisée. Depuis trente et un an, il traque sans relâche le meurtrier de Claudia, sa meilleure amie sauvagement assassinée au cours de l’été 1985. Aidé de son ami le commissaire De Vivo, il se lance sur les traces de celui que la presse a baptisé « l’homme du saule ».

Été 1985. Castellaccio, Flavio, jeune orphelin originaire de Turin, débarque chez son grand-père après la mort de sa mère. Rien n’est gagné d’avance avec cet homme bourru. En compagnie de ses nouveaux amis Stefano, Claudia, Damiano et du brave Jack, énorme chien au pelage noir, Flavio découvre l’insouciance, l’amour, la vie loin de Turin, dans la magnifique région du Cilento, à quelques coups de pédales de la mer et de la montagne. Et si le bonheur était à portée de main ? C’est oublier un peu vite que le mal n’est jamais loin...

Le Mal en soi, c’est le mal qui habite le tueur en série qui sévit à Castellaccio, mais c’est aussi celui qui torture les héros, c’est le destin qui frappe et c’est cette noirceur qui palpite en chacun de nous. Le Mal en soi, c’est aussi le mal qui imprègne le village de Castellaccio depuis trente et un ans, et peut-être depuis bien plus longtemps...

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Louison Lit 29 mai 2018
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    La découverte du meurtre rituel d’une jeune femme bouleverse la vie d’un petit village d’Italie. Le commissaire De Vito et l’écrivain Damiano Valente ne peuvent que constater les similitudes avec un autre crime ayant eu lieu 30 ans plus tôt au même endroit.
    Le récit est mené sur deux périodes temps différentes, on suit les recherches pour le meurtre actuel tout en fouillant dans le passé des clés pour mieux comprendre ce qu’il se passe au présent. Plus qu’un simple thriller policier, on est complètement dans un thriller d’introspection avec un côté nostalgique et mélancolique.
    Nous allons suivre la jeunesse d’un bande composée de Flavio, orphelin introverti et sensible recueilli par son grand-père taciturne, Stefano, un jeune homme incertain de son avenir, son cousin Giulo qui fait figure de héros , Damiano, grand, maigre, gay, coureur de fond et enfin la douce Claudia, la seule fille du groupe qui sera le centre des attentions.
    Nous retrouvons toute la bande sauf Claudia, une fois adulte. Qu’est qui a transformé le jeune sportif en écrivain au corps brisé et à l’esprit blasé ? Qu’est devenu Flavio après avoir subit les foudres d’un petit caïd local ? Qu’est-il arrivé à Claudia ?
    J’ai beaucoup aimé partager leurs souvenirs d’adolescence et connaître les événements tragiques qui ont fait d’eux les adultes d’aujourd’hui et malmener leur amitié. Difficile de poursuivre ma lecture en voyant le portrait dressé de ces ados en 1985 et me dire que peut-être derrière l’un deux se cache le meurtrier. Parce que il y a des chapitres où nous le rencontrons et on peut se faire une idée d’à quel point, cet homme est dérangé.
    Une belle écriture, fluide et qui ne perd rien en efficacité pour un livre passionnant et rythmé. Un roman plein de noirceur, un tueur en série, des meurtres horribles mais aussi des parcours humains à suivre lorsqu’ils perdent leur innocence, la révélation de la part d’obscurité que nous gardons bien cachée au fond de nous. Bonne lecture

  • Louison Lit 29 mai 2018
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    La découverte du meurtre rituel d’une jeune femme bouleverse la vie d’un petit village d’Italie. Le commissaire De Vito et l’écrivain Damiano Valente ne peuvent que constater les similitudes avec un autre crime ayant eu lieu 30 ans plus tôt au même endroit.
    Le récit est mené sur deux périodes temps différentes, on suit les recherches pour le meurtre actuel tout en fouillant dans le passé des clés pour mieux comprendre ce qu’il se passe au présent. Plus qu’un simple thriller policier, on est complètement dans un thriller d’introspection avec un côté nostalgique et mélancolique.
    Nous allons suivre la jeunesse d’un bande composée de Flavio, orphelin introverti et sensible recueilli par son grand-père taciturne, Stefano, un jeune homme incertain de son avenir, son cousin Giulo qui fait figure de héros , Damiano, grand, maigre, gay, coureur de fond et enfin la douce Claudia, la seule fille du groupe qui sera le centre des attentions.
    Nous retrouvons toute la bande sauf Claudia, une fois adulte. Qu’est qui a transformé le jeune sportif en écrivain au corps brisé et à l’esprit blasé ? Qu’est devenu Flavio après avoir subit les foudres d’un petit caïd local ? Qu’est-il arrivé à Claudia ?
    J’ai beaucoup aimé partager leurs souvenirs d’adolescence et connaître les événements tragiques qui ont fait d’eux les adultes d’aujourd’hui et malmener leur amitié. Difficile de poursuivre ma lecture en voyant le portrait dressé de ces ados en 1985 et me dire que peut-être derrière l’un deux se cache le meurtrier. Parce que il y a des chapitres où nous le rencontrons et on peut se faire une idée d’à quel point, cet homme est dérangé.
    Une belle écriture, fluide et qui ne perd rien en efficacité pour un livre passionnant et rythmé. Un roman plein de noirceur, un tueur en série, des meurtres horribles mais aussi des parcours humains à suivre lorsqu’ils perdent leur innocence, la révélation de la part d’obscurité que nous gardons bien cachée au fond de nous. Bonne lecture

  • Root 21 juin 2018
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    31 ans. 31 ans que la peine et la haine rongent Damiano Valente. Comment faire son deuil lorsque l’infirmité vous rappelle chaque jour que vous n’échapperez pas au passé ? C’était l’été 1985, à Castellaccio, dans le sud de l’Italie. Damiano, Flavio, Stefano et Claudia ne souhaitaient rien tant que profiter de la belle saison. Comment auraient-ils pu se douter ? On n’imagine pas ces choses-là.

    Stefano, un peu roquet, le verbe haut, n’aime pas qu’on lui fasse de l’ombre. Damiano est sportif et conciliant, mais il ne faut pas trop lui marcher sur les pieds. Et Claudia, la jolie Claudia, rieuse, volontaire et intègre. Pas facile pour Flavio, l’orphelin de Turin, d’atterrir ici, chez un grand-père qu’il ne connait pas. Pourtant, des liens se nouent très vite. Claudia et Flavio s’observent à la dérobée sous le regard résigné de Damiano et la jalousie de Stefano. C’est l’âge où les amitiés partent de trois fois rien et deviennent plus fortes que tout. le temps des premiers émois, des grandes promesses. Sa promesse, Damiano la tiendra. Il trouvera qui a tué Claudia et fait voler leurs vies en éclats.

    Lorsque le corps d’une jeune femme, la tête tranchée, est retrouvé là où tout a commencé, le Chacal s’incruste dans l’enquête. le commissaire de Vivo n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent, c’est l’occasion pour Damiano de remonter à l’origine du mal.

    Alors oui, bien sûr, certains éléments de l’intrigue rappellent l’inoubliable Ça de Stephen King : des jeunes gens au coeur d’un drame, une narration qui alterne entre 1985 et aujourd’hui, le besoin viscéral que justice soit faite. Mais ce roman peut s’affranchir de toute comparaison pour qu’on lui reconnaisse l’excellence qui est la sienne. Antonio Lanzetta crée, dès les premiers mots, une atmosphère incroyable. Poisseuse, oppressante, emprunte d’une profonde tristesse. Puis on remonte le temps, le contraste est saisissant, et on se retrouve bercés d’insouciance sous le soleil de l’Italie profonde. Plus que des descriptions, l’auteur nous emmène en voyage à chaque ligne. J’ai l’impression d’avoir vécu cet été 85. Cet instant unique où les personnages vacillent sur la ligne de l’adolescence, pas encore prêts à renoncer à leur innocence mais poussés vers l’âge adulte par des événements qui les dépassent. Et quels personnages ! Brisés par la vie mais toujours debout. D’une force émouvante. J’ai éprouvé beaucoup d’affection pour Don Mimi, le grand-père de Flavio, dépeint avec une grande tendresse – malgré sa rudesse – et tout le respect dû à nos anciens. Poétique, atroce, fascinant, j’ai fait durer les derniers chapitres sans rien voir venir (j’ai cru que, mais non).

    Le Mal en soi n’est pas l’apanage des criminels…

  • Leroy Delphine 4 septembre 2018
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    Le mal en soi est un thriller percutant et addictif.
    Ce roman narre l’histoire de quatre amis, qui en 1985, connurent un superbe été, plein d’insouciance et d’amitié.
    Trente et un an plus tard, en 2016, un meurtre odieux fait ressurgir cet été qui marqua aussi la fin de leur innocence en leur enlevant l’un d’eux d’horrible façon... L’heure de la vengeance a sonné...

    J’ai pris énormément de plaisir à lire ce thriller captivant, faisant de nombreux flashbacks en 1985, pour comprendre l’état d’esprit actuel des protagonistes et le mal qui les ronge.

    L’auteur joue avec le lecteur en lui offrant de purs moments d’insouciance, de joie, d’amitié et de loyauté, puis en le confrontant à l’horreur, à la trahison, à la violence et au désespoir...

    On surnomme Antonio Lanzetta, le Stephen King italien... et du Stephen King, j’en ai trouvé, sans le fantastique, mais j’ai retrouvé un peu de Ça, avec l’histoire de cette petite ville où une bande d’amis vivait dans l’insouciance jusqu’à connaître l’horreur et qui reviennent 30 ans après, en finir avec leurs démons qui leur ont pourri la vie...

    La plume de l’auteur est addictive et il arrive à créer l’empathie du lecteur envers chacun de ses personnages...
    Le mal en soi n’est pas seulement celui du serial killer sévissant dans la petite ville de Castellacio... Le mal est en chacun de nous, une provocation, une blessure à jamais ouverte peuvent révéler ce que nous détenons de plus sombre.

    Noir, ce roman l’est et révèle un auteur sur lequel il faut désormais compter...
    Une pépite à découvrir :)

  • Sangpages 17 septembre 2018
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    Le mal en soi, c’est avant tout une histoire d’amitié à la vie, à la mort. Une histoire de jeunes ados en 1985 qui découvre le monde, la vie, l’amour mais aussi la rivalité.
    C’est aussi l’histoire de la rencontre d’un grand-père et de son petit-fils. Une relation qui nait, qui se développe. Un passé qui se découvre.
    Une trame somme toute assez standard. Un meurtre dans le passé, un meurtre dans le présent qui sont forcément liés. L’intrigue n’est pas révolutionnaire mais par contre les personnages et la manière compensent assez bien, je dois le reconnaître.
    Le plongeon dans l’Italie profonde avec ses reliquats de mafia, ses petits villages, ses vieilles histoires de famille et ses histoires de village où tout le monde connaît tout le monde, où tout se sait. Cette ambiance toute particulière reste un point très fort de ce livre et le rend touchant en dehors de l’horreur des crimes.
    Une sorte de balade à vélo dans des vies, des paysages et une enquête.
    Un livre tout public qui se lit facilement, qui glisse tout seul mais qui, pour ma part, ne me laissera pas un souvenir impérissable ! Peut-être, qu’en fait, s’il n’y avait pas eu cette banderole "Le Stephen King italien" les choses auraient été différentes...allez savoir !
    A vous de vous faire votre propre opinion 🙂

  • Sonia Boulimique des Livres 19 octobre 2018
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    Nous voilà parti pour un séjour en Italie du Sud, et ça commence fort. Rassurez vous (ou pas), rien de touristique, mais un cadavre en bonne et due forme, et bien décomposé et morcelé. Ca grouille, mais pas de touristes, plutôt d’asticots affamés…Le ton est donné. Et j’adore. Le lecteur est pris dans la tourmente dès la première page et il s’embourbe !

    Les chapitres se succèdent à une vitesse folle, alternant plusieurs histoires haletantes :
    •1985 et l’histoire de Flavio vivant son adolescence malgré la vie qui n’a pas été tendre avec lui (oui, à 15 ans, il a déjà un passé bien tourmenté, le pauvre),
    •aujourd’hui, avec la découverte de ce cadavre et sa mise en scène glauque rappelant un autre meurtre, •et quelques chapitres concernant le tueur et sa relation avec l’une de ses victimes qui glace le sang.

    Un rythme élevé, une alternance de chapitres courts avec des protagonistes différents afin d’éviter l’ennui, des personnages plus torturés les uns que les autres, une fin époustouflante, j’ai passé un excellent moment. L ‘écriture nerveuse d’Antonio retranscrit à la perfection l’ambiance, la traque, les tenants et les aboutissants de cette histoire.

    Dès le début de la lecture, vous avez cette goutte de sueur froide qui prend naissance derrière votre nuque et qui descend, lentement, inexorablement, le long de votre colonne vertébrale, un peu plus bas après chaque chapitre. Ce n’est que lorsqu’elle arrive tout en bas de votre dos que vous pourrez tenter de reprendre une activité normale.

  • Les lectures de Maryline 19 décembre 2018
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    Une jeune femme est retrouvée morte, décapitée, la tête entre les jambes... Le commissaire De Vivo et son ami le journaliste Damiano enquêtent ensemble car cette affaire leur rappelle une vieille histoire de 31 ans... Le tueur de Claudia, la meilleure amie de Damiano au moment des faits, n’a jamais été retrouvé et il semblerait bien que ce dernier ait décidé de ressortir de l’ombre.

    J’ai bien aimé suivre cette quête de Damiano à travers le passé. Nous passons du présent à son enfance afin d’essayer de résoudre cette affaire. Damiano se souvient de cet été 1985, il y a 31 ans, quand son enfance et son insouciance ont été terminée, gâchées par un horrible crime. Il en garde même des séquelles violentes dont nous comprenons la teneur au fur et à mesure du récit.

    C’est plus qu’un polar que j’ai lu, c’est un vrai thriller psychologique, une traque sans fin. J’avoue avoir eu un peu de mal avec les personnages, tout se mélangeait dans ma tête mais j’arrivais tout de même à suivre. En fait, je crois que ce sont les noms des personnages qui ont été difficiles pour moi, ils ne sont pas français, l’auteur les appelle une fois par leur nom, ensuite par leur prénom, quand ce n’est pas par leur surnom ! Mais bon, j’ai réussi à m’en sortir tout de même, en me concentrant et en revenant de temps en temps en arrière.

    Ce sont les derniers chapitres qui m’ont transportée, le rythme est plus intense, le suspense est terrible et on a hâte de connaître enfin ce fameux tueur, cet être abjecte qui ose tuer ces jeunes femmes. J’avais un léger doute sur cette personne, mais je n’étais sûre de rien et c’est ça qui est sympa, de garder le doute jusqu’à la fin.

    Un très bon moment de lecture, un thriller intense que je conseille de lire rapidement !

  • Musemania 4 février 2019
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    Je tiens à remercier vivement Lecteurs.com qui m’a sélectionnée pour la lecture du livre « Le mal en soi » d’Antonio Lanzetta, dans le cadre de l’opération « Explorateur du Polar », ainsi que les Editions Bragelonne et Netgalley qui me l’ont également offert. Ce thriller est vrai page-runner comme je les aime.

    Alors que je m’étais inscrite un peu par hasard et sans trop y croire à l’opération « Explorateurs du polar », j’avais également postulé via Netgalley. Quelle ne fût pas ma surprise de découvrir deux mois plus tard, le livre dans ma boîte aux lettres. Vu que je n’avais pas encore eu le temps de le lire en ebook, ça n’a été que pur bonheur de le recevoir en broché.

    La quatrième de couverture m’avait directement attirée de par le côté un peu glauque de l’histoire. En plus, malgré de très bons auteurs italiens, la littérature policière italienne n’est que peu représentée dans ma bibliothèque. L’accroche commerciale parlant de l’auteur comme du Stephen King italien a eu aussi le don de m’attirer (même si je n’ai pas vraiment compris le lien).

    Tout commence de nos jours par la découverte d’un corps décapité et atrocement mutilé d’une jeune fille pendue à un saule à Castellecio dont la tête repose sur ses racines. Toute cette mise en scène rappelle le meurtre similaire qui avait fait trembler ce petit bourg de l’Italie méridionale et plus particulièrement Damiano Valente, ami proche de la victime et écorché de la vie. Devenu écrivain spécialisé dans le true crime, il s’alliera au commissaire De Vivo afin d’enfin mettre hors d’état de nuire, l’Homme du saule comme la presse l’a surnommé.

    Aux premiers abords, l’histoire semble avoir déjà été, à maintes reprises, utilisée dans de nombreux thrillers : un individu ne s’étant jamais remis de la mort d’un proche revient des années plus tard à la chasse du terrible tueur qui a remis le couvert. Pourtant, je n’ai pas ressenti de sentiments de déjà-vu et ne me suis absolument pas ennuyée dans ce livre (assez court ; moins de 300 pages) d’Antonio Lanzetta.

    Ce dernier alterne le récit de nos jours avec ce qui s’est passé durant l’été 1985 (oh, mon année de naissance ;-) et avec une originalité qui mérite d’être mise en évidence, le personnage principal dans un pan de l’histoire ne l’est pas forcément dans l’autre. Chaque individu est utile au déroulé de l’intrigue et y trouve une place particulière. Le personnage principal, Damiano Valente, est loin des archétypes beau-gosses de certains thrillers et il vous faudra attendre un certain nombre de pages pour comprendre le pourquoi du comment.

    L’auteur met l’accent sur les personnages et leurs psychologies tout comme sur les environnements dans lesquels ils évoluent. L’atmosphère est lourde et sombre, ce qui plonge le lecteur à vouloir tourner au plus vite les pages pour en découvrir le coupable. Les indices se mettent en place crescendo et l’auteur distille du suspens à chaque page. Petite déconvenue : ma première idée du tueur fut la bonne. Malgré tout et franchement, j’ai été agréablement surprise par le déroulé de ce thriller qui a répondu à mes attentes.

    Premier livre traduit en français pour cet auteur, les débuts sont plus que prometteurs selon moi et je lui souhaite bonne route et qu’il nous fasse encore frissonner de sa plume noire et addictive.

    Chronique sur mon blog : https://musemaniasbooks.blogspot.com/2018/06/le-mal-en-soi-dantonio-lanzetta-thriller.html

  • Des Livres Mon Univers 27 février 2019
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    Damiano Valente, un écrivain va être confronté à des fantômes de son passé et va essayer avec tant bien que mal de trouver la vérité, Nous le suivons alors dans deux époques, celle de sa jeunesse en 1985 et Maintenant.
    .
    Au début de la lecture, j’ ai eu l’impression qu’il manquait quelque chose, je me suis dit mince c’ est une suite, il y a un autre opus avant mais en fait non les pièces du puzzle sont donnés par l’auteur au compte goutte pour que tout se forme à la fin.
    .
    Une très bonne lecture, s’il y a d’autres romans d’ Antonio Lanzetta traduit en France, je les lirai avec grand plaisir.

  • Encore Un Livre 28 février 2019
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    e mal en soi le thriller d’Antonio Lanzetta aux éditions Bragelonne tient largement ses promesses, ca fait longtemps que je n’avais pas autant fait durer un thriller de cette trempe à l’approche du dénouement final..

    Qui peut bien être ce monstre, cet être innommable qui décapite les jeunes filles et accroche leurs cadavres aux arbres ?

    Quel bonheur de lire ce thriller !!! Dès les premières pages, j’étais plongée dans l’horreur, un cadavre pendu à un arbre à l’aide de fils barbelés, le corps tellement amoché, et bourré d’hématomes qu’il ressemble à une carte géographique, sans parler de la tête…posée au pied de l’arbre. C’est sordide ..je vous l’accorde..mais c’est excellent.

    Une enquête plus journalistique que policière menée par Damiano Valente est addictive, ce personnage déjà meurtri à l’adolescence, et parce qu’il est le premier concerné, ne lâchera rien…

    Mais ce n’est pas que ça, l’alternance du temps permet de nous faire ressurgir beaucoup d’éléments du passé, ainsi que la genèse de l’amitié qui unit Damiano,Flavio, et Claudia à Castellacio….jusqu’à la découverte du corps celle-ci.

    Une belle part psychologique qui nous mène à celui qui les a hantés et qui les a marqués à jamais… la naissance de L’Homme du saule..

    C’est un thriller noir, très sombre où règne une atmosphère menaçante

    Le style d’ Antonio Lanzetta permet de ressentir une certaine tension continue,quelques temps de repos sont les bienvenus à la fin de certains chapitres angoissant, je n’ai pas ressenti autant d’appréhension à l’approche du dénouement final depuis quelques temps, c’est extrêmement rare que ca m’arrive, et là franchement je n’ai pas boudé mon plaisir. Il se dégage de cette plume quelque chose de très spécial, c’est vif et immersif, c’est comme si on s’était installé à Castellacio et que l’on en devenait nous même la proie de l’Homme du saule…

    L’auteur a crée une personnalité singulière en Damiano dit Le chacal…je pressens et j’espère d’autres enquêtes à venir, car il tient là un personnage qui a encore bien des choses à raconter 😉

  • colorandbook 20 mars 2019
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    Le Mal en soi est un excellent thriller. Un polar qui n’a rien de soft, l’auteur ne nous épargne pas du tout. Il sait nous faire ressentir la noirceur humaine, l’angoisse, la peur, la colère, la joie. Il y a tout ce qu’il faut du suspens pour un bon polar : des rebondissements, des mystères et de la noirceur.

    C’est un très bon roman qui installe son histoire doucement mais en ne laissant que peu de répit. L’alternance d’époques est maîtrisée avec habileté et nous fait découvrir petit à petit comment et pourquoi on en est arrivés là. C’est une bonne intrigue qui m’a passionnée, a su m’accrocher : je ne voulais plus lâcher le roman et j’avais absolument envie de connaître la suite.

    Rien ne m’a déçue dans ma lecture. C’est même un coup de cœur pour moi, mais cela reste subjectif. L’histoire est addictive et plaisante. Elle se déroule tout en émotion et psychologie. Elle nous fait voyager entre deux époques à merveille, et elle a su me happer et me faire ressentir toute une palette d’émotions… Il y a tout ce qu’il faut : rebondissements, suspens, action… Les personnages évoluent au fil des pages, ils sont attachants et bien travaillés, le tout avec une très plume incisive et fluide. Je vous le recommande vivement pour moi. J’espère que d’autres romans de l’auteur vont être traduits en français car il en vaut vraiment la peine.

  • colorandbook 24 mai 2019
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    Un de mes gros coup de coeur de 2018

  • jeanmid 7 juin 2019
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    Le journaliste et écrivain Damiano Valente n’est plus que l’ombre de lui-même côté physique : des crises régulières lui rappelle sa mauvaise forme , sa patte folle qui lui donne cette démarche si particulière , chaotique ; cette position debout qui le fait toujours plus souffrir et dont , seule sa cane , lui permet de rester ainsi , découvrant l’horrible , l’indicible , cette macabre vision de ce corps d’une jeune fille a moitié dévoré par les insectes , pendue à ce saule . Mais côté cellules grises , celles-ci fonctionnent toujours à plein régime . Celui que l’on surnomme « le chacal » car il ne lâche jamais une piste criminelle avant de débusquer , bosseur infatigable , la vérité . Son esprit lui souffle avec douleur que cette mort ressemble étrangement à celle de sa meilleure amie d’enfance , Claudia Carbone , disparue puis retrouvée pendue à ce même saule , avec des poupées se balançant aux branches , à proximité . C’était il y a trente et un ans , en cet été 1985 et Damiano s’en souvient comme c’était hier .
    A Castellacio , dans ce petit village de montagne , Damiano faisait partie d’une bande inséparable de copains avec en son sein , Flavio , Stefano et ..Claudia . Damiano était le sportif de la bande , un cycliste hors-pair , un futur champion pour lequel tous les espoirs étaient permis . Stefano , le fils d’un entrepreneur local de travaux public , toujours prêt pour les cent coups .. Flavio , lui, est arrivé récemment de Turin après le décès de sa mère et est hébergé par son grand père . un personnage haut en couleur , respecté de tous dans le village et connu comme « Don Mimi » celui qui résout les problèmes et qui protège le village des malveillants .Comme ces Russo , une famille d’origine napolitaine , bien décidée à imposer ses lois et à faire payer ses « taxes » aux commerces et aux habitants du cru .
    Claudia , la seule fille de la bande , est aussi la voisine de Flavio à qui il va apprendre le plaisir de lire ; bientôt elle sera sa petite amoureuse ..avant qu’elle disparaisse soudainement , définitivement .

    Pourquoi le meurtrier a-t-il attendu trente et un ans afin de commettre un nouveau forfait ? « L’homme au saule » va-t-il enfin être démasqué avant que d’autres victimes croisent sa route . Comptons sur le Chacal et sur sa pugnacité , aidé du commissaire de Vivo, pour en venir à bout et venger ainsi la mort de Claudia.

    Un roman dans lequel on plonge instantanément , suivant en parallèle ces deux récits à trente et un ans de distance . le rythme est fluide , les personnages attachants . Comme cette figure anti héroïque de Damiano Valente , au corps fatigué mais à la lucidité toujours vaillante . L’amitié de cette bande d’adolescents est également une véritable lumière en contrepoint des descriptions glaciales de ces meurtres barbares et inhumains .En toile de fonds cette Italie rurale où les conflits se résolvent encore à coup de pistolet , l’esprit de la mafia étant toujours présent .
    Une belle surprise .

  • FLaure 19 juillet 2019
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    Angoissant est le mot qui me vient en refermant le livre. La présentation des meurtres avec des scènes difficilement soutenables donne à ce livre une ambiance lourde, sombre. La présence d’un groupe mafieux n’aide pas à trouver la paix dans cette petite ville. L’épilogue m’a mis du baume au cœur mais le chemin a été long.
    "Le mal en soi" est présent partout et sous différentes formes. Chez le tueur bien sûr, chez les habitants dominés par la mafia, la résipiscence qui ronge.
    J’ai lu de très bonnes critiques. Pour ma part ce fut une agréable lecture mais pas un coup de cœur. L’écriture est fluide et agréable à lire. Pas de temps de mort, mais une certaine lenteur dans l’enquête.
    https://vie-quotidienne-de-flaure.blogspot.com/2018/06/Le-mal-en-soi-Antonio-LANZETTA.html
    « Il file (le temps) beaucoup trop vite et, dès qu’il s’aperçoit que tu commences à perdre du terrain, il accélère encore. Il te laisse démuni. »

  • FLaure 19 juillet 2019
    Le Mal en soi - Antonio Lanzetta

    Angoissant est le mot qui me vient en refermant le livre. La présentation des meurtres avec des scènes difficilement soutenables donne à ce livre une ambiance lourde, sombre. La présence d’un groupe mafieux n’aide pas à trouver la paix dans cette petite ville. L’épilogue m’a mis du baume au cœur mais le chemin a été long.
    Pas de personnages attachants en particulier sauf Flavio et son grand-père. J’ai aimé l’insouciance du petit groupe d’amis autour de Claudia. 15 ans, l’âge des premières amours et de la découverte de la jalousie amoureuse.
    "Le mal en soi" est présent partout et sous différentes formes. Chez le tueur bien sûr, chez les habitants dominés par la mafia, la résipiscence qui ronge.
    J’ai lu de très bonnes critiques. Pour ma part ce fut une agréable lecture mais pas un coup de cœur. L’écriture est fluide et agréable à lire. Pas de temps de mort, mais une certaine lenteur dans l’enquête.
    https://vie-quotidienne-de-flaure.blogspot.com/2018/06/Le-mal-en-soi-Antonio-LANZETTA.html
    « Il file (le temps) beaucoup trop vite et, dès qu’il s’aperçoit que tu commences à perdre du terrain, il accélère encore. Il te laisse démuni. »

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.