Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les couloirs démoniaques - Jean-Marc Dhainaut

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Le Foyer des Galibots, une maison de retraite paisible située dans le Nord de la France, ferma ses portes en 1992 après une effroyable série de morts mystérieuses. Des suicides, selon l’enquête. Détails troublants : certains pensionnaires avaient témoigné de présences effrayantes, et une aide-soignante avait affirmé avoir été attaquée par une force invisible. Alan Lambin, enquêteur en paranormal, sent que cet endroit, construit sur les ruines d’un hôpital exploré quinze ans plus tôt, a besoin de lui. A-t-il oublié la menace qui y rôde ?

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Des plumes et des livres 27 juin 2020
    Les couloirs démoniaques - Jean-Marc Dhainaut

    Un grand merci à Joël des Editions Taurnada pour m’avoir proposé de découvrir en avant-première le dernier tome des enquêtes paranormales d’Alan Lambin, Les couloirs démoniaques. Depuis quatre ans maintenant, juillet et synonyme de sortie d’un nouveau roman de Jean-Marc Dhainaut et de son célèbre chasseur de fantôme. Mais on était prévenu : Les couloirs démoniaques est la dernière enquête d’Alan.

    Déjà dans Les Galeries hurlantes, on a bien cru qu’Alan nous laissait tomber. Et ce qu’il a fait pendant quinze ans ! Nous l’avons quitté en 1987 et nous voici dans ce quatrième livre en 2002.

    L’hôpital détruit par le grisou dans les années soixante-dix, a laissé la place à une maison de retraite en 1990. Cependant le lieu semble maudit, hanté. D’étranges morts vont se produire et d’autres événements terrifiants auront lieu. Deux ans plus tard, la maison de retraite ferme définitivement ses portes et le bâtiment laissé à l’abandon.

    Sur l’insistance de son grand ami Paul, et de Mina, Alan va revenir sur ce lieu qui lui avait fait arrêter les enquêtes paranormales.Mais avant même de revenir, d’étranges choses se produisent. Comme si quelqu’un ne voulait pas de lui. Un danger. Le Shadow Man. Qui est-il ? Et pourquoi suit-il Alan depuis son enfance ?

    Au fil des chapitres, la tension monte, le danger est omniprésent que ce soit pour Alan ou ses proches. La présence de son ennemi de toujours, Erwan Diwen, amplifie les mauvaises ondes et la dangerosité des lieux.

    Une fois encore, Jean-Marc Dhainaut nous livre une merveilleuse ou plutôt une terrifiante enquête. Le passé, le présent et parfois même le futur se mêlent et les esprits de toutes les époques, se manifestent.

    L’enquête paranormale est rondement menée, bien que l’on passe la plupart de notre lecture à frémir et trembler pour nos amis. Les esprits nous marquent par leur tristesse, les lieux et les vivants nous choquent de part leur monstruosité.

    La fin semble annoncer que la relève d’Alan Lambin est assurée. Va-t-on pouvoir la suivre dans une nouvelle série d’enquêtes ?

    https://desplumesetdeslivres.wordpress.com/2020/06/27/avant-premiere-%f0%9f%92%96-les-couloirs-demoniaques-jean-marc-dhainaut/

  • VALERIE FREDERICK 7 juillet 2020
    Les couloirs démoniaques - Jean-Marc Dhainaut

    Nous sommes en 2002. Alan Lambin et Mina Arletti, enfin en couple après s’être tourné autour durant les trois précédentes enquêtes, reçoivent Paul Belvague, leur ami de longue date. Celui- ci, professeur de physique, regrette de ne pas avoir pu mener une expérimentation à son terme lors de l’enquête conduite en 1987 dans un hôpital désaffecté situé dans le Nord et construit au- dessus d’une galerie minière qui avait connu une grave tragédie (voir « Les galeries hurlantes »). Alan en était ressorti traumatisé par cette expérience. Lui qui se définit comme une personne menant des « recherches voulant démontrer l’existence de fantômes où il y en avait vraiment, mais aussi prouver leur absence là où beaucoup affirmaient le contraire », s’était retrouvé confronté à des forces obscures d’une violence jusque-là inconcevable pour lui.

    En ce jour du 2 février 2002, Paul insiste auprès d’Alan pour aller mener une dernière investigation, au « Foyer des Galibots », construit à son tour sur les ruines de l’hôpital désaffecté du Nord. Cette maison de retraite en effet a dû fermer après avoir été le siège de plusieurs suicides hautement improbables chez les pensionnaires, pour la plupart, invalides. Le personnel soignant a témoigné par ailleurs, avant qu’on lui enjoigne de se taire, avoir été témoins de phénomènes étranges, et surtout, terrifiants : cris d’enfants, portes qui claquent, griffures par des mains invisibles…

    Mais Alan, à soixante ans, aspire à une retraite bien méritée. Et ce à quoi il a assisté en 1987, dans les galeries sous-terraines de l’hôpital désaffecté ne lui donne pas envie d’y retourner. Mais c’est sans compter l’insistance de Paul et de sa chère Mina… Alan, évidemment, va se laisser convaincre d’y retourner une dernière fois.

    Sur place, il tente, grâce à la plume sarcastique de son créateur, Jean-Marc Dhainaut, de dédramatiser la situation : « - On ne risque pas de tomber sur des drogués ?
    - Si, répondit Alan, et peut-être même sur des fantômes, figure- toi.
    - C’est pas drôle.
    - Mais vous savez à quoi on ressemble, là, tous les trois ? Ajoutez un chien et une cinquième personne et on serait prêts pour une aventure du "Club des cinq". »

    Mais très vite, l’humour fait place à une tension qui monte crescendo. Les phénomènes surnaturels s’enchaînent à un point tel que la réalité et un certain monde parallèle se mélangent. Même ce charlatan d’Erwan Diwen, venu sur place lui aussi, accompagné de son fils et de la petite- amie de celui- ci, Meghan, mais dans le but de réaliser un reportage truqué pour la télévision, va se retrouver piégé à son propre jeu.

    Les découvertes que feront nos trois amis vont s’avérer dramatiques, et Alan va bien avoir besoin d’un coup de pouce pour pouvoir venir à bout de ce qui sera sa dernière enquête. Pour le coup, sa retraite sera bien méritée !

    Je referme ce roman avec une pointe de nostalgie, m’étant attachée à Alan et sa compagne Mina. La plume de Jean- Marc Dhainaut m’a encore une fois fait frémir ! Et j’espère que la relève proposée par l’auteur sera à la hauteur !!!

  • L’atelier de Litote 8 juillet 2020
    Les couloirs démoniaques - Jean-Marc Dhainaut

    Retrouver les aventures d’Alan Lambin est toujours un plaisir, même s’il semblerait que ce soit le dernier opus de cette série, j’espère que ce ne sera pas le cas et que la suite se fera avec un autre personnage mais je n’en dis pas plus. A nouveau sollicité par son ami Paul, Alan et Mina vont reprendre après plus de quinze ans d’arrêt là où tout avait commencé voir les trois tomes précédents. Retour donc sur les lieux qui avait tant terrifié notre enquêteur en paranormal, et découverte du Foyer des Galibots situé dans le Nord de la France. Une vague de suicide et de faits mystérieux a sévit dans cette paisible maison de retraite. Pensionnaires et employés sont terrifiés par la présence hostile qui semble hanter les lieux. Dans cette enquête, on retrouvera Erwan Diwen, le charlatan accompagné de son fils et de Meghan qui apporte la touche de fraîcheur bienvenue dans ce sombre récit. Le moment qui m’a le plus touchée est celui où l’on en apprend un peu plus sur l’enfance d’Alan, et sur la place prépondérante qu’a tenu sa grand-mère Madenn, c’est écrit avec beaucoup de sensibilité. L’auteur nous offre un personnage principal qui a su conserver son courage et ses idées malgré les années qui passent et c’est un personnage empli de sagesse qui nous emporte dans une aventure intense en émotion. Il faut dire que dès que l’on parle d’enfants hospitalisés, cela vient toucher une corde sensible. Le résultat de leur recherche va aller bien au-delà de ce que l’on pouvait imaginer. Heureusement, on peut toujours compter sur une touche d’humour pour alléger les situations trop angoissantes et les fameux « Nom d’une pipe ! » me rappellent toujours le capitaine Haddock. Un moment de lecture où l’on frissonne entre fantômes et démons mais pas que. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/07/02/38373713.html

  • Liliaza 22 juillet 2020
    Les couloirs démoniaques - Jean-Marc Dhainaut

    Posons directement les bases : je suis une grande fan de Jean-Marc Dhainaut, et de sa saga des aventures d’Alan Lambin. Ce dernier tome de ses aventures était un livre que j’attendais énormément. J’hésitais même à me refaire la saga entière avant celui-là. Ce que je me ferais un jour.

    Nous retrouvons ici nos protagonistes préférés, quinze ans après la dernière enquête (cf : Les galeries hurlantes). Je n’ai pas forcément de personnages préférés, bien que l’arrivée de Meghan change un peu la donne. Je vous laisse le loisir de découvrir cette nouvelle arrivante qui annonce du très bon.

    Ce roman est celui qui m’a procuré le plus d’émotions. Et je ne parle pas que de cette saga. Je parle de tous les livres que j’ai pu lire jusqu’à maintenant. J’ai frissonné, j’ai pleuré, j’ai ri et j’ai haï aussi. Je crois que la dernière fois que j’ai versé des larmes pour un livre c’était il y a quelques années. Et frissonner alors là n’en parlons pas. Je suis réputée pour ne pas avoir peur de beaucoup de choses en matière de livres/films. Mais Jean-Marc Dhainaut réussit à chaque fois son coup. Plus ça va, plus ses livres me font peur. J’ai même fait un cauchemar sur la scène du début dans la maison de retraite. Je vous laisse le plaisir de découvrir ça par vous-même. L’auteur nous rappelle aussi quelque chose : les fantômes et démons font peur mais le plus terrifiant et abjecte reste l’homme.

    Ce roman est vraiment un roman de conclusion. C’est le fameux "une dernière enquête et j’arrête". Tout prend une autre dimension que ce soit dans l’horreur ou dans l’émotion. On a l’impression de dire adieu à un vieil ami. Un ami qui revenait chaque juillet comme annonçant les vacances.

    Il m’a fallu quelques jours pour réussir à écrire cette chronique. Quand on aime trop un livre, il est difficile d’en parler sans dire : "j’adore" à toutes les phrases. Une fin qui laisse présager une suite avec un nouveau personnage. J’espère. Je ne suis pas encore prête à laisser de côté l’univers qu’a créé Jean-Marc Dhainaut. Je compte sur lui pour nous offrir des aventures encore plus palpitantes avec de nouveaux personnages.

    Merci pour ces super moments, pour Alan... et même pour le Shadow man. Oui même pour lui.

  • Liliaza 22 juillet 2020
    Les couloirs démoniaques - Jean-Marc Dhainaut

    Posons directement les bases : je suis une grande fan de Jean-Marc Dhainaut, et de sa saga des aventures d’Alan Lambin. Ce dernier tome de ses aventures était un livre que j’attendais énormément. J’hésitais même à me refaire la saga entière avant celui-là. Ce que je me ferais un jour.

    Nous retrouvons ici nos protagonistes préférés, quinze ans après la dernière enquête (cf : Les galeries hurlantes). Je n’ai pas forcément de personnages préférés, bien que l’arrivée de Meghan change un peu la donne. Je vous laisse le loisir de découvrir cette nouvelle arrivante qui annonce du très bon.

    Ce roman est celui qui m’a procuré le plus d’émotions. Et je ne parle pas que de cette saga. Je parle de tous les livres que j’ai pu lire jusqu’à maintenant. J’ai frissonné, j’ai pleuré, j’ai ri et j’ai haï aussi. Je crois que la dernière fois que j’ai versé des larmes pour un livre c’était il y a quelques années. Et frissonner alors là n’en parlons pas. Je suis réputée pour ne pas avoir peur de beaucoup de choses en matière de livres/films. Mais Jean-Marc Dhainaut réussit à chaque fois son coup. Plus ça va, plus ses livres me font peur. J’ai même fait un cauchemar sur la scène du début dans la maison de retraite. Je vous laisse le plaisir de découvrir ça par vous-même. L’auteur nous rappelle aussi quelque chose : les fantômes et démons font peur mais le plus terrifiant et abjecte reste l’homme.

    Ce roman est vraiment un roman de conclusion. C’est le fameux "une dernière enquête et j’arrête". Tout prend une autre dimension que ce soit dans l’horreur ou dans l’émotion. On a l’impression de dire adieu à un vieil ami. Un ami qui revenait chaque juillet comme annonçant les vacances.

    Il m’a fallu quelques jours pour réussir à écrire cette chronique. Quand on aime trop un livre, il est difficile d’en parler sans dire : "j’adore" à toutes les phrases. Une fin qui laisse présager une suite avec un nouveau personnage. J’espère. Je ne suis pas encore prête à laisser de côté l’univers qu’a créé Jean-Marc Dhainaut. Je compte sur lui pour nous offrir des aventures encore plus palpitantes avec de nouveaux personnages.

    Merci pour ces super moments, pour Alan... et même pour le Shadow man. Oui même pour lui.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.