Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Monster - Prix Maison de la Presse 2009 - Patrick Bauwen

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Michèle Bdr 4 août 2020
    Monster - Prix Maison de la Presse 2009 - Patrick Bauwen

    Il est dangereux de poursuivre la lecture d’un thriller le soir avant d’aller dormir quand il ne reste qu’une centaine de pages et que le dénouement est proche. C’est ce qui est arrivé avec ce roman. Parce que quel dénouement, quels rebondissements, quels éléments tordus qui viennent s’ajouter à une histoire déjà tordue. J’adore les thrillers donc j’ai adoré, les amateurs de thrillers adoreront aussi.

    Le seul reproche que je pourrais lui faire, c’est le style à l’américaine avec un concentré de clichés qui vont avec : gentil très gentil, méchant très très méchant, des gentils et des méchants flics, le FBI, de la baston et des pan-pan, des mecs super virils qui s’insultent, le tout se déroulant en Floride. Le seul élément qui n’est pas américain dans ce roman, c’est son auteur qui est bien français. Pourquoi pas, c’est surtout moi qui suis plutôt critique envers le style à l’américaine, en tout cas c’est réussi car on imagine très bien une adaptation en mode blockbuster américain.

    Parenthèse fermée, c’est un très bon thriller bien ficelé, chaque fin de chapitre ne donne qu’envie de passer au suivant, on pense avoir compris ou fait un lien puis paf un autre rebondissement qui dit "héhé non",... C’était mon premier Bauwen, et un gros coup de cœur pour cet auteur.

  • AnnieLecture 21 juillet 2020
    Monster - Prix Maison de la Presse 2009 - Patrick Bauwen

    Patrick fait partie de mes auteurs chouchous. Je l’apprécie infiniment. Je n’avais pas encore lu cet ouvrage (et d’autres d’ailleurs), c’est chose faite… et bien m’en a pris !!!

    Un style nerveux, incisif, sans mots inutiles, et qui nous emmène où il veut.

    Souvent j’ai cru deviner… eh ben non, je me suis trompée ! C’est à la fois rageant et en même temps très intéressant parce que cela veut dire que l’auteur maîtrise parfaitement son écriture, pour notre plus grand plaisir en fait. Il a donc su conduire son histoire, magistralement, et on avance de découvertes en découvertes, sans jamais pouvoir deviner ! C’est très fort !

    Vous lisez le soir avant de dormir ? vous voulez vous coucher ? N’y pensez même pas, il va vous en empêcher pffffffffff
    Les pages défilent et se laissent dévorer au point d’en oubier l’heure (j’en ai fait les frais ! )

    Vous l’aurez compris, c’est un excellent livre, à déguster.

  • mavic 30 juillet 2019
    Monster - Prix Maison de la Presse 2009 - Patrick Bauwen

    Dévoré en une journée. Accro comme on peut l’être à son café du matin. Chaque livre de Patrick Bauwen a pour moi l’effet d’un shoot d’adrénaline. C’est une explosion de bonheur (il faut pas être très nette pour dire ça hein…) de le voir mettre en scène ses personnages et leur faire subir bien des choses, le meilleur comme le pire.
    Et croyez-moi c’est peu souvent du meilleur. Et comme à chaque fois il est bluffant par ce qu’il parvient à nous raconter mais surtout cette capacité à nous tenir en haleine à chaque page.
    Préparez-vous à une chronique dithyrambique de ma part, une des premières en deux ans d’existence je pense.
    Aujourd’hui je vous parle de Monster de Patrick Bauwen paru aux éditions Le livre de poche et Albin Michel.

    Vous l’aurez compris j’ai adoré Monster comme j’ai aimé tous ses autres thrillers (mention spéciale à La nuit de l’ogre qui m’aura retourné et mis en PLS). Il y a du rythme, des retournements de situation mais surtout on se pose des millions de questions qui n’en finissent plus.
    La première étant : pourquoi tant d’acharnement sur Paul Becker, médecin ordinaire à la vie ordinaire ?
    D’entrée de jeu, l’auteur nous plonge dans le bain en faisant s’adresser le protagoniste directement à nous. Un certain lien de proximité se crée alors et une seule envie se manifeste, soutenir le Docteur Paul Becker.
    En effet, le talent de Patrick Bauwen ne s’arrête pas seulement à l’intrigue qu’il construit et qu’il tient sans fausse route jusqu’à la fin. Non, il tient également aux émotions qu’il insuffle dans ses personnages et à l’empathie que cela développe chez le lecteur. Il a cette particularité de poser des sentiments forts à des moments clés de l’intrigue ne faisant qu’exacerber le ressenti de celui qui lit. Pour ma part c’est l’effet que ça me fait. Et c’est ce qui fait également que je vis autant l’histoire.
    L’intrigue est forte mais les personnages le sont tout autant.
    Et pour mêler ça de manière totalement fluide, nous plongeons dans les pensées de certains protagonistes qui ont un rôle à jouer dans le déroulement mais également dans le dénouement de l’intrigue. Ici, par exemple, on plonge dans les pensées d’un gamin de 9/10 ans et je vous jure qu’il y a de quoi vous secouer les organes de l’intérieur.
    Et cela est du à la description des scènes mais surtout des sentiments des protagonistes (on y revient) et de l’environnement dans lequel ils évoluent. Pas de surenchère, loin de là. Il pose ce que le personnage perçoit autour de lui, ce que lui-même ressent et du coup cela développe un affect envers les personnages.
    C’est bien mené et à aucun moment on se dit que ça en devient p’tet un peu lourd. Ce qu’on pourrait être amené à penser quand on voit le sort qui s’acharne sur le pauvre Docteur Paul Becker et sa vie qui part peu à peu en lambeaux.
    Et nous lecteurs on assiste à ça impuissant, en essayant tout de même de découvrir la vérité dans tout ce bazar qui explose à la figure d’entrée de jeu.
    C’est une lecture rythmée, avec peu de temps mort. Et là où il y a temps mort, il permet surtout de continuer à développer l’intrigue et à donner les éléments nécessaires pour continuer d’avancer de plus belle. Alors, je me suis accrochée à mon livre comme une bouée avec ce besoin de savoir quand est-ce que le dénouement m’exploserait à la tête ? Mais surtout dans quel état j’allais en ressortir ?
    Parce que croyez-moi en 600 pages vous aurez le temps de soupçonner des gens, de craindre des évènements à venir et passés, de râler (même de hurler), de jubiler et d’espérer avec le Dr Becker. C’est dingue de voir comment une décision peut chambouler le reste de votre vie de façon assez radicale il faut dire.
    Le dénouement est l’apothéose de tout ce qui a été lu et découvert en amont.
    Stupeur, effroi mais également espoir seront vos meilleurs amis à ce moment-là. C’est un dénouement qui est assez fort parce qu’on en vient à comprendre les premières pages du livres et tout ce que cela implique. C’est bluffant et j’ai envie de dire que c’est typique de l’auteur qui nous sert toujours des fins sur-mesure et grandiose. Aussi grandiose que son intrigue. C’est comme si on déroulait un fil rouge jusqu’à la fin, sans anicroche et qu’à la fin du fil on se disait « voilà c’est comme ça que ça devait être ».
    En bref,
    J’ai adoré Monster. J’en ai fait des cauchemars, je suis devenue parano le temps d’une nuit preuve que j’ai vécu ce qu’il a écrit. Mais surtout qu’il a une plume qui vous transporte dans l’horreur dès les premières pages, dès les premiers mots. Il a beau utiliser un médecin comme personnage principal à chacune de ses intrigues je trouve que ce n’est jamais vraiment la même chose et que chacun est différent. Avec ses forces et ses faiblesses que l’auteur exploite jusqu’au bout ce qui rend une intrigue forte en émotions où l’empathie est de mise. Peu de place au temps mort, Monster nous embarque direct pour nous lâcher à la toute dernière page parce que l’auteur nous offre une fin aboutit où toutes les questions trouvent réponses, et nous régale avec un dénouement à la hauteur des 500 premières pages.
    Je ne peux que vous inviter à découvrir cet auteur si ce n’est pas déjà fait et à découvrir ce livre également.

  • Sylvie Belgrand 26 avril 2019
    Monster - Prix Maison de la Presse 2009 - Patrick Bauwen

    Il existe tant de livres, et si peu de temps pour les lire ! Sans le lecteur ou la lectrice de thrillers qui a laissé Monster dans une boîte à livres , je serais peut-être passée à côté du talent de Patrick Bauwen. Et ça aurait vraiment été dommage !

    J’ai dévoré ce roman en un week-end. L’histoire est en partie racontée à la première personne et au présent, du point de vue du personnage principal. Ça donne une écriture rythmée, presque brutale, en phase avec les horreurs et la violence qui bouleversent sa vie.

    On se dit que ça ne va donc jamais finir de s’accumuler pour ce pauvre Paul Becker. On doute même de lui...jusqu’aux stupéfiantes révélations finales.

    J’ajoute dès aujourd’hui les autres romans de Patrick Bauwen à ma wishlist !

    Le quatrième de couverture :

    Paul Becker a ouvert une unité de soins d’urgence en Floride et consacre peu de temps à sa femme et son fils. Une nuit, un policier lui amène un patient blessé, menotté, nu et aux membres anormalement longs et souples. Une fois cet étrange patient soigné, le téléphone qu’il a oublié sonne : Paul répond... c’est la pire erreur de sa vie, qui tourne alors au cauchemar

  • La Caverne du Polar 14 décembre 2018
    Monster - Prix Maison de la Presse 2009 - Patrick Bauwen

    J’ai rencontré Patrick Bauwen lors du Festival Sans Nom à Mulhouse cette année et j’ai pris beaucoup de plaisir à parler avec lui. J’ai commencé avec Monster le premier tome de la série Paul Becker. Nous voici donc parti en direction de Naples, non pas en Italie, mais en Floride aux Etats-Unis.

    Revenu s’installer en Floride à Naples dans la petite ville de son enfance, Paul Becker est un médecin qui vient tout juste d’ouvrir sa Walk-in-Clinic, une salle de consultation sans rendez-vous et ouverte à tous 24h/24h. Il est contraint de travailler la nuit afin d’assurer sa réputation et de rentrer dans ses frais. Un soir, alors qu’une tempête frappe la ville de Naples, il voit débarquer son ami Cameron Cole un flic imposant, qui lui ramène un homme nu et blessé dans sa clinique. Lorsque les deux hommes quittent la clinique, Paul retrouve le téléphone portable de ce mystérieux patient et à partir de là, sa vie va basculer. Car ce portable contient des photos compromettantes, dont l’une d’elle est le portrait du père de Paul ! Des menaces s’ensuivent, sa femme et son fils disparaissent. Soupçonné de choses atroces, poursuivi par la police, c’est pour lui le début de sa lente descente aux enfers. Propulsé dans son passé mais aussi dans une affaire de réseau pédophile qui dépasse toutes les horreurs imaginées, Paul n’est plus que l’ombre de lui-même. Traqué par un fou comme par les autorités, il mène sa propre enquête.

    Le récit démarre assez doucement et permet au lecteur de s’immerger profondément dans l’univers de Paul. Mais très vite on est happé par les différents rebondissements, pas de temps morts dans l’histoire et une intrigue qui évolue très vite. Confiance, famille, réseaux pédophiles, FBI, sont les ingrédients de cet inquiétant roman qui se lit d’une traite. Tout sera remis en question, son couple, son père, ses amis, ses fréquentations…

    Monster est vraiment un thriller très efficace. Pour son second roman Patrick Bauwen a fait très fort. J’ai hâte de lire les fantômes d’Eden.

  • Les Lectures de Maud 5 juillet 2018
    Monster - Prix Maison de la Presse 2009 - Patrick Bauwen

    Livre fini la semaine et un excellent de lecture. Dès les premières pages, nous sommes plongés aux côtés de Paul dans une tornade d’évènements qui vont bouleverser sa vie. Comment ce médecin va se retrouver, malgré lui au centre de cette intrigue bouleversante. Comment va-t-il gérer ce qui lui arrive.
    Des personnages très réalistes, certains attachants, d’autres répugnants, un sacré panel.
    Une lecture très agréable, une écriture vive, dynamique, les pages se tournent d’elles-mêmes. J’ai été happé par cette histoire, voulant absolument connaître la fin. Un déroulé finement amené, un final digne d’un puzzle lorsque l’on met la dernière pièce et que l’image jaillit sous nos yeux ; avec une petite pointe d’émotion, voir une larmichette.

    Une seule question, pourquoi ai-je mis autant de temps avant de lire ce livre ? Ouf heureusement, c’est fait et je le recommande à tous ceux qui ne le connaissent pas !! Foncez

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.