Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Priya, la fille du boucher - Marie Capron

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

10 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Depuis les coupes budgétaires liées à la crise, la commissaire Priya Dharmesh et Ziad, son jeune lieutenant, ne savent plus où donner de la tête... Appelés par le vigile de Pouledor, une usine agro-alimentaire spécialisée dans l’élevage de poussins, ils découvrent le corps d’un nourrisson, celui du fils du directeur. Leurs soupçons se portent alors sur la baby-sitter, Lorie, qui a disparu. Se pourrait-il que la jeune femme, une militante active de la cause animale, soit celle qui se surnomme « la fille du boucher » ?

Pour couronner le tout, Priya est obligée d’intégrer dans son équipe Marc Ober, auteur de romances à succès. Son supérieur « Le Boss » a accepté un partenariat lucratif avec Témoin Numéro 1, une entreprise américaine qui propose à ses candidats une immersion totale dans une enquête. Il y voit l’occasion de renflouer les caisses de la police et de fournir à Priya les moyens qui lui manquent. Le temps presse, car la fille du boucher est loin d’avoir commis son dernier crime… Priya, La fille du boucher est un polar incisif, mordant, saignant.

Source : Viviane Hamy


Inscrivez-vous sur ce Lien pour rencontrer ce Samedi 21 mai l’aurtrice Maron Capron, le samedi 21 mai prochain à la librairie Eyrolles (Paris) > https://www.bepolar.fr/Operations-speciales !

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • lireencore93420 17 juin 2022
    Priya, la fille du boucher - Marie Capron

    Depuis les coupes budgétaires liées à la crise, la commissaire Priya Dharmesh et Ziad, son jeune lieutenant, ne savent plus où donner de la tête... Appelés par le vigile de Pouledor, une usine agro-alimentaire spécialisée dans l’élevage de poussins, ils découvrent le corps d’un nourrisson, celui du fils du directeur.

    C’est ce genre de livre que vraiment, j’adore, la scène d’introduction tonne le ton au reste du récit, mais le reste de la trame est vraiment aussi bonne.

    Déjà, le fait d’intégrer un écrivain a l’enquête, cela donne beaucoup d’humour à cette histoire qui est déjà très palpitante.

    J’ai aimé la construction qui avant le chapitre quelques lignes parlaient de la meurtrière et son histoire, et plus on avance dans le récit plus on comprend son histoire.

    J’ai aussi beaucoup apprécié l’équipe de policiers : Priya et Saïd, l’univers aussi est plaisant, coupes budgétaires donc besoin d’un électron libre, qui va leur donner du budget pour plus de personnel, j’ai trouvé cela excellent.

    C’est un livre à ne pas mettre dans toutes les mains, c’est assez hard, violent et on est au cœur du sujet, la boucherie, comme au propre et au figuré, mais moi franchement, j’ai adoré.

    De plus, c’est hyper addictif, il y a énormément de rebondissements, et jamais j’aurais deviné qui était cette fille de boucher.

    J’ai eu même de l’empathie pour ce personnage, qui n’a pas eu trop de chances dans sa vie, oui certaines personnes diront ce n’est pas une raison, mais je trouve que l’autrice a mis un brin d’humanité dans ce personnage, et cela fait du bien.

    Je remercie BE POLAR, car sans leur intermédiaire, je n’aurais jamais pu lire ce livre, c’était vraiment bien.

  • Kkt8 15 juin 2022
    Priya, la fille du boucher - Marie Capron

    1er roman vraiment ???
    Mais quelle aisance, on dirait que Marie Capron en est à son 20ème roman !

    Le résumé, qui m’a fait pensé à une série américaine, dont je tairais le nom..., m’avait fait redouter le pire ..
    Et en effet j’ai trouvé le PIRE mais version gore pas version série US ;)

    C’est très bien ficelé, et on se laisse prendre au jeu, on frisonne, on crie (sisi j’vous jure) et on doute ... jusqu’à la fin !
    Un poil trop sanguinolant pour moi, c’est pour ça que je ne met pas les 5 étoiles, mais très sincèrement les adeptes du genre vont s’en donner à cœur joie !

  • Kkt8 15 juin 2022
    Priya, la fille du boucher - Marie Capron

    1er roman vraiment ???
    Mais quelle aisance, on dirait que Marie Capron en est à son 20ème roman !

    Le résumé, qui m’a fait pensé à une série américaine, dont je tairais le nom..., m’avait fait redouter le pire ..
    Et en effet j’ai trouvé le PIRE mais version gore pas version série US ;)

    C’est très bien ficelé, et on se laisse prendre au jeu, on frisonne, on crie (sisi j’vous jure) et on doute ... jusqu’à la fin !
    Un poil trop sanguinolant pour moi, c’est pour ça que je ne met pas les 5 étoiles, mais très sincèrement les adeptes du genre vont s’en donner à coeur joie !

  • Gwenael 4 juin 2022
    Priya, la fille du boucher - Marie Capron

    Connaissez-vous Marie Capron ? 😈

    Si cela devait ne pas être le cas, je vous invite à vous plonger dans son univers où le noir flirte allègrement avec le rouge sang, le tout dans un premier roman qui ne devrait pas manquer de faire parler, et pour cause...
    Dans "Priya, La Fille Du Boucher", Marie met en scène Priya Dharmesh, une policière réunionnaise d’origine indienne travaillant en région parisienne, amenée à enquêter sur des meurtres d’enfants au raffinement... particulièrement soigné.

    En effet, les corps des malheureuses victimes font l’objet d’une présentation digne des plus beaux étals de maîtres-bouchers, l’assassin montant d’un cran dans l’horreur, mais aussi, à sa manière, dans l’art, à chacun de ses agissements.

    Mais qu’à cela ne tienne, l’auteure évite avec brio toute surenchère, en disséminant dans le récit une touche d’humour parfaitement dosée, dont le lecteur sent déjà qu’il deviendra l’une de ses marques de fabrique dans ses prochains romans.

    Si j’admets avoir eu quelques soupçons concernant l’identité de la fille du boucher une fois le roman bien engagé, j’étais loin d’imaginer le sort réservé à l’un des principaux personnages de l’histoire, qui démontre que Marie n’a pas peur de mettre elle aussi la main à la patte lorsqu’elle souhaite cueillir ses lecteurs à point...

    Au final, ce roman aura été pour moi une réjouissante découverte, dotée d’une intrigue subtile tissée autour de personnages bien campés délivrant ce que l’homme - et surtout la femme - est capable d’accomplir du meilleur au pire, le tout sous la bannière d’une maison d’édition qui ne fait pas semblant de choisir ses auteures, les Éditions Viviane Hamy étant notamment connues pour avoir été la maison historique de Fred Vargas, rien que ça.

    Bref, n’hésitez pas à vous lancer, et n’oubliez pas d’enfiler une paire de gants en caoutchouc et la charlotte qui va bien avant, risque de projections oblige... 🩸

  • Baumel Séverine 29 mai 2022
    Priya, la fille du boucher - Marie Capron

    Âmes sensibles s’abstenir ! Un polar gore, poisseux, qui vous retournera tripes et boyaux ! Une plongée horrifique dans ce que l’humain peut faire de pire !
    Un conseil : à lire l’estomac vide !

  • Kirzy 29 mai 2022
    Priya, la fille du boucher - Marie Capron

    La voilà l’excellente surprise côté polar français noir serré ! Ce premier roman fait souffler un vent de fraicheur vraiment réjouissant dans ce genre très encombré et parfois un peu stéréotypé, et ça fait un bien fou !

    L’enquête démarre dans une usine agro-alimentaire spécialisée dans l’élevage de poussins, après la découverte d’un cadavre de nourrisson déchiqueté dans la cuve d’un broyeur à poussins ... course contre la montre pour arrêter un tueur bien dégueulasse qui trucide en recourant à des techniques bouchères d’une cruauté sans nom.

    Clairement il faut avoir l’estomac solide, moi qui ait la couenne plutôt épaisse, j’ai plissé le nez à plusieurs reprises tant l’auteure déploie une scénographie très cinématographique qui donne à voir les crimes de façon crûment explicite. Pour autant, ce recours au gore n’est jamais gratuitement premier degré car il est à chaque fois désamorcée par l’humour décapant qui se dégage de toutes les pages. On est souvent sidéré mais on rit pas mal.

    En plus, Marie Capron recourt très intelligemment à une légère dystopie qui donne de la profondeur au récit. La police nationale française est tellement en faillite financière que pour renflouer les caisses, elle a mis sur pied l’opération « Témoin numéro 1 » ou comment, contre grosse somme d’argent, un quidam fortuné pourra vivre une expérience immersive dans une enquête criminelle : ici ce sera un clone de Marc Levy qui accompagnera la commissaire Priya afin de doper son imagination et se remettre à l’écriture.

    L’auteure s’amuse sans se prendre pas au sérieux mais derrière la farce et la satire, il y a du fond. Elle y va franco pour aborder les dérives de notre société contemporaine : surconsommation, souffrance animale, extrémisme antispéciste, écoterrorisme, violences faites aux femmes. Elle le fait joyeusement sans asséner des vérités toutes faites, sans théoriser, sans faire la morale, laissant juste le lecteur se questionner après le rire, la sidération ou le dégoût.

    Evidemment, il fallait que le scénario tienne la route pour que tout cela embarque le lecteur. C’est le cas avec une construction millimétrée qui sait changer de braquet au bon moment afin de surprendre. Et puis, il y a Priya, excellent personnage de commissaire, loin des stéréotypes, quinquagénaire à la fois forte et fragile, réunionnaise d’origine indienne, vivant le déracinement après avoir fui son île. On a très envie de la suivre dans une autre enquête, surtout après l’ambiguïté des dernières phrases.

  • Kirzy 29 mai 2022
    Priya, la fille du boucher - Marie Capron

    La voilà l’excellente surprise côté polar français noir serré ! Ce premier roman fait souffler un vent de fraicheur vraiment réjouissant dans ce genre très encombré et parfois un peu stéréotypé, et ça fait un bien fou !

    L’enquête démarre dans une usine agro-alimentaire spécialisée dans l’élevage de poussins, après la découverte d’un cadavre de nourrisson déchiqueté dans la cuve d’un broyeur à poussins ... course contre la montre pour arrêter un tueur bien dégueulasse qui trucide en recourant à des techniques bouchères d’une cruauté sans nom.

    Clairement il faut avoir l’estomac solide, moi qui est la couenne plutôt épaisse, j’ai plissé le nez à plusieurs reprises tant l’auteure déploie une scénographie très cinématographique qui donne à voir les crimes de façon crûment explicite. Pour autant, ce recours au gore n’est jamais gratuitement premier degré car il est à chaque fois désamorcée par l’humour décapant qui se dégage de toutes les pages. On est souvent sidéré mais on rit pas mal.

    En plus, Marie Capron recourt très intelligemment à une légère dystopie qui donne de la profondeur au récit. La police nationale française est tellement en faillite financière que pour renflouer les caisses, elle a mis sur pied l’opération « Témoin numéro 1 » ou comment, contre grosse somme d’argent, un quidam fortuné pourra vivre une expérience immersive dans une enquête criminelle : ici ce sera un clone de Marc Levy qui accompagnera la commissaire Priya afin de doper son imagination et se remettre à l’écriture.

    L’auteure s’amuse sans se prendre pas au sérieux mais derrière la farce et la satire, il y a du fond. Elle y va franco pour aborder les dérives de notre société contemporaine : surconsommation, souffrance animale, extrémisme antispéciste, écoterrorisme, violences faites aux femmes. Elle le fait joyeusement sans asséner des vérités toutes faites, sans théoriser, sans faire la morale, laissant juste le lecteur se questionner après le rire, la sidération ou le dégoût.

    Evidemment, il fallait que le scénario tienne la route pour que tout cela embarque le lecteur. C’est le cas avec une construction millimétrée qui sait changer de braquet au bon moment afin de surprendre. Et puis, il y a Priya, excellent personnage de commissaire, loin des stéréotypes, quinquagénaire à la fois forte et fragile, réunionnaise d’origine indienne, vivant le déracinement après avoir fui son île. On a très envie de la suivre dans une autre enquête, surtout après l’ambiguïté des dernières phrases.

  • zaza210 26 mai 2022
    Priya, la fille du boucher - Marie Capron

    C’est un roman noir, vraiment noir. Passé le premier moment - très choquant pour ceux qui imaginent les scènes décrites - on plonge dedans. C’est une critique de notre société de consommation poussée à l’extrême. Malgré tout, on plonge dans cette histoire sordide pour trouver le coupable et connaître ses raisons profondes de ces crimes atroces. Les personnages sont attachants, pleins de doutes et on suit leur évolution (ou révélation) tout au long de ce livre.
    A lire donc, mais pas dans une période où l’on est fragile.

  • Avosbouquins ! 23 mai 2022
    Priya, la fille du boucher - Marie Capron

    Ce polar n’est pas simplement bon, mais EXCELLENT ! L’enquête est passionnante, pleine de suspense et de faux-semblants. Les personnages et notamment celui de Priya, là commissaire, sont très travaillés. Mais là où réside le point fort de l’auteure c’est dans les descriptions des scènes de crime. Elles nous font vivre le roman en images et le moins que l’on puisse dire c’est que ce sont des images fortes et que l’on n’est pas près d’oublier de sitôt !
    Un polar décapant et original à lire de toute urgence !

  • Vary Soasoa 20 mai 2022
    Priya, la fille du boucher - Marie Capron

    Dans ce thriller glaçant, bien que Marie Capron soulève des problèmes de société comme la surconsommation et la souffrance des animaux (entre autres), qui me conforte dans ce que je pense car je suis végétarienne, j’avoue que les scènes de crimes sur enfants sont particulièrement sanglantes, cruelles et insupportables. Malgré tout, pour un premier livre c’est très bien construit, l’enquête est pointue et les personnages intéressants !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.