Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Shibumi - Trevanian

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Trevanian est l’un des auteurs les plus mystérieux de ces dernières années. De lui on sait peu de chose. Américain, il a vécu dans les Pyrénées basques et est probablement mort en 2005. Ses romans se sont vendus à des millions d’exemplaires dans le monde et ont été traduits en plus de quatorze langues. Après La Sanction, Shibumi est son second roman réédité en français.
SHIBUMI

Nicholaï Hel est l’homme le plus recherché du monde. Né à Shanghai en plein chaos de la Première Guerre mondiale, fils d’une aristocrate russe et protégé d’un maître de Go japonais, il a survécu à la destruction d’Hiroshima pour en émerger comme l’assassin le plus doué de son époque. Son secret réside dans sa détermination à atteindre une forme rare d’excellence personnelle : le shibumi.
Désormais retiré dans sa forteresse du Pays basque en compagnie de sa délicieuse maîtresse, Nicholaï accueille une jeune étrangère venue lui demander son aide. Il se retrouve alors traqué par une organisation internationale de terreur et d’anéantissement - la Mother Company - et doit se préparer à un ultime affrontement.

Shibumi, le chef-d’oeuvre de Trevanian, est un formidable roman d’espionnage et une critique acerbe de l’Amérique. Avec, toujours, l’intelligence et l’humour noir qui sont la marque de fabrique de cet auteur exceptionnel.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Vos #AvisPolar

  • ReadLookHear 9 mai 2020
    Shibumi - Trevanian

    Il y a des livres, je ne sais pourquoi, ils me font peur … C’est le cas de celui-ci, longtemps j’ai hésité à l’acheter et il ne serait peut-être pas sorti tout de suite de ma PAL sans ce confinement. Pourtant, une fois refermé, je suis bien content de ne pas être passé à côté.

    Ce roman est pour moi un petit ovni. Il est vraiment particulier. Un roman de chez Gallmeister dont l’intrigue se déroule entre le Japon et le Pays Basque, déjà ce n’est pas commun. Ensuite, particulier par le genre… Ou les genres, enfin, je ne sais pas trop, il est totalement inclassable. Roman d’espionnage ? Oui pourquoi pas. Thriller ? Je ne pense pas. Ovni, je vous ai dit, ça c’est certain. Je me suis régalé avec ce Shibumi, ce roman qui est un genre à lui tout seul.

    L’auteur est un véritable jongleur, il adapte son style à la situation ou à l’histoire qu’il raconte. Comme dit un peu plus haut, une partie de ce roman se passe au Japon, et bien j’ai trouvé que par bien des manières Trevanian a adapter son écriture au style japonais, ce côté très contemplatif propre à cette littérature, c’est ce que j’ai retrouvé dans Shibumi. Mais il n’y a pas que ça, à un autre moment, nous avons carrément à faire à un roman sur la spéléologie et cela m’a super intéressé alors que à la base c’est quelque chose qui ne m’attire pas du tout. Et entre tout cela, l’auteur nous propose de l’espionnage, de l’action, des situations et des dialogues à mourrir de rire. Vous y rajoutez des critiques acerbes de la société et des occidentaux (tout le monde y passe, pas de jaloux) et c’est un véritable melting-pot qui fait de ce roman un chef d’oeuvre.

    Voilà, encore une très belle découverte chez Gallmeister. Un roman que je ne peux que conseiller à tout ceux qui ne l’on pas encore lu et qui aiment les ovnis littéraires.

    https://readlookhear.wordpress.com

  • titoulematou 9 mai 2020
    Shibumi - Trevanian

    Nicholaï Hel est l’homme le plus recherché du monde. Né à Shanghai en plein chaos de la Première Guerre mondiale, fils d’une aristocrate russe et protégé d’un maître de go japonais, il a survécu à la destruction d’Hiroshima pour en émerger comme l’assassin le plus doué de son époque. Son secret réside dans sa détermination à atteindre une forme rare d’excellence personnelle : le shibumi. Désormais retiré dans sa forteresse du Pays basque en compagnie de sa délicieuse maîtresse, Nicholaï accueille une jeune étrangère venue lui demander son aide. Il se retrouve alors traqué par une organisation internationale de terreur et d’anéantissement – la Mother Company – et doit se préparer à un ultime affrontement. Certains livres sont des rencontres auxquelles on ne s’attend pas.
    Spontanément je ne serais pas aller vers ce livre. Mais quand ma libraire m’en a parlé je me suis dit « pourquoi pas » (d’autant que je venais de lui demander un truc nouveau…).

    Mon avis :
    Je me suis repris à 2 fois pour les lire les premières pages … il faut dire que ça commence avec 3 personnes qui regarde dans une « salle de projection privée » la vidéo d’une histoire de fusillade dans un aéroport.
    Je me suis dit que si c’était une histoire d’espionnage ça n’allait pas trop me tenir en haleine…
    Et puis… Et puis Nicholaï Hel est arrivé dans l’histoire… et là … scotchée la lectrice.
    Je n’ai plus été capable de lâcher le livre quasiment jusqu’à la dernière page (enfin si, pour être honnête il y a un moment où j’ai senti une baisse de mon intérêt mais j’ai poursuivi car je voulais savoir …)
    En fait ce qui m’a plus intéressée ce n’est pas tant l’histoire que le personnage principal…
    Au début de l’histoire, il est déjà âgé mais une grande partie du livre est consacrée à sa vie, et ça aide à comprendre comment il en est arrivé là où il en est au début de l‘histoire…
    Et wahoo…
    Ce concept de Shibumi … juste wahoo…
    Un des personnages de l’histoire défini ce concept ainsi « l’idée du raffinement le plus subtil sous les apparences les plus banales […] C’est compréhension plus que connaissance.
    Dans le comportement c’est la modestie plus que la pruderie.
    Dans le domaine de l’art […] c’est la simplicité harmonieuse... »
    J’ai vraiment adoré le personnage de Nicholaï mais aussi les autres personnages qui sont (à part les méchants) très attachants.
    Cette histoire est aussi l’écriture qui m’a séduite : fluide, sans céder à la facilité …
    Même s’il a été écrit dans les années en 1979 ce livre une sacrément actuel (moins les portables, internet …) Il démonte les liens entre les nations, l’évolution de ces nations et de la société avec brio et humour … noir. Bien entendu si on suit le cheminement intellectuel de l’auteur, il y a de quoi être pessimiste pour l’avenir de l’homme, et de l’humanité ... mais c’est tellement réaliste (encore plus aujourd’hui). C’est peut-être pour ça que le personnage de Nicholaï qui apparaît encore plus « lumineux ». Par ce que, en essayant d’atteindre cet état de « shibumi » il va à l’encontre de tous… il est simplement humain.
    Attention pas de mièvrerie, Nicholaï a ses défauts (par exemple on apprend dès le début du livre qu’il est un assassin …)
    Que dire d’autre …
    En fait je m’aperçois que j’ai du mal à trouver les mots précis, des exemples concrets pour dire ce qui m’a plu dans ce livre. Je vais donc arrêter là ce « texte » et vous dire de tenter l’expérience du Shibumi ..

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.