Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Sur des breizh ardentes - Stanislas Ptrosky

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

L’Église est pauvre, ce n’est pas à toi que je vais l’apprendre.
Alors quand un dénommé Laurent Gérard lui lègue sa fortune au moment de son décès, crois-moi qu’elle apprécie.

Ce qu’elle apprécie moins, c’est de se faire spolier l’héritage !
Voilà pourquoi je déboule en Bretagne sous la couverture d’un aide-soignant dans un EHPAD où les résidents meurent plus que de raison !
Entre légendes Celtes et une belle rousse incendiaire, j’ai de quoi faire dans ce roman !
Suis-moi, on y va…

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Sharon 14 avril 2022
    Sur des breizh ardentes - Stanislas Ptrosky

    Le livre commence par un avertissement, qui, peut-être, fera grincer des dents à certains. Tant pis. personne n’est obligé de lire ce livre. Paradoxe : j’ai pensé à Frédéric Dard alors que je n’ai jamais lu un seul de ses livres (je me dis toujours qu’il faudrait que je le fasse). De même, j’ai l’impression que le personnage de Requiem me suit depuis très longtemps alors que j’ai commencé à lire les aventures de Requiem en juillet 2019 – mais je les ai toutes lues, sans exception.

    Pour ceux qui ne connaissent pas ce personnage, de son vrai nom Esteban Lehydeux, il s’agit tout simplement (!) d’un prêtre exorciste, enquêteur pour le Vatican. Et là, s’il doit enquêter, c’est tout simple : un homme, sans hériter, avait promis de tout léguer à l’Eglise. Or, il a changé d’avis (pas de souci), sans prévenir son meilleur ami, son confident, prêtre de son état. Pourquoi ? Cela ne plaît à personne de voir un héritage lui passer sous le nez, cela plaît encore moins à l’Eglise qui a besoin d’argent. Aussi Requiem est-il dépêché, sous couverture, dans une EHPAD.

    J’aimerai vous dire… qu’il ne va pas s’ennuyer. Il n’a pas le temps. Etre aide-soignant, c’est prendre soin de personnes dépendantes, dans toutes les réalités d’un corps vieilli, souffrant, d’un esprit qui, parfois, bat la campagne. Dit ainsi, c’est presque poétique. Le narrateur nous dépeint la réalité plus crument que je ne le fais. Il prend position, aussi, pour le droit à l’euthanasie, le droit d’aider un médecin ou une infirmière à aider son patient, qui n’a plus aucun espoir, dont la vie n’est que souffrance, à demander de l’aide pour mourir – ou de véritables soins palliatifs. Il est des lecteurs qui seront choqués – forcément. Pour lancer un débat sur le sujet, il faut au moins pouvoir en parler. On pourrait répondre que ce n’est pas le moment. S’il faut attendre un moment, on ne fait pas avancer le débat. On pourrait répondre aussi que l’on est contre. Pour le dire, encore faut-il justement qu’il y ait débat.

    Le narrateur, Esteban Lehydeux pseudo Lebelle pour cet aventure, est clair : l’euthanasie seulement si le patient lui-même le demande, pas si un membre du personnel médical se sent soudain tout puissant et décide qui doit mourir, pas si l’acte est accompli pour en tirer un (énorme) profit. Qu’en est-il exactement ? Je pourrai m’en tirer par une pirouette et vous dire que vous le saurez en lisant ce livre. Trop simple, n’est-ce pas ? Et justement, la construction de ce roman, de son intrigue, n’est pas aussi simple qu’on voudrait nous le faire croire. Le suspens sera maintenue jusqu’au dénouement, et c’est tant mieux.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.