Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Taqawan - Eric Plamondon 

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

8 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

« Ici, on a tous du sang indien et quand ce n’est pas dans les veines, c’est sur les mains. »

Le 11 juin 1981, trois cents policiers de la sûreté du Québec débarquent sur la réserve de Restigouche pour s’emparer des filets des Indiens mig’maq. Emeutes, répression et crise d’ampleur : le pays découvre son angle mort.

Une adolescente en révolte disparaît, un agent de la faune démissionne, un vieil Indien sort du bois et une jeune enseignante française découvre l’immensité d’un territoire et toutes ses contradictions. Comme le saumon devenu taqawan remonte la rivière vers son origine, il faut aller à la source...

Histoire de luttes et de pêche, d’amour tout autant que de meurtres et de rêves brisés, Taqawan se nourrit de légendes comme de réalités, du passé et du présent, celui notamment d’un peuple millénaire bafoué dans ses droits.

Vos #AvisPolar

  • madame.tapioca 4 mars 2019
    Taqawan - Eric Plamondon 

    Ne passez pas à côté de Taqawan !

    Taqawan c’est le nom donné par les indiens Mig’maq au saumon qui, de la mer, revient pour la première fois dans sa rivière natale. C’est ce poisson qui mettra le feu au poudre en 1981 lorsqu’on le Canada voudra interdire la pêche à cette petite communauté mig’maq nichée dans un coin du Québec. En marge d’un conflit d’une grande brutalité, on suit les parcours croisés de quatre personnages : Océane, adolescente mig’maq agressée par des policiers, Yves, agent de la faune démissionnaire, Caroline, Française venue enseigner au Québec et William, l’indien solitaire.
    Entrecoupée d’anecdotes historiques et d’informations quasi-encyclopédiques, l’intrigue policière se mêle à la résistance d’un peuple millénaire qui entend faire valoir ses droits.

    Quand on lit beaucoup, on cherche la pépite, la surprise qui va sortir des sentiers battus. Celle qui va nous maintenir dans l’idée que la littérature est la plus belle des expressions, qu’il y aura toujours de la place pour les raconteurs d’histoires et que ces histoires peuvent être amenées de diverses manières.
    « Taqawan » c’est ça. Un petit ovni de moins de 200 pages mais avec lequel on s’offre un superbe moment entre polar, roman historique, politique et chronique sociale. Un mille-feuilles littéraire qui se déguste et qui passe bien trop vite.

  • 1001histoires 5 avril 2019
    Taqawan - Eric Plamondon 

    Taqawan : le 11 juin 1981 dans un coin du Québec appelé Gaspésie et situé entre le fleuve Saint-Laurent et la rivière Ristigouche qui marque la frontière avec le Nouveau-Brunswick, commença la guerre du saumon. Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi les indiens Mi’gmaq sont-ils entrés en conflit contre le gouvernement de la province de Québec ? Pour expliquer et pour nous faire revivre cette révolte, Eric Plamondon offre au lecteur un kaléidoscope historico-policier exceptionnel. C’est un roman court ( environ 200 pages ) qui aborde une multitude de sujets pour comprendre et avec un fil conducteur ( la terrible agression subie par Océane le jour de ses quinze ans ) pour illustrer. Un roman noir éclairé par l’Histoire.

    L’Histoire de cette région n’a pas commencé avec Jacques Cartier ni même avec les Vikings, avant il y avait les Mi’gmaq, des nomades arrivés par le détroit de Béring. L’arrivée des européens, colonisation ou génocide ?

    "On parle désormais de génocide par tuerie interposée. Dans l’Ouest, l’homme blanc a réussi à éliminer les indiens en éliminant les bisons. Dans l’Est, il y avait les saumons. On les a pêchés à coup de barrage, de nasses et de filets jusqu’à l’épuisement des stocks".

    Le saumon. Fascinant saumon. Il quitte les rivières âgé de trois ans pour rejoindre les eaux de l’océan. Après avoir parcouru des milliers de kilomètres, il retrouve sa rivière d’origine. On l’appelle alors taqawan.

    Taqawan, c’est aussi le nom de tradition de William, un indien Mi’gmak solitaire qui va aider Yves Leclerc, ex-agent de conservation de la faune révolté par ce que l’on fait subir aux indiens, et l’institutrice française Caroline à protéger Océane. Jusqu’à ce que cette protection devienne une course sanglante. "Au Québec, on a tous du sang indien. Si c’est pas dans les veines, c’est sur les mains."

    Hymne à la Nature. Hymne à une vie respectueuse de l’environnement. Hymne aux traditions ancestrales. Ce roman se lit d’une traite. Et on en ressort ému, bouleversé et blessé par le comportement humain envers d’autres humains. Avec des mots simples, des anecdotes ordinaires, des légendes où la tradition côtoie le surnaturel, l’auteur réussit sans plaidoyer partisan, à nous faire comprendre pourquoi, alors qu’au Québec on parle indépendance, un peuple s’est révolté, tout simplement pour vivre comme il avait toujours vécu, en harmonie avec la Nature et surtout en respectant le saumon.

  • Kirzy 29 avril 2019
    Taqawan - Eric Plamondon 

    Quelle liberté ! Taqawan est un roman total qui refuse de se laisser figer dans un genre.

    Sa mise en scène est remarquable, alternant des chapitres courts et variés, empruntant tour à tour au polar, à l’histoire, à la légende indienne, au pamphlet politique, pour nous emporter dans un récit romanesque enlevé inscrit dans un événement historique québécois : la répression brutale en juin 1981 des forces de sécurité québécoise contre les Indiens Mi’gmaq sur la réserve de Restigouche, en Gaspésie, pour interdire la pêche ancestrale du saumon.
    La partie « fiction » est puissamment incarnée par quatre personnages : au centre, une jeune indienne dont le père a été brutalisé et arreté, violée par des policiers, secourue par deux blancs et un vieil indien, recherchée, à protéger et à venger peut-être …

    Cette toile tissée de mille strates compte sur l’intelligence du lecteur pour appréhender la réalité profonde de la question indienne au Québéc en toute liberté.
    C’est en revêtant les habits de la fiction que le pamphlet prend toute son ampleur pour dénoncer subtilement les contradictions identitaires de ce pays qui refuse de donner aux Mi’gmaq ce qu’il demande au Canada, l’indépendance. Ce même pays qui revendique le droit à la culture et à la langue françaises à l’intérieur du Canada tout en n’accordant pas ces mêmes droits aux Amérindiens à l’intérieur du Québec. Des Mi’gmaq à qui on a pris les terres, à qui on a imposé des lois spéciales, qu’on a infantilisé par l’arsenal juridique et enfermé dans des réserves pour tenter d’effacer 10.000 de nomadisme.

    Passionnant mais beaucoup trop court ! j’avais tellement envie d’apprendre plus sur cet angle mort de l’histoire du Québec, j’avais tellement envie de vibrer et de m’attacher pour ces personnages que je sors de cette lecture tout de même très frustrée.

  • Komboloi 17 juin 2019
    Taqawan - Eric Plamondon 

    Une petite pépite très difficile à catégoriser. Parfois thriller, parfois roman historique, parfois tranche de vie et même à un moment livre de recette (oui, oui !), ce roman mélange parfaitement les genres sans tomber dans l’excès qui pourrait faire de l’ensemble quelque chose d’un peu brouillon. Ici tout est limpide, parfaitement compréhensible, même si certains faits historiques sont survolés, de par la petite taille du roman, et peuvent conduire le lecteur curieux à faire quelques recherches.

    Le récit est entrecoupé de (très) petits chapitres venant apporter une explication sur des coutumes, voir même une recette de cuisine ou encore une technique de pêche, oui vous l’avez remarqué ça m’a surpris cette recette posée là au milieu de nulle part.

    Le récit est très prenant et intense. L’écriture est particulièrement soignée. L’ensemble donne un roman surprenant qui se lit très rapidement (peut-être même trop rapidement).

    Je recommande sans hésiter cette petite curiosité, vous ne devriez pas être déçu par le voyage !

  • Musemania 10 juillet 2019
    Taqawan - Eric Plamondon 

    Le bandeau du livre était alléchant puisqu’il le vantait comme une pépite. A dire vrai, je n’ai pas été déçue malgré les nombreuses appréhensions dont je souffrais lors de sa réception. Ce livre fait partie de la sélection « Polar » du mois de juin en lice pour le Prix des Lecteurs des éditions du livre de Poche, au même titre que « Retour sur l’île » de Viveca Sten et « Les soeurs Mitford enquêtent : L’assassin du train » de Jessica Fellowes.

    Pourquoi je publie cette chronique en premier ? Tout simplement, parce que c’est le livre que j’ai préféré pour le mois de juin. Je n’ai pas eu de coup de coeur, comme pour le mois de mai, mais l’auteur Eric Plamondon m’a fait voyager, découvrir le Québec et la Gaspésie, tel que je ne les connaissais pas dans un roman noir d’une grande qualité.

    C’est un territoire encore très sauvage et boisé que j’aimerais beaucoup découvrir en le visitant. Toutefois, je ne connaissais pour ainsi rien de son histoire et encore moins de celle des amérindiens qui y vivent encore. D’un fait divers réel qui s’est déroulé en 1981, Eric Plamondon en anglais fait son point de départ et y a déposé ses personnages fictifs. Même s’il prend des libertés pour le reste de son récit, cette originalité fait qu’on s’y plonge assez vite et pour ceux que cela pourrait intéresser, il y a moyen d’approfondir la chose en se documentant sur ces événements.

    Le peuple des miq’maq est un peuple de pêcheur depuis leur origine et la pêche du saumon est une de leur seule source d’enrichissement. Pourtant, le 11 juin 1981, à la suite des quotas de pêche instaurés par le gouvernement, 300 policiers de la Sûreté du Québec envahissent la réserve afin de saisir ces filets. Une rébellion va s’instaurer et des faits horribles seront perpétrés.

    Alors que je débutais la lecture de ce livre, j’ai d’abord pensé que le livre allait se retrouver hors sujet pour être en lice au Prix des Lecteurs. Puis, en avançant au fil des pages, j’ai mieux appréhendé l’histoire cachée pour finalement l’apprécier comme un candidat à ce titre.

    Ce n’est pas forcément un bouquin sanguinolent, où des policiers mènent une enquête de type classique pour retrouver un tueur en série. C’est beaucoup plus subtil, alternant des chapitres souvent très courts, au sujet des origines de cette tribu, de ces terres lointaines mais aussi une « enquête » menée par un quidam pour qui les injustices n’ont pas leurs places autour de lui.

    Plus qu’un thriller traditionnel qui se contente de narrer une histoire, ce roman noir pousse à la réflexion. Comprenant seulement de 233 pages, j’aurais bien poursuivi mon voyage dans cette contrée dotée de nombreux lacs et forêts et surtout encore remplies de mystères.

    Pour votre information, le terme « taqawan » est un mot d’origine miq’maq qui vise le saumon qui remonte la rivière vers l’endroit qui l’a vu naître.

    Chronique sur mon blog : https://www.musemaniasbooks.be/2019/06/30/taqawan-deric-plamondon-thriller/

  • Le Carnet de Stitch 11 juillet 2019
    Taqawan - Eric Plamondon 

    Onzième roman présent dans la sélection du Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2019 - section polar. Première œuvre de cet auteur que je découvre, pourtant qui n’est pas son premier roman !

    En lisant le résumé de la quatrième de couverture, j’avais quelques a priori. J’aurai cru que ce roman aurait été rangé plus dans la catégorie littérature que policier / thriller. Pourtant, on peut ranger ce roman dans les deux catégories. Je m’explique ! Ce roman est roman fictif accompagné d’une belle recherche historique sur les indiens au Québec et la politique adoptée face à eux. Eric Plamondon a su très bien dosé ces deux aspects sans lasser ou perdre le lecteur / la lectrice. Ayant fait des études en Histoire, j’ai énormément apprécié le fait d’associer les faits historiques à la fiction. Une fiction dont quelques évènements sont vrais !

    Un roman haletant et principalement ponctué de violences (meurtres, viols, agressions...). Lisez ce roman, vous serez servi ! Il n’y a pas de répits ! Une ambiance violente, avec des personnages caricaturaux et surprenants, accompagné d’un très bon fil conducteur pour ne pas que le lecteur ne se perde.

    Avec son écriture fluide et maîtrisé, l’auteur arrive à nous plonger dans cet univers indien pas rose. Un monde et un univers difficile à décrire et souvent un sujet tabou à aborder dans notre société, en lien avec la suprématie des hommes blancs. Un roman qui remet en question la condition humaine. Quand sommes-nous considérer comme un humain égal ? Quels sont les critères ?

    Une chose est sûre, je ne peux que vous conseiller la lecture de ce roman ! Personnellement, j’ai hâte de lire ses autres œuvres, qui ne vont pas tarder à rejoindre ma PAL !

  • Mes petits plaisirs à moi 11 août 2019
    Taqawan - Eric Plamondon 

    Taqawan fait partie de ces romans inclassables. Alors oui, c’est agaçant pour les puristes et les amateurs de mises en cases mais c’est ce qui fait aussi tout son intérêt et souligne la complexité de la thématique évoquée : celle des droits des peuples millénaires face à leurs colonisateurs. A la fois roman noir, roman historique, conte traditionnel, ouvrage anthropologique et pamphlet politique, Eric Plamondon nous offre ici un voyage dans le temps et au cœur de la littérature, une pure « pépite » (c’est pas moi qui le dis, c’est Augustin Trapenard !) digne des anciens chercheurs d’or, de celles qui feront parler encore bien longtemps après leur découverte tant elles dérangent et nous obligent, qu’on le veuille ou non, à une remise en question personnelle et collective.

    Taqawan , c’est au départ une intervention policière (historiquement véridique) au sein d’une réserve indienne en 1981 afin d’imposer et de faire respecter aux Mi’gmaq la loi sur la pêche au saumon imposée par « les blancs ». Toute l’ironie de la situation apparaît au grand jour puisqu’Eric Plamondon met en exergue l’absurdité de la gestion des peuples autochtones. Comment peut-on mettre sur le même plan ces hommes et femmes respectueux d’une nature dont ils se savent dépendants depuis des siècles et « ces colons » accordant, à des fins purement électorales voire moins nobles encore, des passe-droits aux sociétés de pêche ou aux touristes richissimes ? Comment peut-on demander à des hommes et des femmes de rentrer dans le rang juridique quand le Québec lui-même les parque dans des réserves de plus en plus réduites afin de mieux les contrôler et ne plus les voir ? Voilà toute l’hypocrisie de notre société moderne et capitaliste douloureusement mais aussi magnifiquement résumée en 200 pages.

    Taqawan , c’est aussi cette quête d’un retour aux sources (le terme désignant le saumon qui revient pour la première fois dans ses eaux d’origine). Celui de ce peuple qui refuse de continuer à renoncer à sa culture sur laquelle les colons se sont déjà trop acharnés. Celui de ces enfants qui assistent au passage à tabac de leurs parents et qui n’auront alors plus tard qu’un seul moyen de défense : celui de ne jamais renoncer à ce qu’ils sont au plus profond d’eux-mêmes. Le personnage d’Océane en est le plus bel exemple. Car il est ici question d’héritage, un héritage d’une richesse inouïe, un héritage que certains auteurs « blancs » avaient pourtant bien perçus et qu’elle va s’évertuer à faire revivre quoi que cela puisse lui en coûter car, pour Océane, plus qu’une vengeance personnelle, c’est le droit de son peuple à exister qui est en question ici.

    Taqawan , c’est enfin un roman sur l’espoir face à l’inhumanité. L’enquête en filigrane sur le drame vécu par Océane adolescente résume à elle seule la problématique du roman. Deux camps s’opposent : celui d’Yves, l’ex-garde de la faune, de William, le vieil indien sage mais fidèle à ses ancêtres et de Caroline, la jeune enseignante française non encore pervertie par les spéculations politiciennes locales et, face à eux, ces hommes qui ne voient dans le peuple d’autochtones que source de plaisirs et de profits, tout en niant leurs droits essentiels. Qui triomphe à la fin du roman ? Le bien, le mal ? On ne le sait pas vraiment. La seule chose dont on est sûr, c’est que, fondamentalement, la vie n’est qu’une lutte éternelle pour certains et qu’un moyen d’oppression continu pour d’autres. Après cela, il s’agit de choisir notre camp en notre âme et conscience.

    Au final, un roman retraçant un épisode sordide de l’histoire québécoise mais qui se veut finalement universel au vu du monde actuel. A lire et à faire lire aux jeunes générations.

  • Lectures noires pour nuits blanches 22 août 2019
    Taqawan - Eric Plamondon 

    "Toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le facisme." - Albert Camus

    Le moins que l’on puisse dire c’est que ce livre est original et atypique en plus d’être très instructif. Mêlant l’historique, le polar, la politique, le roman noir avec un soupçon de nature writing, ce roman est inclassable.

    "En langue mi’gmaq, on nomme taqawan un saumon qui revient dans sa rivière natale pour la première fois."

    Comme le taqawan, nous allons remonter à la source pour mieux comprendre ce qui s’est passé ce 11 juin 1981 dans cette bataille du saumon.
    A travers quatre personnages, deux indiens et deux blancs, l’auteur va nous raconter une histoire, une aventure rocambolesque, un peu trop pour moi sur la fin.
    En marge de cette fiction, intercalés par-ci par-là, on trouve des chapitres historiques, des récits politiques, des légendes indiennes, en passant par Céline Dion, Gilles Villeneuve et même une recette.

    "Au Québec, on a tous du sang indien. Si ce n’est pas dans les veines, c’est sur les mains."

    En plus de ces belles leçons d’histoire et culturelles, Eric Plamondon plaide la cause des peuples autochtones, que l’on parque dans des réserves, que l’on opprime jusqu’à vouloir leur enlever leur seul moyen de subsistance, la pêche au saumon.

    "Pour être un peuple, il faut avoir sa langue, sa culture et sa terre..."

    J’ai appris beaucoup de choses, sur l’histoire de la Gaspésie et du Québec, sur la politique du Canada, sur les us et coutumes des Mi’gmaq, sur le saumon... Si tous les thèmes ne m’intéressaient pas forcément, (vous le savez je suis un peu allergique à la politique) j’ai trouvé cela très intéressant et pas du tout ennuyant.
    Toutes ces histoires rythment bien le récit et donnent une bonne dynamique. L’auteur a su trouver un bon équilibre. Je déplore cependant, dans la partie fiction, le manque de profondeur des personnages qui m’a laissé un goût de trop peu.
    Ca reste néanmoins une très bonne lecture.

    Si vous êtes curieux, si vous aimez l’originalité et les livres qui sortent des sentiers battus, Taqawan est fait pour vous. N’hésitez pas !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.