Une douce lueur de malveillance - Dan Chaon

Notez
Notes des internautes
1
commentaire
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Dustin Tillman est psychologue à Cleveland. Une partie de sa famille a été assassinée pendant son enfance et son frère adoptif a été condamné pour ce crime. Celui-ci est finalement innocenté.

Dustin s’intéresse alors aux crimes non élucidés de la région, notamment une série de disparitions dont lui parle un de ses patients, Aquil Ozorowski, ancien policier. Dustin se passionne pour cette affaire.

Galerie photos

Vos avis

  • Root 5 octobre 2018
    Une douce lueur de malveillance - Dan Chaon

    « C’est à propos de Russell.

    — Russell, mon frère Russell ? »

    Son frère adoptif, Russell, qui vient de passer trente ans en prison pour le meurtre de leurs parents, et qui aurait dû y rester. Mais voilà qu’une association traquant les erreurs judiciaires est parvenue à le faire libérer. Il n’a eu de cesse de clamer son innocence, et l’ADN a fini par lui donner raison. C’est sa cousine Kate qui a prévenu Dustin, et aucun des deux ne se réjouit à l’idée de savoir Russell en liberté.

    Juin 1983. Les Tillman étaient prêts pour les vacances. La nuit précédant le départ, Dave, Colleen, Lucky et Vicky, étaient froidement abattus. Les enfants, Dustin, Russell et les jumelles, qui dormaient dans le camping-car garé à quelques mètres de la maison, étaient épargnés. Leurs visages terrorisés, capturés devant la scène de crime, feraient la une des journaux.

    Malgré le drame, Dustin a fait sa vie. Marié et père de deux garçons, il n’a plus jamais adressé la parole à son frère depuis qu’il a témoigné contre lui, et exerce tranquillement comme psychiatre dans la banlieue de Cleveland. Il aime, si l’occasion se présente, prêter main-forte aux autorités. Quand Aqil Ozorowski, l’un de ses patients, policier sur la touche, le branche avec la récente découverte d’un corps noyé, Dustin n’hésite pas longtemps et prend ses libertés avec la déontologie. Il pourrait bien s’agir d’un meurtre, « mieux » : d’une série de meurtres. La lectrice que je suis imagine forcément un lien entre les deux événements, mais lequel ? Il y a déjà là matière à faire un bon bouquin, puis on commence à suivre Aaron, le plus jeune fils de Dustin. Ado paumé très porté sur les drogues, il s’enfonce chaque jour un peu plus sans que personne ne s’en rende compte. Ne gravite autour de lui que du glauque.

    Chaque personnage, aussi secondaire soit-il, floute l’intrigue, si bien que lorsque la narration passe (avec brio) d’une voix à l’autre, on a besoin d’un temps d’adaptation qu’on hésite à prendre, pour ne pas ralentir la cadence. Un chapitre s’arrête au milieu d’une phrase, vient s’imbriquer le suivant, 30 ans plus tôt, 5 ans plus tard. Cette déconstruction, ce dédain des codes, déstabilisent. Une bombe à retardement, qui amène de nouvelles questions. On s’éloigne doucement de l’obsession de mettre un nom sur le(s) tueur(s) pour se régaler de la dissection des personnages. Qui est Rusty, le sombre, le redouté, le désiré Rusty, qui exerçait une fascination malsaine sur tout le monde ? Que cache Dustin ? Qu’a-t-il oublié ? Pourquoi suis-je incapable d’éprouver de la sympathie pour lui ? Il m’a semblé reprocher quelque chose à chacun. Partout, le doute, lancinant, s’insinue.

    C’est sans aucun doute le personnage d’Aaron que j’ai préféré, surprise par l’importance qu’il prend dans le récit. Ses tourments, sa douleur, sont décrits avec une grande justesse. Le cataclysme qui se joue en lui le rend particulièrement imprévisible et vient parfaire toute l’ambivalence de ce roman qui, malgré l’urgence de découvrir la suite, m’a plongée avec plaisir dans une série de cogitations.

    À travers le travail de mémoire de son héros, Dan Chaon confronte les points de vue et brouille les pistes, sur un fond d’Amérique populaire 80’s, portée par ses peurs, ses croyances et ses excès. Original et brutal, Une douce lueur de malveillance est un drame familial en escalier du haut duquel on chute. Inévitablement.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.