Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Écorces vives - Alexandre Lenot

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

C’est une région de montagnes et de forêts, dans un massif qu’on dit Central mais que les routes nationales semblent éviter. Un homme venu de loin incendie la ferme dans laquelle il espérait un jour voir jouer ses enfants, puis il disparaît dans les bois. La rumeur trouble bientôt l’hiver : un rôdeur hante les lieux et mettrait en péril l’ordre ancien du pays. Les gens du coin passent de la circonspection à la franche hostilité, à l’exception d’une jeune femme nouvellement arrivée, qui le recueille. Mais personne n’est le bienvenu s’il n’est pas né ici.
Écorces vives est construit sur une tension souterraine, un entrelacs de préjugés définitifs et de rancœurs séculaires. De ce roman noir – qui est aussi fable sociale, western rural, hommage aux âmes mélancoliques et révoltées – sourd une menace : il faut se méfier de la terre qui dort…

Vos #AvisPolar

  • lecturesdudimanche 6 mars 2019
    Écorces vives - Alexandre Lenot

    Et voilà qu’aujourd’hui, c’est non sans émotions que je peux enfin m’exprimer quand aux lectures réalisées durant le Prix Première, et je commencerai par celle-ci, puisqu’il s’agit tout simplement du gagnant du prix que nous avons eu le grand plaisir de remettre en ce doux jour de Saint-Valentin !

    Tout d’abord, un petit mot sur l’aventure qui a conduit à la nomination de ce titre comme Prix Première 2019 ! Je savais déjà, grâce à la blogosphère, que le ressenti de certains lecteurs pouvait m’aider à appréhender différemment une lecture. C’est clairement ce qui c’est passé durant ce prix, où j’ai fait abstraction de mes propres ressentis et préjugés pour tenter d’aborder avec neutralité des lectures qui m’avaient a priori moins plu qu’à d’autres. Et clairement, ce fut le cas pour ce livre…

    Écorces Vives est paru chez Actes Sud, dans la collection Actes Noirs. Pour moi, cette collection est synonyme d’atmosphères sombres et étouffantes. Si l’on retrouve bien sûr cet aspect dans Écorces Vives, ainsi qu’une narration de destins croisés qui m’a fortement rappelé un autre écrivain de cette collection, Víctor del Árbol, j’ai cependant eu l’impression que l’auteur restait en surface de ces eaux sombres, n’osant pas plonger en plein cœur de la noirceur, ne l’effleurant qu’à coup de métaphores et de sous-entendus. En première lecture, c’est aspect m’a dérangée. Je voulais du noir et je m’attendais à retrouver les ingrédients qui ont fait cette recette qui me plaît tant chez Actes Noirs. J’ai donc été déçue, même si j’ai reconnu la poésie du phrasé, la sensibilité des personnages, l’omniprésence du paysage, aussi magnifique que rude et que l’on peut considérer comme un personnage à part entière…

    Dans Écorces Vives, Alexandre Lenot nous conte le quotidien d’exilés dans le massif central. Chacun à sa manière blessé par la vie, ils mènent une existence silencieuse de déracinés sous l’œil hostile de la communauté des villageois. Ellie, principalement, souffre d’avoir perdu la femme de sa vie. Par désespoir, il met le feu à la maison où il s’imaginait déjà voir grandir leurs enfants. Puis il devient une âme errante, sauvé in extremis de la dérive par une autre « écorchée vive », qui a elle-même trouvé refuge dans ce paysage austère pour échapper à ses propres démons. Démons qu’ils vont exorciser ensemble d’une étrange manière.

    Lorsque nous avons débattu de ce livre avec les autres jurés, ils m’ont donné un tout autre ressenti que le mien. Les « novices du noir » ont apprécié ces drames effleurés, sans insistance, sans lourdeur, appréciant ne pas avoir à trop imager des scènes qui se seraient avérées trop crues si elles avaient été pleinement développées. Ils ont aimé l’ambiance un peu hors du temps qui fait que certains ont qualifié Écorces Vives de western rural. L’atmosphère est totalement irréelle dans cette bulle qui semble coupée de notre réalité qui, nous le savons pourtant, tire sa richesse de nos différences. Mais tout cela est invisible pour ces villageois qui attisent la haine et la violence à coup de préjugés. Les jurés m’ont donc ouvert les yeux sur ce message sociétal très fort caché dans les lignes d’Alexandre Lenot. Fort de cette sensibilité que j’ai faite mienne, j’ai décidé de relire ces lignes lorsque Écorces Vives a été déclaré gagnant du Prix Première. Non seulement parce que je voulais pouvoir discuter avec l’auteur, libérée de mes déceptions, et aussi pour m’imaginer comment ce livre pouvait être appréhendé par des lecteurs moins désireux que moi de plonger dans des bains constants d’hémoglobine (on ne se refait pas !). Et je dois avouer que, sortie de mes a priori, j’ai accueilli cette relecture avec un œil bien plus bienveillant. J’espère que le choix d’Actes Noirs ne sera pas défavorable à ce livre qui risquerait, tout comme je le fus au départ, de décevoir les puristes. Pourtant, je pense qu’Alexandre Lenot gagnerait à être connu, que sa plume envolée et lyrique a un bel avenir, et si j’ai appris une chose grâce à ce prix première, c’est que sortir de sa zone de confort peut mener à de très belles rencontres…

  • lecturesdudimanche 6 avril 2019
    Écorces vives - Alexandre Lenot

    C’est non sans émotions que je peux enfin m’exprimer quand aux lectures réalisées durant le Prix Première, et je commencerai par celle-ci, puisqu’il s’agit tout simplement du gagnant du prix que nous avons eu le grand plaisir de remettre en ce doux jour de Saint-Valentin !

    Tout d’abord, un petit mot sur l’aventure qui a conduit à la nomination de ce titre comme Prix Première 2019 ! Je savais déjà, grâce à la blogosphère, que le ressenti de certains lecteurs pouvait m’aider à appréhender différemment une lecture. C’est clairement ce qui c’est passé durant ce prix, où j’ai fait abstraction de mes propres ressentis et préjugés pour tenter d’aborder avec neutralité des lectures qui m’avaient a priori moins plu qu’à d’autres. Et clairement, ce fut le cas pour ce livre…

    Écorces Vives est paru chez Actes Sud, dans la collection Actes Noirs. Pour moi, cette collection est synonyme d’atmosphères sombres et étouffantes. Si l’on retrouve bien sûr cet aspect dans Écorces Vives, ainsi qu’une narration de destins croisés qui m’a fortement rappelé un autre écrivain de cette collection, Víctor del Árbol, j’ai cependant eu l’impression que l’auteur restait en surface de ces eaux sombres, n’osant pas plonger en plein cœur de la noirceur, ne l’effleurant qu’à coup de métaphores et de sous-entendus. En première lecture, c’est aspect m’a dérangée. Je voulais du noir et je m’attendais à retrouver les ingrédients qui ont fait cette recette qui me plaît tant chez Actes Noirs. J’ai donc été déçue, même si j’ai reconnu la poésie du phrasé, la sensibilité des personnages, l’omniprésence du paysage, aussi magnifique que rude et que l’on peut considérer comme un personnage à part entière…

    Dans Écorces Vives, Alexandre Lenot nous conte le quotidien d’exilés dans le massif central. Chacun à sa manière blessé par la vie, ils mènent une existence silencieuse de déracinés sous l’œil hostile de la communauté des villageois. Ellie, principalement, souffre d’avoir perdu la femme de sa vie. Par désespoir, il met le feu à la maison où il s’imaginait déjà voir grandir leurs enfants. Puis il devient une âme errante, sauvé in extremis de la dérive par une autre « écorchée vive », qui a elle-même trouvé refuge dans ce paysage austère pour échapper à ses propres démons. Démons qu’ils vont exorciser ensemble d’une étrange manière.

    Lorsque nous avons débattu de ce livre avec les autres jurés, ils m’ont donné un tout autre ressenti que le mien. Les « novices du noir » ont apprécié ces drames effleurés, sans insistance, sans lourdeur, appréciant ne pas avoir à trop imager des scènes qui se seraient avérées trop crues si elles avaient été pleinement développées. Ils ont aimé l’ambiance un peu hors du temps qui fait que certains ont qualifié Écorces Vives de western rural. L’atmosphère est totalement irréelle dans cette bulle qui semble coupée de notre réalité qui, nous le savons pourtant, tire sa richesse de nos différences. Mais tout cela est invisible pour ces villageois qui attisent la haine et la violence à coup de préjugés. Les jurés m’ont donc ouvert les yeux sur ce message sociétal très fort caché dans les lignes d’Alexandre Lenot. Fort de cette sensibilité que j’ai faite mienne, j’ai décidé de relire ces lignes lorsque Écorces Vives a été déclaré gagnant du Prix Première. Non seulement parce que je voulais pouvoir discuter avec l’auteur, libérée de mes déceptions, et aussi pour m’imaginer comment ce livre pouvait être appréhendé par des lecteurs moins désireux que moi de plonger dans des bains constants d’hémoglobine (on ne se refait pas !). Et je dois avouer que, sortie de mes a priori, j’ai accueilli cette relecture avec un œil bien plus bienveillant. J’espère que le choix d’Actes Noirs ne sera pas défavorable à ce livre qui risquerait, tout comme je le fus au départ, de décevoir les puristes. Pourtant, je pense qu’Alexandre Lenot gagnerait à être connu, que sa plume envolée et lyrique a un bel avenir, et si j’ai appris une chose grâce à ce prix première, c’est que sortir de sa zone de confort peut mener à de très belles rencontres…

    Et s’il est bien un moment que je retiendrai de cette aventure, c’est lorsque nous avons appelé l’auteur chez lui le 2 février dernier, à peine sortis de notre délibération, pour lui annoncer la nouvelle… Son émotion fut si communicative que pour un peu, on aurait pu croire que j’avais un cœur !!!

    J’en profite pour remercier la formidable équipe du Prix Première (en particulier Eve et Laurent), bien sûr, mais surtout les autres jurés qui ont rendu cette aventure extraordinairement magique…. Merci, et je vous le promets, à bientôt !

    Extrait : « (…) Et puis vint un adulte dont les gestes déplacés ne s’arrêtèrent pas au premier refus, ni au deuxième, ni plus jamais. Pas un inconnu, évidemment. Pas un monstre venu de la nuit, faisant irruption dans une vie fragile simplement parce que c’était là son trajet. Non. Un visage connu, elle ne dirait jamais qui, là depuis des années, comme en embuscade. (…) »

  • VALERIE FREDERICK 8 mai 2019
    Écorces vives - Alexandre Lenot

    Difficile de parler de ce premier roman qui ne m’a pas particulièrement emportée. Je suis assez surprise qu’il ait été édité dans la collection « actes noirs » de chez Actes sud tant il ne colle pas aux expectatives du roman noir habituel. Certes l’ambiance est pesante dans ces terres perdues du Massif central où l’on vit encore « à l’ancienne », c’est-à-dire en s’occupant du bétail et des travaux agricoles soi-même, où les terres sont acquises par mariage ou par héritage, et en refusant d’intégrer tout nouveau venu.
    Il faut reconnaître à l’auteur un certain talent pour dresser le portrait de ces personnages rustres, aux manières rudes et discutables. La violence des actes fait partie du quotidien, que ce soit dans les soins aux animaux ou dans les nombreux règlements de compte entre familles. Car c’est avant tout un milieu d’hommes et Alexandre Lenot ose y introduire trois femmes qui ne sont pas du cru. Que va-t-il leur arriver ?
    Le récit se teinte de langueur ; un peu trop à mon goût…
    Un point positif réside tout de même dans la beauté du langage. L’auteur exploite la beauté de cette nature sauvage pour donner une âme à ses personnages : « Il s’endort épuisé, chaque soir, en écoutant tomber les feuilles de ses arbres intérieurs ».
    Un roman du style « nature writing » à la française.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.