Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Et pour le pire - Noël Boudou

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

11 #AvisPolar
7 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Bénédicte et Vincent auraient pu vieillir paisiblement ensemble. Malheureusement, le destin en a décidé autrement, il y a vingt ans… Vingt ans. Vingt ans à attendre… à attendre que les assassins de sa femme sortent de prison. Depuis vingt ans, Vincent Dolt n’a qu’une seule idée en tête : venger sa douce Bénédicte… Depuis vingt ans, seule la haine le maintient en vie. Mais une vengeance n’est jamais simple, surtout à 86 ans. Il a vécu le meilleur, il se prépare au pire…

Source : Taurnada Éditions


Lire un extrait du livre : https://issuu.com/taurnada/docs/extrait_eplp_nb

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur Cultura

Vos #AvisPolar

  • Maks 15 mai 2021
    Et pour le pire - Noël Boudou

    Comme pour son thriller précédent « Benzos », Noël Boudou nous embarque dans un thriller survitaminé qui se lit très vite, d’abord de part son rythme mais aussi grâce à une écriture très fluide.

    Dans « …Et pour le pire » nous suivons un homme de 86 ans, toujours en forme pour son âge avec tout de même les problèmes de mobilité, d’arthrose ou encore de vitesse, mais un personnage aussi râleur et légèrement alcoolique sur les bords.

    L’intrigue se déroule dans un village de 200 âmes assez commun, avec sa gendarmerie, son bistrot et ses habitants influancés depuis des décennies par un maire pour le moins autoritaire voir corrompu.

    Les personnages m’ont plus, surtout « Vincent » le vieux, et « Bao » le baraqué au cœur tendre, nouveau voisin du vieux.

    Agressions horribles, morts, violences, usurpations d’identités, amour, alcoolisme, racontars et surtout vengeance sont les maîtres mot de cette histoire qui a défaut d’être réaliste (souvent on se dit que les choses arrivent bizarrement au bon moment ou encore que les personnages se sortent de situations critiques beaucoup trop facilement, que les conséquences de certains actes se passent comme pour un simple vol alors qu’il y a mort d’homme, mais passons, le reste vaut le coup) est vraiment captivant. La fin est attendue mais fait le job.

    J’ai oublié de vous parler de l’humour, car très souvent le lecteur rit aux joutes verbales du vieux Vincent.

    Pour conclure, c’est un bon thriller, avec quelques défauts mais pour lesquels le lecteur fera l’impasse pour se retrouver dans une histoire bien sympathique à lire.

    https://unbouquinsinonrien2.wordpress.com/2021/05/15/et-pour-le-pire-noel-boudou/

  • Des plumes et des livres 15 mai 2021
    Et pour le pire - Noël Boudou

    Dans ce roman, nous découvrons Vincent, un octogénaire grincheux qui n’aspire plus qu’à une chose : se venger des assassins de sa douce et bien-aimée épouse, Bénédicte, survenue vingt ans plus tôt. Vingt ans, ça peut paraître long, mais Vincent a tout son temps et le jour de la libération des coupables approche ! D’autant plus que Vince va avoir du soutien inattendu… Mais est-ce aussi facile que cela de se venger ?

    Evidemment tout ce qu’il y a dans ce roman n’est pas crédible. Notamment l’arrivée des voisins de Vincent et leur implication dans son plan de vengeance. Ce détail mis à part, on se délecte à la lecture de Et pour le pire…. On tourne les pages avec une facilité et rapidité déconcertantes. Je ne pensais pas lire aussi rapidement ce thriller (en une journée pour les plus curieux).

    On ne peut que s’attacher et comprendre Vincent. Son épouse est partie dans d’atroces souffrances à l’âge où elle aurait pu profiter du temps qui lui restait en compagnie de son mari. Cette perte a été comme un double meurtre : Vincent est mort de l’intérieur, il n’a plus aucun plaisir sauf celui d’attendre la libération des criminels et de se venger.

    Et pour le pire… est un thriller très bien construit avec de nombreux rebondissements, on est surpris à plusieurs moments du livre. La plume de Noël Boudou a ce quelque chose d’addictif puisqu’une fois commencé, on ne peut s’arrêter de lire.

    Pour résumer, Et pour le pire… est un roman noir à découvrir pour passer un très bon moment de lecture.

    https://desplumesetdeslivres.wordpress.com/2021/05/13/sortie-du-jour-et-pour-le-pire-noel-boudou/

  • Happy Manda Passions 14 mai 2021
    Et pour le pire - Noël Boudou

    le nouveau roman de Noël Böudoü vous réserve le meilleur voici #etpourlepire pour frissonner de plaisir.
    Je pense qu’il ne faut pas voir ce polar comme une histoire à la construction classique, purement imaginative, mais chercher à creuser et découvrir les messages qu’il véhicule. On pourra lui reprocher les répétitions, les incohérences de scénario mais certainement pas l’addiction qu’il procure, encore moins les frissons d’horreur ni même le cheminement mental et les réflexions qu’il engendre. C’est un roman noir très noir et surtout profond. Il est rempli de rage jusqu’à la colère, il ouvre les yeux même si on tient à les laisser fermer. Il se lit facilement, rapidement, j’ai ressenti la rage la colère émerger, grandir. L’écriture est brute et saisissante.
    Un héros qui vous rappellera sans nul doute celui d’une adaptation cinématographique de #stephenking
    Booktrailer à découvrir sur mon blog, parfois les images parlent mieux que les mots et vous donnent encore plus envie de lire le roman

    https://happymandapassions.blogspot.com/2021/05/et-pour-le-pire-noel-boudou.html

  • VALERIE FREDERICK 14 mai 2021
    Et pour le pire - Noël Boudou

    Noël Boudou signe ici son troisième roman, et force est de constater que sa prose, son style d’écriture, se bonifie avec les années. Le temps qui passe, d’ailleurs, il en est terriblement question dans ce thriller qui met en scène un octogénaire en guise de personnage principal. Un vieux monsieur bougon devenu acariâtre après des années passées à ruminer son désir de vengeance, son envie de faire la peau aux jeunes qui ont violé, souillé, torturé et assassiné sa chère Bénédicte, vingt ans auparavant.

    « Il y a vingt ans. Vingt longues années de solitude. Même si à 86 ans, vingt ans ne représentent pas grand- chose, cette période fut sans aucun doute possible la plus difficile à vivre de ma longue existence. » Vincent Dolt sait qu’il est faible, bouffé par l’arthrose et les rhumatismes, plus bon qu’à s’enfiler les bières sur sa terrasse en caressant son chien, le vieux Bill. Et pourtant, à la veille de la libération des assassins de son épouse, il se sent prêt à tout pour aller leur régler leur compte. Après tout, il n’a plus rien à perdre…

    « Au village, beaucoup se demandent comment il est possible que je sois encore en vie. Et sur ce point je les comprends. Je suis même complètement d’accord avec eux, mais moi je sais pourquoi je suis encore là, comme une mauvaise herbe dont on essaye de se débarrasser au milieu d’un parterre de fleurs et qui revient chaque semaine. » Vincent Dolt vit en reclus dans sa maison, au bout d’une impasse désertée, celle qui a abrité ses années de bonheur lorsque son épouse était encore en vie. Ses seuls contacts se résument à son médecin, et à Magali, son aide à domicile. Alors quand un couple s’installe dans la maison voisine, Vincent est tout d’abord furieux : ils vont ruiner sa tranquillité ! Et puis de fil en aiguille, et à son plus grand étonnement, les relations vont s’apaiser, jusqu’à en devenir fraternelles.

    « Bao sourit, c’est toujours un peu effrayant de le voir sourire. Surtout quand il y a autant de rage dans son regard que de bonté sur ses lèvres. » Bao, son voisin, colosse de deux mètres et 130 kg, ne supporte pas les violences faites aux femmes. La peine et la rage de Vincent le touchent profondément. Le comité d’accueil à la sortie de prison risque d’être des plus sanglants…

    Au final, un thriller captivant par son rythme, avec une écriture qui fait mouche grâce à un franc- parler qui tire à boulet rouge sur les travers des hommes. On rit et on frémit avec Vincent et ses vieux os. Noël Boudou dépoussière le thriller français en flirtant avec les normes du genre (ça fait du bien !) et en proposant une histoire de vengeance qui ne peut que vous toucher. A ne pas louper !

  • Sylvie Belgrand 14 mai 2021
    Et pour le pire - Noël Boudou

    Ce que j’aime chez Noël Boudou, c’est sa truculence, sa façon naturelle d’écriture cru, franco, parfois dans l’outrance, et d’en sourire avec nous.

    En effet, quoi de plus politiquement incorrect qu’un vieux genre Clint Eastwood qui s’allie avec un géant noir et sa jolie petite moitié pour venger l’amour de sa vie en défouraillant à tout va ?

    C’est jouissif, ça pétarade joyeusement, c’est libre... et c’est trop bon !

    #EtPourLePire #NoelBoudou #Taurnada #lecture #livres #chroniques #polar #Thriller

    Le quatrième de couverture :

    Bénédicte et Vincent auraient pu vieillir paisiblement ensemble. Malheureusement, le destin en a décidé autrement, il y a vingt ans… Vingt ans. Vingt ans à attendre… à attendre que les assassins de sa femme sortent de prison. Depuis vingt ans, Vincent Dolt n’a qu’une seule idée en tête : venger sa douce Bénédicte… Depuis vingt ans, seule la haine le maintient en vie. Mais une vengeance n’est jamais simple, surtout à 86 ans. Il a vécu le meilleur, il se prépare au pire…

  • Sonia Boulimique des Livres 14 mai 2021
    Et pour le pire - Noël Boudou

    Le titre de la première partie « On se prépare au pire » donne le ton d’entrée de jeu. J’avais hâte de découvrir le titre de la seconde « Le pire reste à venir ». Prometteur, non ?

    Notre narrateur est Vincent Dolt, veuf de 86 ans. Oui, vous avez bien lu, notre personnage principal est un vieux une personne âgée 😉. A nous les articulations qui craquent au moindre mouvement, la mobilité qui flanche, la vision qui se fait la malle. Par contre, notre petit papy, bien qu’il soit fort sympathique, est un peu trop porté sur la bière. Il en décapsule une à chaque page ou presque. Quelle descente !!! Bon, OK, j’admets que le pauvre n’a plus grand chose dans son existence : il vit seul, son unique famille étant son neveu, avide de l’héritage à venir. Sa femme, Bénédicte, est morte il y a vingt ans, enlevée, violée, torturée, assassinée par trois voyous défoncés. Il a vécu le meilleur avec la femme de sa vie, il lui reste en effet le pire…

    Il va faire connaissance avec ses nouveaux voisins, France et Bao. Un point commun relie Bao à Vincent : sa sœur aînée s’est fait violer quand il avait 13 ans, et depuis, il vit en portant la culpabilité de n’avoir pas pu la défendre. Ces deux cabossés de la vie vont mettre à profit leur désir de vengeance. Car la seule chose raccrochant encore Vincent à un semblant de vie, c’est que les meurtriers de Bénédicte sortent de taule dans quelques jours et que cela fait vingt ans qu’il échafaude un plan pour venger la femme de sa vie et faire la peau à ces raclures.

    « …Et pour le pire » et un roman atypique de part son personnage principal, qui est si attachant, et de part cette histoire complètement novatrice. Deux personnes qui n’ont, à priori, rien pour s’entendre, vont s’allier dans un pur désir de vengeance, et de recours à la loi du Talion. Et au-delà de cette sombre histoire, Noël nous propose une tranche de vie touchante, bourrée d’émotion, de sensibilité. Je ne pense pas avoir déjà lu un thriller où notre héros est âgé.

    La plume est directe, limpide et acérée. Quant au rythme, on va dire que Noël a réussi l’exploit de rendre ce roman palpitant malgré l’âge de Vincent. Car il en a de l’énergie, finalement ! La vengeance est un excellent moteur, il faut bien en convenir. Les pointes d’humour éparpillées ici et là font sourire, cela fait du bien, car Vincent, comme toute personne âgée qui se respecte, à tendance à rabâcher, particulièrement sur les circonstances de la mort de Bénédicte. Elles sont atroces, et racontées à plusieurs reprises avec pléthore de détails. A chaque fois, la nausée m’a guettée. J’ai relevé un manque de crédibilité à certains moments, mais je l’ai pardonné bien volontiers, tellement j’ai pris plaisir à dévorer ce roman.

    « Vingt ans de rage qui marine, ça fait mal, c’est comme la gnôle. »

    Je vous conseille « …Et pour le pire », vous y trouverez pas mal de chose, surtout un bon divertissement, un p’tit vieux qui mérite d’être connu et une histoire touchante.

    Je remercie Joël et les Éditions Taurnada pour cette lecture.

    #etpourlepire #NoëlBoudou #Taurnada

  • LectureChronique 14 mai 2021
    Et pour le pire - Noël Boudou

    Bonjour,

    Je suis ravie de vous présenter ce thriller noir en retour de lecture : "Et pour le pire" de Noël BOUDOU qui vient de sortir aux éditions Taurnada.

    Merci beaucoup à Joël de sa confiance renouvelée.

    Vincent Dolt se décrit lui-même comme un vieux con grincheux. Cela fait vingt ans qu’il rumine sa vengeance, qu’il attends patiemment de pouvoir enfin libérer sa haine et sa rage sur ceux qui ont violés et tués sa femme Bénédicte.

    Vincent n’arrive pas à faire son deuil, terrassé par le chagrin de ne pouvoir vieillir aux côtés de sa Bénédicte. Puis débarque comme un cheveu sur la soupe cette famille de noirs qui va bouleverser le quotidien de notre papi. Ils vont se rendre indispensables, il va vite les adorer.

    Vincent va tisser des liens d’amitié indéfectibles avec Bao, ce grand colosse, car c’est dans la douleur que les deux amis vont se trouver des points communs. Il va tomber amoureux de la belle France, éprouver une véritable tendresse pour les deux enfants du couple.

    Et au milieu de ce tableau idyllique se trouve cette haine, cette rage qui grandit avec force, qui le fait tenir encore debout. Il attend de pied ferme les types qui ont pris vingt ans ferme pour avoir assassiné sa merveilleuse petite femme. Les loustics doivent sortir de prison dans les jours qui viennent, Vincent se sent plus que jamais prêt à vivre le pire moment de sa vie.

    J’ai trouvé que c’était un beau roman ancré dans le noir. Le papi grincheux, con, bourré et têtu est en fait un vrai coeur d’artichaud dans une carcasse pleine d’amour à revendre. Une vengeance ruminée depuis des années forcément, on s’attend à ce que ça pète sec. Et être un vieux de 86 ans bouffé par l’arthrose ne va pas lui faciliter les choses.

    Avec Vincent, le lecteur passe par toutes les émotions. J’ai été attendrie par cet homme, il m’a fait rire. J’ai aussi éprouvée de la peine, c’est triste de vivre seul et d’attendre la mort comme on attends le bip du micro-onde. Il m’a touchée, émue aux larmes. L’empathie pour ce vieux bonhomme est totale.

    La souffrance de Vincent est viscérale, poignante et bouleversante de sincérité. Noël a su parfaitement décrire cet état physique avec justesse. On sent là le regard plein de tendresse du travailleur médico-social auprès des personnes âgées ( ou aide à domicile ) qui côtoie ses personnes au quotidien.

    Un roman aussi sombre que lumineux. On retrouve le meilleur du pire dans cette histoire de vengeance. De la violence, de la monstruosité, du sordide, causés par ces brutes épaisses sans cervelle à un homme torturé et abimé par la vie ; Vincent peine à supporter l’insupportable, il fait passer ça avec du vin et de la binouze pour tout oublier le temps d’une sieste.

    J’ai tellement aimé m’attacher à Vincent. Il est cash, nature, percutant et marque les esprits par son comportement de vieux con. C’est avec regret que je le quitte et avec plaisir que je vous laisse faire sa connaissance. Vous ne serez pas déçus !

    Bonne lecture, amis Lecteurs ! D’autres avis lecture à découvrir sur mon blog, c’est par ici ! —> https://lecture-chronique.blogspot.com

    Extrait : Même ma Bénédicte n’a jamais eu un aussi beau sourire, surtout sur la fin avec son vieux dentier qui ne tenait plus très bien. J’en oublierai presque qu’elle est foutrement noire, de la tête aux pieds ; tout ce corps aux formes parfaites est noir. Et ça, j’aime pas trop.

  • Sandrine Bouquine 13 mai 2021
    Et pour le pire - Noël Boudou

    Dès les premières pages on s’attache au personnage de Vincent Dolt, ce vieux monsieur de 85 ans qui vit reclus, isolé dans sa maison avec son chien Bill depuis plus de vingt ans après que sa femme, Benedicte, ait été sauvagement assassinée. Les émotions qui nous étreignent à la lecture de ce qui s’est passé il y a vingt ans, la détresse de Vincent qui a perdu celle qu’il aimait, attrapent le lecteur par le coeur et il est impossible de le quitter. Il rumine sa haine, il attend depuis 20 ans que ceux qui lui ont pris ce qu’il avait de plus cher à son coeur sortent de prison pour pourvoir régler ses comptes, il est cynique, son regard sur la vieillesse est truculent, il nous fait sourire souvent par ses petites réflexions. Il m’a énormément fait penser à Clint Eastwood dans le film Gran Torino, c’est lui que j’ai vu dans ma tête pendant toute ma lecture. Bref, ce personnage est tellement attachant et les émotions tellement fortes dès le début que lâcher ce roman est complètement impossible.
    Et si le résumé laisse à penser que cette histoire va être cousue de fil blanc, il ne faut absolument pas se fier aux apparences car l’auteur a parfaitement maitrisé l’art des révélations et des rebondissements qui font qu’on a l’impression d’être une boule de flipper, on se prend des taquets qui nous retournent et pimentent cette lecture et lui font prendre une tournure inattendue et surprenante mais tellement addictive. On est complètement pris dans l’histoire et on la dévore pour savoir comment tout cela va finir.
    C’est violent, sombre, très émouvant et très bien construit, une très belle réussite. J’ai tout adoré dans cette lecture, tant les personnages forts, les pointes d’humour, les rebondissements qui amènent de la complexité et de la densité à cette intrigue qui se révèle passionnante du début à la fin.

  • Le Monde de Marie 13 mai 2021
    Et pour le pire - Noël Boudou

    Avec ce nouveau thriller l’auteur fait très fort. Une plume qui se bonifie au fil des romans.

    C’est d’abord des protagonistes terriblement attachants. Un vieux con, Vincent, dont la femme est morte dans d’atroces souffrances il y a 20 ans. Une famille, France, Bao et leurs enfants à laquelle on ne peut que s’attacher. Elle femme flic. Lui infirmier d’un gabarit et d’une puissance phénoménale. Ils vont se lier et s’unir plus encore dans la vengeance. Vincent et Bao, un duo totalement insolite auquel je ne voudrais pas me frotter mais dont l’amitié est entière.

    C’est des criminels totalement dingues, assoiffés de sang et capables du pire. Ici la folie engendre la folie. Vincent veut la vengeance et eux veulent achever ce qu’ils ont commencé il y a 20 ans. C’est seulement maintenant que Vincent et Bao vont comprendre les réelles motivations mais aussi se rendre compte que c’est encore plus horrible que ce qu’ils s’étaient imaginé.

    Un texte très bien construit, très fluide et terriblement addictif. Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai été surprise. On navigue entre révélations, moment de tendresse, d’amitié, de complicité, et instants où tout s’emballe. Des passages que l’on vit en retenant notre souffle tant ils peuvent être intenses. Jusqu’à cette fin ou l’auteur va très loin et nous laisse abasourdi, abattu.

    Ce thriller est dingue dans son intrigue et ses faits. Il est aussi original dans le choix de ses héros. C’est une totale réussite !

  • unevietoutesimple 9 mai 2021
    Et pour le pire - Noël Boudou

    Je remercie Joël des éditions Taurnada pour la découverte en avant-première de ce roman que j’ai dévoré avec un plaisir non feint.

    Dès la lecture de la 4ème de couverture, je savais que ce roman promettait de sortir de l’ordinaire et ce fut le cas.

    L’histoire repose sur le personnage de Vincent qui éclipse tous ceux qui sont autour. Vincent, c’est un vrai personnage : un vieux grincheux que l’on ne voudrait pas avoir pour voisin et qu’il vaut mieux ne pas titiller ou alors à vos risques et périls. Ce personnage est parfaitement construit et en grattant un tout petit peu, on découvre les failles derrière ce mur qu’il a érigé tout autour de lui.

    Vincent a 86 ans, il est veuf depuis 20 ans et les meurtriers de son épouse vont bientôt sortir de prison. Il n’aspire qu’à une chose avant de tirer sa révérence : se venger. Sauf que tout ne va pas se passer comme il l’espérait.

    Alors certes, tout dans ce roman n’est pas crédible (je pense notamment à l’implication des voisins) mais si on fait table rase de cela dès le début et que l’on ne songe qu’au plaisir de lire et de se laisser porter par l’histoire, alors on passe un excellent moment et l’on n’y prête plus la moindre attention.

    Je me suis véritablement régalée avec ce livre. Ne lui dites pas (de toute façon, il ne vous croirait pas), mais j’ai adoré Vincent. C’est lui qui raconte l’histoire, on suit ses pensées, on l’accompagne dans son cheminement vers la vengeance. C’est un bon bougre en fin de compte et on s’attache à lui. On voudrait lui dire d’agir différemment avec certaines personnes, qu’il peut être blessant, qu’il devrait laisser tomber les bières (en tout cas se contenter d’une par jour) mais même si on avait la possibilité de le faire, on s’abstiendrait car il nous virerait de chez lui à coup de pied au cul ! Parce qu’on ne dit pas à Vincent ce qu’il doit faire. La façon qu’a Vincent de raconter l’histoire apporte une certaine légère (toute relative, je le conçois) au récit qui reste malgré tout tragique. Vincent, c’est la bouffée d’oxygène de ce roman.

    Je ne parle pas des autres protagonistes de l’histoire, je vous laisse les découvrir par vous même car ils en valent le coup.

    A côté de cela, il y a une histoire, bien construite également. Une histoire faite de drames mais également de petits bonheurs et puis il y a ce twist final que je n’avais pas vu venir du tout (je pensais à une autre personne).

    Bref, ce roman atypique a été une lecture jubilatoire pour moi. Il ne plaira sans doute pas à tout le monde mais j’ai complètement adhéré à la façon dont il est construit (la narration par le personnage principal) et surtout à cette sorte d’humour noir (les mots ne sont pas bien choisis mais rien d’autre ne me vient à l’esprit au moment où j’écris cette chronique) dont est rempli le roman. En refermant le livre, j’avais plein de phrases pour l’encenser mais j’ai eu la faiblesse de croire que ma mémoire ne les aurait pas effacées au réveil alors il faudra vous contenter de cela, en espérant que cela vous donnera envie de faire la connaissance de Vincent…

  • Aelurus 20 avril 2021
    Et pour le pire - Noël Boudou

    Histoire de vengeance intéressante aux multiples rebondissements.
    Ce roman se lit très rapidement car il tient suffisamment le lecteur en haleine pour l’empêcher de lâcher sa lecture.
    Quelques petits passages sont abordés un peu trop rapidement à mon goût mais cela reste une opinion toute personnelle et cela n’empêche pas d’apprécier la lecture.
    Un peu comme dans son précédent roman Noël Boudou nous donne un retournement de situation inattendu qui laisse le lecteur surpris.
    Un bon thriller qui nous plonge dans l’horreur du deuil après un crime ignoble.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.