Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Froid comme l’enfer - Lilja Sigurdardottir

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Arora vit en Angleterre et sa sœur Isafold en Islande, elles sont très différentes et ont des relations compliquées. Isafold disparaît et leur mère, ne faisant pas la différence entre enquêtrice financière et enquêtrice policière, supplie Arora d’aller chercher sa sœur.

Arora ne peut pas s’empêcher de pratiquer ce qu’elle fait de mieux, démasquer les fraudeurs et les faire payer. Elle va donc profiter de ce voyage pour examiner de près certains investissements financiers douteux, et analyser la corruption islandaise tout en testant ses capacités de séduction sur deux hommes.

Elle découvrira surtout la violence domestique à laquelle était soumise Isafold et qu’elle niait farouchement subir ; au cours des témoignages qu’elle reçoit, elle voit évoluer les nuances de ses sentiments pour sa sœur. En même temps, des personnages inquiétants émergent peu à peu.

Nous suivons son enquête au fil des détails qu’elle nous donne sur les façons de vivre et de se parler, et par ce travail de dentelière elle nous fait entrer dans un monde plus complexe que ce dont il a l’air.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • lewerentz 5 août 2022
    Froid comme l’enfer - Lilja Sigurdardottir

    Ce roman est étiqueté "policier & thriller" par ma bibliothèque et se trouve en principe aussi au rayon dédié dans les librairies. Je parlerais plutôt d’un roman noir. Certes, il y a une enquête mais l’auteur en fait le prétexte pour décortiquer la société actuelle faite de violences domestiques, d’immigration et d’intégration, de fraudes fiscales, de névrose, de déni, mais aussi d’amour (familial ou entre deux personnes).
    J’ai aimé les personnages - assez "étranges" et pas forcément sympathiques, y.c. Aurora -, l’ambiance et le ton du texte. Amateur d’enquêtes qui mêlent folklore et traditions, passer votre chemin ; on a affaire ici à un roman très sombre, voire glauque. Froid comme l’enfer, nul ne peut le dire, mais qui fait froid dans le dos, ça oui, assurément.
    J’ai également apprécié aussi les histoires qui gravitent autour de l’intrigue principale, principalement celle d’Olga, une vieille dame qui héberge illégalement un réfugié syrien dont la demande d’asile a été rejetée.
    Billet complet sur mon blog.

  • lewerentz 5 août 2022
    Froid comme l’enfer - Lilja Sigurdardottir

    Ce roman est étiqueté "policier & thriller" par ma bibliothèque et se trouve en principe aussi au rayon dédié dans les librairies. Je parlerais plutôt d’un roman noir. Certes, il y a une enquête mais l’auteur en fait le prétexte pour décortiquer la société actuelle faite de violences domestiques, d’immigration et d’intégration, de fraudes fiscales, de névrose, de déni, mais aussi d’amour (familial ou entre deux personnes).

    J’ai aimé les personnages - assez "étranges" et pas forcément sympathiques, y.c. Aurora -, l’ambiance et le ton du texte. Amateur d’enquêtes qui mêlent folklore et traditions, passer votre chemin ; on a affaire ici à un roman très sombre, voire glauque. Froid comme l’enfer, nul ne peut le dire, mais qui fait froid dans le dos, ça oui, assurément.
    J’ai également apprécié aussi les histoires qui gravitent autour de l’intrigue principale, principalement celle d’Olga, une vieille dame qui héberge illégalement un réfugié syrien dont la demande d’asile a été rejetée.

    Billet complet sur mon blog.

  • L’atelier de Litote 22 avril 2022
    Froid comme l’enfer - Lilja Sigurdardottir

    Deux pays, deux sœurs très différentes l’une de l’autre, Isafold l’aînée et Aurora la cadette, un père islandais, une mère anglaise. Aurora à la demande de sa mère inquiète de la disparition d’Isafold retourne à contre coeur en Islande pour en savoir plus. Elle a déjà tenté plusieurs fois de venir en aide à sa sœur dont le mari est violent, chaque fois sans succès. Mais Isafold reste introuvable. Parallèlement une autre intrigue voit le jour, touchant aux affaires louches d’un hôtelier richissime. Pourtant en nous dévoilant dès les premières ligne la victime, j’ai eu le sentiment que l’on me coupait l’herbe sous le pied. Dès la première page on plonge dans la noirceur d’une crevasse formée par des rochers de lave, de quoi se mettre rapidement dans l’ambiance de ce roman noir scandinave se déroulant en Islande mais cela n’aura pas suffit malheureusement à m’embarquer. Je n’ai pratiquement eu aucune attache avec les personnages, surtout celui d’ Aurora, manipulatrice et vénale, elle n’était pas du tout sympathique. Certaines scènes décrites manquaient singulièrement d’originalité. Professionnelle du recouvrement financier Aurora aime par dessus tout se rouler dans des liasses de billets à la fin d’une enquête. Un autre personnage lui a besoin d’effectuer un rituel de rasage intégral pour retrouver son calme, un manque d’originalité, trop cliché pour moi. Seul, le duo que forme Olga, une femme âgée au grand cœur et Omar un réfugié syrien qu’elle héberge en toute illégalité a su me toucher. Peu de suspense dans ce récit qui dévoile sans surprise ce que l’on avait déjà deviné. Entre intrigues et manipulations, j’ai terminé ce roman en me disant qu’il lui fallait une suite trop de questions sont restées sans réponses, cela a certainement joué dans mon avis. Pour ce premier tome mon avis est donc mitigé, je me laisse la possibilité de revoir ma copie au prochain tome. Bonne lecture.

  • Sharon 14 avril 2022
    Froid comme l’enfer - Lilja Sigurdardottir

    Ce livre parle d’abord pour moi (et je dis bien « pour moi ») d’un fait dont on parle peu : les enfants dont les parents viennent de deux pays, deux cultures différentes sans que l’on puisse pourtant dire que ses enfants sont métisses. C’est vrai : la mère est anglaise, le père islandais, et pourtant, que de différences. Vraiment ? J’arrive ensuite au second point, le fait que les parents aient fait des distinctions entre leurs deux filles, et rien n’est plus ravageur pour un enfant, même si les parents sont pleins de bonne volonté, même si les dégâts causés ne sont pas toujours visibles. L’une est la fille de son père, enfant islandaise, donc, l’autre est celle de sa mère, anglaise donc. Leur morphologie serait, d’après leurs parents toujours, très différentes. Or, quand on voit Aurora dans le regard des autres, ce qui les frappe d’abord est sa grande ressemblance avec sa soeur. Pourquoi n’ont-elles rien vu ? Surtout, l’une vit en Angleterre, l’autre en Islande. Je ne dis pas qu’elles y ont construit leur vie, parce que c’est beaucoup plus compliqué que cela. Aurora est enquêtrice financière, elle retrouve l’argent caché et adore cela, comme elle adore multiplier les coups d’un soir. Isafold, ce sont plutôt les coups de son conjoint qu’elle subit, et pourtant, elle finit toujours par revenir avec lui, tant elle est sous son emprise, tant personne ne reste suffisamment longtemps à ses côtés pour l’aider, pour tenir à distance toutes celles et ceux qui la culpabilisent de pousser à bout le « gentil » Bjorn. Aider une femme sous emprise est un travail de longue haleine et là, cela fait six mois qu’Aurora et Isafold ont coupé les ponts, deux semaines d’Isafold n’a pas donné de nouvelles à sa mère. Aurora enquête donc, en Islande – en dilettante. Oui, elle a d’autres préoccupations, d’autres centres d’intérêt, et la disparition de sa soeur la met plutôt en rogne. Inquiète ? Il faudra vraiment qu’elle soit mise face à la douloureuse réalité pour éprouver enfin quelque chose.

    Non, Aurora n’est pas sympathique, mais qui l’est dans cette enquête ? La voisine du gentil oncle Daniel ? Elle, en tout cas, n’en a que faire de la norme. Sinon, j’ai eu l’impression que cette oeuvre offrait un concentré de personnages détonants. Prenez l’oncle Daniel, par exemple, ou plutôt l’ex-oncle Daniel : il a très envie de nouer une relation avec Aurora alors que ce n’est pas vraiment le moment – Aurora est occupée avec un autre homme de toute façon. Et ce voisin, qui n’a pu terminer ses études, qui ne voit plus ses enfants, qui passe son temps à se raser compulsivement et à espionner sa voisine – il est plus inquiétant que sympathique. Olga est trop occupée à préserver le réfugié sans papier qu’elle héberge, et qui a une large part d’ombres, pour s’occuper de la jeune femme qui vit dans le même immeuble, pour même se préoccuper de ce qui peut lui arriver. Sans doute Olga a trop souffert pour avoir encore la force de prendre soin de plus d’une personne : la rencontre avec Omar, ou quel que soit son vrai prénom, lui permet de se reconstruire, de surmonter ses douleurs, de s’ouvrir à d’autres choses. Elle est trop occupée à cacher son secret pour chercher à découvrir celui des autres.

    Glauque ? Oui. Chacun ses problèmes, ses névroses, ses centres d’intérêt, chacun dans son coin, porte bien fermée, ou au contraire entrebâillée pour regarder un peu ce qui se passe ailleurs, un peu, mais pas trop. Les réseaux sociaux semblent palier la distance et l’éloignement, si ce n’est qu’il est facile de poster uniquement l’image que l’on souhaite donner de soi, l’image et c’est tout.

    Commettre un crime en Islande, où tant de personnes disparaissent, semble vraiment très facile. Retrouver des personnes disparues, nettement moins, en dépit des efforts déployés, trop tard.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.