Je serai le dernier homme... - David Coulon

Notez
Notes des internautes
3
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Un chemin dans la campagne normande, trois heures du matin. Un homme passablement éméché, rentrant de chez sa maîtresse, regagne son domicile en essayant d’éviter les contrôles de police. Fenêtre ouverte pour tenter de se dégriser, il entend un coup de feu. S’arrête, descend, tend l’oreille. Fait le tour de sa voiture. Une silhouette apparaît, se précipite au volant et tente de démarrer... Courte échauffourée, il éjecte l’intruse de son véhicule, la tête de la malheureuse heurte une pierre. Le fêtard, dont nous ne connaîtrons jamais le nom, se retrouve avec le cadavre à demi-dénudé d’une jeune fille. Pourquoi dépose-t-il le corps dans son coffre, pourquoi le garde-t-il tentant tant bien que mal de masquer les odeurs putrides qui s’en dégagent ? Pourquoi cette fille était-elle seule dans ce champ de blé ? Et pourquoi agit-il de manière aussi incohérente ? Notre héros serait-il le dernier homme à pouvoir répondre à ses interrogations ?

Vos avis

  • Sangpages 21 août 2018
    Je serai le dernier homme... - David Coulon

    Un livre très particulier. Original, différent.
    Un style très particulier, lui aussi. Très direct, très percutant, incisif et perturbant. Des phrases courtes qui t’emportent dans un tourbillon. Un récit à la première personne comme je les aime.
    Un vrai truc de dingue !
    300 pages dans la tête d’un homme qui prend LA mauvais décision et qui s’enlise, s’embourbe complètement…
    Tout est vu au travers des yeux de cet homme dont on ne connait même pas le nom. Tout est flouté, comme dans une espèce de brouillard, celui de sa culpabilité qui donne un écho à tout ce qui l’entoure.
    "Je serai le dernier homme" est une véritable expérience littéraire...
    J’ai eu l’impression de mettre les pieds dans un de ces carrousels, t’sais comme dans les places de jeux pour le gamins et que le David s’est emparé du "volant" et s’est mis à faire tourner le truc sans jamais vouloir s’arrêter.
    L’estomac au bord des lèvres, la tête sans dessus-dessous.
    Au passage, mes yeux voyaient ces entreprises qui bouclent, qui liquident à tout va comme on se débarrasse de vermine.
    Au passage j’ai aperçu la femme de cet homme et sa fille de 4 ans.
    Et puis j’ai commencé à voir l’horreur et là j’ai fermé les yeux…
    Et puis quand il a enfin décidé de lâcher le "volant" le David, je me suis retrouvée éjectée du truc, le cul par terre, hagarde.
    Je ne pouvais plus respirer, mes poumons étaient comprimés par le poids des mots, mes yeux brûlaient des images qui s’y étaient imprimées.
    Me suis levée, pantelante…
    Et maso que je suis...Suis allée voir si j’en avais d’autres dans ma biblio des bouquins au David, histoire de pouvoir refaire un tour de manège 😁
    Enorme coup de cœur pour ce livre !
    Précipite-toi, mais soit prêt à vivre une expérience unique...

  • Laure Manda Marie 26 septembre 2018
    Je serai le dernier homme... - David Coulon

    On rentre directement dans le sujet avec le personnage principal qui est au chômage, et qui par une soirée avec sa maîtresse, rentre chez lui tout en étant alcoolisé par une route qui va chambouler le reste de sa vie !

    Un livre noir, bien glauque mais addictif à souhait. Un livre plein de rebondissements et qui monte en intensité.

    MM

  • jean_paul_dos_santos_guerreiro 25 octobre 2018
    Je serai le dernier homme... - David Coulon

    Bonjour à toutes et à tous…

    Très belle surprise dès le début de ce roman…
    Le premier chapitre est tout simplement excellent, le style, le sujet de toute beauté…

    Mais très vite on sombre dans un univers vraiment noir avec énormément de tension et de suspense.
    Les autres chapitres sont tous dans la même veine (phrases très courtes, nerveuses à la première personne du singulier, sans pour autant que l’on s’identifie au personnage principal, mais qui m’a permis vraiment de percevoir tout ce qu’il ressentait.

    La pression monte, monte…
    La question est, qu’aurions-nous fait à sa place ?
    On s’englue au fur et à mesure du récit dans les hésitations du héros, dans une noirceur qui va très vite fleurter avec l’horreur. L’utilisation de la première personne est magnifiée par la tension et l’histoire incroyable qui se déroule sous nos yeux jusqu’à la dernière ligne…

    Ne passez pas à côté de petit bijou, l’écriture y est vraiment intense !
    Énorme coup de cœur.

    Un petit coucou aux éditions Lajouanie, une fois de plus ses choix sont excellents et un bisous à Caroline pour ses couvertures toujours au top !

    Extrait :
    “Nous sommes loin de la douleur du monde. Nous sommes ensemble. Nous nous aimons.
    Je me souviens de ces phrases.
    Non. Nous ne nous aimons plus.
    je ne t’aime plus.
    On ne connaît jamais vraiment les gens qu’on aime. Ils se dévoilent, puis se referment dès qu’émerge la partie la plus sombre de leur être. Comme des plantes vénéneuses. Belles, odorantes, nous nous ouvrons, puis nous dévorons.
    Nous cachons en nous la faim et l’horreur.
    Nous nous refermons.
    Nous ne voulons pas que l’autre puisse voir ça.
    Je suis ta plante vénéneuse, Mathilde. Je me referme, tu ne me connais pas, tu ne me connais plus.
    je me souviens. Je me souviens de la main de Mathilde dans la mienne, de la petite main d’Emma.
    Je me souviens de ma femme, de ma fille.
    Je me souviens.
    Nous nous aimions.
    Nous étions loin de la douleur du monde.“

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.