Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Kisanga - Emmanuel Grand

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Il y a foule dans les salons du musée de la Marine. Sous les applaudissements de tout le gotha politico-économique, la compagnie minière Carmin célèbre le lancement de Kisanga : un partenariat historique avec le groupe chinois Shanxi pour coexploiter un fantastique gisement de cuivre tapi au coeur de la savane congolaise. Les ministres se félicitent du joli coup de com’ avant les élections ; les golden boys de la City débouchent le champagne. Mais au même moment, Carmin rend un dernier hommage à l’un de ses cadres décédé dans des circonstances suspectes tandis que les services français font appel à leur meilleur barbouze pour retrouver un dossier brûlant disparu à l’est du Congo. La mécanique bien huilée s’enraye et débute une course contre la montre entre une escouade de mercenaires armés jusqu’aux dents, l’ingénieur de choc chargé de piloter Kisanga et un journaliste opiniâtre qui sait mieux que personne que sous les discours du pouvoir se cache parfois une réalité sordide. Cette histoire de manipulation, où la vérité se dérobe jusqu’à la dernière page, se déploie sur fond de mutations économiques en Afrique et de collusion des pouvoirs autour du trésor empoisonné que constituent les richesses de son sous-sol.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Mes petits plaisirs à moi 13 septembre 2019
    Kisanga - Emmanuel Grand

    Une sorte de Hook dans le milieu minier

    Étonnamment, mes deux dernières lectures de cette sélection se sont fait écho et ce, de manière totalement imprévisible. En effet, alors que Hook de Michelle Miller racontait l’entrée en Bourse d’une start-up, menée au pas de course et les coups bas qu’une telle opération peut entraîner, on découvre finalement que dans Kinsaga , c’est un peu la même chose : un contrat sur une exploitation minière en plein Congo entre français et chinois, le tout observé par des dirigeants congolais prêts à tout pour se remplir les poches. Et au final, on aboutit à la confirmation bien réelle que la politique à un haut niveau, c’est vraiment tous des pourris ! (Oui, oui, messieurs et mesdames les politiciens de tout là-haut, plus personne n’est dupe ! Ne vous en déplaise).

    Alors, je dois l’avouer, j’ai eu un peu mal au démarrage car on a bien trois intrigues différentes qui s’entremêlent et je n’arrivais pas à retenir les noms des différents personnages. Pourquoi ? Aucune idée, l’effet rentrée peut-être ou mon grand âge ! Il faut donc, selon moi, passer ce cap pour apprécier ce roman.

    Hormis cela, Emmanuel Grand nous propose ici une nouvelle vision du colonialisme moderne organisé qui ne passe plus par une occupation effective d’un territoire mais par son exploitation avec la complicité active de ses élites dirigeantes. On s’imagine bien que le pillage des richesses naturelles étaient toujours d’actualité mais ce qu’on oublie de nous rappeler, c’est que ce pillage international ouvre la porte à toutes les bassesses et magouilles politiciennes. Egos surdimensionnés, backchichs distribués à tire-larigot, coups de poignards dans le dos… voilà en gros à quoi ressemblent aujourd’hui les collaborations internationales qui se targuent d’avoir un impact positif sur la vie des plus faibles. C’est finalement assez gerbant ! En cela, Emmanuel Grand réussit pleinement à mettre en scène ces petits arrangements entre puissants dont finalement ne sont victimes que les pauvres citoyens lambda que nous sommes. Au moins, même s’il ne s’agit que d’une fiction, nous sommes prévenus. Et que dire de l’image de la République française qui ressort de ce roman : je vous laisse découvrir les quelques scènes dans les coulisses de l’Elysée… C’est terrifiant d’imaginer que les choses puissent se passer ainsi !

    La plus belle réussite de ce roman restera, toutefois, selon moi, l’écho que se renvoient l’ouverture du roman et le dernier chapitre. Une manière de signifier que la boucle est bouclée mais aussi que le mythe de Sisyphe n’est pas près de s’épuiser. Merci pour cela à nos politiciens véreux… et un peu aussi à ceux qui les élisent tout de même !

    Ma tête à claques à moi

    Le ministre des affaires étrangères, François-Xavier de Meyrieux… alors lui, il nous fait la totale : égocentrique, méprisant, détestable, arrogant, opportuniste… je crois que la liste serait trop longue à écrire tant ce personnage est absolument la caricature, hélas, encore trop réaliste de ces politicards qui hantent et squattent les couloirs dorés de la République depuis des décennies. Toute ressemblance avec des politiques actuellement en exercice ne serait pas du tout fortuite.

    Au final, je vous recommande cette lecture qui ne fait que confirmer la face cachée de ces pseudo-amitiés internationales qui s’affichent à longueur de journée sur les chaînes d’info en continu. Derrière les sourires de façade, les petits compromis pour s’accrocher désespérément au pouvoir !

  • Musemania 27 août 2019
    Kisanga - Emmanuel Grand

    Il est des livres dotés pourtant d’une très grande qualité qui paraissent – hélas- de façon un peu anonyme ou clandestine à côté de certains blockbusters. Je trouve que cela a été le cas avec ce livre « Kisanga ». Voilà une des nombreuses raisons pour lesquelles j’aime tant participer à des jurys littéraires, c’est de découvrir des petites pépites qui m’étaient inconnues et qui avaient été publiées, sans que je ne les aies vu passer.

    Lors de ce Prix des Lecteurs du Livre de Poche dans sa sélection « polar », cela a été le cas plusieurs fois et je les remercie de me les avoir fait ainsi découvrir. Je ne sais pas si, en librairie, je me serais retournée sur ce livre et pourtant, c’est encore un livre qui mérite d’être connu et lu, notamment de par le travail de recherches de l’auteur.

    La compagnie minière française Carmin s’allie au groupe chinois Shanxi en vue d’exploiter un énorme gisement de cuivre au Congo. A côté des magouilles politiques en vue de l’obtention des permis d’exploitation, les enjeux financiers explosent au fil des jours. Alors que les employés des deux entreprises se rendent sur place pour finaliser le projet, un journaliste Raphaël Da Costa pense que c’est le moment idéal pour remuer les restes du scandale étouffé il y a une dizaine d’années, « Antioche » qui risque de secouer durement la République.

    Manipulations et stratégies occultes sont au rendez-vous de ce thriller convaincant mené selon un bon rythme et doté d’une bonne dose de suspens. Emmanuel Grand m’a vraiment fait voyager au coeur de l’Afrique et plus particulièrement au Congo. Mêlant politique et aventure, on ne peut éviter à plusieurs reprises de songer que l’on n’est pas si loin de la réalité. Dans un monde où les enjeux politico-économiques priment sur l’humanité, ce livre résonne de vérités.

  • Komboloi 7 août 2019
    Kisanga - Emmanuel Grand

    Je connaissais déjà Emmanuel Grand par son roman "Terminus Belz" que j’avais trouvé bien sympathique. Je n’ai pas lu son autre ouvrage "les salauds devront payer". Je précise qu’il n’y a pas de lien entre ces romans.

    Je vais le dire d’entrée de jeu, j’ai particulièrement apprécié cette lecture que j’ai trouvé encore plus abouti que "Terminus Belz". L’auteur mêle habilement les genres dans ce roman qui traite des sujets aussi variés que les guerres économiques, les relations diplomatiques entre les pays, l’industrie minière et l’extraction à l’étranger, le journalisme d’investigation et bien d’autres encore...

    L’histoire ici : un projet de coopération France/Chine lancé en grande pompe pour l’exploitation d’une mine dans la province du Katanga en République démocratique du Congo. On suit l’intrigue à travers les yeux de personnages très variés et tous bien travaillés : un jeune ingénieur dépêché sur place pour préparer l’inauguration en un temps record, un journaliste qui enquête, le PDG de l’entreprise française, le ministre des affaires étrangères, des mercenaires...

    Avec une écriture fluide et un rythme d’enfer, ce roman a de sérieux atouts et on ne s’ennuie à aucun moment. Jamais monotone, l’auteur joue en alternant des passages mettant en avant les jeux de pouvoirs et les relations diplomatiques et humaines avec des passages beaucoup plus nerveux et violents. le tout semble de plus très réaliste avec, par exemple, pour le cas de l’ingénieur, une mise en avant de l’impact d’un éloignement professionnel sur les relations familiales. Bref, vous l’avez compris, le champs des sujets évoqués est vaste et le tout est crédible et souvent bien documenté que cela soit sur certains milieux professionnel où bien sur l’histoire de la République démocratique du Congo par exemple.

    Emmanuel Grand nous livre donc ici un roman abouti, agréable à lire, très divertissant et extrêmement prenant. Vous pouvez l’ouvrir sans hésitation, vous ne devriez pas être déçu.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.