L’Île des absents - Caroline Eriksson

Notez
Notes des internautes
6
#AvisPolars
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Rester à la surface des souvenirs, ou tomber dans l’abîme
On l’appelle le Cauchemar. C’est un lac à l’eau noire et stagnante, quelque part en Suède, dont la légende raconte qu’il est maudit. Au milieu du Cauchemar, il y a un îlot. Sur cet îlot, Alex et la petite Smilla vont faire une promenade, tandis que Greta les attend dans la barque amarrée au rivage, puis s’endort. À son réveil, la nuit tombe et seuls retentissent au loin les cris lugubres des oiseaux aquatiques. L’homme et la fillette ont disparu. De retour dans le cottage que la petite famille occupe au village, Greta fouille chaque pièce et tente en vain de joindre Alex. En proie à la panique, elle décide de se rendre au commissariat. Seulement, sur place, un policier lui annonce qu’elle n’est pas mariée et n’a jamais eu d’enfants. Qui sont Alex et Smilla ?

Vos #AvisPolar

  • Sonia Boulimique des Livres 19 octobre 2018
    L’Île des absents - Caroline Eriksson

    Voilà une lecture qui a bien failli me faire perdre la boule ! L’idée de départ est géniale, le début peut s’avérer bucolique avec cette promenade en bateau et cette escale sur une île, histoire qu’un père et sa fille jouent aux Robinson Crusoé pendant que la mère se repose. Et puis, tout vire au cauchemar, et nous, pauvres lecteurs, on ne sait plus à quel Saint se vouer. Que croire ? Greta serait-elle folle ? Schizophrène ? Manipulée ?

    On cogite, on scénarise, on réfléchit, et pour ma part, je n’ai rien vu venir. Je ne vais pas vous dévoiler la tournure que prend le récit, car, à la lecture du résumé, je pense que l’on s’imagine embarquer dans tout autre chose, et la surprise, bien réelle, fait partie intégrante de la magie de la lecture. Je ne veux absolument pas vous gâcher ce plaisir. Mais du coup, il est extrêmement difficile pour moi de chroniquer ce titre !!

    Sachez que c’est très psychologique. Les personnages sont tordus au possible. C’est un roman qui se lit cramponné aux pages, l’auteur joue avec la psychologie des personnages mais aussi avec celle du lecteur, en le faisant douter de la véracité de chaque indice. Un voyage vers l’horreur. On navigue à vue dans une brume épaisse. Pas de scènes gores, rassurez-vous. Les âmes sensibles peuvent s’y plonger.

    L’auteur suédoise, que je ne connaissais pas, me réconcilie avec la littérature nordique. Pas de noms bizarres imprononçables, pas de mollesse d’écriture, c’est court, bourré de twists et de rebondissements, l’atmosphère angoissante, j’ai trouvé la construction psychologique très pointue. L’auteur étant psychologue à la base, ceci explique cela.

    Je le conseille aux amateurs du genre, je me suis régalée !

  • jeanmid 13 décembre 2018
    L’Île des absents - Caroline Eriksson

    En cet fin d’été , Greta , Alex et leur fille Smilla sont dans un bateau sur ce lac surnommé "Cauchemar " en direction d’une petite île . Débarqués sur l’îlot le père et la fille disparaissent. Qui reste t il ? Greta , complètement désemparée , dont ces disparitions vont faire vaciller un peu plus un esprit déjà touché psychologiquement. Incapable de les retrouver elle va progressivement plonger dans un brouillard duquel une conscience précise d’actes sensés a du mal à émerger .
    Qui va vraiment pouvoir l’aider à se sortir de cette situation inextricable ? Sa mère ? La police locale ? Une psychologue ? le voisin du cottage d’à coté ? Bien difficile d’y voir clair et de prendre la meilleure décision quand de douloureux souvenirs se mélangent à un présent chaotique.

    L’auteur suédoise nous propose un huit clos psychologique où le le lecteur tente de suivre le parcours sinueux des actes et de la pensée du personnage principal , Greta . le huit clos est également géographique : le récit se déroule dans ce petit village , Marhem , constitué de nombreuses maisons secondaires au bord d’un lac . Cet endroit quasi désert en cette fin de saison ajoute une dose d’angoisse supplémentaire à l’histoire et accentue encore la détresse de Greta dont on découvre peu à peu les lourds secrets familiaux . Et comme souvent le passé a tendance à se répéter....
    Si vous êtes amateur d’actions et d’hémoglobine passez votre chemin . Par contre si vous aimez les romans noirs psychologiques, "L’île des absents " est fait pour vous .

  • Ju lit les Mots 14 janvier 2019
    L’Île des absents - Caroline Eriksson

    Le résumé de l’éditeur et cette couverture, laissaient présager une disparition quelque peu étrange, un genre que j’affectionne s’il est bien construit… J’ai même pensé que l’intrigue se transformerait en fantastique…

    Des fois tu embarque dans un livre pensant aller dans une direction précise, pour en fin de compte te retrouver à l’opposer de ce que tu imaginais…

    Au départ, je me suis sentie perdue dans les méandres de cette lecture… J’oscillais, entre déception et soupirs… L’intrigue ne correspondant pas du tout au résumé… Mais l’auteur, dès la résumé, brouille les pistes… Et j’ai finalement été happée par cette lecture, qui m’a bouleversée.

    Véritable ascenseur émotionnel, pour peu que l’on soit sensible à la construction narrative de l’auteur, ce thriller psychologique nous fait passer par plusieurs sentiments. Une véritable descente aux enfers, qui va autant remuer Greta, qu’on apprend peu à peu à connaitre, que nous, pourtant simples lecteurs…

    Après quelques pages, je pensais qu’elle était schizophrène et je dois dire, que même si j’aime les histoires tordues, j’étais un peu déçue de plonger dans une énième intrigue de ce genre. Mais l’auteur va peu à peu retourner la situation qui prend une ampleur complètement différente et là j’ai plongé dans les méandres de la perversité humaine…

    Les relations perverses, la perversion, les relations familiales tordues…. L’impact des choix des parents sur les enfants… En si peu de page, l’auteur aborde des thèmes d’une gravité palpable et qui peuvent faire écho en chacun de nous. Ici la perversion est disséquée pour le plus grand bonheur du lecteur, mais surtout elle est abordée de plusieurs manières.

    La perversion dans le couple, mais également la perversion dans le couple parent enfant et pour finir par aborder les non dits et leur impact sur la personnalité en construction d’un enfant…

    Greta est malmenée, mais même si elle touche le fond de l’horreur et de la bassesse humaine, elle va peu à peu éclore et l’introspection au fil des lignes… Des pages, va lui permettre de se retrouver… Mais l’image fantasmée n’est jamais bien loin et je dois dire que l’auteur nous perd dans ses pages, puisque le lecteur se demande si c’est la réalité ou si la cerveau de Greta est complètement dérangé…. Ou si elle ne fantasme pas sa vie…

    Peu à peu, la trame de l’auteur délivre ses réponses et les vérités apparaissent… Horribles… Inconcevable… Irréelle… Et pourtant… L’auteur soulève de vraies questions humaines et sociétales, avec la place de la femme et les violences…

    La violence physique et psychologique est terriblement destructrice dans un couple et le dominant trouve tes failles…. on met des années à s’en remettre avant de s’apercevoir que C’est l’autre le problème…

    Oui j’ai aimé même si au départ j’ai été déstabilisée car je ne voyais pas où ça menait ! Et j’imaginais lire une énième intrigue de folie meurtrière et maladie mentale. Mais l’auteur a vraiment fait un beau travail sur l’intrigue.

    Pour une premier livre, Caroline Eriksson commence fort ! On est bousculé dans nos convictions… La narration est telle qu’une introspection s’opère et devient nécessaire… On termine cette lecture, qui nous prend dans ses filets pour nous recracher complètement sonné… Bouleversé… Car tout prend sens…

    Peu à peu la déception a fait place à une frénésie. Je voulais comprendre… Savoir… Pourquoi ? … Comment ?… Et j’ai terminé par avoir un vrai coup de cœur pour l’histoire, la plume tordue de l’auteur et les révélations finales.

    Un thriller scandinave qui change et qui déroute, car différent de ce que l’on a déjà pu découvrir.

  • lecturesdudimanche 30 janvier 2019
    L’Île des absents - Caroline Eriksson

    Une balade au lac un dimanche ? Merveilleux programme ! Même si le lac est surnommé « Le Cauchemar » ? Aucun problème pour moi, puisque je n’y suis qu’en tant qu’observatrice ! Ce qui n’est pas le cas de Greta, qui a suivi Alex et la petite Smilla dans cette expédition qui les conduit vers un petit îlot. Tandis qu’Alex et Smilla partent en exploration, Greta les attend dans la barque où elle finit par s’endormir. Mais à son réveil, la nuit est tombée et les deux promeneurs demeurent introuvables !

    Je ne savais pas vraiment dans quoi je me plongeais en démarrant ce bouquin, n’ayant pas relu le résumé… Du coup, j’ai vraiment été surprise par la tournure que prenaient les événements ! Totalement décalée dans ses réactions, Greta semble naviguer entre présent et passé, pas plus certaine que nous de ce qui a bien pu arriver à Alex et Smilla, redoutant même autant que nous qu’elle ait une part de responsabilité dans un drame dont on ne sait même pas s’il a eu lieu !

    L’auteur a barbouillé tant son héroïne que ses lecteurs en les baladant sur le fil de la conscience, toujours à deux doigts de l’abîme, se débattant pour ne pas perdre pied et pour comprendre qui est qui, qui a fait quoi, qui manipule qui… Entre visions et métaphores, il est vraiment difficile de s’y retrouver et d’avancer entre ces limites floues, rendues tout à coup éclatantes à la lumière d’un final explosif !

    Dévorée en seulement quelques petites heures, j’ai vraiment beaucoup apprécié cette histoire dans laquelle on plonge en apnée en espérant ne pas y couler ! Que vous sachiez nager ou non, je vous conseille de vous laisser entraîner dans le Cauchemar !

  • Maks 9 février 2019
    L’Île des absents - Caroline Eriksson

    L’île des absents est un thriller pour lequel je m’attendais à une toute autre histoire, en vérité je suis même assez déçu de ma lecture pour le simple fait que le quatrième de couverture et la couverture en elle même induit le lecteur en erreur dès le départ en nous promettant une intrigue de disparition, peut-être fantastique alors qu’au final on se retrouve dans une histoire compliquée à laquelle je n’ai pas compris grand chose après seulement quelques chapitres.
    Comme si l’auteur avait changer son scénario en cours de route, et ce, sans compter sur les divers points flous dans les explications en pleine intrigue, comme si lors de l’écriture l’auteur se perdait lui même dans ses explications.

    Sincèrement, le livre n’est pas mauvais en soit mais nous avons de quoi être surpris par cette approche bizarre des faits et pourquoi le roman a t’il cette couverture en rapport avec le début du livre ? Ce changement soudain ?

    Bref, je ne tiens pas à enfoncer le clou plus que cela, le seul sentiment qui ressort pour ma part est "déception", mais je pense que c’est une question de feeling et que d’autres lecteurs apprécieront.

  • Escale en bord de page 9 février 2019
    L’Île des absents - Caroline Eriksson

    Un thriller haletant sous haute tension psychologique !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.