Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’interrogatoire de Bertrand Puard

Bepolar : Comment est née l’idée de ce roman ?
Bertrand Puard : Je souhaitais depuis très longtemps travailler sur une série de thrillers dans le milieu financier. J’ai travaillé dans une banque pendant quelques années et j’ai toujours pensé que la finance moderne, hypercapitalistique, avec ses crises, ses excès, était un formidable terreau pour un romancier. Il s’agissait alors de trouver le bon dosage pour raconter une histoire sans user de trop de technicité, afin qu’elle soit compréhensible par le plus large public possible et non pas seulement par les initiés.

Bepolar : Pourquoi vous êtes vous intéressé au café ? Qu’aviez vous envie de faire ou de dire ?
Bertrand Puard :Il me fallait trouver une direction pour ce premier roman et je me suis arrêté sur le négoce des matières premières. Le café est la seconde matière première échangée dans le monde, après le pétrole et avant le blé. Elle nous touche parce que c’est une boisson quotidienne, qui est aussi un marqueur de convivialité. J’ai été abasourdi en discutant avec un ancien collègue trader qui me confiait qu’un kilo de café arabica sortait de la ferme du Brésil à un euro le kilo et était facturé cent cinquante euros le kilo à la terrasse d’un café à Paris. Entre les deux, un certains nombres d’intermédiaires se gavent joyeusement tandis que le producteur, lui, qui a pris la plupart des risques, qui a chéri ses cerises de café durant douze mois, ne touche qu’une part infime dans ce marché.

Bepolar : C’est une histoire qui court autour du monde. Comment avez-vous travaillé pour tisser cette histoire ? C’était aussi pour montrer comment tout peut être globalisé, une action fait quelque part pouvant avoir des conséquences à des milliers de kilomètres ?
Bertrand Puard :Oui, c’est exactement cela. Aujourd’hui, les médias lisent presque toujours l’actualité avec un prisme financier. On parle d’argent tout le temps dans les journaux, à chaque page, même aux pages Culture. Il y a donc à la fois cette globalisation et cette mondialisation. Le transport aérien a fait sauté les barrières des distances. La finance s’est considérablement internationalisée. Le café cultivé au Vietnam est côté à Londres et exporté partout dans le monde. La planète est toute petite pour un financier. Bientôt trop petite, même.

spip-slider

Bepolar : C’est aussi l’histoire de Clara qui doit se reconstruire. Pouvez-vous nous la présenter ?
Bertrand Puard :Clara a été déontologue à la Premium, une grande compagnie de trading de matières premières. Elle s’occupait du desk café et un évènement l’a précipité dans la dépression. Elle a tenté de mettre fin à ses jours, mais, heureusement pour son fils Théo, 9 ans, n’est pas parvenue à se supprimer. C’est elle qui va être rappelée par son ancien employeur pour faire la lumière sur des évènements terribles qui dévastent l’entreprise et déstabilisent les cours du café. Clara ne le fera pas par vengeance, mais plutôt pour tenter de comprendre enfin et de mettre à bas les mécanismes toujours à l’oeuvre qui avaient précipité sa chute.

Bepolar : Le livre vient tout juste de sortir, avez vous des dédicaces de prévues ?
Bertrand Puard :J’ai déjà quelques dates de prévues, oui, notamment le fameux Festival Polar de Cognac du 18 au 20 octobre, et une signature de plusieurs auteurs Fleuve Noir à Abbeville à la librairie StudioLivres le 9 novembre. L’agenda va se remplir à la rentrée !

Galerie photos

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.

[() Retrait de la pub
]