Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La Terre des morts - Jean-Christophe Grangé

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

11 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
8 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Le commandant Corso est saisi de l’enquête sur les meurtres de stripteaseuses à Paris et pense hériter d’une nouvelle affaire criminelle, mais il se trompe. Alors qu’un affrontement sans merci s’amorce avec son principal suspect, un peintre débauché et assassin, un nouvel adversaire change la donne : Claudia Muller, une avocate manipulatrice qui va projeter une lumière nouvelle sur cette affaire.

Vos #AvisPolar

  • nadfab 54 17 mai 2018
    La Terre des morts - Jean-Christophe Grangé

    Je me le suis commander pour mon anniversaire.Hate de le lire,car,avec Grangé,nous ne sommes jamais déçu.

  • Sangpages 26 juin 2018
    La Terre des morts - Jean-Christophe Grangé

    Je pourrai te dire que depuis 24 ans, Grangé et moi c’est une histoire d’amour et que même si parfois on n’était pas toujours d’accord, ce 13ème est une vraie apothéose de son talent...
    Je pourrai te dire que "La terre des morts" est une plongée en apnée dans le monde du SM, bondage, Shibari, perversions et autres réjouissances...
    Je pourrai d’ailleurs te dire que c’est cru et qu’il pourrait tout de même te déranger si tu as une âme sensible...
    Je pourrai te dire que c’est aussi un plongeon dans l’art contemporain et que ce mélange du porno hard et de l’art à quelque chose de vraiment troublant...
    Je pourrai te dire que comme toujours les personnages sont travaillés à la perfection...
    Je pourrai te faire, d’ailleurs, un descriptif complet des personnages avec toute la psychologie qui va avec...
    Je pourrai te parler de son style nerveux, direct et intense, de son génie mais aussi de sa capacité à fixer les images sur ta rétine en version indélébile...
    Je pourrai te dire que je me suis fait mener en bateau et que ce sera pareil pour toi...
    Je pourrai te dire que la trame est excellente et le final juste parfait...
    Je pourrai te dire que je l’ai lu en 2 jours et ce, juste parce que je ne voulais pas laisser mes enfants crever de faim...
    Mais je peux te dire quand même que j’ai inventé un prétexte pour ne pas aller voir l’intégralité du match de foot de mon fils pour pouvoir le finir...
    Je pourrai te dire que c’est un one-shot et que j’adore ce fait-là...
    Je pourrai te dire que comme à son habitude, il fait un petit passage en Suisse...
    je pourrai te dire beaucoup de choses...
    Mais à quoi bon ?
    Pas moyen de te faire comprendre l’essence même du truc...
    Rien qui ne paraisse pas insipide...
    Alors j’arrête mon blabla et te dis qu’une chose :
    LIS-LE ! C’est juste MAGISTRAL !!!

  • Ophé Lit 3 octobre 2018
    La Terre des morts - Jean-Christophe Grangé

    J’étais un peu fâchée avec Mister Grangé. « Kaiken » et surtout « Le passager » (que je n’ai même pas terminé) m’avaient entraîné à demander le divorce d’avec cet auteur que pourtant j’adorais. Puis sont venus « Lontano » et « Congo Requiem » qui m’ont fait réviser mon jugement… Je retrouvais le Grangé que j’aimais.
    Avec « La Terre des Morts », j’abandonne toute idée de divorce ! Jean-Christophe Grangé est bien de retour, au sommet de son art.
    « La Terre des Morts » est noir, dérangeant, déstabilisant, violent…
    Quand Corso, flic torturé, est chargé de reprendre une enquête en cours sur la mort d’une strip-teaseuse, il ne s’attend pas à engager le duel de sa vie…
    Jean-Christophe Grangé nous emmène avec lui dans le monde de la pornographie, du bondage, du SM, de la perversité, de nos désirs et des déviances sexuelles, mais aussi celui de l’art, avec de nombreuses références à des peintres torturés tel que Goya, personnage omniprésent dans l’intrigue. Toutefois attention, si « La Terre des Morts » reprend un sujet qui a fait palpiter les petites culottes d’un certain nombre de ménagères (vous voyez de quelle trilogie je parle), ici pas d’édulcorant, pas de fantasmes convenus. Du sexe brut, violent… La découverte d’un monde connu des seuls initiés.
    Pour autant, je ne réduirais pas ce thriller à une visite guidée des dessous du sexe.
    Corso passera par de multiples phases durant son enquête, phases qui permettent à l’auteur de développer des sujets tels que l’obsession, la haine, le divorce, la confiance, les rapports hommes-femmes :
    « Catherine Bompart, quand elle parlait d’amour – ce qui bizarrement lui arrivait très souvent – disait : »Les hommes n’aiment que l’extérieur, les femmes ne sont intéressées que par l’intérieur. Nous aimons le fruit et sa saveur. Ils se contentent des épluchures. »
    Il traite également d’autres sujets que je ne peux malheureusement pas évoquer sans risquer de spoiler et de gâcher votre plaisir.
    Côté intrigue, l’auteur joue avec nous tout au long des 553 pages… Si un suspect nous est assez rapidement donné en pâture, le doute persiste. Il s’immisce dans nos têtes tel un serpent, il est le coupable parfait. Pourtant… Mais ce ne peut qu’être lui… Les montagnes russes des soupçons, certitudes… Pour un final inattendu. Aucun ennui, aucune rupture dans le rythme de ce thriller brûlant.
    Un bémol toutefois, lié à mon côté professionnel je pense, le côté flic qui s’affranchit de toutes les règles en 2017… Si c’était possible dans les années 70, aujourd’hui…
    Pour autant ça n’a pas gâché mon plaisir à la lecture, et Corso ne serait pas Corso sans ce côté excessif.
    « La Terre des Morts » est un excellent thriller, qui pour moi, marque le retour de Grangé dans son style originel. Un thriller noir, violent, surprenant. Un roman qui nous tient tant en haleine qu’il est difficile de le lâcher avant le point final.

  • kate25 11 octobre 2018
    La Terre des morts - Jean-Christophe Grangé

    Je suis un peu gênée. J’etais soufflée a l’époque des rivières pourpres et livres suivants, par la volence des situations et des caractères, par l’originalité des histoires et la noirceur des âmes décrites. Depuis quelques livres, et celui ci ne déroge pas à la règle, l’écriture ne me parle plus. Les thèmes trop souvent « a la mode » la vulgarité systématique du langage et des personnages moins alambiqués. L’obession quasi hypnotique du sexe sado maso bien en vogue.
    La terre des morts démarre plutôt pas mal mais s’enlise vite et la fin ne tient pas debout comme un coup Litteraire qui aurait mal tourné. Bref une déception même si parfois on retrouve le Grangé des grands jours.

  • QuoiLire 5 décembre 2018
    La Terre des morts - Jean-Christophe Grangé

    Après une virée en Afrique, Jean-Christophe Grangé revient en France, en région parisienne (proche de chez moi), pour nous entraîner dans les bas fonds de la société, du sexe violent et de l’art contemporain incompréhensible(s). Pour ce plongeon, nous suivons des personnages hétéroclytes, complexes, un poil caricaturales (le flic téméraire, beau gosse mais avec un brin d’inconscience) qui vont se révéler et évoluer au fur et à mesure de l’aventure.

    Toutefois, l’auteur sombre dans la facilité car non content de nous donner un descriptif précis, et donc peu ragoûtant, de l’état des cadavres ; l’auteur cherche volontairement à choquer son lecteur avec de nombreuses énumérations de pratiques sexuelles extrêmes et carrément déviantes (démentes).

    Encore une fois, pour notre plus grande déception, le final est bâclé : sur un dernier rebondissement, l’auteur nous dévoile la vérité et tous les aspects de l’affaire, sans aucune possibilité pour le lecteur de deviner le dénouement. Pourquoi me diriez-vous, parce que comme le dit le personnage dans le livre, la police n’a pas mené correctement son enquête pour découvrir les éléments unissant tous les protagonistes.

    Si la taille de ce roman se situe au dessus de la moyenne, le lecteur restera captivé par l’histoire tout au long des 560 pages. L’enquête progresse pas à pas, des découvertes relancent régulièrement l’investigation, voire la réoriente totalement. L’écriture toujours aussi fluide et impeccable de Jean-Christophe Grangé fait que les pages défilen, et la taille de ce livre ne constitue pas un handicap.

    Bref, chez Jean-Christophe Grangé, je suis toujours à la recherche du successeur Du vol des cigognes, de ce roman intelligent et à suspense ; mais ce n’est pas La terre des morts qui va assurer la relève.
    (https://quoilire.wordpress.com/2018/12/05/jean-christophe-grange-la-terre-des-morts/)

  • claire chronique 7 mars 2019
    La Terre des morts - Jean-Christophe Grangé

    "Je n’avais jamais lu de Grangé avant ... Et qu’elle erreur, car si tous ses livres sont aussi géniaux, ma pile de livres n’ai pas prête de diminuer ! J’ai choisi ce livre pour plusieurs choses. D’abord la couverture que j’aime beaucoup, le résumer et ce qui a fini de me décider, c’est l’avis d’une autre blogueuse ... Et comment vous dire, je la remercie beaucoup, car j’ai bien aimé ce livre, mais j’ai était époustoufle par son final vraiment ! Par compte, je vous préviens l’univers et glauque et violent avec du sexe, en veux-tu en voilà. Des strip-teaseuses du Squonk sont retrouvées assassinées à Paris.

    Les corps sont mis en scène (bondage et de rites sadomasochismes). de ce fait, nous faisons la connaissance de l’enquêteur corso. Et là l’auteur nous balade pour son plus grand plaisir, car le final est vraiment incroyable alors ne passez pas devant une lecture aussi top !"

  • VALERIE FREDERICK 8 mai 2019
    La Terre des morts - Jean-Christophe Grangé

    J’avoue ne pas avoir lu de Grangé depuis quelques années. Pourquoi ? Je n’en sais rien. Toujours est-il que quelques excellentes critiques sur "La Terre des Morts" m’ont donné envie d’y revenir.
    Au début de la lecture, j’ai clairement été étonnée par le tableau exposé par l’auteur sur le monde du SM, bondage et autres perversités dont je ne soupçonnais même pas que ce soit possible !!! Le corps humain a semble-t-il des capacités inimaginables- à moins que ce ne soit sorti de l’esprit, pour le coup, tordu, de Grange ? Ma pruderie m’empêche d’aller me renseigner sur ce point !
    Bref, un monde vicieux, d’une violence inouïe ouvre ce thriller, avec la découverte des corps de deux prostituées atrocement mutilés. Le capitaine Stéphane Corso va être chargé de l’enquête. Celui-ci est loin d’être un enfant de cœur. Trimballé d’orphelinats en famille d’accueil alors qu’il était enfant, junkie violé et violeur à l’adolescence, il se bat pour garder la garde de son fils auprès d’une ex-compagne adepte elle-même de jeux sadomasochistes.
    Vous voyez le tableau.
    N’empêche, notre Corso a un bon fond et aspire à une vie équilibrée pour lui-même et son fils.
    Mais l’enquête qu’il va avoir à mener va faire resurgir des attitudes qu’il pensait avoir oubliées. Sa violence et son impulsivité vont lui mettre des bâtons dans les roues lorsqu’il traquera celui qui porte tous les atours du coupable : Sobieski, ex-taulard devenu le peintre à la mode dans l’intelligentsia parisienne.
    Ce passage durant lequel il va traquer le malfrat m’a semblé un peu long.
    Par contre, la dernière partie du livre, consacrée à la résolution de l’enquête m’a littéralement scotchée !
    Lecteurs, accrochez-vous !

  • ninie5131 4 juillet 2019
    La Terre des morts - Jean-Christophe Grangé

    Du pur et du grand Grangé, trash, parfois reboutant, mais toujours efficace et une histoire à couper le souffle.
    Un vrai coup de cœur malgré des passage très très durs.
    A lire

  • Sylvie Geoffrion 6 juillet 2019
    La Terre des morts - Jean-Christophe Grangé

    Je ne vais pas me faire aimer mais qu’est-ce que j’ai rigolé. Oui car je viens de lire une farce. Une farce grotesque, perverse mais une grosse farce.
    Nous sommes loin des Rivières pourpres ou encore du Vol des cigognes. Cette caricature de flic, super héros, qui sait tout faire avec cette attitude inutile c’est juste non. Bon alors vous voyez que je n’ai pas embarquée du tout dans ce récit précipité, cliché, où l’on dirait que l’action doit cadrer avec les phrases choc de l’auteur. Et ces surnoms donnés à chacun , c’est obligé ? Pour moi, il n’y a absolument rien de crédible dans ce roman. Tout est faux, tout est risible, tout est insensé. Pourtant, il y avait matière. Mais ce genre de traitement, juste une grosse farce ou comme il est dit en page 539 : "Il opta pour un scénario de film." Mais ajoutons que c’est un film de série Z...

  • Mat Rebus 12 août 2019
    La Terre des morts - Jean-Christophe Grangé

    Mon premier Grangé pour mon premier avis polar. Vu le sujet traité, je m’attendais à un polar à la française, sordide et poisseux. Au final, ce n’est pas cet aspect qui m’a dérangé, mais c’est le personnage de Corso qui m’a posé problème. J’ai besoin d’un minimum d’empathie pour accrocher avec le protagoniste principal. Or Corso est un voyou qui pourrait sans difficulté postuler au titre de pire flic de tous les temps. Il se fait balader du début à la fin, est toujours borderline et n’a pas grand chose pour lui. Bref, une belle déception.

  • Aude Lagandré 5 octobre 2019
    La Terre des morts - Jean-Christophe Grangé

    Avant d’écrire cette chronique, je regarde les photos de Jean-Christophe Grangé et je me demande comment ce gars aux grands yeux bleus et aux cheveux gris a pu nous écrire un thriller pareil, dans lequel la première partie te scotche littéralement contre un mur ?

    Puis j’ai écouté une interview dans laquelle il explique comment l’idée de ce roman lui est venue et ce qu’il avait cherché à développer.

    D’abord, un héros borderline qui navigue entre le bien et le mal, la légalité et l’illégalité, un véritable électron libre au sein de la brigade criminelle. Jeunesse compliquée, mariage compliqué, vie intérieure compliquée, boulot compliqué, je sais, ça fait beaucoup de compliqué… Violence profondément ancrée dans ses tripes, en lutte perpétuelle contre lui-même, on est très très loin de Pinot simple flic !
    Corso est un flic très attachant, justement parce qu’il a d’énormes failles et qu’il ne cherche pas à les dissimuler. Il a une grande honnêteté intellectuelle vis à vis de lui-même et cela le rend « aimable » dans le sens digne d’être aimé.
    Mission accomplie donc pour l’attachement du lecteur au personnage central.

    Corso est confronté aux meurtres de plusieurs strip teaseuses. Son principal suspect, Philippe Sobieski, dégénéré sur bien des plans est aussi un peintre devenu célèbre. L’essentiel du thriller est axé sur le duel qui oppose Corso à Sobieski, l’étendue de la perversité sous toutes ses formes et la volonté de débarrasser le peintre de la surface de la société.

    Le thriller est construit en 3 parties :
    – La plongée dans les milieux underground
    – L’enquête
    – Le procès

    Je disais que la première partie scotche le lecteur au mur et c’est pas peu dire.
    On entre de plein fouet dans le milieu du porno hard (vraiment hard), du sadomasochisme, du bondage et de l’art du Shibari. Cette partie fourmille de scènes ultra violentes, surtout sexuellement violentes et il faut avoir le coeur bien accroché car la plongée dans le milieu de ces déviances sexuelles en tout genre est sacrément crue. On en ressort à bout de souffle, un peu terrassé par l’abondance d’images qui arrivent dans la tête, plus cruelles et plus sadiques les unes que les autres. Je ne suis pourtant pas née de la dernière pluie mais franchement j’ai appris des trucs !
    Cependant, il serait injuste de cantonner ce livre à une surexposition de pratiques sexuelles déviantes, ce serait lui accorder peu de crédit.
    Par ce biais, on plonge directement dans l’enquête qui occupe Corso : les meurtres des strip teaseuses.
    L’enquête se déroule donc dans la seconde partie. L’originalité du scénario c’est que le nom du coupable est très vite révélé. L’essentiel sera axé sur les preuves à trouver et sur l’anticipation de la manière dont les choses se sont déroulées pour la préparation du procès. La mise ne lumière des relations entre Corso et Sobieski est vraiment intéressante psychologiquement parlant car naviguant en eaux troubles, entre le bien et le mal, le flic se retrouve sans cesse confronté à ses propres démons.
    Pour finir, la troisième partie évoque le procès. Jean-Christophe Grangé avait très envie de décrire toutes les étapes d’un vrai procès et de plonger le lecteur au coeur d’un tribunal. C’est chose faite puisqu’il vous ballade, en fonction des preuves annoncées, à coup de revirements de situation, d’un côté du ring, puis de l’autre, coupable, non coupable, coupable, non coupable, dans la position d’un juré.

    En bref, j’ai tout simplement adoré ce bouquin. J’ai trouvé un Grangé qui a pris du galon, une confiance en lui dans la description des scènes pas faciles à brosser, des aspects psychologiques hyper intéressants pour un personnage principal très loin du héros « prince charmant ».
    Sa façon de mener sa barque est retorse, la mécanique singulière et ça fonctionne à mort ! Les certitudes sont souvent chamboulées et on reste littéralement cramponné à son bouquin.
    Je rajouterai simplement que son écriture est très visuelle, c’est sans doute pour ça que ses livres sont très vite adaptés au cinéma.
    Bref, foncez, c’est du lourd !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.

[() Retrait de la pub
]