Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La mort n’existe pas - Damien Eleonori

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

21 décembre 2012
Et si la fin du monde annoncée par les mayas avait réellement eu lieu sans qu’aucun d’entre nous ne s’en soit rendu compte ?
Sur le toit d’un hôpital parisien, Léo Liberati laisse son regard se perdre sur la capitale illuminée. Tant de choses se sont passées en trois jours. Il monte sur le parapet et étend les bras. Son dernier regard est attiré par le cadran de l’horloge trônant sur l’église du quartier de Petit-Montrouge. 4h44. Finalement tout était écrit depuis longtemps, il lève les yeux et, tel un ange, s’envole vers les cieux avant de retomber, entrainant l’humanité avec lui. Et si la fin du monde avait bien eu lieu, sans qu’aucun être humain ne s’en rende compte ?

Écrivain sans avenir, Léo Liberati est un père de famille rongé par la routine. Le matin du 19 décembre 2012, trois jours avant la fin du monde, sa vie bascule.
Suite à un accident dont les circonstances demeurent mystérieuses, Léo se réveille à l’hôpital et se retrouve accusé de meurtre. Fuyant les forces de police, il s’engage alors dans une quête de la Vérité qui le mènera bien plus loin qu’il ne l’avait espéré. Il y trouvera les clés de son destin, mais surtout une révélation sur l’origine du monde et une certitude : la mort n’existe pas.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • DesLivresEtMoi7 12 avril 2021
    La mort n’existe pas - Damien Eleonori

    Un page-turner machiavélique et déroutant : “La mort n’existe pas” de Damien Eléonori, paru aux éditions De Saxus et initialement publié en autoédition sous le titre “psyché“.

    Le pitch : 21 décembre 2012. Alors qu’il se réveille dans une chambre d’hôpital, Léo Libérati se remémore les incroyables évènements qu’il a vécu ces trois derniers jours, et décide de rejoindre le toit de l’établissement pour faire le saut de l’ange, à 4h44, entraînant avec lui le monde et l’humanité… Mais que s’est-il passé ces trois derniers jours pour que tout bascule ?

    Encore une petite merveille issue de l’auto édition ! Lorsque je suis tombée sur ce roman dans sa première mouture au hasard d’une rencontre sur Twitter, je me suis volontiers laissée tenter, sans trop savoir à quoi m’attendre. Et puis je me suis lancée… Pour être littéralement happée par cette histoire envoûtante !

    Avec ambition, talent et originalité, l’auteur donne le ton en… Commençant son roman par la fin – et quelle fin ! –, ce qui a de quoi dérouter le lecteur, sans toutefois l’égarer ! Mais l’auteur ne s’arrête pas en si bon chemin et nous livre une intrigue retorse à la manière d’un redoutable puzzle, dont les pièces s’imbriquent au fil des chapitres pour construire un tableau finement ciselé, aucun détail n’étant laissé au hasard. le lecteur se retrouve ainsi entraîné dans une véritable spirale infernale, complètement déboussolé, perdant peu à peu la tête et ses certitudes au rythme des rebondissements et révélations, soumis à un suspense implacable, inéluctablement embarqué jusqu’à un dénouement qui le laissera complètement abasourdi et époustouflé.
    En grand nombre dans ce roman, les personnages sont remarquablement bien construits et ont chacun un rôle bien précis à jouer, mais dont on ne comprendra le rôle qu’au fur et à mesure de notre lecture pour mieux nous tenir en haleine d’un bout à l’autre du récit.
    La plume de l’auteur, particulièrement soignée et travaillée, est belle et même poétique, ce qui ne fait qu’ajouter à la qualité de ce récit et contribue à captiver un lecteur déjà conquis.
    Si le fond n’a pas changé, le travail éditorial réalisé afin d’offrir une seconde vie à ce formidable bouquin rend ce dernier d’autant plus saisissant et fouillé, captivant et redoutablement maîtrisé.

    En bref, un formidable thriller fantastique, bluffant et perturbant, à lire sans hésiter !

    (Lu en avril 2019. Chronique complète : https://deslivresetmoi7.fr/2019/04/chroniques-2019-la-mort-nexiste-pas-de-damien-eleonori.html)

  • Aude Lagandré 6 octobre 2019
    La mort n’existe pas - Damien Eleonori

    Et si la fin du monde était programmée pour le 21 décembre 2012, 4h44 du matin ? Léo est un homme ordinaire, il délaisse souvent sa famille pour son boulot. Il ne voit plus ce qu’il a sous ses yeux, ne mesure plus sa chance, il avance avec le troupeau humain qui a le nez dans son quotidien, sans trouver le temps de le lever pour analyser sa façon de vivre et revenir aux fondamentaux. Au matin du 19 décembre, Léo est en retard. Il a un rendez-vous important. Il neige. Il est stressé. L’accident de voiture est aussi inévitable que mystérieux. Lorsqu’il se réveillera à l’hôpital, tout aura changé. Accusé de meurtre, sa quête pour tenter de comprendre ce qui lui est arrivé va le plonger dans une réalité stupéfiante.

    Le plus difficile dans un récit aussi dense c’est de le résumer. Le reste devrait aller tout seul… (enfin, j’espère !) Encore une fois, cette année, je me retrouve en présence d’un premier roman, donc d’un auteur émergeant qui tente de se faire une place dans la jungle des déjà existants, des pas encore édités, ou des auto-édités. Damien Eleonori est à l’origine du recueil de nouvelles « Phobia », 14 auteurs engagés pour l’association ELA. C’est juste pour situer le coeur du monsieur. Mais aussi, parce que je n’ai pas tant de matière que ça pour parler de l’écrivain. Auteur émergeant donc qui nous propose quoi au juste ? Thriller ? Roman fantastique ? Roman ésotérique ? Et bien, tout cela à la fois ! Il faut que je vous avoue que ce genre de lecture n’est pas franchement ma came, que j’ai parfois dû m’accrocher aux idées et faire table rase de tout enseignement judéo-chrétien (ou de ce qu’il en reste) pour parvenir à totalement me libérer l’esprit, et accepter qu’il m’emporte dans un récit original aux idées plutôt osées . Cette histoire là, Damien Eleonori ne la raconte pas n’importe comment : il la raconte avec intelligence, avec pertinence, avec des arguments crédibles, en y mettant un sens profond, pour une humanité qui a dévié du plan initial conçu pour elle et qui ne mérite pas de survivre. Le raisonnement est habile, la démonstration vraisemblable, et je dois dire que cette humanité là en prend plein la tête en fin de roman pour l’ensemble de son oeuvre. A juste titre, parce que c’est largement justifié ! Interrogeons-nous sur ce que nous avons fait du monde dans lequel nous vivons…

    « Le sort de l’humanité a toujours été entre vos mains. Ce sont vos péchés qui vous ont menés jusqu’à cette fin, à présent inévitable. (…) L’homme, exterminé par les péchés capitaux qu’il avait lui-même édictés, anéanti par ses propres défauts. Aucun autre coupable que lui-même. »

    Belles diatribes également sur la religion en général. Postulats intéressants sur ce que sont au final le paradis et l’enfer dans les appellations que nous en connaissons. A l’instar de sa construction, tout part à rebours dans ce livre : on commence par la fin comme on commence par l’origine du monde et la motivation première de sa création dans sa version biblique. Plusieurs espaces temps se mélangent, et c’est parfois déconcertant. Au début, il n’est pas aisé de savoir dans quel espace le lecteur est plongé, mais si vous êtes attentifs, concentrés, vous le saurez rapidement et cela ne vous dérangera plus. J’ai beaucoup aimé le fait d’être totalement baladée dans ces réalités et surtout d’avoir la possibilité d’ouvrir mon esprit à une approche des choses différente et novatrice. Le propos d’un écrivain est aussi de présenter des faits sous un prisme différent, de faire s’interroger le lecteur sur un thème global, d’ouvrir de nouvelles portes dans l’imaginaire.

    J’ai aimé clore le livre en me posant mille questions : la mort existe-t-elle, quelle est la place de Dieu, la fin du monde serait-elle une forme de délivrance et le commencement d’autre chose, quelle est l’essence de l’âme ? C’est un thriller qui soulèves des médiations intimes et personnelles, sur des thématiques précises, mais aussi sur notre façon de nous comporter en tant qu’humains. En ce moment, on ne peut pas dire que cela soit joli-joli et qu’il serait peut-être temps de nous prendre une belle baffe en pleine tête, histoire de nous remettre les idées en place. C’est un peu avec ce sentiment là que je referme ce livre et avec cette citation que je trouve pugnace :

    « Qu’ont engendré vos religions ? Les humains ont-ils décidé d’aimer leur prochain ? Ont-ils eu des guides irréprochables afin de rendre leur monde meilleur ? Non. De l’amour tout puissant n’a découlé que de la haine envers ceux qui n’ont pas les mêmes convictions.Gouvernés par vos émotions et leurs contraires : le peur de vos semblables, la jalousie envers ceux qui ont ce que vous ne possédez pas, le mépris envers vos inférieurs. En seulement quelques milliers d’années, l’homme a montré son vrai visage. Le seul être capable de s’annihiler soi-même, sans aucune aide. »

    Je remercie Damien Eleonori d’avoir eu l’intelligence et le talent de proposer autre chose à un lectorat de plus en plus avide de sortir des sentiers battus, et les éditions De Saxus d’avoir bravé la frilosité d’autres maisons d’édition qui n’envoient ni livre, ni document numérique à l’étranger.

    Je me répète : attention talent, auteur à suivre. A l’avenir, je vais essayer d’alterner les auteurs connus et ceux dont on parle moins, ou peu, ou pas. Certaines pépites sont sans doute planquées tout en bas de nos piles à lire, et il est grand temps de les en sortir !

  • Root 29 avril 2019
    La mort n’existe pas - Damien Eleonori

    Léo Liberati a comme qui dirait perdu les rênes de sa vie. Incapable d’accoucher du manuscrit qu’attend son éditeur, il est à court d’excuses, et la naissance de sa fille a jeté un voile sur son couple. Le stress de chacun, la fatigue, les encouragements de Manon qui deviennent reproches… les jeunes parents s’éloignent l’un de l’autre. Lorsqu’il reprend conscience à l’hôpital, sans aucun souvenir de ce qui l’a conduit là, c’est carrément les pédales que Léo perd : il vient de s’éveiller dans une « autre » réalité. Lui, l’écrivain loupé, le père de famille dilettante, est accusé du pire des meurtres qui soit. Avec l’aide d’une « amie », il parvient à s’échapper. Mais ses problèmes sont loin d’être résolus : ce n’est que le commencement… C’est au tour de la psy qui joue des coudes pour participer à l’enquête de lui porter secours, mais qui peut-il croire dans cette histoire de dingue ? Et surtout quoi ?

    Après un premier chapitre absolument irrésistible qui promet une grande aventure, Damien Eleonori nous plonge dans le chaos que vit son personnage. Qui est vraiment Léo ? Une victime, un bourreau, un dommage collatéral ? Aux antipodes du héros, il semble en avoir pourtant beaucoup sur les épaules. Rapidement, on se trouve ébranlé par des révélations incroyables, puis on commence à reconstituer le puzzle… et il faut s’accrocher, car la construction, originale, ne nous facilite pas les choses ! Je ne suis pas fan de fantastique, c’est un genre qui bien souvent m’ennuie, auquel je ne fais pas l’effort de croire. Ici, c’est mesuré, et j’ai grandement apprécié que l’auteur s’appuie sur des faits réels pour étayer son histoire, lui donnant le crédit espéré. Les épigraphes, aux origines très variées, sont bien choisies, en tout cas, elles m’ont parlé. Si je me suis un peu perdue à certains moments – j’aurais aimé plus d’explications, la mort est un sujet fascinant – j’ai passé un bon moment, avec nombre de questions et de réflexions bienvenues. Il y a beaucoup d’humanité dans ce roman, et ça fait du bien.

    « Le destin ?

    Sans la main de l’homme pour appuyer sur la détente, un « Et si… » n’est qu’une arme chargée à blanc. »

    Pouce levé, je recommande.

  • lireencore93420 27 décembre 2018
    La mort n’existe pas - Damien Eleonori

    Premier service presse bon je suis assez fière depuis l’ouverture de mon blog le 23 aout, l’auteur as pris contact avec moi, suite a ma chronique sur Phobia, ou il as réuni des auteurs de polars pour la cause de l’association ELA.

    Donc merci a la maison d’édition DE SAXUS de leur confiance ainsi que la gentillesse de l’auteur @damieneleonori.

    Léo Libérati se retrouve dans une chambre d’hôpital, alors qu’il s’apprêtais a aller voir son éditeur, pour son manuscrit, il apprends qu’il est accusée du meurtre de sa femme et sa fille.

    C’est une course poursuite, pour la vérité, pourquoi elles sont morte ? Pourquoi Léo est accusée ?

    J’ai beaucoup aimer d’abord parce c’est un livre original, oui ça parle d’un meurtre, donc c’est un thriller, donc la base est la dessus, mais il y a une partie qui traite du paranormal, quel au delà après la mort ? Un sujet qui m’as toujours intéressée.

    J’ai beaucoup apprécier la diversité des personnages, et aussi, la jolie histoire d’amour, je trouve ça apporte un gros plus, quand il y a un soupçon d’amour dans un thriller, je trouve ça allège les choses, sur des livres qui peuvent être parfois très dur.

    Un peu de calme pour repartir dans le suspens et la tension qu’apporte le thriller, je trouve çà très intéressant, en plus quand il lie aussi des notions de paranormal et de science fiction, vraiment j’adore, j’aime beaucoup les mélanges des genres, après évidemment, faut que ça prenne, dans mon cas, comme vous l’avez compris, c’était vraiment top.

    Les rebondissements et le suspens est vraiment présents, et l’histoire remarquablement bien construite, la preuve c’est la première fois que je lis un opus d’une seule traite.

    Donc pour un premier roman, c’est un coup de maitre, donc c’est un auteur, encore un, que je vais suivre de prés

  • Jean-Paul dos Santos Guerreiro 20 novembre 2018
    La mort n’existe pas - Damien Eleonori

    Bonjour à toutes et à tous…

    J’ai toujours adoré ce genre de romans.
    Indéfinis, à la croisée de plusieurs styles…
    Lorsqu’un auteur ose sortir d’un espace “dit” de confort.

    Est-ce un roman noir ?
    Un conte ésotérique, philosophique ?
    Une histoire fantastique ?
    C’est un peu tout ça et plus encore…

    Véritable “conte” à rebours qui nous éloigne de la fin du monde, annoncé par les Mayas le 21 décembre 2012, Léo, à travers un parcours initiatique, bien malgré lui, part à la recherche de certaines vérités.
    - Qu’est-ce que la mort ?
    - Qui est Dieu ?
    - Pourquoi certains anges ont-ils été déchus ?

    L’écriture est très habile. Damien joue avec le lecteur. Il nous “titille” en allant dans plusieurs directions diamétralement opposées jusqu’à un final qui bien que connu va quand même vous surprendre… Ce roman troublant, m’a beaucoup intrigué, jusqu’à me fasciner…

    L’écriture est tellement fluide qu’elle en parait facile, la maîtrise du sujet par Damien démontre une réelle ouverture d’esprit, et ne serait-ce que pour cela, ce roman mérite une grande diffusion. Il y a, quoi qu’il en soit, un réel talent dans la construction de son histoire. Christopher Nolan s’y était déjà frotté pour son ’Mémento”, mais Damien, nous propose ici un sujet qui va au delà de ce que vous pourriez imaginer, bien au delà… Toucher Dieu et les mystères de la vie…

    Un “sans fautes” pour ce premier roman de Damien qui me laisse entrevoir un potentiel sur la forme mais aussi sur le fond qui mène forcément, en plus d’un réel plaisir de lecture, à une réflexion sur notre condition d’humains au milieu de l’univers.

    À lire et découvrir absolument.
    Merci aussi aux éditions De Saxus et bravo pour cette très belle couverture !

    ÷÷÷÷÷÷÷

    Extrait :
    “- Si je te dis : la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.
    - Aucune idée
    - L’Apocalypse selon saint Jean. Un passage du Nouveau Testament. Une vérité. Lors de notre passage vers ce monde, les émotions négatives disparaissent. Ce qu’oublie de dire la Bible, c’est que la douleur n’est pas remplacée par la joie, l’amour ne se substitue pas à la haine. La mort n’est pas une plénitude.
    - Alors quoi ? Qu’as-tu ressenti ?
    - Rien. Aucune émotion ne remplace la tristesse, elle est tout simplement effacée. Au fur et à mesure que le savoir m’engloutissait, mes émotions s’éteignaient. Comme si un barrage venait de céder et déversait son torrent sur mes sentiments. J’étais triste, je ressentais une douleur insurmontable, jusqu’à ce que je comprenne que je pouvais commander à mon cerveau de l’oublier. Ainsi fonctionne ce monde. À l’opposé du nôtre, ses lois ne sont dictées que par la connaissance et la raison.”

  • Ophé Lit 12 novembre 2018
    La mort n’existe pas - Damien Eleonori

    Damien Eleonori est cette belle personne à l’origine de Phobia. Un recueil de nouvelles au profit de l’association ELA. Et quel recueil !!!

    La mort n’existe pas est en fait son premier roman, sorti en auto-édition sous le nom de Psyché.

    N’ayant pas lu la première version, c’est donc totalement vierge d’information que j’ai entamé ma lecture, n’ayant que la quatrième de couverture pour me faire une idée du sujet.
    La fin du monde, l’origine du monde, la mort, l’âme... Aïe, des sujets auxquels je ne suis pas particulièrement sensible et traités assez souvent MAIS jamais sous l’angle qu’a choisi Damien.

    C’est un roman que je ne saurais catégoriser. Il est noir mais n’est pas un polar ni un thriller, la thématique est autant scientifique que fantastique et j’avoue que je ne m’attendais pas à ça. Alors certes, quel besoin de toujours tout mettre dans des cases ? Aucun personnellement et j’y suis même assez opposée, mais comment alors vous définir ce roman ?

    Damien nous emmène aux frontières du réel pour nous parler de l’âme, de la mort, de la religion et en suivant un homme Leo Liberati. Il nous en parle aussi par le prisme de l’Amour que l’on retrouve continuellement au fil des pages de ce roman. L’amour d’un homme pour sa femme mais aussi l’amour filiale, l’amour passionnel et cet aspect m’a touché.
    La construction du roman est originale : une narration à rebours, où l’on suit chapitre après chapitre les différents protagonistes en même temps que s’écoule le temps dans le sablier pour arriver à ce fameux 21/12/12 à 4H44.
    Les interconnexions entre les personnages se font au fur et à mesure des boucles temporelles, chaque chapitre étant consacré, au départ, à un protagoniste. L’ensemble est fluide et sans lourdeur, les personnages sont dans l’ensemble plutôt bien construit. Damien a su nous transmettre leurs émotions, leurs frustrations.

    Difficile de vous en dire plus sans spoiler le roman, certains sujets arrivent en deuxième moitié de roman et vous en parler gâcherait une éventuelle découverte.

    La couverture est totalement en adéquation avec l’intrigue et est très bien pensée.

    Il y a un vrai potentiel chez Damien Eleonori et j’ai passé un bon moment de lecture. L’écriture est soignée et de qualité mais le sujet ne m’a pas complètement emportée. Un avis positif sur la forme mais plus nuancé sur le fond étant un peu réfractaire quant au sujet.
    En revanche si vous aimez les romans qui vous entraînent aux frontières du réel et vous pousse à réfléchir quant aux religions, à la vie et à la mort, La mort n’existe pas est un roman pour vous.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.