Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La proie - Deon Meyer

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Erso 25 septembre 2021
    La proie - Deon Meyer

    Deon Meyer s’attaque à la kleptocratie sud-africaine. Polar bien vitaminé, brulot politique. Construit autour de deux intrigues habilement croisées. Grande maitrise narrative.

  • jeanmid 27 janvier 2021
    La proie - Deon Meyer

    RomansNoirsEtPlus 26 janvier 2021
    ★★★★★
    ★★★★★
    C’est toujours un plaisir de retrouver Don Meyer . La force de son écriture, la solide construction du scénario et une intrigue qui vous tient en haleine jusqu’à la fin .
    Ici l’auteur nous offre deux histoires qui se déroulent en parallèle . Deux unités de lieux . L’action ; la réflexion.
    Tout d’abord celle de Daniel Darret , ancien membre actif de l’ANC , quinquagénaire à l’allure sportive dont les formations passées aux combats rapprochés et aux techniques de filature vont lui être très utiles dans les prochains jours même si , pour le moment sa principale préoccupation est de réaliser ses travaux d’ébénisterie avec la plus grande attention, ainsi que le lui a montré M Lefèvre , cet artisan bordelais réputé . La mission périlleuse qui va lui être confiée risque à jamais de changer le futur de son pays et de mettre un terme définitif à l’existence de sa proie .

    Puis celle qui préoccupe nos deux “ Hawks” du Cap . Cette équipe d’élite de la Police sud-africaine, à qui l’on refile les dossiers difficiles, ou ceux dont les autres services cherchent à se débarrasser , et qui doivent reprendre à zéro cette enquête complètement bâclée.
    Ce “docket ” dont ils héritent est relié à la mort suspecte d’un garde du corps , ancien membre de la Police , qui se serait suicidé en sautant du Rovos , un des trains les plus luxueux au monde . Les capitaines Bennie Griessel et Vaughn Cupido ont plutôt l’impression qu’il s’agit d’un assassinat aux vues de leurs premières constatations . Dans ce cas, le meurtrier ne pourrait être que l’un des voyageurs , employés ou riches clients . Encore faut-il qu’ils aient les coudées franches pour enquêter librement alors que des pressions venant de très haut dans l’establishment local semblent vouloir contrecarrer leurs ambitions.

    Ce livre n’est pas qu’un roman policier, c’est aussi l’histoire mouvementée de l’Afrique du Sud qu’il nous raconte . Ce pays dans lequel deux cultures , deux couleurs de peaux , plusieurs langues et de nombreux dialectes cohabitent tant bien que mal compte tenu du lourd héritage du passé . Don Meyer nous livre un petit peu de tout ça dans ce roman où les tensions politiques, la corruption des élites ( sous l’impulsion d’intérêts extérieurs) et la lutte pour le pouvoir , sont là , présents , en fil rouge de cette intrigue passionnante.
    On se demande même si les actes qui sont relatés ici ne se calquent pas sur des faits avérés commis par un récent gouvernement du pays et quelle est la véritable part de fiction.
    Les personnages jouent également un rôle primordial dans ce roman : ils prennent du relief en nous laissant pénétrer dans leurs vies privées , partageant leurs doutes , leurs émotions ou leurs souvenirs du passé . Daniel , dans le mouvement quasi-permanent, volant sans conteste la vedette à nos deux super flics .
    C’est sans doute un des éléments de la réussite de ce livre qui parvient habilement à passer de la prétendue futilité du quotidien des protagonistes à l’horrible réalité des actes commis .
    Ajoutez-y une construction millimétrée n’ayant qu’un seul but : maintenir sous tension tant les personnages que les lecteurs afin de les conduire sans faille vers un final en apothéose.

  • Kirzy 29 décembre 2020
    La proie - Deon Meyer

    Ce polar double canon tisse brillamment deux histoires apparemment très indépendantes : au Cap en Afrique du Sud, une enquête menée par la brigade des Hawks ( département de police criminelle sud-africain ) autour de la mort mystérieuse d’un ancien flic devenu garde du corps ( accident, suicide, assassinat ? ) avec une hiérarchie qui fait tout pour enterrer l’affaire ; en France, sur les traces d’un ex-combattant de la branche militaire de l’ANC qui se voit confier une dernière mission.

    Deon Meyer prend le temps de poser ses deux arcs narratifs en blocs autonomes proposés à tour de rôle. Puis, à mesure que le récit avance, l’alternance s’accélère en chapitres de plus en plus courts, presque saccadée. La précision millimétrée de la construction est admirable, riche en rebondissements et révélations qui relancent l’action de façon très pertinente. L’auteur parvient à maintenir la tension dans les deux intrigues et à les amener à un paroxysme simultané jusqu’à une connexion inattendu et pleinement réussie.

    C’est brillant de maîtrise. Mais ce qui m’a frappé dans ce roman, c’est à quel point l’auteur fait entendre sa voix, celle d’un homme en colère contre les dérives politiques que connait son pays. Deon Meyer se fait presque historien du contemporain en s’emparant de la période 2009-2018 de la présidence de Jacob Zuma. Jamais nommé mais il ne parle que de lui , comment cette figure de la lutte anti-Apartheid a trahi ses idéaux et bafoué l’héritage de Nelson Mandela pour faire sombrer l’Afrique du Sud dans la corruption la plus crasse.

    Toute ressemblance avec la réalité est tout à fait volontaire. Avec un oeil à l’acuité aguisée et sans concession, La Proie met à nu la kleptocratie du système mafieux du State Capture qui a mis à genoux l’économie du pays et fragilisé la jeune démocratie sud-africaine : pots-de-vin, blanchiment d’argent, racket, Russie de Poutine à l’affut, infiltration de tous les rouages publics par la famille Gupta qui détournent des fonds à son profit, tout cela avec la complicité de Jacob Zuma et de ses sbires.

    Cet arrière-plan politique omniprésent donne beaucoup d’épaisseur à l’intrigue. J’ai cependant regretté le duo d’enquêteurs très lisse et au final pas très intéressant ( déjà vu, déjà lu ). En fait, le personnage passionnant, c’est Daniel Barret qu leur vole la vedette. C’est par lui qu’arrive la complexité psychologique, lui, le soldat de l’ANC qui a raccroché après la victoire de Mandela et qui se voit contraint par les circonstances à reprendre du service dans une tentative quasi désespérée de sauver son pays.

  • Killing79 14 septembre 2020
    La proie - Deon Meyer

    Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu une aventure de Benny Griessel. En effet, ma dernière lecture à ses côtés, « Le pic du diable », datait de quelques années mais je me souvenais avoir passé un bon moment.

    Ce nouvel épisode contient très peu de références et peut donc facilement se lire indépendamment. La narration est divisée en deux parties bien distinctes. On jongle à chaque chapitre entre les deux histoires. La première s’intéresse à une enquête policière avec des suicides inexpliqués. Un duo d’inspecteurs se chargent des investigations sans vraiment respecter le protocole qu’on leur impose. Ils doivent faire des entorses au règlement afin de ne pas céder à la pression de leur direction corrompue et faire éclater la vérité. Dans un deuxième temps, on part sur les traces d’un tueur, exécuteur des basses besognes. Il traîne derrière lui un passé qu’il veut oublier mais son envie de justice sera plus forte.

    Les acteurs principaux de cette aventure sont les cailloux dans la chaussure de la machine étatique et vont donc, par leurs actions, créer de fortes turbulences dans le système. Deon Meyer nous avait déjà habitué à ce mélange de polar et de roman noir. Il profite de son énigme, pour nous dépeindre un portrait assez pessimiste de son pays. Il met en lumière les comportements douteux des politiques et de toute la classe dirigeante. Manigances, malversations, dissimulations, violences, meurtres, tout est là.

    Deon Meyer est un auteur engagé et un grand critique du fonctionnement de sa patrie. Il n’en reste pas moins un grand écrivain. Même si ce volume ne m’a pas transcendé, je ne me suis jamais ennuyé pendant la lecture. J’ai été embarqué par cette histoire rythmée par les rebondissements, qui propage une nouvelle fois un message inquiétant sur les conditions de vie en l’Afrique du Sud.

    http://leslivresdek79.com/2020/09/14/581-deon-meyer-la-proie/

  • Sylvie Belgrand 13 août 2020
    La proie - Deon Meyer

    La bonne nouvelle, c’est qu’on trouve aussi des pavés sur la plage. 563 pages de pur bonheur bien noir pour "La proie" de Deon Meyer à dévorer absolument.

    Les deux arcs narratifs qui semblent bien loin l’un de l’autre finissent bien sûr par se rejoindre, et pas en douceur. Ici, le monde est dur et cruel, et les gentils tuent et meurent pour leur idéal. Ici, c’est du vrai et bon polar, bien bâti, bien balancé, bien rythmé... Bref, des Séries Noires comme celle-là on en redemande.

    #LaProie #DeonMeyer #SérieNoire #Gallimard #Polar #thriller #lecture #livres #chroniques

    Le quatrième de couverture :

    Au Cap, Benny Griessel et Vaughn Cupido, de la brigade des Hawks, sont confrontés à un crime déconcertant : le corps d’un ancien membre de leurs services, devenu consultant en protection personnelle, a été balancé par une fenêtre du Rovos, le train le plus luxueux du monde. Le dossier est pourri, rien ne colle et pourtant, en haut lieu, on fait pression sur eux pour qu’ils lâchent l’enquête.

    À Bordeaux, Daniel Darret, ancien combattant de la branche militaire de l’ANC, mène une vie modeste et clandestine, hanté par la crainte que son passé ne le rattrape. Vœu pieux : par une belle journée d’août, un ancien camarade vient lui demander de reprendre du service. La situation déplorable du pays justifie un attentat. Darret, qui cède à contre cœur, est aussitôt embarqué, via Paris et Amsterdam, dans la mission la plus dangereuse qu’on lui ait jamais confiée. Traqué par les Russes comme par les services secrets sud-africains, il ne lâchera pas sa proie pour autant…

  • Matbaum 12 août 2020
    La proie - Deon Meyer

    Voilà un très bon Deon Meyer, un auteur que l’on se plaît à retrouver, ici dans La Série Noire. L’écrivain plonge son lecteur dans les méandres violents de l’actuelle Afrique du sud, sur fond d’histoire politique de ce pays. Les anciens de "la Lutte", combattants de l’ANC, combattants de et pour Nelson Mandela, pour la liberté, l’égalité, la fin de l’apartheid, eh bien, ils ont vieilli ces combattants. Et la nouvelle Afrique du sud n’a pas rempli ses promesses de liberté ou d’égalité. Le président est corrompu, organisant un système de kleptocratie à l’échelle du pays, à son profit, à celui de ses amis, mais aussi au profit de quelques personnes venues d’ailleurs fort peu recommandables... C’est un thriller politique qui commence dans un train, avec un meurtre dont nous connaitrons le fin et surprenant mot dans les toutes dernières pages, et qui alterne plusieurs histoires. L’enquête sur le meurtre du train, menée par Griesel et Cupido, les tribulations de Daniel Darret aussi, ancienne fine gachette et sniper de l’ANC à qui l’on propose de reprendre du service, malgré sa nouvelle identité et sa mise au vert à... Bordeaux. Toute la question est de savoir qui manipule qui dans un thriller politique mené de main de maître, un livre qui laisse un goût amer quant au devenir des révolutions fondées en éthique. Quand un pouvoir oligarchique en remplace un autre, que la police du pays est corrompue, Griesel et Cupido enquêtent avec discrétion. La proie, c’est une plongée dans une Afrique du sud qui va mal en même temps qu’un roman écrit par des mains expertes.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.