Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le Dernier Hyver - Fabrice PAPILLON

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

10 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Août 415 après J-C. : La ville d’Alexandrie s’assoupit dans une odeur âcre de chair brûlée. Hypatie, philosophe et mathématicienne d’exception, vient d’être massacrée dans la rue par des hommes en furie, et ses membres en lambeaux se consument dans un brasier avec l’ensemble de ses écrits.
Cet assassinat sauvage amorce un engrenage terrifiant qui, à travers les lieux et les époques, sème la mort sur son passage. Inéluctablement se relaient ceux qui, dans le sillage d’Hypatie, poursuivent son grand oeuvre et visent à accomplir son dessein.

Juillet 2018 : Marie, jeune biologiste, stagiaire à la police scientifique, se trouve confrontée à une succession de meurtres effroyables, aux côtés de Marc Brunier, homme étrange et commandant de police de la « crim » du Quai des Orfèvres. Peu à peu, l’étudiante découvre que sa propre vie entre en résonance avec ces meurtres.
Est-elle, malgré elle, un maillon de l’histoire amorcée à Alexandrie seize siècles auparavant ? Quel est ce secret transmis par Hypatie et au coeur duquel se retrouve Marie ? L’implacable destin peut-il être contrecarré ou « le dernier Hyver » mènera-t-il inéluctablement l’humanité à sa perte ?

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • C’est Contagieux 19 octobre 2018
    Le Dernier Hyver - Fabrice PAPILLON

    « Le Dernier Hyver » de Fabrice Papillon - La chronique qui ne fait pas le Printemps !

    « Le Dernier Hyver » est un roman exceptionnel comme on en voit peu dans la production littéraire française.
    Exceptionnel parce qu’il ne se contente pas de nous raconter une histoire mais parce qu’il EST l’Histoire ; il s’en nourrit et nous la régurgite intelligemment s’appuyant sur des faits ou des personnages historiques pour étayer son propos. Et c’est diaboliquement passionnant.

    J’en veux d’ailleurs pour d’ailleurs la sublime couverture, une peinture de Gustav Klimt appelée « La médecine », qui n’est pas là juste pour flatter l’œil du chaland mais qui est partie intégrante de l’intrigue. A la manière de ce que Dan Brown avait entrepris dans son « Da Vinci Code » mais avec une approche résolument différente. Ici ni code ni énigme, juste l’Histoire comme source à laquelle l’auteur puise allègrement.

    En effet, même si le roman et l’enquête policière se déroulent en 2018, c’est du fin fond du Vème siècle que se forge l’intrigue. Et en remontant le fil cristallin du temps, vous rencontrerez du beau monde : Léonard de Vinci, Voltaire, Newton pour ne citer qu’eux.

    Papillon butine d’une époque à l’autre pour nous servir un miel exquis dont la saveur délicate va emplir les palais de délices. Il déroule le fil du temps comme une araignée emprisonne le lecteur englué dans sa toile. Et c’est un fait, ses personnages vous collent au doigt et au cœur.

    Mais ne vous y méprenez pas, ce bouquin est avant tout un polar, avec des meurtres et des flics pour les résoudre, mais c’est un polar aux ramifications dantesques ; la différence est que Papillon transcende les genres et forge un diamant aux multiples facettes.

    Voilà un livre qui met un sérieux coup de vieux au « Da Vinci Code » !

    Fabrice Papillon ne s’interdit rien et surtout pas d’être ambitieux. Quand on voit la quantité de matière utilisée, on reste ébahi par tant de travaux de recherche. Un boulot de dingue ! D’un point de vue historique, scientifique et philosophique. Sans rien lâcher aux scènes d’action puissantes et étouffantes qu’il met en scène magistralement.

    Papillon papillonne même aux lisières du fantastique et nous propose une odyssée humaine démesurée. Oui, j’ai prévenu, ce roman est ambitieux !

    Ce bouquin a tellement de qualités que vous trouverez les 600 pages finalement trop courtes car il s’avale ce livre, l’écriture est rythmée, l’action gourmande et l’envie d’en savoir plus va s’avérer goulue.

    Pourtant, pas de chapitres courts dans ce livre, non ! Mais des chapitres qui prennent leur temps, qui s’installent chez toi comme s’ils étaient chez eux squattant même ton canapé. Des fois que tu leur servirais le thé et les petits biscuits. Et cependant, ce bouquin se dévore.

    « Le Dernier Hyver » propose une vision féministe de l’Histoire bienvenue. On constate cette récurrence, de manière différente, dans de nombreux romans sortis dernièrement, j’en veux pour preuve, au hasard, le dernier Stephen King « Sleeping Beauties » ou « Le fruit de ma colère » de Mehdy Brunet et ils sont de plus en plus nombreux. Cet angle féministe est résolument original, moderne, dans l’air du temps et c’est un vrai vent de fraîcheur.

    Alors n’hésitez pas, venez vous perdre dans le labyrinthe crépusculaire et nihiliste concocté par Fabrice Papillon, calé bien au chaud chez vous avant que l’hyver ne vous emporte !
    Il se dit qu’il suffit d’un battement d’ailes de Papillon pour provoquer un cataclysme en Chine. Qu’on se rassure, le seul cataclysme sera celui qui vous soulèvera en refermant la dernière page de ce livre bluffant. Wynter is coming !

    4ème DE COUV’
    Août 415 après J-C. : La ville d’Alexandrie s’assoupit dans une odeur âcre de chair brûlée. Hypatie, philosophe et mathématicienne d’exception, vient d’être massacrée dans la rue par des hommes en furie, et ses membres en lambeaux se consument dans un brasier avec l’ensemble de ses écrits.
    Cet assassinat sauvage amorce un engrenage terrifiant qui, à travers les lieux et les époques, sème la mort sur son passage. Inéluctablement se relaient ceux qui, dans le sillage d’Hypatie, poursuivent son grand oeuvre et visent à accomplir son dessein.

    Juillet 2018 : Marie, jeune biologiste, stagiaire à la police scientifique, se trouve confrontée à une succession de meurtres effroyables, aux côtés de Marc Brunier, homme étrange et commandant de police de la « crim » du Quai des Orfèvres. Peu à peu, l’étudiante découvre que sa propre vie entre en résonance avec ces meurtres.
    Est-elle, malgré elle, un maillon de l’histoire amorcée à Alexandrie seize siècles auparavant ? Quel est ce secret transmis par Hypatie et au coeur duquel se retrouve Marie ? L’implacable destin peut-il être contrecarré ou « le dernier Hyver » mènera-t-il inéluctablement l’humanité à sa perte ?

    https://cestcontagieux.com/2018/10/19/le-dernier-hyver-de-fabrice-papillon-la-chronique-qui-ne-fait-pas-le-printemps/

  • Musemania 5 février 2019
    Le Dernier Hyver - Fabrice PAPILLON

    Sélectionné pour concourir au Prix du Meilleur Polar des éditions Points, j’ai été agréablement surprise à sa lecture. Les votes du jury devaient être envoyés pour le 14 janvier. Nous sommes maintenant tous dans l’expectative concernant les résultats.

    Soit je suis complètement passée à côté à sa sortie en librairie, soit ce livre a connu une parution assez intimiste, mais j’avoue que je ne le connaissais absolument pas avant de le recevoir dans cette sélection pour le Prix du Meilleur Polar.

    Polar à proprement parler ? Non, je ne dirais pas. C’est tout un mélange : d’histoire, de roman ésotérique, de suspens, de livre scientifique, d’aventure, de fantastique, de roman policier. Si vous êtes adeptes de l’une de ces catégories, ce livre ne pourra que vous plaire. Attention, même si le parallèle avec les romans de Dan Brown est facilement réalisable (notamment, deux clins d’oeil assez subtils au fil des pages), il est beaucoup plus noir.

    Passé et présent s’alternent au fil du récit. Dans le passé, on y retrouve de grandes figures des sciences, de la littérature, des personnages politiques partageant un secret commun dont la découverte pourrait bouleverser le cours de l’histoire et de l’humanité. L’essence du récit est parfois un peu tirée par les cheveux mais je m’y suis laissée emporter.

    Le style de l’auteur est parfaitement abouti et mené d’une main de maître. Je suis épatée par les faramineuses recherches que l’auteur a dû entreprendre afin d’écrire un livre de plus de 600 pages mêlant de nombreuses figures historiques à la fiction.

    Même si je l’ai beaucoup apprécié, je n’ai pas trouvé qu’il soit « le » digne représentant pour le titre de Meilleur Polar 2018. Du fait de ses genres multiples, le côté « polar » s’éloignait parfois un peu. Attention, cela ne veut pas dire qu’il ne reste pas un très bon livre que je suis contente d’avoir pu lire par cette sélection et que je vous conseille de découvrir.

    Chronique sur mon blog : https://musemaniasbooks.blogspot.com/2019/01/le-dernier-hiver-de-fabrice-papillon.html

  • a little library 28 février 2019
    Le Dernier Hyver - Fabrice PAPILLON

    Dans le cadre du Prix du Meilleur Polar 2018 des Editions Points, je découvre le premier roman de Fabrice Papillon : Le Dernier Hyver, et c’est un gros coup de 💛 !

    Dans la veine du Da Vinci Code - auquel l’auteur s’autorise quelques clins d’oeil -, le roman mélange habilement suspense, mythologie, philosophie, sciences et ésotérisme, dans une course effrénée à travers le temps, depuis l’Antiquité et ses grands esprits jusqu’à nos jours. Le roman est extrêmement bien documenté, sans jamais tomber dans la lourdeur descriptive. Il est également un bel hommage rendu aux nombreuses femmes qui ont contribué aux progrès de notre humanité.

    Le croisement des deux temporalités donne beaucoup de rythme à ces 600 pages, sans essoufflement, jusqu’au final, époustouflant !"

  • Ninaalu 6 mars 2019
    Le Dernier Hyver - Fabrice PAPILLON

    Ce pavé de 600 pages alterne entre les époques. Celle du présent est assez classique, avec un flic bourru du 36 aux problèmes familiaux et de santé importants et une jeune stagiaire aussi brillante que belle… Et le passé qui commence avec l’assassinat plus que violent d’Hypathie d’Alexandrie, philosophe de l’Antiquité bien réelle. Les deux cas vont s’avérer liés par des siècles d’Histoire. Une Histoire sanglante au nom de la cause des Femmes.

    J’étais très très enthousiaste au début de ma lecture. Mélanger polar, Histoire et féminisme paraissait être une très bonne idée. L’auteur est brillant et a fait un travail de recherche titanesque sur les aspects historiques et scientifiques (cela me rappelle un certain Thilliez…) Néanmoins au fil de pages cela devient de moins en moins digeste. L’alternance des époques casse le rythme, et les chapitres historiques sont trop longs, trop descriptifs et parfois trop pompeux. Au début, lire des noms connus était plaisant, mais l’accumulation devient un peu ridicule (on finit même par rencontrer Dan Brown…) Alors que la partie actuelle est très plaisante.

    C’est un roman qui mélange beaucoup de genres : polar, ésotérisme, scientifique, historique, et il est certain que l’auteur a beaucoup travaillé. Mais il y avait un goût de trop pour moi. Il a laissé une fin ouverte qui laisse à penser qu’il y aura une suite, et tant mieux car cette fin dystopique peut surprendre. Si j’ai été noyée par le contenu je reconnais beaucoup de qualités à l’auteur, que je lirais probablement à nouveau.

  • Komboloi 2 avril 2019
    Le Dernier Hyver - Fabrice PAPILLON

    Commençons par le commencement, j’ai passé un excellent moment à la lecture de ce thriller. Ce roman est clairement intéressant pour les amateurs du genre. Je parle bien genre "thriller" en général car on retrouve pas mal de thèmes abordés ici, l’histoire, les sciences (génétique mais aussi criminelle) ou encore le fonctionnement (et le langage d’ailleurs) des services de police, et à la fin tout le monde (ou presque) va y trouver son compte.

    Alors oui, ce roman m’a impressionné, d’une taille conséquente, l’auteur a surtout mené un travail de recherche impressionnant dans les nombreux domaines abordés pour s’efforcer de faire coller son livre à la réalité.

    Alors bien sûr, il y a quelques longueurs mais jamais désagréables tellement les détails évoqués sont intéressants et s’intègrent bien au récit. Et puis on ne s’ennuie jamais, le rythme est savamment dosé. On pourrait également évoquer le caractère irréaliste de certains évènements mais après tout on reste dans un roman, il ne faut pas l’oublier.

    Les personnages ne sont pas inintéressants mais on privilégie ici la quantité. Tous les personnages ne sont pas approfondis à fond au profit de l’aspect technique (par exemple dans l’organisation des services de police qui lui est très détaillé, ou les passages sur la génétique).

    En bref, pour ma part, j’ai beaucoup aimé et je pense que cet auteur peut devenir une référence du genre. Je recommande à tous les amateurs de thriller. Un auteur à suivre (la fin très ouverte peut laisser présager une suite... ou pas...).

  • soufflard 7 avril 2019
    Le Dernier Hyver - Fabrice PAPILLON

    Un livre captivant par son originalité .

    Par sa documentation historique passée
    ( vie et mort dHypathié célèbre astronome féminine - humanisme des Lumières réactualisé)

    Par sa documentaltion actuelle et une approche intéressante de la génétique.

    Par son ouverture sur le futur....

    On peut donc esperer qu’après l’Hy-V-E-R vienne le printemps.....

  • Kirzy 30 mai 2019
    Le Dernier Hyver - Fabrice PAPILLON

    Voilà un thriller français ultra ambitieux et complètement abouti ! Ambitieux dans sa volonté d’embrasser en un seul thriller de nombreux genres de cette famille littéraire.

    Thriller d’abord puisque l’intrigue tourne autour d’une enquête pour débusquer le ou les auteurs de meurtres atroces et atypiques de jeunes femmes. Les descriptions très détaillées sur le travail des légistes ou de la police scientifique sont réalistes et de grande qualité.

    Thriller historique. le roman s’ouvre sur les dernières heures d’Hypatie d’Alexandrie, la grande philosophe, mathématicienne, figure rayonnante de l’Antiquité finissante, massacrée, découpée, brûlée par une meute de chrétiens fanatiques en 415 après JC . La première jeune fille retrouvée morte dans un magasin parisien Hermès a subi les mêmes outrages plus de 1600 ans après ... Les chapitres alternent présent de l’enquête et passé mystérieux qui délivre ses révélations au fil du roman. Un grand secret traverse le temps depuis Hypatie à travers un livre nourri par des mains célèbres : Elizabeth Ière Tudor d’Angleterre, Voltaire et Emilie de Châtelet, Marie Curie et bien d’autres. On apprend pleine de choses !

    Thriller scientifique aussi. Fabrice Papillon est journaliste scientifique et producteur de documentaires scientifiques pour le service public. Une vraie réflexion à la Axel Kahn court au fil des pages sur l’histoire des sciences, sur la tension fragile entre les sciences et l’éthique, sur le rôle de la science dans notre société avec la question du clonage en ligne de mire.

    Thriller ésotérico-métaphysique enfin. La quête croisé entre le présent et le passé aboutit à une révélation énorme qui impacte l’humanité entière. L’intrigue en devient abracadabrantesque pour un cerveau rationnel ( c’est mon cas ) et pourtant chaque situation peut être vécue comme vraie, tout conduit le lecteur à croire que c’est possible tellement la masse de documentation qu’a du ingurgiter l’auteur est brillamment digérée et restituée, avec une grande rigueur intellectuelle.

    Forcément, on pense aux premiers Franck Thilliez pour le
    thriller scientifique, à Umberto Eco pour l’ambiance historique empreinte de philosophie. Forcément, on pense à Dan Brown, mais autant j’ai été gênée par le côté Club des cinq à la Scoubidou des énigmes à résoudre dans le Da Vinci Code, autant là, j’ai adoré la façon très adulte de conduire l’intrigue jusqu’à un final très inattendu et assez grandiose. Bien sûr, c’est un peu too much parfois, mais j’ai marché à fond !

    Cerise sur le gâteau, bien qu’écrit avant le #metoo, ce thriller est un puissant hommage aux figures féminines qui ont contribué à bâtir la connaissance, comme Rosalind Franklin, la véritable découvreuse de la double hélice de l’ADN mais « volée » par des collègues masculins qui ont obtenu, eux, le prix Nobel de Physique. Superbe idée que de revisiter le féminisme par le biais de la fiction et du thriller.

    Bref, je me suis régalée avec ce thriller original, addictif, mené tambour battant ! A toi de découvrir la signification du mystérieux mot du titre, « Hyver ».

  • Encore Un Livre 1er octobre 2019
    Le Dernier Hyver - Fabrice PAPILLON

    Une chasse à l’homme exceptionnelle à travers le monde et les âges. »
    En quelques mots voici Le dernier Hyver lu il y a quelques semaines, Régression son prochain thriller sort dans quelques jours, et je sais maintenant de quoi est capable Fabrice Papillon, j’ai compris le phénomène et les critiques largement méritées.

    C’est dans une grande densité hautement maîtrisée que l’auteur explore la recherche, le savoir et l’Histoire avec d’excellentes réflexions (ou vrais faits scientifiques ). Fabrice Papillon mêle deux intrigues dont l’une prend sa source 415 après J-C : » Hypatie, philosophe et mathématicienne d’exception, vient d’être massacrée dans la rue par des hommes en furie, et ses membres en lambeaux se consument dans un brasier avec l’ensemble de ses écrits. »
    Et 2018, une enquête active, dynamique qui ne se perd pas dans les méandres des significations de seconde zone ou à rallonge » Une série de violents assassinats de jeunes femmes retrouvées calcinées, sous le regarde de statues d’Hermès tout évoque l’Antiquité », l’ enquête sera menée par Marie, jeune biologiste, stagiaire à la police scientifique, et Marc Brunier, commandant de police à la criminelle du Quai des Orfèvres.

    Je n’avais pas lu ce genre de bouquin depuis fort bien longtemps, on peut difficilement résumer le travail et l’histoire en quelques lignes, cela demande parfois une certaine attention mais jamais l’auteur ne m’a perdue dans cette histoire immersive, qui réunit le thriller scientifique, ésotérique et historique.

    Ce thriller est riche et dense si vous aimez les symboles et leur signification, le féminisme, les temporalités intéressantes à travers les rencontres de divers personnages historiques et religieux, et les enquêtes vertigineuses, je vous encourage fortement cette lecture !

  • Aude Lagandré 5 octobre 2019
    Le Dernier Hyver - Fabrice PAPILLON

    Août 415 après J.C, Hypathie mathématicienne et philosophe néoplatonicienne est sauvagement assassinée pour avoir refusé de se plier à la doctrine chrétienne. Ses écrits, par l’intermédiaire d’un livre, le codex, traverseront les siècles et seront confiés, sous le manteau, à d’autres esprits brillants capables de le nourrir. Juillet 2018 à Paris, Marie Duchesne étudiante en biologie intègre la police scientifique en stage et atterrit sur une première scène de crime défiant tout entendement, dans la grande boutique Hermès parisienne. La victime a été battue à mort, dépecée, et ses restes jetés au bûcher. Ce crime ressemble étrangement à celui d’Hypathie, et Marie, empreinte à de terribles cauchemars où elle se voit brûler vive, semble être le lien entre passé mystérieux et présent bien réel.

    Petit résumé aussi concis que possible de ce roman, sans en dévoiler trop, pour vous donner envie de le lire sans craindre son côté « historico-philosophico-scientifique ». En effet, c’est cette partie-là, dans la 4e de couverture qui m’a rebutée et empêchée de découvrir bien plus tôt ce roman captivant. 415 Après J.C, pensez donc, j’en avais déjà des bourdonnements d’abeilles dans le cerveau. Le lecteur est parfois difficile à convaincre et ses réticences complexes à vaincre ! N’allez pas non plus chercher un quelconque avis en lisant les commentaires amazoniens, j’y ai lu un sacré tissu de conneries (excusez du peu) sur ce roman vraiment brillant. La comparaison avec Dan Brown vous entendrez, n’y croyez qu’à moitié. Ce garçon-là a l’intelligence en plus (pardon, Dan mais il y a un petit jeunot qui te colle sacrément aux basques et qui t’a dépassé dans les virages). J’y ai retrouvé plus de Ken Follet que de Dan Brown, dans l’aptitude de Fabrice Papillon à nous plonger dans l’Histoire (et même dans la Science) sans que cela soit assommant. Ce roman n’est pas un prétexte pour étaler sa science (ouf merci) ni un déversoir de faits historiques dont le commun des mortels (genre moi) ignore à peu près tout, prenant des claques à chaque page par martelage intempestif « regarde un peu comme tu es ignare. »

    Ce roman, au titre cryptique dont l’auteur vous révélera petit à petit la signification, n’en reste pas moins un polar. S’il s’ouvre sur une période historique méconnue, il bascule très rapidement vers une enquête dont le départ est une scène de crime ignoble dans un endroit où tout n’est que « luxe, calme et volupté » : la boutique Hermès. Devant un cadavre démembré et fumant, le lecteur fait la connaissance de deux personnages clés de l’enquête, Marie jeune étudiante et Marc Brunier commandant de la Crim du 36 quai des Orfèvres en pleine mutation, un duo attachant qui fonctionne à merveille et dont vous aurez du mal à vous séparer.

    Ce roman alterne passé et présent avec une remarquable sagacité selon un dosage minutieux et parfaitement maîtrisé. Les chapitres historiques se succèdent grâce à un solide fil conducteur qui permet de relancer l’intrigue et de propulser le lecteur dans un incroyable jeu de piste où chercher les éléments du passé dans le présent devient un plaisir qui ne se boude pas. Car oui, les traversées historiques sont passionnantes. Elles sont instructives sans être pédantes, et expliquent le propos sans le noyer. Pas d’étalage de connaissances ici, seulement un plaisir accru lorsque sont évoqués de grands personnages de l’Histoire tels que Platon, de Vinci, Voltaire ou Marie Curie parmi tant d’autres. Loin d’être ennuyeuse, la rencontre avec des personnages moins connus suscite au contraire un éveil de l’intérêt. Vous l’aurez compris, c’est passionnant, car instructif et bien amené. Outre le travail de recherche qui a dû être conséquent, les parties consacrées à l’enquête ne sont pas laissées à l’abandon, bien au contraire. Si Fabrice Papillon a créé des personnages attachants, dotés d’une profonde personnalité, contraires que tout oppose, mais terriblement complémentaires, il possède également la dextérité de s’attaquer aux détails précis d’une enquête de police sans tomber dans des erreurs de parcours fatales. Tout se tient, et ce fil conducteur du passé vient habilement rejoindre cette enquête où la Science gagne du terrain au fil de l’histoire.

    Il fallait bien trouver un axe de réflexion plus philosophique pour torturer un lecteur déjà bien accroché ! Quoi de mieux que de l’amener à s’interroger sur les conséquences morales de l’avancée scientifique en matière de génétique ? En confrontant les points de vue, Fabrice Papillon nous livre des réflexions palpitantes sur la place des femmes dans la société et le rôle des hommes dans l’équation.

    En effet, « Le dernier Hyver » est un polar historico-scientifique féministe qui délivre un joli message philosophique. La fin est à la hauteur du cheminement, admissible et argumentée dont les exemples construits et tangibles achèvent de vous convaincre.

    C’est un premier roman et un coup de maître que je regrette de ne pas avoir découvert plus tôt. Un roman dense, profond qui mêle de nombreuses thématiques sans que cela soit lourd ou étouffant. L’intelligence d’un auteur érudit qui sait se mettre au niveau d’un lectorat moins spécialisé sans lui donner l’impression d’être débile… Je vais me faire taper sur les doigts si j’utilise le mot addictif, mais lire un roman de 624 pages en 2 jours, vous appelez ça comment ? Je ne peux que vous encourager à vous précipiter sur ce livre en vous disant que vous avez de la chance de ne pas encore l’avoir découvert. C’est une merveille !

  • bookliseuse 20 octobre 2019
    Le Dernier Hyver - Fabrice PAPILLON

    415 après J-C : à Alexandrie, en pleine canicule, Hypatie philosophe et mathématicienne de 45 ans, est massacrée, démembrée et brûlée.

    De nos jours, Marie, 20 ans, biologiste brillante, est stagiaire depuis 1 semaine à la police scientifique. Elle va pour la première fois sur une scène de crime : les restes d’un corps carbonisé ont été découverts dans le magasin Hermès en plein quartier chic à Paris.

    Elle y rencontre pour la première fois Marc Brunier, commandant de police à la crime, quai des orfèvres.

    Rapidement, un deuxième corps, dans le même état est retrouvé à Clermont-Ferrand. C’est le début d’une enquête difficile pour Brunier qui sera aidé par Marie.

    Tout au long du roman, l’auteur va nous emmener, de nos jours, à des époques lointaines, nous emmenant petit à petit à comprendre ce qui se passe. J’ai particulièrement aimé le passage évoquant Léonardo Da Vinci, vieillissant, très en avance sur la découverte de l’anatomie et le fonctionnement du corps humain.

    Marc Brunier, est très attachant, épileptique depuis la disparition mystérieuse de Sarah, sa fille, partie rejoindre les djihadistes en Syrie. Il se bat depuis pour ne pas sombrer et cacher sa maladie à sa hiérarchie. Il est au bord du gouffre, ne supportant même pas par le déménagement du 36, y voyant comme une perte de ses derniers repaires.

    Marie, jeune femme brillante, mais terriblement fragile, a été élevée, avec sa sœur aînée, Emilie, par Elisabeth, tout aussi brillante, mais froide, qui cache de terribles secrets.

    L’auteur décrit avec détails, les supplices infligés, par de soit disant, bons chrétiens, à de jeunes femmes accusées de sorcellerie. Des tortures inimaginables.

    Ce roman décrit l’histoire de l’humanité comme je ne l’avais jamais lu, où la recherche de la perfection a démarré il y a très longtemps. La manipulation génétique posant régulièrement des questions d’éthiques. La condition féminine auprès de la société est omniprésente également, traitée avec beaucoup d’émotions.

    Un livre intelligent, rempli d’éléments scientifiques et historiques réels, rendant l’histoire encore plus crédible. Celui-ci m’a foudroyé, un coup de cœur phénoménal, une livre impossible à lâcher, une fin surprenante, ne pouvant laisser personne indifférent.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.