Le Meurtre d’O’Doul Bridge - Florent Marotta

Notez
Notes des internautes
5
#AvisPolars
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

San Francisco, sa baie, son océan, sa population cosmopolite. C’est dans cette ville de l’Ouest américain que Michael Ballanger a décidé de se reconstruire. Loin de sa famille en lambeaux, loin de la France où un tueur en série mit sa vie en miettes. Le coach de vie à succès renaît avec la difficulté qui suit la perte d’un être cher. Mais le voilà mêlé au meurtre d’un notable. Au moment de mourir, l’homme a composé un numéro, le sien. Alors la tourmente l’emporte. Réveillant les douleurs du passé.

Vos #AvisPolar

  • Maks 20 février 2019
    Le Meurtre d’O’Doul Bridge - Florent Marotta

    Je découvre la plume de Florent Marotta pour la première fois avec ce titre très original, et ce que je peux dire c’est que l’écriture est agréable et équilibrée, il y a autant de moments graves, emplis de suspense, que de moments plus légers nous permettant de connaître mieux le fameux French Coach, personnage bourru, borné, abîmé par la vie mais aussi gentil et bienveillant (même s’il ne le montre pas et n’y croit pas lui même).

    Rempli de suspense, Le meurtre d’O’Doul Bridge nous traîne dans une histoire de meurtre à démêler dans la communauté gay de San Francisco mais aussi dans le milieu des Skinheads et celui de la bourgeoisie. Un mélange détonnant qui donne tout l’intérêt à l’histoire.

    Le French Coach m’a bien plu, il me fait penser dans son caractère à un Franck Sharko (voir les livres de Franck Thilliez) qui ne serait pas flic, un être échoué mais indéniablement bon. Pour les personnages secondaires j’ai littéralement adoré le journaliste, les autres sont plus classiques.

    Je clôturerai cette chronique en vous disant que les amateurs de roman policier à suspense y trouveront leur compte !

  • Stef Eleane 8 mars 2019
    Le Meurtre d’O’Doul Bridge - Florent Marotta

    Quand un coach se prend pour un flic, cela donne un bon bouquin.

    Michael Ballanger est un coach de vie français expatrié en Amérique. il mène une vie agréable, fructueuse malgré un passé lugubre. Tout va pour le mieux jusqu’à cette nuit où un de ses clients se fait tuer. Manque de bol pour lui, il est la dernière personne à qui la victime a passé un coup de fil. Le flic qui mène l’enquête est le représentant du salop par excellence. Détestant les Français, Michael Ballanger est le suspect idéal.

    Les premiers clients du matin étaient au nombre de trois. Une famille entière. Quand il les vit. Michael ne put s’empêcher de constater à quel point ils étaient différents. Le père était énorme, nourri aux hamburgers et à la bière. La mère était, à l’opposée, anorexique. Ses os ressortaient sous sa peau et son visage émacié, presque décharné. La fille était dans la phase où la nature hésitait encore de quel côté de ses géniteurs l’envoyer. La pauvre. Et justement, ils venaient pour elle.

    Un roman sympathique. L’écriture de Florent Marotta est précise et agréable. Pour ma part, c’est le premier roman que je lis de l’auteur, mais lorsque l’on regarde de plus prêt, on découvre qu’il a un très grand panel puisqu’il passe du thriller à des romans fantasy.

    Ici, bien que l’histoire ne soit pas extraordinaire et assez prévisible, il faut reconnaître qu’on se prend au jeu de suivre notre personnage. L’auteur aborde des sujets d’actualité comme l’homosexualité dans la haute société, le cybercriminalité ou l’espionnage par les nouveaux moyens de communication, l’homophobie et le racisme également. Tout se mêle pour donner une toile de fond intéressante.

    Je vous laisse juge, essayez ce roman 😉 Il a eu la douloureuse tache de passer après un gros coup de cœur, il faut être honnête j’ai eu beaucoup de mal à m’extraire après Nulle part sur la terre, et il s’en est très bien sorti !

  • Sharon 10 mars 2019
    Le Meurtre d’O’Doul Bridge - Florent Marotta

    Michael est coach, pas un coach sportif, non, plutôt un coach mental, qui aide ses clients à reprendre leur vie en main. Fait important : il ne les leurre pas avec de beaux discours, il les met face à leur problème, leur contradiction, et cette manière de faire son métier ne plaît pas à tout le monde ("collègues" y compris). Cette méthode, qui lui assure un certain succès (et une émission de radio) a tout à voir avec le passé de Michael. Il doit vivre avec ce qui s’est passé en France, ce qui l’a éloigné de sa famille, avec cette blessure dont nous connaîtrons l’origine au fur et à mesure du récit. On emporte toujours son passé avec soi.
    Le présent se complique quand son dernier client en date est assassiné. La police interroge le french coach, la veuve interroge le french coach à son tour (beaucoup d’argent = beaucoup de pouvoir) et le french coach s’interroge parce que l’enquête n’est pas un modèle du genre - ou plutôt du genre "ne cherchons surtout pas trop loin". Michael Bellanger va donc enquêter - à nouveau. Il va aussi renouer avec sa fille Karine, qui est venue lui rendre visite aux Etats-Unis. Il lui faudra concilier les deux. Comme les chiens ne font pas des chats, sa fille s’interroge sur les motivations de son père, et en cherche la cause dans ce passé qui l’a conduit à s’exiler. Elle s’interroge aussi sur Kim, call-girl, étudiante et assistante de son père - presque son coach personnel finalement.
    Au cours de ses recherches, Michael croisera une galerie de personnages haut en couleur, qu’ils soient déterminés à lui nuire ou à l’aider. Mention spécial pour un journaliste particulièrement précautionneux, Milgram : c’est le prix à payer quand on veut vraiment faire éclater la vérité. Tout comme il est impossible de prendre son temps : cette enquête est aussi une course contre la montre, pour qu’elle ne soit pas définitivement enterrée. Mention spéciale pour la couverture, particulièrement bien adaptée au récit. J’ai parfois pensé aux romans d’Harlan Coben en lisant ce roman, en ce qui concerne son rythme ou les caractères très marqués, hors normes de certains personnages - et pas seulement parce que le french coach a les mêmes initiales que Myron Bolitar. D’ailleurs, j’ai bien l’impression que l’on reverra Michael Bellanger pour d’autres séances de "coaching".

  • Sabine Bibliobleue 10 mars 2019
    Le Meurtre d’O’Doul Bridge - Florent Marotta

    Aucun temps mort pour ce roman de Florent Marotta qui nous plonge dans une enquête où l’être et le paraître ne font pas bon ménage.
    L’auteur nous propose des personnages intéressants : un french coach exilé à San Francisco, un journaliste paranoïaque, une étudiante en psycho ex-call girl …
    Le Meurtre d’O’Doul Bridge est un thriller qui se dévore, doté d’une écriture simple et efficace. L’intrigue est parfaitement maîtrisée. Tous les ingrédients sont donc réunis pour un excellent divertissement.

    Captivant !

  • Ju lit les Mots 11 mars 2019
    Le Meurtre d’O’Doul Bridge - Florent Marotta

    J’ai eu le plaisir de découvrir la plume de l’auteur avec cet opus au titre évocateur et avec lequel on sait de suite dans quoi le lecteur va être embarqué et cela dès les premières pages, puisque l’on assiste à un assassinat… On entre directement dans le vif du sujet sans perdre de temps.

    Je dois dire que l’auteur réussit à faire monter la pression, pour ensuite attaquer un chapitre plus lent avec la présentation de Michael Ballanger, coach de vie… ce qui permet au lecteur de reprendre son souffle… On imagine mal la présence d’un coach de vie dans un thriller, mais l’auteur arrive très bien à construire son personnage. Un homme qui a tout perdu… Et qui pour se reconstruire… Ou se punir… A décidé de partir vivre à San Francisco…

    Mais il va se retrouver confronter à ses démons en plongeant dans cette enquête, malgré lui… Au moment de mourir, l’homme a composé un numéro, le sien. C’est plus fort que lui… Il doit comprendre…

    C’est un personnage meurtri, très bien construit par l’auteur, mais que j’ai trouvé parfois exaspérant… Tout en étant attachant… L’auteur réussi à l’étoffer et le rendre sympathique… Surtout quand on le voit se démener pour résoudre cette enquête malgré quelques bâtons dans les roues…

    Il ira jusqu’au bout… Comme pour exorciser sa culpabilité…

    J’ai beaucoup apprécié le personnage du journaliste Sean Pilgrim, complètement parano, et de Kim, call-girl à ses heures qui se destine à devenir psy, qui aimerait bien que leur relation dépasse le stade de l’amitié… Des personnages secondaires construits avec maîtrise, qui étoffent le récit en lui donnant plus de caractère.

    Le rythme est dense et avec peu de temps morts… Sauf pour nous livrer les états d’âme de Michael Ballanger, qui se retrouve confronté à ses démons avec l’arrivée de sa fille et cette enquête qui va raviver ses blessures. Ce qui en fin de compte le rend plus humain… Sans cela le personnage m’aurait fait penser à une pub de l’homme parfait…

    Le récit se lit vite, bien et avec enthousiasme même si l’on connaît l’identité du tueur bien avant la fin… Ce qui retire quelque peu le suspense que je cherche lorsque je me plonge dans un thriller. Sans retirer, malgré tout, un avis positif lorsque j’ai refermé ce livre en ayant lu un bon bouquin qui regroupe tous les ingrédients pour passer un bon moment : meurtre, mensonges, manipulations…

    L’auteur fait succéder le tout avec talent en abordant des sujets qui trouvent écho dans notre quotidien : l’homophobie, les risques d’internet et l’espionnage auquel nous serions confrontés, le racisme….

    Je n’ai lu aucun livre de l’auteur, mais j’ai hâte de pouvoir me plonger dans un de ses autres opus.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.