Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Qu’est-ce qui fait un bon polar ? #10

Michael Mention est un habitué de nos pages. Il y a quelques mois, il a répondu à nos questionspour son roman De Mort Lente autour des perturbateurs endocriniens... Pour lui, "chaque auteur a son écriture"...
Il faudrait demander à François Guérif ! Tout dépend de quoi on parle, des émotions procurées ou de l’efficacité… un page turner n’est pas forcément un « bon bouquin ». Ça peut dépendre de la sincérité de l’auteur, en partie, car ça ne fait pas tout : j’ai lu des tas de bouquins où la sincérité se sentait, mais qui m’ont profondément emmerdé. Chaque auteur a son écriture, sa manière d’articuler le récit.

Pour ma part, je crois plus en ce que j’écris qu’en ce que je suis. Ce qui me guide, c’est la curiosité, de la phase de documentation à la fin de la rédaction, avec toujours l’obsession du plausible, cette réalité transcendée propre à la fiction. En ça, De Mort lente est très représentatif de ma démarche. Après, que le roman soit bon ou pas, ça ne m’appartient pas, le lecteur juge en fonction de ses attentes et de ses critères personnels. On vit une époque de plus en anxiogène et, dans la rue, les couloirs du métro, on voit souvent des affiches de promo avec des slogans du genre « un film qui fait du bien », ce qui a tendance à m’agacer. Comme le personnage de Franck, je préfèrerais vivre dans un monde où les livres et les films « feraient du bien en faisant réfléchir », ce que j’essaie de faire en mêlant divertissement et information.

michael_mention_par_olivier_gamas
michael_mention_par_olivier_gamas

Claire Raphaël a publié cette année, Les Militantes, un polar original et particulièrement intéressant. Pour elle, c’est d’abord la banalité du mal...
Un bon polar, c’est un livre qui montre la banalité du mal, la puissance de la violence, la force de la volonté, c’est un livre qui met en scène une lutte dont on ne sait pas à l’avance ce qu’elle va coûter, c’est un livre qui offre à ses personnages le droit de souffrir et de franchir toutes les limites.

Avec Benoît Philippon, on s’est plongé dans le monde du jeu avec son dernier roman, Joueuse... Pour lui, ce qui fait un bon polar, ce sont d’abord les personnages et l’ambiance...
Les personnages / L’atmosphère.
Au cinéma, je dirai l’ambiance/la direction artistique. En roman, le ton/la plume.
C’est un peu générique, ma réponse. Perso les enquêtes, ça m’intéresse pas, ou peu. Moi, j’aime le côté psychologique, émotionnel. Avec des vrais thèmes humains. Le glauque pour le glauque, le thriller à effets gratuit, l’enquête à rebonds, mouais, ok, mais au final, on raconte quoi ? Tout ça peut être très bien, mais si c’est porté par des personnages qui ont de la chair, et surtout s’ils ont une trajectoire forte, un combat intérieur. Là, oui, ça m’intéresse. Il faut que ce combat peut permette de réfléchir à une thématique humaine, psychologique, sociétale. Mais c’est très personnel.

Roman détonnant, Mauvaise graine de Nicolas Jaillet est l’une des belles surprises de cette année. Quand on lui a posé la question, il nous a parlé d’honnêteté...
Très difficile. Je lis surtout des romans noirs, plutôt que des romans d’investigation à la Agatha Christie. Ce que j’y cherche, c’est une certaine honnêteté. La volonté de dire les choses telles qu’elles sont. De rendre la complexité de la question du bien et du mal. Cette complexité, je la trouve dans tous les romans de Jim Thompson, de Robin Cook, de Dostoïevski, de Hammett, de Japrisot, de Manchette... la liste est longue, heureusement.

Galerie photos

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.