Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Respire - Niko Tackian

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

8 #AvisPolar
5 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

SI LE PARADIS EST UNE ÎLE, L’ENFER AUSSI.

Le sable très blanc, l’océan turquoise. Voici ce que découvre Yohan à son réveil. Un endroit paradisiaque où il va entamer une nouvelle vie. Avoir une deuxième chance d’être heureux. Pour arriver sur cette île inconnue, il a signé avec une mystérieuse société qui promettait de le faire disparaître et d’effacer toute trace de son passé.
Les premiers jours, Yohan savoure son insouciance retrouvée.Même si peu à peu, un sentiment d’étrangeté le gagne. L’île héberge une dizaine d’habitants plus énigmatiques les uns que les autres. Pourtant les maisons abandonnées, les échoppes désertes dans les rues balayées par le vent, laissent penser qu’un jour ils ont été bien plus nombreux. Où sont passés les autres ?

Yohan veut comprendre. Mais jamais il n’aurait dû chercher à voir l’envers du décor. Car c’est bien connu, la connaissance fait voler en éclats le Paradis...

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Les_lecturesdeflo 7 avril 2022
    Respire - Niko Tackian

    Je ne vais pas vous refaire le pitch de ce livre, on le voit partout depuis sa sortie, je vais uniquement vous livrer mon ressenti.

    Alors voilà, c’est assez contradictoire car je ne suis pas vraiment fan de l’auteur, pourtant, tous les ans je me jette sur sa nouvelle parution et je la dévore. Celle-ci ne fait pas exception à la règle.

    Comme souvent, je suis plutôt mitigée. J’ai trouvé ça bien, mais pas de quoi s’enjailler. Je m’explique :

    Il fait à peine 300 pages, se lit très très vite (2 soirées) et je me suis ennuyée pendant le tiers du milieu. Après un début très prometteur, j’ai trouvé des longueurs, des redondances. Les événements s’enchaînent mais n’apportent rien à l’intrigue. Ça m’a donné une impression de remplissage, de répétition pour faire des pages supplémentaires. Et puis d’un seul coup, à 100 pages de la fin, un détail, un événement de l’histoire, et je me suis de nouveau retrouvée immergée dans ma lecture et j’ai englouti le reste du roman de manière frénétique.

    Pour moi (attention c’est un avis très personnel et qui n’engage que moi) comme tous les livres de cet auteur, ça se lit très bien mais ça manque de consistance. Je déplore également que l’empreinte des ouvrages ayant inspiré cette fiction soit un peu trop présente. (Limite remixe de copier/coller)

    Toutefois, j’ai noté un réel effort et progrès par rapport à ses précédents ouvrages. La psychologie des personnages est plus complexe, le sujet bien trouvé et peu commun, l’écriture a gagné en style et maturité.

    Et surtout, il a réussi l’exploit de me rattraper et me de faire replonger dans le récit, ce qui n’était pas gagné !

    Si je n’ai pas été totalement conquise, en revanche, je suis persuadée que les fans de l’auteur, seront comblés.

    Quant à moi, je vais continuer de lire Niko Tackian à chaque sortie. Il y a un truc qui me tient chez cet auteur, même si je n’arrive pas à l’identifier. Son écriture addictive peut-être ? En tout cas, je suis certaine qu’un jour, il réussira à m’embarquer du début à la fin et que j’aurai un coup de coeur pour un de ses écrits.

  • emy8909 22 mars 2022
    Respire - Niko Tackian

    Yohan voulait recommencer sa vie, avoir une deuxième chance, il signe donc avec la société blue Sky qui lui promet de lui donner cette seconde chance et de faire disparaitre son passé.

    A son réveil, il découvre un paysage paradisiaque de sable blanc et d’eau turquoise, de quoi commencer sa nouvelle vie parfaitement.

    Mais une ombre gagne petit à petit ce tableau parfait, Yohan se sent épié, et il y a cette dizaine d’habitant qui cohabitent avec lui qui sont plus énigmatique les uns que les autres, et que dire de toutes ces habitations abandonnées.

    Yohan va donc se lancer dans la quête de découvrir leurs secrets coûte que coûte.

    Niko Tackia nous propose un thriller en huis clos qui cache bien des secrets dans un endroits paradisiaque. La fin m’a agréablement surprise, je ne m’attendais tellement pas à ça, et pourtant j’ai adoré.

    C’était mon premier livre cet auteur, donc une très belle découverte de mon côté, et continuerais à le lire pour sa très belle écriture qui m’a fait voyager avec Yohan sur cette île

  • Musemania 31 janvier 2022
    Respire - Niko Tackian

    Si vous avez l’habitude de me lire, vous n’êtes pas sans savoir que Niko Tackian fait partie de l’un de mes auteurs de littérature noire francophone préféré. Depuis son premier livre, je suis assidûment son travail. Lors du dernier salon de l’Iris Noire, j’avais eu la chance de découvrir en avant-première la quatrième de couverture de « Respire » et il me tardait donc de le lire.

    « Respire » est donc le titre du huitième thriller de Niko Tackian. Je trouve que c’est assez ironique de donner comme titre à son dernier bouquin, un verbe antinomique par rapport à ce que le lecteur va faire et ressentir durant 324 pages. Car oui, vous serez en apnée durant toute l’histoire. Alors avant d’y plonger, prenez bien votre respiration car durant votre lecture, cela ne sera plus possible !

    Yohan, le héros principal est un peu un paumé de la vie. Écrivain de son état, depuis la sortie de son tout premier roman, il n’a plus eu la flamme et enchaîne les échecs professionnels. Au niveau de sa vie personnelle, ce n’est pas mieux puisque sa compagne l’a quitté et il noie son chagrin dans l’alcool. Alors quand il découvre qu’une société propose à ses clients d’effacer leur passé pour une nouvelle vie, il n’hésite pas !

    Arrivé sur une île paradisiaque, il pense y trouver son bonheur mais bien mal lui en a pris de faire confiance aveugle à une société bien étrange…

    Aucun temps mort, une intrigue menée tambours battants, pas un mot inutile ou une phrase superflue, c’est le type de livre qui vous fait vivre son histoire à 100 à l’heure. Dès les premières pages, le suspens est mis en place pour ne plus s’en échapper durant plus de 300 pages. Autant vous dire que vous risquez soit une insomnie si vous avez le malheur de commencer ce livre en soirée, soit d’abandonner toute vie sociale durant le temps de sa lecture.

    En plus d’être écrivain, Niko Tackian est aussi scénariste et réalisateur. Bien évidemment, cela se ressent très fort dans sa rédaction. Pour ma part, je suis très visuelle dans mes lectures et ce style d’écriture me permet de « vivre » l’intrigue en compagnie des person-nages et ça, j’adore encore plus.

    Alors oui, j’ai un grief et pas des moindres ! Celui d’avoir déjà terminé ma lecture, malgré le fait que j’ai tout fait pour la prolonger et la savourer le plus longtemps possible. En même temps, moi qui suis d’un naturel curieuse, je ne voulais pas attendre trop longtemps pour connaître le dénouement.

    Alors s’il vous plaît, Monsieur Tackian, ayez pitié de vos lecteurs et n’attendez pas trop longtemps avant la parution de votre prochain livre 😉

  • angelita 28 janvier 2022
    Respire - Niko Tackian

    Respire de Niko Tackian, présentation
    Yohan est à Paris. Il est dans un bar et boit son quatrième rhum. Il rêve d’être ailleurs. Demain, ce sera le cas. Il parait plus que son âge.

    Il a effectué des recherches sur le dark web, a envoyé un dossier. Rentré chez lui, il avale une pilule et ensuite plus rien.

    Lorsqu’il se réveille, il se trouve à l’hôpital et on lui dit qu’il se nomme Achab.

    Avis Respire de Niko Tackian
    Yohan est écrivain. Après l’immense succès de son premier livre, dont il a bien profité, tous ses autres écrits n’ont pas trouvé leurs lecteurs. Un homme banal, qui n’a pas réussi sa vie et encore moins sa vie amoureuse. Il est au fond du trou et veut en finir avec la vie. Après des recherches dans le dark web, il a pu être contacté, a rempli un formulaire, payé 10 000 Euros pour dire adieu à son passé et changer de vie, comme tous ces Japonais qui ont disparu de la surface de la terre. Il avale une pilule et se réveille à l’hôpital, plus précisément dans une clinique où il découvre un personnage qui ne peut rien lui dire. Yohan va découvrir le lieu où il vit, une île fantôme, une maison et il va être le détective privé de cette île et changer de nom.

    Pour lui, les débuts sont euphoriques, il parcourt l’île à vélo, à pied, il se baigne, ne fait qu’un avec la nature. Sa peau devient hâlée, il perd du poids et physiquement il se sent mieux. Mais les personnages sont inquiétants, personne ne se livre, malgré quelques échanges. Personne ne dit rien, ne se confie. Et Yohan se sent surveillé mais il va vouloir découvrir les limites de cette île, passer outre ces limites, malgré les avertissements et surtout le fait qu’il va apprendre que des gens sont morts car personne ne se rebelle contre celui ou ceux qui sont au-dessus.

    Comment peuvent-ils faire pour vivre ? Ils ne paient rien. Ils ont de l’électricité, ils peuvent avoir des denrées chaque semaine. L’alcool est interdit, comme fumer. Les éléments naturels sont instables avec de belles tempêtes. Même s’ils arrivent à se rencontrer, ils sont seuls, ils ont été cassés par la vie et certains arrivent à passer à travers les mailles du filet, et bien que vivant en ermites, ils arrivent à cacher ce qu’ils peuvent détruire.

    Yohan dispose d’un ordinateur sur lequel il trouve les pages d’un de ses romans. Un ordinateur avec une messagerie qu’il ne peut pas utiliser mais qui permet à ceux qui les observent d’envoyer des messages. Yohan va continuer sa quête pour découvrir la vérité et surtout s’enfuir, car il a très vite compris qu’il ne veut pas passer le restant de ses jours sur cette île. Il sait qu’il ne peut pas faire confiance à tout le monde.

    Respire, comme cette jeune femme qui fait de la plongée, pour être en état de rejoindre, de voir sa fille. Respire pour que les poumons soient de plus en plus fort. Respire pour éviter de mourir. Vont-ils réussir à s’enfuir, passer cette limite au goût de liberté, au goût de retour à la vie ancienne ? Une île qui ressemble à la Bretagne, aux Landes, une île qui semble perdue au plus profond du Pacifique. Une île bouclée, une île cloisonnée, qui semble être le paradis dès que l’on arrive mais une île qui devient inquiétante.

    Deuxième essai pour moi d’un roman, le dernier paru, de Niko Tackian, mais essai pas couronné de succès, malheureusement. Pourtant, le sujet était vraiment très bien trouvé. Quitter sa vie, son passé, pour vivre ailleurs en faisant le vide autour de soi. Avoir sillonné le dark web, avoir rempli un formulaire, donner une certaine somme et se retrouver sur une île après avoir avalé une pilule. Je suis peut-être passée à côté du message que voulait faire passer l’auteur. Ce qui m’a permis de continuer ce roman, ce sont les chapitres courts, mais pas les personnages, peut-être celui d’Etelle, et encore. Je n’ai pas trouvé ce roman réellement inquiétant, pourtant il y aurait pu y avoir de quoi. Cela a été un peu trop rapide, à mon goût, pour ce détective qui semble avoir peur mais qui n’est jamais bousculé. Les 30 dernières pages sont consacrées aux révélations de ce roman. J’aurais aimé en savoir plus sur Les évaporés, ces Japonais qui ont tout quitté.

  • Savy 23 janvier 2022
    Respire - Niko Tackian

    une île,des gens en apparence heureux un décor idyllique, voilà je me plonge dans le nouveau livre de l’un de mes auteurs favoris.

    Habituée aux grands espaces montagneux (Avalanche Hotel, Solitudes …) Niko Tackian nous plonge cette fois ci dans les profondeurs maritimes.

    Une île autant magnifique qu’angoissante, des personnages avec chacun leurs secrets et qui ont comme Yoan choisi de changer de vie.
    Avec Respire l’auteur nous entraîne dans une spirale des abysses,où une fois plongé en apnée,difficile de remonter à la surface et reprendre son souffle.

    A peine le livre commencé me voilà devenu claustrophobe vous savez ce sentiment d’enfermement, d’étouffement, de souffle coupé.

    Encore une fois l’auteur joue avec nos nerfs dans ce huit clos.
    Alors prenez une grande inspiration et plongez vous dans ce suspens .

    Et surtout lecteur n’oublie pas RESPIRE .

  • livrement-ka 19 janvier 2022
    Respire - Niko Tackian

    Et si vous décidiez de tout quitter ?
    Une pilule et bye bye les emmerdes ! !
    Ca paraît tellement simple et direction une île non pas déserte mais peuplée d’individus en tout genre, qui sont renommés à leur arrivée.
    Adieu la technologie, juste le nécessaire l’essentiel et pourquoi pas re rapprocher de la nature, se remettre en question.
    Yohan va en faire les frais et se retrouver revêtir le personnage du détective Achab.
    L’ambiance du livre est assez particulière et le scénario original. L’écriture est fluide et entraînante.
    Néanmoins j’ai trouvé certains passages un peu lents.
    Pour conclure ce n’est pas mon préféré de l’auteur.

  • DesLivresEtMoi7 13 janvier 2022
    Respire - Niko Tackian

    Si l’on reconnaît sans conteste son ADN littéraire, l’auteur nous propose ici une intrigue quelque peu différente du reste de sa bibliographie… Aussi prenante et captivante qu’à l’accoutumée, mais peut-être plus sensible, plus introspective également. Toujours est-il qu’on se laisse immédiatement happer et emporter jusqu’à cette île particulièrement étrange, sur laquelle on a tôt fait de s’inquiéter. Si l’auteur apporte un soin tout particulier à son décor de rêve, c’est pour mieux nous oppresser d’une ambiance qu’il a su rendre nébuleuse et étouffante comme jamais, tant et si bien que le cadre de la carte postale nous apparaît vite comme les murs d’une prison dont il sera difficile de s’échapper, même une fois la dernière page tournée…
    Ainsi partage-t-on le sort et les questions de notre héros Yohan qui n’en sait pas davantage que nous. Lui qui voulait s’offrir une seconde chance pour atteindre le bonheur, le voici qui nous pousse à sonder notre propre existence… Comme un second souffle qui n’a rien d’oxygénant, pris au piège de cette île qui nous apparaît comme un personnage à part entière, plus dangereuse qu’il n’y paraît, saisissante et glaçante malgré son grand soleil… Alors il est où le bonheur, il est où ? ( Ne me remerciez pas de vous avoir mis cette chanson en tête, c’est cadeau !)
    Si l’on n’obtient pas nécessairement les réponses à toutes nos questions, il n’en demeure pas moins qu’on savoure chaque page de cette lecture à travers laquelle l’auteur rend un bel hommage à quelques-unes des plus grandes œuvres de la littérature, et mêle brillamment les genres et les couleurs… Tout en gardant le noir comme dominante pour un roman palpitant plein d’aventure, de mystère et de suspense servi par une plume fluide, fascinante, efficace et addictive : Reconnaissante entre mille !

  • Aude Lagandré 11 janvier 2022
    Respire - Niko Tackian

    « Les évaporés du Japon » est le résultat d’années d’enquête sur un phénomène troublant qui se déroule au Japon. Chaque année, plus de 100 000 personnes choisissent de disparaître sans laisser de traces, le plus souvent par honte ou peur du déshonneur pour eux-mêmes ou leurs familles. C’est le point d’ancrage du nouveau roman de Niko Tackian, « Respire ». Yohan n’en peut plus de sa vie actuelle. Écrivain ayant connu le succès lors de la publication de son premier roman, il peine à écrire le second. « Son aura de génie avait fondu comme neige au soleil, tout le monde voyant désormais son succès comme un coup de chance et son talent comme un éclair ayant illuminé le ciel une fraction de seconde avant de ne laisser qu’une nuit opaque et uniforme de médiocrité. » Sa compagne l’ayant quitté, désormais seul avec ses démons, comment ne pas être attiré par les sirènes de Blue Skye qui propose d’avaler un « unique comprimé aux reflets de nuit » pour se retrouver ailleurs, recommencer sa vie sans être sans cesse confronté à son passé et à ses échecs ? Yohan se retrouve alors catapulté sur une mystérieuse île. Il devient le détective Achab, part à la découverte de son nouveau « home » et de ses habitants.

    Tout d’abord, j’aimerais séparer le fond de la forme. J’ai lu tous les romans de Niko Tackian et je dois dire qu’en découvrant « Respire » j’ai été frappée par le soin apporté à l’écriture. Si ces textes précédents étaient davantage des scénarios jouant principalement sur les actions, nous sommes ici dans un récit plus littéraire. Un soin particulier est par exemple apporté aux descriptions de l’environnement, mais aussi aux préoccupations émotionnelles du personnage principal. Le côté psychologique a un peu distancé le canevas scénaristique, tout en gardant un aspect extrêmement visuel. Nous sommes sur une île, endroit paradisiaque par excellence, et l’auteur ne nous laisse pas l’oublier. Au-delà de l’intrigue, toujours très efficace chez l’écrivain, j’ai aimé la façon dont le lecteur suit l’évolution psychologique de Yohan, « Il avait tiré un trait sur la créature craintive et réservée qu’il était », la fin de « l’impuissance littéraire », et donne au lecteur un temps d’avance sur ce que sera le fond de ce livre : un hommage à la littérature et au cinéma. Nul ne peut lire le nom « Achab » sans penser au Capitaine imaginé par Herman Melville dans « Moby Dick ». D’autres hommages littéraires seront mis en lumière comme « L’homme qui aimait les îles » ou « L’île de Felsenbourg ». Le plus frappant, et c’est sans doute ce qui m’a le plus « travaillé » dans cette lecture, c’est ce sentiment de déjà-vu cinématographique, avaler une pilule et disparaître, remonter et changer sa vie, avoir de supers pouvoirs, toutes ces thématiques autour d’une pilule du bonheur qui ferait table rase du présent ou contribuerait à l’améliorer, à avoir une nouvelle chance. J’ai évidemment pensé à « Matrix », à « Shutter Island », à « Limitless » à « Hunger games » lors du premier avertissement « Évite de sortir la nuit… C’est dangereux. », à « Dark fields » où l’on suit un écrivain raté qui découvre une pilule miracle, mais aussi au récent et controversé « Old » de Night Syamalan. Une belle brochette de références qui peuvent accentuer ce sentiment de déjà-vu, mais qui s’avèrent contribuer à renforcer cette impression de danger, ce climat angoissant et nébuleux développé dans tout le roman.

    Parlons de l’intrigue maintenant totalement axée sur l’ambiance dégagée par cette île et les protagonistes qui y vivent. Lors de la découverte de son nouveau lieu d’habitation, Achab rencontre des personnages qui contribuent à maintenir ce climat d’angoisse. Chacun est là pour des raisons qui lui sont propres et chacun a une histoire personnelle à cacher. « En venant ici, on laisse nos tares à la porte. » Peut-on réellement faire table rase du passé, repartir de zéro et accepter de vivre et d’exister en harmonie avec la nature, sans se poser de questions, simplement en se laissant vivre ? L’image de l’île paradisiaque, son côté enchanteur et idyllique perd peu à peu de sa superbe pour devenir une prison à ciel ouvert, un endroit d’où l’on ne s’échappe pas. La grande aventure se métamorphose en huis clos dans laquelle les évaporés se muent en ennemis potentiels. « Ici les gens ne sont pas ce qu’ils paraissent être… Gardez ça à l’esprit. » Une fois la lecture commencée, difficile de l’interrompre puisqu’on est totalement embarqué par le récit, en quête de savoir qui sont ces habitants, ce qu’ils ont à camoufler, quelle est l’histoire de l’île. Est-ce une expérience scientifique ? Yohan est-il plongé dans une sorte de coma qui le fait délirer ? Est-il réellement vivant ? De nombreuses hypothèses se dégagent sans pour autant réussir à valider l’une d’entre elles… jusqu’à la toute fin.

    Dans « Respire » Niko Tackian s’éloigne un peu du polar pur et dur pour s’autoriser un mélange des genres : enquête policière, soupçon de fantastique, zeste de récit d’aventures. Si cela m’a déstabilisée parfois, habituée à le « classer » dans un certain genre, chagrinée par cette impression de déjà-vu (jusqu’à ce que je comprenne qu’il s’agissait là d’une volonté de l’écrivain de rendre hommage à des perles de notre héritage culturel), je salue la volonté de se mettre en danger pour essayer quelque chose de nouveau.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.