Sur le ciel effondré - Colin Niel

Notez
Notes des internautes
5
#AvisPolars
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

En raison de sa conduite héroïque lors d’un attentat en métropole, l’adjudante Angélique Blakaman a obtenu un poste à Maripasoula, dans le Haut-Maroni, là où elle a grandi, côtoyant le peuple des Wayanas. Alors qu’un jeune garçon disparaît, elle mène l’enquête avec le capitaine Anato dans ce territoire amérindien que se disputent âprement orpailleurs et évangélistes.

Vos #AvisPolar

  • Perrine Savary 26 septembre 2018
    Sur le ciel effondré - Colin Niel

    Un vrai bonheur de retrouver le capitaine Anato, personnage emblématique de la trilogie Guyanaise. Avec une écriture magistrale Colin Niel nous replonge en Guyane, nous immergeant totalement dans ses paysages, ses odeurs et ses habitants. Dénonçant un sujet d’actualité, il s’attache à nous faire découvrir ce bout de France (si si je vous jure) oublié des pouvoirs publics malgré une situation sociale et économique catastrophique. Un appel à la prise de conscience de tous (y compris pour les guyanais d’ailleurs), des personnages profondément réussis et émouvants, l’ensemble lié par une enquête passionnante. Encore un très beau roman !

  • Lau Lo 7 novembre 2018
    Sur le ciel effondré - Colin Niel

    Colin Neil nous amène une nouvelle fois en Guyane dans ce polar passionnant.
    Sur fond de l’enlèvement d’un adolescent Wayana lors d’une soirée ainsi que de braquages perpétrés en ville, ce polar met en scène deux enquêteurs pas si différents l’un de l’autre.
    D’un côté il y a Angélique, une noir-marron, native de Guyane, revenue chez elle après avoir réchappé à un attentat en France qui l’a laissée défigurée. Elle revient en terre Wayana afin de retrouver le fils unique de l’homme qu’elle aime, Tapwili, un amérindien. Traumatisée par ce qu’elle a vécu en métropole, Angélique Blakaman est une femme meurtrie mais courageuse, entêtée.
    De l’autre côté, nous faisons la connaissance du capitaine Anato, noir-marron comme elle. Lui est hanté par des douleurs et des absences qui vont bien faillir lui couter la vie. Persuadé qu’il est victime d’un mauvais sort, il se soigne à la médecine ancestrale faite de bains et d’applications de plantes. En charge de l’enquête sur les braquages, il est confronté à une attaque qui tourne mal et à un adolescent assassiné dans une des cités de la ville.
    Mais, ce roman, même si c’est un polar très bien construit, très rythmé, c’est bien plus que ça.
    Ici sont abordés des thèmes très importants.
    Tout d’abord, bien sûr et évidemment quand on parle de la Guyane, il est question de l’orpaillage. De ses techniques mais surtout de cette soif de l’or qui entraîne règlements de comptes, meurtres et rivalités entre anglais, français, amérindiens et brésiliens. Les garimpeiros, ces orpailleurs clandestins qui puisent dans les rives côté Surinam du fleuve, non seulement sont hors la loi (française) mais « spolient » les mines des industriels et propriétaires attitrés des parcelles à exploiter.
    Toute cette chaîne de l’or est donc abordée sans mettre de côté la pollution au mercure qu’engendre l’orpaillage.
    Ensuite, le thème fort, reste la misère qui sévit dans ce lointain bout de France, souvent oublié des hommes politiques, où les lois ne sont pas forcément adaptées au contexte. Les hommes et les femmes se sentent délaissés et incompris. La jeunesse conserve peu ou pas d’espoir dans un avenir en Guyane, témoins en sont les statistiques de criminalité, de délinquance et du taux de suicide chez les moins de 20 ans. Les différentes cultures qui ont du mal à coexister, les différentes langues et dialectes, les croyances, les légendes, les religions, la couleur de la peau, tout ce qui fait que les hommes n’arrivent pas à vivre ensemble sans s’entre-tuer, réuni au bord d’un Fleuve. Un microcosme à des milliers de kilomètres de ceux qui entendent le gouverner.
    Je pourrais vous parler des heures de ce roman qui m’a emportée tout au long de ses 500 et quelques pages mais lues en moins de temps qu’un roman de 200 tant l’histoire et les personnages sont passionnants. Mais lisez-le, je vous le conseille sans aucune hésitation.

  • jeanmid 17 novembre 2018
    Sur le ciel effondré - Colin Niel

    Eh oui , je l’avoue , j’ai eu un peu plus de mal à rentrer dans ce roman que dans ces précédents . Mais comme souvent , les histoires de Colin Niel se méritent .Et la patience a payé !
    Retour en Guyane ( dépaysement garanti ! ) - où l’on retrouve le capitane Anato avec un grand plaisir . Il est cette fois-ci confronté à un meurtre d’un métropolitain et à la disparition inquiétante d’un jeune amérindien .
    Des enquêtes policières qui vont le mener ainsi que son équipe de la Brigade de Recherches , de Cayenne , vers le long du Maroni à Maripasoula puis aux confins du Sud du département , le pays des amérindiens : les wayanas , les alukus ou les ndjukas.
    Des peuples qui tentent de survivre grâce au tourisme mais surtout grâce au RSA que leur verse l’Etat français . le travail manque et les modes vie coutumiers sont mis à mal par l’évangélisation à tout crin de ces peuplades .
    Certains jeunes , déracinés à Cayenne pour les études , ne se reconnaissent plus dans la vie de leurs aïeux quand ils y retournent alors qu’ils sont moqués par les autres élèves pour leur couleur , leur manière de vivre …
    Quelques uns d’entre eux , complètement perdus , vont même jusqu’à se suicider ..
    Leur terre ancestrale est pourtant riche de ce minerai si convoité que s’arrachent en toute illégalité , les garimpeiros : l’or de Guyane . Alors pourquoi ne pas succomber à cette tentation plutôt que laisser certaines multinationales ou ces orpailleurs clandestins mettre la main dessus ?
    C’est dans ce contexte (très) difficile que l’adjudante Angélique Blakaman , prend le relai en local du capitaine Anato afin de tenter de retrouver ce jeune , Tipoy , et tenter de comprendre si plusieurs investigations en cours ne seraient pas finalement liées …

    Colin Niel, à travers ce roman policier , nous livre tout son amour pour ce bout de la France perdue dans l’immensité végétale . Ce département si étonnant , à la faune , à la flore et à ces tribus si « exotiques » .
    Mais arrêtons- là s’il vous plait , la caricature et les clichés ! L’auteur nous décrit également en détail ces conflits entre les colonisateurs et les colonisés , ces derniers tentant de subsister avec leurs modes de vie , leurs croyances . Mais cela devient de plus en plus dur quand la civilisation dite moderne doit passer à tout prix .
    Une véritable impasse pour ces peuples alors que nous ne leur laissons aucune autre alternative et que leurs terres sont sans cesse pillées pour en tirer ce minerai doré si convoité .
    Outre ces éléments socio politiques déterminants qui transpirent en permanence dans le récit on s’attache à ces anti héros qu’incarne si bien Angélique ici . Cette héroïne de la Gendarmerie Nationale , défigurée à jamais , qui a tant de sentiments à partager .
    Des protagonistes aux caractères entiers plus vrais que nature qui renforcent ces histoires extra sensoriels hors des sentiers battus et aux multiples rebondissements . Un livre que je ne peux que vous recommander .

  • Sharon 7 février 2019
    Sur le ciel effondré - Colin Niel

    La mission qui m’avait été confiée – et je l’ai acceptée – était de lire ce livre en deux jours. Je l’ai fait. Je ne le regrette pas, et je pense que tous ceux qui ont aimé les trois précédents volumes aimeront ce quatrième tome, qui nous montre le capitaine Anato toujours au prise avec ce qui le tourmentait à la fin du tome 3 – et pourtant, il aura fait maintes tentatives pour s’en défaire.
    Alors, plutôt qu’une énorme analyse dans laquelle je vous parlerai de la construction géniale du récit, où je n’omettrai pas de vous parler du portrait de la société guyanaise que nous dresse l’auteur, de tous les laissez-pour-compte de la république française que nous y croiserons, de tous les désespérés, de tous ceux qui essaient de s’en sortir malgré tout, par des moyens qui ne sont pas toujours très légaux, de toutes les petites rivalités qui bouffent la vie et finissent par la prendre, de ceux qui aimeraient juste vivre tranquillement et qui ne le peuvent pas, de toutes les apparences qu’il faudra traverser pour parvenir à la vérité, de toutes les amours ratés, de toutes les retrouvailles ratées, non, je ne vous parlerai pas de tout cela. Je vous dirai d’avoir confiance. Je vous dirai que dans une société où la désespérance est le lot quotidien, où le suicide des jeunes est beaucoup trop fréquent, où les secrets de famille et les non dits empoisonne, je vous dirai qu’il est des personnes qui osent être elles-mêmes, même si pour cela il faut prendre un chemin de traverse. Oui, même environné du pire, le meilleur peut venir.
    https://deslivresetsharon.wordpress.com/2019/01/16/sur-le-ciel-effondre-de-colin-niel/

  • La belette du sud 7 février 2019
    Sur le ciel effondré - Colin Niel

    5….4….3….2….1…. Décollage…. We have lift off…. Tous les paramètres sont normaux.
    Ces mots, entendus une demi-douzaine de fois depuis la salle de contrôle des satellites de mon ancien employeur, c’est la seule image qui me vient à l’esprit quand on me parle de la Guyane française.

    Autant vous dire que l’excellent livre de Colin Niel m’a ouvert les yeux sur une culture qui m’était totalement inconnue. Sous son appellation de roman policier, Sur le ciel effondré offre une incroyable vue d’ensemble sur la complexité et les paradoxes de la Guyane française.

    Ce roman est d’abord un formidable guide de voyage : Le Haut-Maroni, les monts Tumuc-Humac, la forêt amazonienne, Cayenne, Le Suriname, le Brésil. Que de zones géographiques évoquées et visitées dans ce livre (J’ai ressorti l’atlas géographique !).

    Ensuite, c’est un bel hommage à la culture amérindienne : les communautés de Wayanas, Tekos, Ndjukas, leur mythologie, leurs croyances médico-religieuses et leurs difficultés à trouver une place dans la Guyane moderne.

    Enfin, c’est un très bon instantané des problèmes socio-économiques que rencontre la Guyane : l’exploitation aurifère, les problèmes de chômage, de délinquance dans les bas-quartiers de Cayenne, la cohabitation souvent difficile entre les différentes ethnies.

    Oui, Colin Niel réussit l’exploit de réunir tout cela (et encore bien d’autres aspects) dans un roman policier sans lourdeur, avec naturel, intelligence et efficacité.

    Bref, un très bon livre à découvrir pour la complexité de l’intrigue, l’exotisme de l’univers, la mine d’or culturelle et la très belle écriture de Colin Niel.

    Je vois que trois autres opus ont précédé celui-ci. Je les mets tout en haut de ma pile à lire immédiatement ! Que de plaisir de lecture en perspective !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.