Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

13 #AvisPolar
7 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Si vous n’avez pas la force brute et que personne ne vous entend, il vous reste d’autres voies...

Lac-Clarence, Québec, 2002. Maxine Grant, inspectrice et mère célibataire dépassée, est appelée sur une scène de crime affreuse.
L’ancienne institutrice du village, appréciée de tous, a massacré son mari, le lardant de coups de couteau.
Paris, 1899. Lucienne Lelanger refuse d’admettre la mort de ses filles dans un incendie. Elle intègre une société secrète dans l’espoir que le spiritisme et la magie noire l’aideront à les retrouver.
Lac-Clarence, 1949. La jeune Lina vit une adolescence
mouvementée. Pour la canaliser après l’école, sa mère lui impose de la rejoindre à la Mad House, la maison de repos où elle travaille.
Lina y rencontre une étrange patiente, qui lui procure des conseils pour le moins dangereux...

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Savy 2 octobre 2022
    Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

    Trois femmes, trois époques,trois histoires

    Ces trois histoires vont bien entendu ne faire qu’une,avec un final inattendu auquel je m’attendais pas du tout.

    Johana Gustawsson avec ce livre a encore frappé et a su tenir ses lecteurs en haleine.

    Pas de temps mort, l’écriture est fluide,les chapitres courts .
    Passer d’une époque à l’autre au fil des chapitres n’est pas gênant du tout.

    Très bon moment de lecture.

  • dominolu 13 avril 2022
    Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

    Je viens de terminer le dernier thriller de Johana Gustawsson « Te tenir la main pendant que tout brûle ».
    C’est le premier roman que je lis de cet auteur et surement pas le dernier car je suis tombée sous le charme et je vais me dépêcher de lire ses trois romans précédents « Block 46, Môr et Sâng » avant qu’ils ne soient sortis en série car ils sont en cours d’adaptation pour la télévision.
    Ce thriller sorti en octobre 2021 se passe au Québec sur deux époques 2002 et 1949 ainsi qu’à Paris en 1899. Les personnages principaux de ce page turner sont des femmes Maxine, Lucienne et Lina, ce sont leurs noms et les années qui introduisent les chapitres et sont les fils conducteurs de l’enquête dont Maxine, inspectrice est en charge.
    Son ancienne institutrice vient de larder son époux de nombreux coups de couteau et n’a prononcé qu’un seul mot : le nom de Maxine.
    Des allers retours entre le destin sombre des personnages et les époques rythment le roman et m’ont interdit de lever le nez avant la fin de ce bouquin puissant, noir et finement écrit. Encore une auteure que j’ai très envie de croiser…

  • Aude Lagandré 31 mars 2022
    Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

    « Te tenir par la main pendant que tout brûle » raconte encore une fois des destins de femmes, à trois époques différentes, désormais LA marque de fabrique de l’univers littéraire de Johana Gustawsson. Maxine est appelée sur une scène de crime : le mari de son ancienne institutrice Pauline Caron a été poignardé d’une trentaine de coups de couteau à viande. Lors de l’enquête, des éléments glaçants seront découverts dans la maison de Pauline. Comment cette femme, calme, bienveillante en est-elle venue à commettre un crime aussi atroce ? Lucienne Lelanger vit à Paris en 1899 lorsqu’un incendie ravage sa maison. Ses deux petites filles meurent dans l’incendie, mais Lucienne a des doutes quant à leurs disparitions. Elle entend alors parler d’une société secrète pratiquant spiritisme et magie noire. Ses espoirs renaissent. La jeune Lina est en conflit avec sa mère. Celle-ci travaille dans une Mad House, sorte de maison de repos. Lina y fera une rencontre singulière qui va changer sa vie. Que relie Maxine Grant, inspectrice en 2002, Lucienne Lelanger vivant en 1899 et la jeune Lina coincée en 1950 ? Dans cet opus, Johana Gustawsson laisse tomber ses héroïnes récurrentes et nous emmène cette fois-ci au Canada. Sa marque de fabrique, gérer plusieurs espaces-temps est toujours bien présente : ce fut un vrai plaisir de naviguer à travers les différentes périodes, se retrouver à la Belle Époque en 1899, puis dans une Mad House au Canada en 1949 et à nouveau à Lac-Clarence.

    L’auteur n’a pas son pareil pour raconter des histoires de femmes à travers les âges. L’histoire de chacune s’entrelace lentement autour de l’histoire de l’autre, comme un lierre qui envahit et prend possession des destins. Les points de rencontre sont finement amenés, en douceur, presque sur la pointe des pieds et ne peuvent être perçus que par le lecteur attentif. Le patchwork qu’elle coud au gré des pérégrinations de chacune est subtil, discret, et chaque morceau de tissu se joint à ceux déjà en place grâce à un fil invisible. Toute anticipation est ardue tant elle met de l’âme et du cœur à créer une pièce majeure, originale et fine comme de la dentelle. Elle y parvient avec brio en obligeant le lecteur à ne pas lâcher sa main au risque de se perdre dans un dédale d’étoffes qui prises seules, laisse perplexe. L’Histoire avec un grand H prend toujours possession du roman dans ses textes, comme si l’auteur était guidée par elle pour parfaire sa trame. Rien de lisse, rien de facile. Un enchevêtrement de destins, un labyrinthe de tranches de vie, un dédale d’émotions vécues. Le patchwork fini est saisissant quand chaque pièce trouve sa place et que le lecteur finit par comprendre pourquoi elle est à cette place précise et non à une autre. Tout fait alors sens, et les petits fils blancs restés sur la toile lors de la couture permettent d’entrer plus précisément dans les arcanes de l’intrigue.

    « Te tenir par la main pendant que tout brûle » est délicieusement machiavélique. Johana Gustawsson aime et défend les femmes qu’elle place toujours au cœur de ses intrigues. Ici, il flotte une exquise odeur de mysticisme lorsque les discussions de sorcières et de médiums hantent le récit. « Ils possèdent une énergie, un fluide, qui ouvre une sorte de passage entre deux mondes. » Un féminisme latent teinté d’opinions sures et affirmées émerge, même en 1899 : « Réfléchissez : qui prions-nous ? Un Dieu qui pense que nous, les femmes, sommes inférieures aux hommes ; pour ce dieu, nous résultons d’un morceau d’homme, la côte d’Adam. » Elle a ce don de provoquer une empathie immédiate et fusionnelle entre le lecteur et ses personnages. S’attacher ainsi à eux, si vite et si fort laisse exploser les émotions tant on vit ce qu’elles vivent, ressentent ce qu’elles ressentent. Enfin, n’imaginez pas que ce roman est une promenade de santé, cela reste Johanna. La noirceur des ténèbres saura vous atteindre, vous n’y échapperez pas.

    Johana Gustawsson possède son univers singulier, sa patte narrative, sa manière unique de raconter les histoires et cela fonctionne à chaque fois.

  • Lectures noires pour nuits blanches 28 mars 2022
    Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

    J’étais très intriguée par ce nouveau roman de Johana Gustawsson qui apporte beaucoup de changements, le principal étant que c’est un one shot et que l’on n’y retrouve donc pas les personnages emblématiques de l’auteure. On quitte aussi Londres et la Suède pour Paris et le Québec. Et ce titre si mystérieux...
    Il comporte cependant tout ce qui m’a conquise chez cette auteure devenue incontournable pour moi. Le schéma narratif tout d’abord, plusieurs voix, divers lieux et temporalités. Un procédé que j’adore et qui fonctionne toujours parfaitement avec moi.
    Sa belle plume élégante et pleine de sensibilité fait merveille. Elle contraste remarquablement bien avec la noirceur de ses histoires, comme une enveloppe de douceur recouvrant toutes les horreurs qu’elle nous décrit.
    Mais également son talent pour nous surprendre. J’ai eu beau tenter de récolter tous les indices qu’elle distille avec parcimonie, la fin m’a cueillie ! J’avais envie de reprendre depuis le début pour voir ce que j’avais loupé et comprendre comment je m’étais fait avoir.

    Johana fait encore une fois la part belle aux personnages féminins. Elle nous dresse le portait de trois femmes, le patine amoureusement, le rendant terriblement vivant. Trois femmes, trois époques, trois destins qui vont s’entremêler. On passe de l’une à l’autre avec aisance, voyant se dévoiler certaines choses, tentant d’en deviner d’autres tout en essayant de relier le tout. Trois fortes personnalités, trois histoires différentes et passionnantes. Hormis les trois héroïnes principales j’ai particulièrement apprécié le personnage de la psy.

    Les sujets abordés sont aussi distincts que captivants : maternité, sorcellerie, magie noire entre autres. Avec un brin de mysticisme et un soupçon de féminisme pour que l’histoire reste mystérieuse et intrigante.

    Johana Gustawsson se renouvèle et nous propose un thriller parfaitement orchestré du début à la fin, servi par une plume tout en finesse. Percutant, bluffant et brillant !

  • ninou_lit_et_coud 25 février 2022
    Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

    Dans ce polar/thriller, nous allons suivre plusieurs personnages et temporalités : 3 femmes, 3 époques.
    Maxine est appelée sur une scène de crime : le mari de son ancienne institutrice Pauline Caron a été poignardé d’une trentaine de coups de couteau à viande. Lors de l’enquête, des éléments glaçants seront découverts dans la maison de Pauline. Comment cette femme, calme, bienveillante en est-elle venue à commettre un crime aussi atroce ?
    Lucienne Lelanger vit à Paris en 1899 lorsqu’un incendie ravage sa maison. Ses deux petites filles meurent dans l’incendie, mais Lucienne a des doutes quant à leurs disparitions. Elle entend alors parler d’une société secrète pratiquant spiritisme et magie noire. Ses espoirs renaissent.
    La jeune Lina est en conflit avec sa mère. Celle-ci travaille dans une Mad House, sorte de maison de repos. Lina y fera une rencontre singulière qui va changer sa vie.
    Que relie Maxine Grant, inspectrice en 2002, Lucienne Lelanger vivant en 1899 et la jeune Lina coincée en 1950 ?

    J’ai adoré l’écriture et l’univers de ce one-shot ! Très belle découverte pour cette auteure. Les personnages sont bien développés, complexes, avec leur propre histoire et leurs familles, ce qui permet de s’y attacher voire de s’identifier à certains. On voit peu à peu les différentes pièces du puzzle s’assembler sous nos yeux, nous faire douter. La fin est incroyable et inattendue !

  • LeSuricate 21 février 2022
    Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

    Trois femmes, trois époques et presque une même enquête. Johana Gustawsson se lance dans une intrigue où l’entièreté du présent découle du passé et où les liens se font petit à petit à mesure que les pages se tournent. Loin d’être banal, ce roman dans lequel l’autrice déploie un talent incroyable pour les cliffhangers est en fait une spirale tentaculaire où tout est constamment remis en question jusqu’au final qui m’a surpris à bien des égards. S’inscrivant dans une lancée où chacune de mes lectures est quasiment mieux que la précédente, « Te tenir la main pendant que tout brûle » se lit comme de qui rigole et entraine le lecteur dans une histoire qui donne un nouvel exemple à ajouter à la définition de Page Turner.

  • DesLivresEtMoi7 18 janvier 2022
    Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

    Cette fois-ci l’autrice nous entraîne entre la France et le Québec à trois époques différentes pour aborder la maternité de manière redoutable et nous dérouler une intrigue absolument époustouflante de maîtrise et de subtilité. Tout y a été pensé dans les moindres détails pour se construire sans se dévoiler, à la manière d’un puzzle retors dont il faudra assembler toutes les pièces afin d’en découvrir le dess(e)in… Et quel dess(e)in s’il vous plaît : Bien après la dernière page tournée, j’en reste toujours aussi sidérée !
    Parce qu’au fil des pages la tension monte, les révélations s’enchaînent… Et Johana Gustawsson s’avère être une sombre enchanteresse entremêlant notre destin à celui de ses personnages dont elle a particulièrement soigné la profondeur et la psychologie pour mieux nous embarquer avec elle(s) dans un tourbillon d’émotions aussi violentes que contradictoires.
    L’histoire est d’autant plus prenante et captivante qu’elle est servie par une plume délicieusement fluide et agréable, teintée de mysticisme pour se faire plus hypnotisante encore, avec un style à la fois efficace et ciselé, donnant de la puissance aux mots, mais aussi beaucoup d’humanité.

    (Chronique complète : https://deslivresetmoi7.fr/2021/10/chroniques-2021-te-tenir-la-main-pendant-que-tout-brule-de-johana-gustawsson.html)

  • IsaVP 12 décembre 2021
    Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

    Prenez un grand chaudron, versez à l’intérieur du salpêtre, du vert-de-gris, du sel et du poivron, tracez un grand cercle sur le sol et placez-vous à l’intérieur les deux bras en l’air en récitant les incantations du Grand livre des Esprits. Le sabbat peut commencer.
    Car dans ce roman de Johana Gustawsson, c’est bien de sorcellerie dont il est question.
    De la mort de deux fillettes dans l’incendie de leur immeuble en 1899 au meurtre d’un professeur d’université en 2002, en passant par la mystérieuse pensionnaire d’un ancien hôpital psychiatrique en 1949, il se passe des choses bien étranges autour de trois femmes originaires de la petite ville de Lac-Clarence au Québec. Trois histoires de femmes, à trois époques différentes, qu’il va falloir éclaircir pour trouver ce qui, inévitablement, les lie.
    La lieutenant Maxine Grant de la Police de Montréal va démêler cet écheveau sur fond de spiritisme et révéler des affaires restées secrètes pendant un siècle.
    L’auteure sait faire monter le suspens en dévoilant, petit à petit, la trame d’un mystère qui s’est construit sur les croyances médiumniques et les rites sataniques.
    Ce très bon thriller, malgré une fin un peu alambiquée, m’a tenue en haleine de la première à la dernière page et j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire.
    A déguster sans modération.

  • Nessa 3 décembre 2021
    Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

    Il n’aura fallu que quelques jours pour engloutir ce bijou de la littérature noire. En effet, les page se tournent très facilement et dès le chapitre terminé, on a envie de continuer sans jamais s’arrêter. J’aime tellement ces auteurs dont la plume permet un investissement total dans l’histoire malgré les sauts temporels. Et ce fut le cas avec ce roman et ses chapitres très courts. En effet, chaque chapitre reprend un petit bout d’histoire de l’une des 3 femmes que nous allons suivre : Maxine, Lucienne et Lina.

    Rapidement, j’ai eu un coup de coeur pour le personnag de Maxine, cette maman partagée entre le boulot de flic et la maternité. Cette maman au bout du rouleau dans laquelle beaucoup de femmes d’aujourd’hui pourraient se reconnaitre. J’ai eu une empathie folle pour ce protagoniste qui s’accroche à la vie avec fureur. Rapidement, au fil des pages, j’ai pris également possession des autres femmes, Lucienne et Lina, cette petite fille perdue dans un monde qui ne la comprend pas. Malgré tout, j’avais un peu plus de réserve pour Lucienne, cette femme qui a perdu 2 enfants dans un incendie, cette femme que la maternité a rendue folle. Mais je pense que mon non-attachement à Lucienne était dû à l’époque à laquelle je n’ai pas réussi à m’adapter.

    Peut-on dire que ce thriller noir nous parle à nous les femmes ? En tous cas, ce roman parle de femmes et de ce que la maternité est capable de nous faire faire. En tant que maman, j’ai totalement été happée par ces émotions dont on parle finalement peu. Ce thriller n’est aucunement comparable avec les autres romans du genre. Parce qu’en plus de l’aspect « policier », nous parlons de combats de femmes qui essaient de trouver une place dans la société, de mères qui font de leur mieux, de féminisme caché et de bien d’autres choses dont je ne peux dévoiler dans cette chronique. Pour en savoir plus, il faudra lire le roman, mais je vous promets une lecture magistrale.

    Plus les pages se tournaient plus je comprenais les liens entre les personnages et ce fut comme si, moi-même, je réussissais à résoudre une énigme. D’ailleurs, chapeau bas à l’autrice qui a réussi un travail de maître dans sa structure narrative. Je pense, d’aussi loin que je lis, que je n’avais jamais lu meilleure structure. Les éléments nous sont amenés avec savoir et on sent une réelle connaissance narrative et une plume d’exception. J’ai été bluffée, car je connais le travail en amont pour écrire un tel chef d’oeuvre.

    Je vous raconte le meilleur ?

    La fin ! Je ne vais pas vous l’expliquer rassurez-vous. Mais dès que j’ai abordé les 50 dernières pages, j’ai commencé à avoir des palpitations et une hargne livresque. Les pages tournaient de plus en plus vite et moi pestant « mais, ce n’est pas vrai !!!!« . Sincèrement, Johana, vous m’avez eue !! Moi qui adore être surprise, j’ai été plus que satisfaite.

    Concernant le titre, je ne sais pas si j’en ai fait une bonne interprétation. D’ailleurs, je me suis questionnée tout au long de ma lecture sur la symbolique de ce titre, mais je pense qu’il est liée à la fin et à Maxine, ais-je raison ?

    Je ne connaissais pas l’autrice avant de lire ce roman, mais je vais rapidement m’offrir sa première trilogie, en espérant être toute aussi séduite.

    Vanessa

  • Les_lecturesdeflo 26 novembre 2021
    Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

    Je découvre Johana Gustawsson avec cet ouvrage. Alors comme tout le monde, c’est un nom qui m’était familier, mais je ne l’avais encore jamais lu. Voilà, c’est chose faite, et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin car je viens de me prendre une grosse claque !

    C’est un roman noir, intense, tragique et troublant regroupant trois histoires, celles de trois femmes vivant dans trois temporalités distinctes. Ces femmes sont différentes et pourtant tellement semblables. Elles se battent, toutes avec leurs convictions, chacune avec ses propres moyens en fonction de son époque.
    Elles sont déterminées et prêtes à tout pour aller jusqu’au bout de ce qui leur semble être légitime, quitte à flirter avec des forces invisibles et maléfiques. La folie et l’occultisme se mêlent habilement aux thèmes de la maternité et de la condition humaine des femmes à travers les âges.
    Je me rends compte que c’est également des thèmes que j’affectionne particulièrement et auxquels je suis rarement insensible. Certes, ça m’influence peut être un peu, mais je vous assure que le sujet ne fait pas tout dans un roman. Ici tout est admirablement maitrisé du début à la fin. Aucun hasard, Johana Gustawsson emmène son lecteur exactement là où elle a décidé. C’est bluffant, et tellement délicieux de se laisser malmener de la sorte. C’est bien simple, je trouve que tout est parfait dans ce livre. L’écriture fluide et immersive, l’intrigue, la construction, les personnages qui sonnent vrai, pour moi c’est combo gagnant et surtout un gros coup de coeur.

    Si en cette fin d’année vous voulez lire ou offrir un excellent roman noir, c’est LE livre qu’il vous faut, sans l’ombre d’un doute.

    Quant à moi, je vais m’empresser de mettre Block 46 sur ma liste de Noël.

  • L’atelier de Litote 26 novembre 2021
    Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

    Une superbe intrigue qui se joue entre Québec et Paris, sur trois lignes de temps différentes. Trois personnages féminins, trois réalités différentes et trois profils psychologiques captivants.
    2002, Maxine Grant va être appelée sur une scène de crime domestique qui dépasse l’entendement. Son ancienne institutrice a poignardé son mari de nombreux coups de couteaux et ne dit plus un mot depuis.
    1949, Lina se fait régulièrement harceler à l’école, depuis elle doit rejoindre sa mère sur son lieu de travail, une Mad House comme on dit au Québec. Elle va être soutenue et comprise par une étrange pensionnaire qui se révélera déterminante pour elle.
    1899, dans le Paris de la belle époque, Lucienne qui vient de perdre ses deux filles dans un incendie, va trouver un certain réconfort dans des séances de spiritisme et de magie noire.
    Trois destins de femmes, de mères et de filles qui viennent mettre du piquant dans les existences mornes. Une mention spéciale au personnage de la psy qui donne un plus à la compréhension et à l’interprétation de l’histoire.
    Je me suis laissé porter par ces trois héroïnes avec une préférence pour la jeune Lina. Une écriture tout en finesse qui nous fait aller de l’une à l’autre avec comme seul questionnement de trouver ce qui peut bien relier ces trois histoires. C’est là toute la magie déployée par Johana Gustawsson car petit à petit, insidieusement les choses se mettent en place. Bien malin celui qui pourra émettre une quelconque prévision. On reste sur le fil, une position aussi inconfortable qu’elle peut être excitante. Un thriller où la psychologie joue un grand rôle mais aussi une pointe de magie noire qui n’est pas déplaisante. Un livre captivant jusqu’au final qui est venu me faucher et m’a laissée épatée. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2021/11/26/39165115.html

  • valmyvoyou lit 26 novembre 2021
    Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

    2002, Lac-Clarence, Québec. Maxine, une inspectrice, mère de deux enfants, se rend sur une scène de crime. C’est sa première affaire depuis son retour de congé maternité et la scène est horrible. Pauline Caron, son ancienne institutrice, est assise sur le perron de sa maison et est couverte de sang. A l’intérieur, le corps de son mari est découvert. Lardé de coups de couteau, l’homme est mort. L’exploration des lieux révèle des éléments qui stupéfient et effraient les enquêteurs.

    1899, Paris, France. Les petites filles de Lucienne Lelanger sont décédées dans un incendie. Leurs corps n’ont pas été retrouvés dans les décombres, aussi leur maman n’accepte pas leur mort et elle continue à les rechercher. Une amie l’intronise dans une société secrète. Lucienne espère que la magie l’aidera à obtenir des réponses.

    1949, Lac-Clarence, Québec. Pour Lina, l’adolescence est une période difficile. Elle est mal dans son corps. Sa mère ne veut pas la laisser sans surveillance. Elle lui impose de la rejoindre, après l’école, à la Mad House, son lieu de travail. Dans cette maison de repos, une patiente entoure Lina d’affection.

    A travers chacun de ces personnages, l’auteure explore un pan de la féminité et les entraves rencontrées par les femmes. Depuis que le destin a plongé sa vie familiale dans la nuit, Maxine élève seule ses deux enfants. Alors qu’elle a un métier très prenant, elle doit jongler entre plusieurs rôles (celui de maman et celui de policière), aussi l’épuisement la guette. Pauline, elle, demeure muette sur son crime. Elle semblait former un couple uni avec son époux. Écrivain célèbre, ce dernier était dans la lumière, sa femme était dans l’ombre. Lucienne, elle, a vécu la pire tragédie : la disparition de ses enfants. Elle cherche l’espoir dans les ténèbres à travers les sciences occultes. Lina, quant à elle, voit son corps changer, mais pas aussi vite qu’elle le voudrait. Les comparaisons et les rivalités féminines remplissent son âme de tristesse et de noirceur, qu’éclaire son amitié avec une pensionnaire de la Mad House. Chaque femme s’exprime à la première personne du singulier. Les chapitres sont une alternance de leurs voix.

    Au début, je ne savais pas pour quelle raison, ces destinées étaient réunies dans un seul ouvrage. Je ne percevais pas le lien entre elles, pourtant, les trois intrigues me passionnaient. Je retrouvais chacune d’elles avec plaisir, mais avec le regret de quitter la précédente. Elles paraissaient évoluer en parallèle puis, des petits cailloux étaient semés et finissaient par former une passerelle. Le chemin semblait alors tracé, mais lorsque la rive s’est distinguée, Johanna Gustawsson a appuyé sur le détonateur ; les pierres se sont éparpillées et un autre pont s’est dessiné. L’auteure m’a prise par la main et m’a aidée à rassembler les cendres, elle m’a montré ce qui était dissimulé par les flammes. J’ai repris mes esprits, pendant que la fumée se dissipait, et que ma bouche, béate de surprise, se refermait.

    J’ai adoré Te tenir la main pendant que tout brûle, qui m’a bluffée.

  • universpolars 13 novembre 2021
    Te tenir la main pendant que tout brûle - Johana Gustawsson

    Allez, je démarre avec l’essentiel, le dénouement. Quelle prouesse ! Grand respect devant cette capacité à boucler une histoire avec tant de finesse, d’adresse, mais aussi de cruauté. Une violence feutrée, trouble, fourbe, qui se déploie petit à petit pour finalement t’éclater à la gueule.

    Johana Gustawsson déplie ici l’échelle du temps pour nous placer face à trois générations, respectivement face à trois destins - plutôt funestes ! - de femmes liées à leurs rôles de mères. C’est fort, ça prend aux tripes et ça ne te les lâche plus.

    Nous avons donc trois époques bien distinctes. En 2002, une ancienne institutrice, connue pour être intègre et bienveillante, poignarde son mari de dizaines de coups de couteau. En 1949, une jeune ado tourmentée tente d’éveiller ses sens et ses désirs en rendant visite à une vieille femme plutôt étrange dans une maison de repos. En 1899, une mère de famille perd ses deux enfants lors de l’incendie de leur hôtel particulier.

    Faut-il y voir un lien ? Évidemment.

    Nous naviguons entre chacune de ces époques en avançant au gré d’un vent plutôt calme. Trop calme ? Non. Ceci nous permet de nous familiariser avec toutes ces personnes qui gravitent autour de nous et, croyez-moi, cela vaut la peine d’être patients. N’allez justement pas trop vite ; observez, écoutez, réfléchissez … sinon vous risquez, comme moi, de vous faire couillonner ! Le diable est dans les détails, non … ?

    Johana Gustawsson a clairement cette capacité à cultiver le mystère, tout en créant des liens qui restent, il faut le dire, très fragiles. J’aime beaucoup cette façon d’accumuler toutes sortes de corrélations qui nous font tilts mais qui, paradoxalement, nous laissent dans une sorte d’opacité. On essaye d’y voir quelque chose, tel un gamin qui sautille devant une fenêtre bien trop haute pour lui, sans pour autant y déceler l’ensemble en une seule fois.

    Je ne vous parlerai pas du fond de l’histoire, ce n’est pas le but. Mais je retiendrai une chose capitale. Le lien qu’une femme peut tisser avec son enfant, un enfant ou même avec l’envie d’avoir un enfant est extrêmement fort et indestructible. Mais peut-être aussi destructeur ? Je n’en dirai pas plus, à part peut-être le fait que Johana Gustawsson sait y faire pour nous envoyer ses mots directement en plein cœur.

    Bref, profitez de vous accaparer de toute cette magie - noire ! - qui émane de ces pages !

    A lire.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.