Une seconde de trop - Linda Green

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

7 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Un seconde de trop et vous perdez tout.
un, deux, trois... Lisa Dale ferme les yeux et compte jusqu’à cent lors d’une partie de cache-cache avec sa fille. Lorsqu’elle les rouvre, Ella, quatre ans, a disparu. Sans laisser la moindre trace.
La police, les médias et la famille de Lisa font corps pour retrouver la fillette. Mais si leur instinct les éloignait d’Ella ? Et si le ravisseur était connu d’eux tous ?
Suspense psychologique addictif, Une seconde de trop explore la culpabilité d’une mère et le cauchemar de tout parent : la disparition d’un enfant. Numéro un des ventes dès sa parution, et acclamé par la presse, ce roman vous glacera le sang.

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • Ophé Lit 18 septembre 2018
    Une seconde de trop - Linda Green

    Je ne sais trop quoi penser de ce roman.
    « Une seconde de trop » s’ouvre sur un prologue qui m’a beaucoup touché, un prologue qui évoque le lien éternel entre une mère et son enfant. Ce thème sera abordé de nouveau en toute fin de roman, et ce de manière tout aussi émouvante.
    L’intrigue se met ensuite en place, Ella disparaît alors qu’elle jouait à cache-cache avec sa maman.
    La construction du roman est assez originale, bien que ce procédé commence à être de plus en plus utilisé, en l’espèce des chapitres qui se concentrent sur un personnage en particulier.
    Côté intrigue, le sujet des enfants enlevés n’est pas nouveau, mais Linda Green a su apporter un regard nouveau sur ces drames. Pour autant je crois que j’ai manqué d’émotions, peut être parce que j’ai assez vite compris un certain nombre de choses, et qu’il m’a manqué un je ne sais quoi d’expression de sentiments.
    Paradoxalement les personnages sont fouillés sur tous les aspects psychologiques et sont assez complet et même complexes pour certains.
    En prenant de la hauteur je me dis que c’est peut être tout simplement au style que je n’ai pas adhéré. Il m’a vraiment manqué un petit quelque chose pour rendre cette lecture plus prenante.
    « Une seconde de trop » n’est pas un mauvais roman, il a d’ailleurs conquis l’Angleterre avant de débarquer au pays des grenouilles. Il se lit facilement et sans difficultés.

  • Laure Manda Marie 26 septembre 2018
    Une seconde de trop - Linda Green

    Une lectrice de plus conquise !

    Une fin bouleversante, le surprenant chemin que prend la résilience, entre folie et amour.

    L’auteur construit une histoire brillante, alliant énormément d’émotions différentes et complémentaires. La psychologie des personnages est finement analysée, décortiquée et mise en avant ce qui nous imprègne et nous trouble.

    Au début je perçois le ravisseur empreint d’une étrange folie et à la fin je suis atteinte du syndrome de Stockholm ! d’une certaine façon je l’aime, je lui trouve des excuses et j’éprouve une grande peine, à espérer une possible rédemption.

    Quand deux folies et deux amours inconditionnels se rejoignent cela donne un très bon roman sur un fond d’une réelle beauté.

    J’ai a déploré quelques passages un peu longs, mais l’évolution est somme toute remarquable, je vous le conseille sans plus attendre.

  • Axelle de Lecturesetgourmandises 6 février 2019
    Une seconde de trop - Linda Green

    Je ne suis pas maman, je n’ai pas d’enfants mais je peux tout à fait imaginer l’angoisse et la terreur que peut ressentir une mère à l’idée qu’on lui enlève son bambin.

    On se met très facilement à la place de Lisa, cette femme terrifiée qui pourtant arrive à garder son sang froid devant sa famille et ses autres enfants. La culpabilité ne la quittera à aucun moment et le désespoir s’installera dans cette famille sans histoire, chacun ayant le ventre noué par la peur de ne jamais revoir le sourire de la petite Ella.

    L’auteur alterne les points de vue, passant du ressenti de la mère à celui du ravisseur. D’un côté, l’effroi et la terreur, de l’autre une personnalité dérangeante, qui mettra progressivement le lecteur mal à l’aise. Un troisième narrateur sera présent dans l’histoire qui nous permettra petit à petit de mettre les pièces de ce puzzle en place.

    Ici, nous ne chercherons pas à savoir qui est responsable de l’enlèvement de la petite, nous le saurons dès le départ. Nous découvrirons l’histoire de deux femmes brisées avec une vision très différente du rôle d’une mère de famille, l’une ayant des valeurs très traditionnelles et l’autre étant une mère plutôt moderne.

    On pense au départ que la jeune Ella, même si elle a été enlevée, est en sécurité. Mais peut-on en être sûr ? Parce qu’on ne peut pas être bien intentionné si on arrache un enfant à ses parents, quoique l’on dise.

    Si au départ j’ai ressenti un certain soulagement en découvrant l’identité du ravisseur, comprenant que la petite serait en quelque sorte à l’abri du danger, l’histoire prend une tournure assez inattendue, révélant une personnalité troublante, levant le voile sur une femme brisée qui ne semble pas ancrée dans la réalité.

    « Une seconde de trop » n’est pas un coup de coeur mais j’ai tout de même apprécié ma lecture. L’auteur aborde avec justesse ce sujet difficile, jouant avec le lecteur par l’alternance des points de vue.

  • Sharon 21 février 2019
    Une seconde de trop - Linda Green

    Une seconde de trop
    09 mai 2018
    Une seconde de trop de Linda Green

    Une seconde de trop n’est pas un roman facile à lire. Ce n’est pas un roman policier au sens traditionnel du terme, même s’il comporte une enquête, c’est un roman d’une apparence paisible, presque ordinaire qui s’appuie sur une psychologie fouillée des personnages.
    Le point de départ est un fait simple, banal, comme il pourrait arriver à n’importe qui. Un moment d’inattention un peu plus poussé – un moment, entendons-nous, pas un très vaste temps. Lisa est mère de trois enfants, sa fille aînée poursuit ses études, ses deux autres enfants sont plus jeunes, ils forment une famille recomposée assez harmonieuse. Une matinée comme les autres, une visite au parc, quelques écorchures, une partie de cache-cache avant de rentrer – parce que Lisa ne va pas refuser quelque chose de si simple à sa petite fille au caractère déjà si affirmée – Lisa ne bride pas sa fille sous prétexte qu’elle est une fille, et je trouve que c’est très bien. Seulement, au bout de ses quelques minutes, Ella est introuvable, et même si elle est très douée pour trouver des cachettes, non, elle ne resterait pas cachée volontairement si longtemps : elle a disparu.
    Les émotions, les sentiments que ressent Lisa, le lecteur les ressent avec elle, partagé que l’on est entre la volonté de ne pas céder à la panique, et celle d’envisager le pire – parce que Lisa connaît son enfant, parce que le danger vient dans des lieux connus, par des personnes qui semblent sans histoire. Nous voyons aussi les réactions des proches, entre ceux qui restent optimistes, parce que c’est dans leur caractère, et ceux qui veulent faire bouger les choses vite et bien. Puis vient la police – forcément. Leur présence n’alourdit pas le récit parce que l’auteur préfère montrer la mise en action des procédures, qui se déploient en cercle concentrique au fur et à mesure que le temps passe, plutôt que de nous décrire stérilement quelles mesures sont utilisées au Royaume-Uni pour retrouver un enfant disparu.
    Lisa est une mère moderne, mère jeune et célibataire pour sa première fille, mère plus âgée, en couple pour ces deux plus jeunes enfants, elle est une mère intranquille qui est prête à se remettre en cause. A elle s’oppose une autre femme dont on entend la voix. Je ne la qualifierai pas de mère classique, non, je la qualifierai de traditionaliste. Elle sait exactement tout ce dont un enfant a besoin physiquement. Elle maîtrise toutes les procédures de soin, de lavage et de désinfection – quasiment d’une autre époque. Elle sait également comment élever un enfant pour qu’il n’en vienne à ne jamais déranger un adulte. Bref, pour tout ce qui concerne ses besoins affectifs et son développement personnel, vous devrez vous adresser à une autre personne. Petit à petit, nous comprenons pourquoi cette autre voix s’élève, ce qui ne veut pas dire que le lecteur s’en trouve rassuré pour autant.
    Une troisième voix, surgie du passé, s’entrelace avec les deux précédentes. Voix masculine, voix sensible, celle d’un tout jeune homme tiraillé entre sa femme et la jeune fille qu’il aime. Matthew parle par le biais de son journal intime. L’on comprend assez vite le lien avec l’une des deux mères, et il est intéressant de la voir par ses yeux à lui, tout comme nous le découvrons par ses yeux à elle. Cependant, en lisant le texte de cet hypersensible, l’on ne peut qu’être inquiet : la vie n’est pas tendre pour ceux qu’un rien écorche.
    Rien qu’une seconde n’est pas un livre de tout repos. Mais, contrairement à beaucoup d’autres livres qui nous parlent d’enlèvement d’enfants, il ne montre pas une famille qui a quelque chose à cacher, qui gênerait l’enquête, il montre une famille, des familles qui menaient des vies ordinaires, et qui ont été confrontés à ce qui ne devraient pas survenir.

  • calyenol 28 février 2019
    Une seconde de trop - Linda Green

    J’ai lu "Une seconde de trop" de Linda Green.

    Une,deux,trois...Lisa ferme les yeux et compte jusqu’à cent lors d’une partie de cache-cache avec sa fille Ella.
    Ella a 4 ans et aime aller jouer au parc et faire des parties de cache-cache,se cacher dans les meilleures cachettes pour ne pas qu’on la trouve.
    Mais ce jour là,quand Lisa ouvre les yeux,elle cherche encore et encore et ne trouve pas Ella.
    Parce qu’Ella a disparu...sans laisser de trace.

    Quel parent n’a jamais eu cette angoisse de perdre son enfant lors d’une simple balade en forêt,d’une journée pique-nique dans un parc,sur une plage bondée d’un jour d’été,pendant le trajet école maison ou simplement en faisant des courses dans un magasin ?
    Moi,j’ai toujours eu cette peur,parce qu’il suffit d’une toute petite seconde pour que notre monde s’écroule.
    Ce livre est un roman psychologique qui m’a prise aux trippes.
    Je me suis fondue dans le personnage de Lisa,cette maman que la culpabilité ronge.
    J’ai eu mal avec elle,j’ai espéré avec elle.

    Ce livre c’est un roman à suspense où on rencontre un personnage perturbé qui croit fermemant que Lisa n’est pas une bonne mère.Qu’elle ne mérite pas d’avoir Ella.Un personnage fragile,sur le fil du rasoir.
    Dans ce livre nous avons trois voix qui nous narrent leur douleur.
    Si le départ de l’histoire est commun à d’autres livres que j’ai pu lire-disparition d’enfant-j’ai pu faire abstraction de ces lectures en tournant les pages sans m’en rendre compte.
    Toutefois,beh oui ça ne pouvait pas être un perfect,la fin m’a laissé sur ma faim.
    Je m’attendais à une fin plus rentre dedans,plus criante,plus larmoyante vu la détresse d’un des personnages,j’ai tout de même apprécié ce moment de lecture avec ce livre.

  • Sangpages 28 février 2019
    Une seconde de trop - Linda Green

    Un enfant qui se fait enlevé, c’est clair que c’est du vu et du revu, je sais que c’est la première chose à laquelle tu as pensé ! Ouais j’ai une boule de cristal moi 😜 mais je suis sûre que t’imagines pas la tournure que va prendre cette histoire-là et encore moins tout ce qui en découle !
    D’ailleurs j’ai eu cette impression, en fermant le livre, que l’intrigue était passée presque au deuxième rang. Que peu m’importait comment ça finirait. C’est de ces livres, d’ailleurs, où tu sais direct que ça va être une "happy end" mais peu importe. Ce que j’avais ressenti tout au long étaient des émotions bien plus profondes et psychologiquement intéressantes.
    Par contre, dire que ce roman vous glacera le sang…Là, j’adhère moins !
    Un ravisseur qui n’est ni un pervers, ni un truand qui cherche à se faire du pognon et encore moins un vrai méchant mais plutôt l’histoire de deux femmes. Deux mères pour être plus précise. Lisa et Muriel.
    Lisa qui a juste passé cette seconde de trop au téléphone, qui a perdu Ella du regard lors d’une partie de cache-cache et qui voit sa fille disparaître.
    Muriel qui se trouve là, dans ce parc, qui voit cette mère inapte, négligeante et s’empare d’Ella, convaincue de la sauver. Rassure-toi, je ne te spoile rien puisque tu le sauras dès les premières pages.
    Tu tournes et retourneras la relation mère- enfant au travers de ces deux personnages et bien sûr tu vivras en live ce qu’est la perte de cet enfant, avec toutes les douleurs qui en découlent !
    Des chapitres à la première personne pour chacune d’entre elle. Leur vision de la maternité, de l’éducation. Les récits de Muriel sont à eux-mêmes, un catalogue d’éducation. "Le manuel de la mère parfaite" avec bien sûr une vision critique et acerbe de l’éducation plus courante de nos jours, qui plus est avec une maman qui travaille. Une maman cool vue par un cérbère ou une maman étouffante vue par une maman aimante. De quel côté tu te places toi ?
    Dans ce récit, au final, tu y trouveras beaucoup et si tu as des enfants, encore plus. Tu penseras encore et encore à comment tu es toi, comment tu fais et qu’est ce que tu ferai si...
    Où s’arrête l’abus ? L’abus d’une mère ? L’abus de sentiments ? L’abus qui va jusqu’à la destruction ?
    Où s’arrête la liberté de chacun , qui plus est, celle d’un enfant ?
    Ce sont ces éléments là qui m’ont le plus percutées. Omniprésents, ils ont pris le dessus. Je te dis pas que l’intrigue est mal foutue, bien au contraire et le rebondissement final, tu ne le verras pas venir tout de suite. C’est juste que j’ai trouvé bien plus dans ce livre que dans un "simple" polar. Les personnages sont admirablement travaillé et d’un réalisme crasse.
    Quoi qu’il en soit, un demi coup de cœur parce que c’est pas vraiment du méga lourd et que j’ai une réputation de dur à cuire à tenir 😜 mais franchement je dois quand même t’avouer, mais faut pas le répéter, que ce livre m’a beaucoup touchée et que j’ai eu un énorme plaisir à tourne les pages à la vitesse de l’éclair 🙂
    A lire, y a pas de doutes !

  • Lettres et caractères 6 mars 2019
    Une seconde de trop - Linda Green

    Aujourd’hui Ella, 4 ans, est heureuse. Elle est parvenue à convaincre Lisa, sa maman, de jouer à cache-cache dans le parc. C’est maman qui compte, Ella n’ayant pas son pareil pour dénicher les meilleures cachettes. Mais compter jusqu’à 100, ça prend du temps et quand Lisa reçoit l’appel d’un client, elle décroche son téléphone sans réfléchir. L’appel ne dure pas plus que le temps nécessaire pour compter jusqu’à 100 finalement. Mais trop concentrée sur sa conversation téléphonique, Lisa en a oublié sa fille, un peu, juste un peu, une seconde à peine. Est-ce qu’une seconde d’inattention peut suffire à voir sa vie basculer ? Est-ce qu’une enfant de 4 ans peut s’évaporer dans la nature en une seconde ? Sans ce maudit appel, Lisa en est persuadée, elle n’aurait jamais perdu sa petite fille.

    En lisant Une seconde de trop, vous ressentirez immanquablement la culpabilité et l’angoisse de cette mère imparfaite qui n’a pas su protéger son enfant du pire. Car c’est évident : une mère parfaite ne quitte jamais son enfant des yeux et ne décroche pas son téléphone quand elle joue avec lui. Une mère parfaite nettoie et coupe les ongles de son enfant et ne sort jamais sans une trousse de premiers secours pour soigner les petits bobos. A une mère parfaite, une telle épreuve ne serait jamais arrivée. Lisa ne peut s’en prendre qu’à elle-même après tout.

    Une seconde de trop est l’histoire d’un amour maternel, trop puissant, trop exclusif, trop protecteur, trop culpabilisant et forcément totalement imparfait.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.