Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Dans les angles morts - Elizabeth Brundage

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

En rentrant chez lui un vendredi après-midi de tempête de neige, après une journée à l’université privée de Chosen où il enseigne l’histoire de l’art, George Clare trouve sa femme assassinée, et leur fille de trois ans seule dans sa chambre - depuis combien de temps ? Huit mois plus tôt, il avait fait emménager sa famille dans cette petite ville étriquée et appauvrie (mais récemment repérée par de riches New-yorkais à la recherche d’un havre bucolique) où ils avaient pu acheter pour une bouchée de pain la ferme des Hale, une ancienne exploitation laitière. George est le premier suspect, la question de sa culpabilité résonnant dans une histoire pleine de secrets personnels et professionnels. Mais Dans les angles morts est aussi l’histoire des trois frères Hale, qui se retrouvent mêlés à ce mystère, en premier lieu parce que les Clare occupent la maison de leur enfance, celle qu’ils ont dû quitter après le suicide de leurs parents. Le voile impitoyable de la mort est omniprésent ; un crime en cache d’autres, et vingt années s’écoulent avant qu’une justice implacable soit rendue. Portrait riche et complexe d’un psychopathe, d’un mariage aussi, ce roman étudie dans le détail les diverses cicatrices qui entachent des familles très différentes, et jusqu’à une communauté tout entière.

Vos #AvisPolar

  • Louison Lit 20 juin 2018
    Dans les angles morts - Elizabeth Brundage

    Un superbe livre, une histoire qui en raconte plusieurs, un livre touchant et bien écrit. George et Catherine Clare ainsi que la petite fille Franny s’installent dans une ancienne ferme proche de New-York. La ferme a appartenu à toute une génération d’agriculteur, les Hale. Malheureusement on apprend que les derniers occupants ont vécu un drame, la faillite de l’entreprise familiale a poussé les parents au suicide laissant leurs trois jeunes fils seuls. Les trois frères vont se proposer pour repeindre la veille bâtisse et Cole, le plus jeune deviendra le baby-sitter attitré de Franny.
    A partir de ce moment le récit va alterner entre les deux familles, faisant des allers-retours dans le passé pour mieux cerner les personnages. Ce jeu du passé -présent s’étale sur une période de un an seulement ente 78 et 79. Autant vous dire que celui de George est antipathique dès le début. Catherine est quand à elle une superbe jeune femme à qui on ne peut que reprocher sa naïveté. Quand au trois garçons, ils vont avoir des parcours différents et sont très touchants dans leur volonté de s’en sortir. Après un départ dramatique on assiste à la lente combustion des âmes dans une mise en tension progressive. Sans être un thriller haletant, j’ai adoré voir de quelle façon se délite le mariage de George et Catherine. Toute l’introspection, la rêverie des frères, les pensées et les actions à priori banales sont du pur bonheur. La maison a un rôle à part entière, elle contient tant et tant de souvenirs, d’histoires dans chaque mur, qu’il devient difficile de s’y sentir bien. J’ai aussi aimé sentir un léger souffle de surnaturel très bien posé car il reste quasi anecdotique. La ville est aussi une part importante à la compréhension avec ces difficultés économiques et sa communauté rural des années 70. Ce livre est magnifiquement bien écrit l’alternance de la temporalité ainsi que la complexité des personnages est magistrale, je reste plus réservée sur la fin que l’auteure a choisi mais cela n’enlève aux rien aux multiples qualités de ce livre. Bonne lecture.

  • Lau Lo 13 juillet 2018
    Dans les angles morts - Elizabeth Brundage

    Il y a des thrillers policiers, ésotériques, psychologiques, maintenant même des thrillers domestiques (comprenez thriller dans un cadre familial), bref du roman usé et élimé qui sent le réchauffé à chaque nouveauté en librairie.
    Et puis il y a ce que j’appellerai le thriller littéraire. Dans les Angles Morts en est un.
    Vous vous demandez ce que c’est ? C’est simple, c’est un « beau » thriller en plus d’être « bon ». L’écriture est superbe de réalisme, de sensations, d’émotions aussi.
    On zappe les scènes violentes inutiles et on mise sur le décor, les personnages.
    L’histoire commence par la découverte du corps sans vie de Catherine, une jeune maman, par son mari. Si le mari semble désemparé, le voisinage semble tout sauf surpris. Et on rembobine un an en arrière, avant que Catherine et George emménage dans la ferme des Hale. Ici commence le récit d’un drame annoncé, d’un homme violent et désaxé, d’une famille détruite et d’une maison où drames familiaux flirtent avec le paranormal.
    Le décor est rural, une petite ville avec une ferme perdue au milieu des champs. Des gens simples s’y côtoient, la plupart se connaissant depuis des générations. Et puis ces citadins qui arrivent et rachètent pour trois fois rien des maisons qui ont été saisies aux fermiers n’arrivant plus à vivre de leurs exploitations.
    Ce n’est pas la forme de la pièce qui compte, lui dit-il, en en tenant une autre en l’air. Ce sont les espaces vides. Ceux qu’il faut remplir. Comme là, vous voyez ?
    Ils s’y attelèrent ensemble, et quand ils eurent fini, il remarqua, C’est pas mal, non ? En bas, le puzzle disait, Le calme et le silence. Il faillit en rire, parce qu’une ferme, c’était tout sauf ça. Il n’y avait aucune vérité dans cette scène pittoresque. Ce n’était qu’un chapitre parmi d’autres du grand conte de fées qu’était l’Amérique. Si on voulait voir une vraie ferme, il faudrait des fermiers ruinés et alcooliques, des animaux affamés craignant pour leur vie. Il faudrait des épouses amènes, des enfants au nez morveux et des vieux brisés après avoir donné leur cœur et leur âme à la terre.
    Les croyances et superstitions sont encore très présentes et quand plusieurs drames surviennent dans un même lieu on parle vite de lieu maudit.
    Le roman nous présente tout d’abord la famille Hale, premiers propriétaires de la ferme. Les parents et les trois frères, encore adolescents, doivent abandonner bétail et maison, ne pouvant plus survenir à leurs propre besoins.
    C’était des garçons peu communs, songeait Catherine. Polis, sincères – brisés. Il y avait des choses qu’elle remarquait : le demi-sourire de Cole, comme s’il était désolé d’apprécier ce travail. Son frère Wade, aussi placide que du lait, réfléchi, courtois, un peu gauche. Et Eddy, un poète inconstant, un magouilleur, qui croisait rarement son regard. Quand il le faisait, on ne pouvait pas détourner les yeux.
    Tout comme dans la seconde partie où on fera la connaissance de Catherine, tout tourne autour de la mère de famille et de la relation qu’elle a avec son mari.
    Elizabeth Brundage nous dresse deux tableaux de femmes aimantes mais mal aimées. Leurs histoires sont différentes tout en restant aussi tragique l’une que l’autre. Et au milieu, gravitent des enfants, des amis, des voisins, des époux parfois coupables, parfois victimes.
    Il en ressort un magnifique thriller, remarquablement écrit. On espère que ses trois premiers romans seront très vite traduits en français, et d’une manière aussi parfaite que l’a fait ici Cécile Arnaud.

  • Charthémiss 1er mars 2019
    Dans les angles morts - Elizabeth Brundage

    Des personnages fouillés, une histoire intrigante, passionnante et une superbe plume (il est effectivement à noter l’excellente traduction de Cécile Arnaud !) sur fond de critique sociale américaine.

    Dans cette histoire à la multiplicité des contours, le passé vient flirter avec le présent avec brio et l’intensité augmente de pages en pages jusqu’au dénouement final.

    Une réussite totale.

    Belle lecture à tous !

  • kateginger63 12 mars 2019
    Dans les angles morts - Elizabeth Brundage

    *
    Attention, tout ce qui brille n’est pas d’or !
    *
    J’ai choisi de lire ce roman noir étiqueté thriller psychologique par les très bons commentaires du Picabo River Book Club (vous savez, celui des passionnés de littérature américaine). Et bien m’en a pris !
    *
    Un premier roman d’une auteure américaine. Qui commence bien sa carrière d’écrivain.
    *
    Par où commencer ? le début ? Il n’y en a pas vraiment puisqu’il y a deux lignes de temps. Les années 70 (1 année les sépare).
    J’apprécie de plus en plus ce type de roman noir, qui excelle dans les comportements des personnages, leurs pensées, leurs actes. L’atmosphère si oppressante, une maison qui "respire" et qui exhale les frissons glacés de ses fantômes.
    Une lenteur certes (une semaine pour le lire) mais il faut une certaine habitude de lecture. Ce n’est pas une lecture facile, dans les dialogues par exemple, ni dans la construction de l’intrigue.
    L’auteure utilise des flash-backs et les révélations sont distillées au fur et à mesure du récit. Ce qui permet de bien cerner les protagonistes.
    *
    Quant au meurtrier, il est d’emblée suggéré au début du chapitre. Toute l’astuce dans ce récit est de comprendre et analyser son acte répréhensible.
    De l’empathie pour certains personnages, du dégout pour un autre....
    Parlons du meurtrier : aujourd’hui, dans le jargon médical, il pourrait se qualifier de "pervers narcissique" (c’est à la mode) ou encore de sociopathe.
    L’auteure l’a finement décrit. Moi, je dis "chapeau bas".
    Je mets seulement 4/5 (pas de coup de coeur mais presque) car la fin m’a interpellée. Y-a-t-il une justice parfaite dans ce bas monde ? Les méchants se font-ils punir pour leurs actes de barbarie ? Difficile parfois de faire la part des choses.
    *
    En résumé, un roman noir tellement "addictif" et subtil comme savent si bien le faire les auteurs américains.

  • Musemania 27 mars 2019
    Dans les angles morts - Elizabeth Brundage

    Ce livre fait partie de la sélection pour le mois de mars en lice au Prix des Lecteurs des éditions Le Livre de Poche dans la catégorie « Polar ». Il concourt ce mois-ci avec « Horrora Borealis » de Nicolas Feuz, que je vais très bientôt découvrir.

    Habituellement, je ne prends que peu de temps avant de me lancer dans la rédaction de mes chroniques et ce, pour plusieurs raisons. D’abord, j’ai toujours une certaine excitation de mettre par écrit mon ressenti de ma lecture. Mais ensuite, aussi, afin que l’histoire et tout ce qui l’entoure me soient encore bien en mémoire. Malgré tout, je laisse décanter ma lecture, mais durant une période estimée en heures.

    Pour ce bouquin « Dans les angles morts », c’est tout à fait différent. Cela va faire près d’une semaine que je l’ai terminé et j’ai l’impression que je suis vidée. Pendant plusieurs jours, j’ai eu l’impression de souffrir de la pire maladie que les écrivains peuvent endurer : celle de la page blanche. J’ai dû mûrement réfléchir à ce que ma lecture m’avait laissée comme sentiments une fois la dernière page tournée et à vrai dire, c’est difficile d’y mettre des mots.

    Si je devais employer une expression bien de chez moi (de mon petit et plat pays qu’est la Belgique), je devrais dire que j’ai le derrière entre deux chaises. Je ne peux pas dire que je n’ai pas pas aimé cette lecture et en même temps, j’ai parfois dû me faire violence pour continuer à tourner les pages. Autant certains passages m’ont beaucoup plu, mélangeant fantastique, ambiance angoissante et lourde, autant parfois je me suis vraiment demandée pourquoi l’auteure, Elizabeth Brundage, avait voulu noircir autant de pages avec des paragraphes que certains considéreraient comme soporifiques. Les jours passant, je n’arrive toujours pas à faire la lumière dans mes sentiments : soit je suis face à une oeuvre devant être considérée comme un grand roman américain, soit l’histoire aurait très bien pu s’écrire en moins de 200 pages alors que le livre en compte près de 634 !

    Déjà la lecture en elle-même m’a donné du fil à retordre car habituellement, je dévore au minimum deux livres par semaine. Ici, je suis restée calée près de 6 jours. C’est vrai que le Salon du livre de Paris m’a exceptionnellement fatiguée par cette escapade au Disneyland du livre pour tout bibliophile qui se respecte. Et donc les chapitres sont parfois longuets, les pages ne se tournent pas comme dans un suspens page-runner....

    Un autre élément qui m’a, mais alors complètement, déboussolée est l’absence de ponctuation pour mettre en évidence les dialogues entre les personnages. Ils se confondent donc avec la mise en place des descriptifs et des décors. C’est la première fois que je m’aventurais dans un livre où l’auteure avait pris cette liberté dans l’écriture. C’est assez désarçonnant car c’est seulement après avoir lu lesdites phrases qu’on se rend compte que ce sont des protagonistes qui interviennent dans la trame. Nonobstant cela, j’ai trouvé la plume d’Elizabeth Brundage très aérienne malgré une utilisation très conséquente des détails et des ambiances.

    A certains moments de l’histoire, j’ai eu l’impression de me retrouver dans un livre de Jonathan Franzen (auteur adoré au plus haut point pour son livre « Freedom », pour la chaleur de sa plume absolument poétique et non linéaire) . Alors qu’ici, on devrait se trouver en plein polar suite à la mort sanglante de Catherine Clare dans la maison des Hale, rachetée avec son époux Georges, professeur d’université, on se retrouve dans une grande saga familiale s’étendant sur plusieurs années. Parcourant l’histoire de ce couple et de leur fille mais aussi celle des anciens propriétaires, l’auteure déroule son récit en revenant aux origines qui ont mené à cet assassinat.

    L’auteure sait distiller de menus détails qui ne trouveront leur importance qu’au dernier moment de son spectacle qu’est son livre, juste un peu avant le coucher de rideau final. L’autre don possèdé par Elizabeth Brundage est celui de créer et perpétuer une atmosphère tout à fait singulière. De plus, la maison des Hale qui sera ensuite celle des Clare occupe une place très importante, s’attribuant de la sorte un rôle de protagoniste à part entière. Les fantômes des lieux risquent de vous étreindre comme si vous vous retrouviez vous-même dans ces lieux.

    Comme je n’ai pas encore lu le second de la sélection du mois de mars, je ne me prononcerai pas plus sur ce livre et comparerai les deux avant de voter. Mais en tout cas, « Dans les angles morts » n’est pas un livre dont on ressort indemne à la suite de sa lecture.

    Chronique sur mon blog : https://musemaniasbooks.blogspot.com/2019/03/dans-les-angles-morts-delizabeth.html

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.