Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’Assassin de la rue Voltaire - Henri Loevenbruck

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Meurtres à la Comédie-Française

Août 1789. La Révolution continue d’embraser le pays. Alors qu’à Versailles, les députés rédigent la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, le jeune journaliste Gabriel Joly, endeuillé, peine à retrouver le goût de vivre. Mais une étrange affaire de meurtres va peu à peu le tirer de sa torpeur…

Dans le cercle très secret de la Comédie-Française, une série d’assassinats ébranle la troupe. Les uns après les autres, des comédiens et des employés sont tués en plein théâtre.

Alors que Danton lui-même est soupçonné, Gabriel, aidé du pirate Récif, son fidèle ami, mène une véritable enquête policière dans les coulisses de la célèbre institution.

Vrais et faux témoignages, poursuites… Dans un huis clos infernal, réussira-t-il, cette fois, à démasquer l’auteur de ces crimes odieux ?

Une nouvelle enquête haletante de Gabriel Joly en pleine Révolution.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Killing79 30 novembre 2021
    L’Assassin de la rue Voltaire - Henri Loevenbruck

    Pour mon plus grand plaisir, revoilà Gabriel Joly dans une nouvelle enquête ! Cette série sur ce journaliste est exaltante parce ses histoires sont toutes différentes. Avec les mêmes protagonistes et le même contexte historique, on ne sait jamais ce que nous réserve Henri Lœvenbruck. Cela se vérifie encore. Le premier volet s’attardait à vulgariser les évènements de la révolution française alors que le deuxième était un véritable roman d’aventure. Le dernier en date a décidé, lui, de nous entrainer dans un polar à huis clos.

    La quasi-totalité de l’action est concentrée en un seul lieu. Des meurtres sont perpétrés dans un théâtre et le coupable se trouve forcément à l’intérieur du bâtiment. Dès lors, il faut toute la sagacité de Gabriel et du commissaire Guyot afin de démêler cette sombre énigme. Durant les investigations, le journaliste et le policier s’intéressent aux relations entre les personnages présents et dévoilent le passé de chacun. Ainsi, des indices apparaissent suite aux révélations. A mesure que l’étau se resserre, les pistes se multiplient et chaque protagoniste devient suspect.

    Dans ce huis clos à la manière d’Agatha Christie, Henri Lœvenbruck a, comme à son habitude, fourni un travail dantesque de documentation pour nous plonger dans son univers. Il a su mêler son intrigue aux personnages ayant réellement existé. Mais il a surtout démontré qu’il était un écrivain de génie, capable d’adapter sa plume, ses dialogues pour se fondre dans l’époque. Il sait manier les mots avec virtuosité et créer un réalisme saisissant. Une fois encore, il m’a impressionné en devenant le metteur en scène de cette pièce à la mécanique impeccable qui m’a trituré les méninges et m’a tenu en haleine de bout en bout.

    Henri, mon admiration reste intacte ! Alors continue de laisser libre cours à ton imagination, je me régale des résultats !

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2021/11/30/712-henri-loevenbruck-lassassin-de-la-rue-voltaire/

  • angelita 6 novembre 2021
    L’Assassin de la rue Voltaire - Henri Loevenbruck

    L’assassin de la rue Voltaire d’Henri Loevenbruck, présentation
    Jeanne ne dort plus. Elle est apeurée depuis qu’elle a été violentée par le fils de son logeur.

    Plus tard, elle est sauvée par le Loup des Cordeliers.

    Anne-Josèphe, avec son ami, assiste à une pièce au théâtre. Mais la pièce est annulée suite à des disputes.

    Avis L’assassin de la rue Voltaire d’Henri Loevenbruck

    Troisième enquête de Gabriel Joly, le héros d’Henri Loevenbruck. Un roman qui change des précédents car nous avons, ici, toute une Histoire, avec un grand h, du théâtre, et pas n’importe lequel, celui de la Comédie Française. Histoire du bâtiment mais aussi de ses acteurs. Cette histoire tient une très grande place dans ce roman avec l’enquête menée par Gabriel et le commissaire Guyot. Il ne faut pas oublier également que la France est en train de changer. La royauté n’en est qu’à ses derniers jours. De nombreuses personnes oeuvrent pour les droits des hommes, mais oublie les femmes. La France a faim et les beaux discours ne sont pas suivis d’effets.

    Gabriel Joly a vécu un drame dans le précédent opus. Drame que je ne vais pas spoiler pour ceux qui n’ont pas lu les deux premiers tomes. Mais depuis son retour de Corse, Gabriel est profondément malheureux. Il ne veut plus voir personne. Et même ses amis, malgré leurs insistances, leurs visites quasi quotidiennes, n’arrivent pas à faire sortir Gabriel de sa tanière. Seul le soir, il ressuscite le Loup des Cordeliers. Tous ses amis savent ce qu’il en est, mais il n’y a aucune preuve. Gabriel agit au péril de sa vie. Et pour tenir, il se drogue. Il va sauver des enfants. Seule une femme, et c’est la femme de son ami Danton, arrivera à avoir les mots justes pour que Gabriel reprenne vie, peut-être pas goût à la vie. Gabriel veut se venger et son retour aura des conditions.

    Avec Guyot, Gabriel tentera d’élucider les nombreux meurtres qui ont lieu au théâtre, parmi les sociétaires, le personnel. Malgré la fermeture, les personnes qui ne sont plus suspectées, les meurtres continuent. Guyot et Gabriel travaillent ensemble. Ils n’ont pas la même façon d’appréhender les choses, mais leur collaboration portera ses fruits, surtout que Gabriel va consulter et étudier toutes les archives.

    Ce n’est pas le roman d’un seul personnage mais d’un théâtre, de sa construction, de ses acteurs. Bien sûr, on retrouve les amis de Gabriel à qui il a demandé de sauver des enfants, d’acheter un lieu pour les recevoir. Et surtout, tous veulent le protéger. Cette enquête permettra à Gabriel de réfléchir et de se rendre compte que la vie, malgré tout, doit être vécue. Car en tant que journaliste, il a de grandes choses à accomplir, notamment rétablir la vérité.

    En ce temps-là, il n’y avait pas de réseaux sociaux mais un simple article de journal, lu par quelques personnes, pouvait défaire une vie, l’anéantir.

    J’ai adoré les plans qui permettent de se retrouver dans ce théâtre. J’ai adoré toutes ces explications qui permettent de connaître ce milieu. J’ai adoré ces personnages dont on voit l’évolution par rapport à ce qui se passe en France. Il y a ceux qui sont toujours fidèles à la royauté et ceux qui vivent avec leur temps, qui se rendent compte de l’état de la France. Rivalités pour un rôle, rivalités masculines et féminines, liaisons, les relations humaines ne changent pas au cours des siècles.

    Henri Loevenbruck fait partie de ces auteurs que j’achète les yeux fermés. Découvert avec L’apothicaire ou la série Sérum, je ne me rappelle plus, je n’ai pas lu tous les romans de l’auteur, surtout les premiers. Mais je l’ai déjà écrit, Henri Loevenbruck sait manier l’art de l’écriture, qu’elle soit historique ou contemporaine. Un auteur profondément instruit qui enrichit tous ces éléments historiques. Outre la prochaine enquête de Gabriel Joly, je souhaiterais retrouver un autre roman dans la veine On rêve juste de liberté ou encore J’irai tuer pour vous. Vraisemblablement une question à lui poser si je le rencontre lors du Festival de Livre de Marseille début décembre 2021. Il a annoncé sa venue pour mon plus grand plaisir.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.