Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le gardien invisible

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
3 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Au Pays basque, sur les berges du Baztán, le corps dénudé et meurtri d’une jeune fille est retrouvé, les poils d’un animal éparpillés sur elle. La légende raconte que dans la forêt vit le basajaun, une étrange créature mi-ours, mi-homme… L’inspectrice Amaia Salazar, rompue aux techniques d’investigation les plus modernes, revient dans cette vallée dont elle est originaire pour mener à bien cette enquête qui mêle superstitions ancestrales, meurtres en série et blessures d’enfance.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Bill 5 septembre 2021
    Le gardien invisible

    Cela fait un moment que ce roman traînait dans ma Kindle ... Je l’en ai sorti fin août, alléchée par les recommandations de plusieurs amis et par l’annonce de la diffusion prochaine sur Arte des films issus de cette trilogie du Batzan.

    Et je me suis régalée avec ’Le gardien invisible’, où, dans un petit village perdu dans les montagnes de Navarre, des jeunes filles sont assassinées. Des gamines sans histoires, ou presque, dont les cadavres mis en scène portent tous un petit gâteau local. Très vite, les langues se délient pour accuser le basajaun, cet être immense et hirsute de la mythologie basque

    Pour assister la police locale dans la résolution de cette affaire, qui de mieux qu’Amaia Salazar, récemment rentrée d’une formation auprès du FBI, et originaire de ce même village.

    Entre douloureux souvenirs d’enfance, secrets de familles et rancœurs héréditaires, les policiers auront du mal à dénouer le mystère de ces disparitions.

    Une écriture vive, sans fioritures, un appel aux croyances immémoriales, un soupçon de méthodes scientifiques, et des personnages très attachants m’ont emportée dans ce récit que j’ai eu du mal à laisser. ... 

    En manque depuis que j’en ai tourné la dernière page, j’ai eu le bonheur de découvrir les deux tomes suivants sur les rayonnages de ma médiathèque.

    Je m’y plonge très bientôt :) 

    A suivre ! 

  • bonne_heure_litteraire 20 mars 2021
    Le gardien invisible

    Direction le Pays Basque espagnol dans la région du Baztán dans le village de Elizondo, où des jeunes filles sont retrouvées assassinées dans des circonstances troublantes et mises en scène de façon mystique et virginale...
    .
    On suit donc cette enquête à la recherche du coupable que l’on assimile pour l’heure, à un basajaun, un personnage mi homme, mi ours, protecteur des forêts selon la légende et aperçu seulement dans de très rares cas par les habitants de la région.
    .
    Nous découvrons l’inspectrice Salazar dans sa vie de flic mais aussi sa vie privée, sa famille, son enfance par une alternance passé / présent.
    .
    Les personnages sont à mon sens bien aboutis, on apprends beaucoup sur chacun d’eux, l’enquête est parfaitement décrite, avec précision, j’ai aimé l’ambiance dans laquelle le roman nous plonge et à tout ça se mèle contes, légendes, ésotérisme et culture Basque.
    .
    Un vrai plaisir pour moi qui ai vécu au Pays Basque. Je me suis régalée à retrouver des lieux où je suis allée, des termes Basque avec leurs prononciations singulières, l’esprit des sorcières que je connaissais plutôt dans le village de Zugarramurdi, connu majoritairement grâce à ces grottes et ces légendes sur la sorcellerie... Vraiment ce roman aborde plusieurs sujets et de manière vraiment intéressante dans lesquels on apprend beaucoup de chose. De quoi vous dépayser et de partir a la découverte de ces contrées espagnoles.

  • Polars urbains 9 mars 2021
    Le gardien invisible

    Elizondo (Navarre, Pays basque sud) occupe une place centrale dans Le gardien invisible, premier tome de La trilogie du Baztan qui a propulsé Dolores Redondo en 2011 sur la scène du roman policier. Un roman noir qui mêle les meurtres de jeunes filles dont les corps portent les traces d’un rituel macabre, des croyances populaires, et quelques secrets de famille. Entre présent et passé, enquête scientifique et légendes basques, retour aux sources et résurgence de vieux démons, Amaia Salazar, jeune inspectrice en poste à Pampelune, revient dans la ville de sa jeunesse où vit encore une partie de sa famille pour traquer le tueur.

    Elle y retrouve des lieux familiers comme l’ancien palais des Gouverneurs, la mairie et le café-casino adjacent où se réunissaient les notables, l’église de Santiago, et enquête sur les rives du Baztan, la rivière qui traverse la ville, et dans les forêts inquiétantes de la Navarre. Elle devra démasquer l’assassin mais aussi affronter sa propre histoire et trouver sa place au royaume des mâles, entre l’Ertzaintza, la Police forale de Navarre à laquelle elle appartient, la police nationale et la Guardia Civil.

    Forte de sa grandeur passée au sein d’une région austère, Elizondo est une ville dont on part et où l’on revient, comme Amaia et sa tante, qui habite rue Braulio Iriarte, et aussi les enfants du pays revenus d’outre-Atlantique fortune faite (les indianos), ce dont témoignent plusieurs maisons de maîtres dans la rue principale. Mais c’est aussi une ville que certains n’ont jamais quittée, comme les sœurs d’Amaia et leurs maris, ce qui ne va pas sans ressentiment ni rancœur. De quoi favoriser les télescopages dans ce roman entre polar urbain et polar de territoire. Le gardien invisible et la Navarre méritent certainement plus que le détour. La trilogie du Baztan se poursuit et se conclue avec De chair et d’os (2013) et Une offrande à la tempête (2015).

  • Sylvie Belgrand 1er février 2021
    Le gardien invisible

    Ce n’est pas un coup de coeur, c’est un coup de foudre littéraire pour l’écriture de Dolores Redondo que je ressens à la lecture de ce premier volume de la trilogie du Baztán. J’aime la magie et l’onirisme qu’elle instille dans l’histoire. J’aime la nature, les êtres légendaires du folklore basque qui la hantent, et la rêverie présents à chaque page, qui rythment la respiration d’une intrigue haletante. J’aime la fragilité et la force mêlées des personnages, leur vécu, ce qui les a amenés là.
    J’aime aussi, oui, la folie du tueur et son esthétisme revendiqué.
    Je suis conquise et n’ai qu’une envie : dévorer la suite.
    Pour information, le dernier roman de Dolores Redondo, " La face nord du coeur " est sorti à la Série Noire ce mois-ci. Je vous en parle très vite.

    #LeGardienInvisible #LaTrilogieDuBaztan #DolresRedondo #Folio #livres #chroniques #lecture #polar #thriller #TueurEnSerie #SerialKiller

    Le quatrième de couverture :

    Au Pays basque, sur les berges du Baztán, le corps dénudé et meurtri d’une jeune fille est retrouvé, les poils d’un animal éparpillés sur elle. La légende raconte que dans la forêt vit le basajaun, une étrange créature mi-ours, mi-homme… L’inspectrice Amaia Salazar, rompue aux techniques d’investigation les plus modernes, revient dans cette vallée dont elle est originaire pour mener à bien cette enquête qui mêle superstitions ancestrales, meurtres en série et blessures d’enfance.

    « Mythologies basque et familiale se confondent, l’intrigue se nimbe d’une atmosphère quasi surnaturelle. La magie opère. Dolores Redondo serait-elle la cousine espagnole de Fred Vargas ? »
    Madame Figaro

  • BulleDeLecture 29 novembre 2020
    Le gardien invisible

    Pays basque espagnol, une inspectrice de police Amaia Salzar est contrainte de revenir dans le village de son enfance pour résoudre des meutres de jeunes filles. Pas simple pour elle ce retour aux sources.
    D’une part il lui faut renouer avec ses soeurs qui lui reprochent son éloignement et de ne pas s’être occupée de leur mère. Une plongée dans l’ambiance familiale d’Amaia va nous livrer un peu plus sur ce personnage plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Ecrasée par le charisme de sa soeur aînée, l’inspectrice devra une fois pour toute faire face aux démons de son enfance.
    Parallèlement à ce côté vie privée, comment mener à bien cette enquête de meutres lorsqu’on est une femme, cheffe des investigations, face aux policiers qui pour certains vont renier ses compétences ? Amaia doit s’imposer et prouver qu’elle a sa place parmi eux.

    Si vous lisez Le gardien invisible, ne vous attendez pas à une enquête de haute voltige. Ici tout est pesé, avec lenteur l’histoire prend de plus en plus de profondeur. Le personnage d’Amalia prend de la puissance et nous montre qu’elle arrive à se sortir des griffes de son obscur passé tout en menant de front le travail pour lequel elle est finalement reconnue.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.