Ne fais confiance à personne - Paul CLEAVE

Notez
Notes des internautes
1
commentaire
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Les auteurs de thrillers ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire d’abominables histoires, de notre appétit pour des énigmes qui le plus souvent baignent dans le sang. Ce jeu dangereux peut parfois prendre des proportions inquiétantes et favoriser un passage à l’acte aux conséquences funestes. Eux les premiers, qui pensent connaître toutes les ficelles du crime parfait, ne sont pas à l’abri de faire de leurs fictions une réalité.

Prenez par exemple Jerry Grey, ce célèbre romancier, qui ne sait plus très bien aujourd’hui où il en est. À force d’inventer des meurtres plus ingénieux les uns que les autres, n’aurait-il pas fini par succomber à la tentation ? Dans cette institution où on le traite pour un alzheimer précoce, Jerry réalise que la trame de son existence comporte quelques inquiétants trous noirs. Est-ce dans ses moments de lucidité ou dans ses moments de démence qu’il est persuadé d’avoir commis des crimes ? Quand la police commence à soupçonner les histoires de Jerry d’être inspirées de faits réels, l’étau commence à se resserrer. Mais, comme à son habitude, la vérité se révèlera bien différente et bien plus effroyable que ce que tous ont pu imaginer !

Vos avis

  • FLORENCE CHOLLET / VOYAGELIVRESQUE 10 mars 2018
    Ne fais confiance à personne - Paul CLEAVE

    Thriller brillant, à l’écriture addictive, ce livre est une perle d’humour noir, un style qui se veut désabusé et captivant.
    Jerry Grey, auteur de polars sous le pseudo de Henry Cutter. Belle carrière, belle maison, femme et fille adorables, âgé de 49 ans est hélas atteint de la maladie d’Alzheimer. Le prologue nous plonge dans le vif du sujet - Jerry est interrogé par une policière à propos du meurtre de Suzan. Et il s’en rappelle très bien, vu que c’est lui qui l’a commis, bien des années auparavant, ses cheveux noirs, son bronzage, la porte de sa maison. Mais rien ne va . Vu que la Suzan en question est la victime de son premier roman, et la policière est nulle autre que sa fille Eva, venue le voir à la maison de santé. Jerry fugue .. Mais à chacune de ses virées en ville, une jeune femme meurt assassinée. Le lecteur se pose des questions. Victime ou bourreau ? Fiction réécrite par un esprit malade ou réalité oubliée

    Entre les périodes de lucidité, les absences et les oublis, nous devons démêler la réalité de la fiction, entre les perceptions d’Henry et les convictions de Jerry. On doute , on doute du doute lui-même Ecrit à la troisième personne , avec des va et vient entre narrateur et Henry. Nous plongeons dans le puzzle du cerveau d’Henry. Malgré un sujet grave, on reste dans l’auto dérision. Jerry présente les évènements dramatiques liés à sa maladie mentale avec beaucoup d’ironie.

    Le roman est le reflet de la paranoïa dont est victime Jerry, qui ne sait plus qui croire et qui ignore, de quoi il est coupable. Même les indices se contredisent. Son plus grand ennemi étant lui-même, ne pouvant se fier à sa propre mémoire. Un homme dans le chaos, sa vie étant régie par la confusion et l’absence de souvenirs, et attention à la vérité finale.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.