Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Or, encens et poussière - Valerio Varesi

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

" Il était là, confronté à son propre Minotaure, enveloppé dans un brouillard aux teintes improbables de fête foraine. "
Parme, la nuit, le brouillard. Un carambolage monstrueux se produit sur l’autoroute : une centaine de voitures ratatinées, des camions en feu, une bétaillère renversée. Des dizaines de vaches et de taureaux errent sur la route, blessés et désorientés. Et des gitans auraient été aperçus, profitant de la confusion pour piller les véhicules accidentés. Le commissaire Soneri est le seul flic de Parme qui connaît assez bien la basse plaine du Pô pour ne pas se perdre dans le brouillard : c’est lui qu’on envoie sur place. Mais au lieu de petits voleurs opportunistes, c’est un meurtre qu’il découvre : dans le chaos, le corps carbonisé d’une jeune femme est retrouvé au bord de la route. Sa mort n’a aucun lien apparent avec le carnage.
La victime est une certaine Nina Iliescu, immigrante roumaine dont la vie en Italie n’a laissé que peu de traces – à part une longue liste d’amants de la haute société parmesane. Agneau sacrificiel ou tentatrice diabolique, même dans la mort la jeune femme à la beauté énigmatique exerce son pouvoir de fascination sur Soneri. Et lui réserve quelques surprises...
— prix Violetta negra pour La pension de la via Saffi

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Vos #AvisPolar

  • Alex-Mot-à-Mots 11 juin 2020
    Or, encens et poussière - Valerio Varesi

    J’ai aimé retrouver le commissaire Soneri, réfractaire aux nouvelles technologies, mis à part son smartphone qui le relie comme un fil de vie à son amante.

    J’ai aimé ce brouillard d’automne qui nimbe certaines scènes de son aura trouble.

    Dans ces pages, Soneri navigue entre camps de Roms aux abords de la ville et haute société parmesane.

    J’ai aimé le personnage du marquis désargenté Sbarazza qui mange les restes de belles femmes dans les restaurants. C’est ainsi qu’il rencontre Soneri.

    J’ai aimé en apprendre plus sur le passé douloureux de Soneri qui a perdu sa femme enceinte quelques années auparavant. Douleur ravivée car la jeune roumaine morte était enceinte de quelques mois.

    Un roman qui montre aussi qu’il faut savoir s’arrêter et profiter du moment présent.

    Quelques citations :

    Personne n’est d’un seul bloc, Esposito. On prend tellement de formes, on est comme le brouillard.

    C’est ainsi que le monde se renouvelle : à chaque instant. Ce n’est pas la constance qui nous fonde, mais l’instabilité, et tous ceux qui cherchent à être cohérents se font des illusions. Tout réside dans le fait d’accepter ce que nous sommes et de nous ouvrir à l’éventail immense de possibilité que la vie nous offre en permanence.

    La bienveillance envers notre prochain est notre seul salit, car en fin de compte, tout ce que les hommes recherchent, c’est d’être aimés. Y compris les plus abominables délinquants. Nous sommes tous des orphelins, vous ne croyez pas ?

    Nina, la seule qui ait perdu définitivement, morte dans la fleur de l’âge à cause d’un rêve de vie normale.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des objets de messe en or dans la vitrine du fabricant d’objets sacrés en or, certains volés.

    https://alexmotamots.fr/or-encens-et-poussiere-valerio-varesi/

  • celine85 8 juillet 2020
    Or, encens et poussière - Valerio Varesi

    C’est avec ce 5ème roman traduit en français que j’ai découvert le personnage récurrent du commissaire Soneri de Valerio Varesi.

    Le Commissaire Soneri se rend sur le lieu d’un accident où il trouve le corps d’une femme assassinée et brulée. Ils vont apprendre que Nina d’origine roumaine était enceinte et avait de très nombreuses relations avec des bourgeois de Parme. D’autres événements vont venir s’ajouter pendant l’enquête comme celui du vieil homme retrouvé mort dans un car en provenance de Bucarest…

    Le charme du commissaire Soneri a opéré sur moi. Il prend son temps, s’interroge, il a une vie amoureuse compliquée mais ses réactions sont réalistes. C’est vraiment lui qui apporte tout l’intérêt du roman car l’histoire en soi est plutôt « classique »
    Belle plume, bonne intrigue et l’auteur a su créer une atmosphère autour de cette enquête

  • Verstraete Olivier 3 août 2020
    Or, encens et poussière - Valerio Varesi

    Les tensions peuvent être vives entre communautés. Pétries de mauvaises représentations stigmatisées par la population locale qui ne voient en eux que vices et mauvaises intentions, des communautés n’ont pas bonne presse et la communauté Roms subit à son corps défendant les foudres quel que soit l’endroit où elle se pose. Et l’Italie ne déroge malheureusement pas à cet usage. Des familles s’installent, se fixent et de suite les histoires sur eux fusent. Valerio Varesi se sert de ces préjugés pour son nouveau livre « Or, encens et poussière » traduit de l’italien par Florence Rigollet et paru aux éditions Agullo.
    Tout débute par un accident important sur l’autoroute dans le secteur de Parme. C’est le chaos et certains en profitent. Des Roms ont été repérés, pillent les véhicules. Le commissaire Soneri est contacté en urgence et arrivé sur place, c’est un corps carbonisé qui est trouvé sur le bord de la route, dans un épais brouillard que seul Soneri peut pourfendre par sa connaissance du secteur. Après enquête, un nom a été associé au corps. Il s’agit de Nina Iliescu, immigrante roumaine dont la vie va réserver des surprises à Soneri. Et que dire de cet homme âgé roumain, lui aussi retrouvé mort dans le bus.
    C’est la première fois que je lisais un livre de l’auteur italien Valerio Varesi et je peux le dire haut et fort, ce ne sera pas le dernier. Or, encens et poussière est à la fois truculent et prenant. L’auteur connait tous les atours, contours, circonvolutions de Soneri, son personnage principal, cela se sent dès les premières lignes du roman, quand Soneri est sollicité pour se rendre sur les lieux du carambolage. La truculence s’étend aussi à certains personnages secondaires comme Juvara, son second ou encore Sbarazza, le noble quasi vagabond. Sans compter Angela, la compagne de Soneri, avec sa double facette. En plus de l’intrigue policière, Valerio Varesi nous plonge au sein de la communauté Rom mais aussi nous fait parcourir les mauvaises représentations, voire l’animosité qui s’abat sur la communauté. Mais le récit ne verse jamais dans le pathos ni dans le sanguinolent. Le lecteur est captivé jusqu’à la dernière ligne. Or, encens et poussière est un polar qui, tel de l’encens, vous envoûte et qui vaut de l’or

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.