Vagabond - Franck Bouysse

Notez
Notes des internautes
1
commentaire
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Un homme dont on ne connaîtra pas le nom, ses soirées, il les passe à jouer du blues dans les cafés de Limoges, mais ce pourrait être ailleurs. Mais pas n’importe où : il faut que ce soit une ville avec des traces d’histoire, des ruelles sombres, des vieilles pierres. La journée, il marche dans les rues, voyant à peine les humains qui sillonnent d’un pas pressé les rues, ceux qui ont quelque chose à faire, une vie à construire alors que la sienne, de vie, ressemble à une ruine. Et voilà qu’un soir apparaît au bar une femme, une inconnue magnifique, pour laquelle il se met à jouer sa propre musique, à chanter ses propres mots. Ils boivent un verre, il la raccompagne au pied de sa demeure et rentre à son hôtel miteux. La reverra-t-il ? Saura-t-il qui elle est ? Il rentre à son hôtel pour dormir, pour rêver à Alicia, celle avec qui il y a quinze ans il partageait la scène, celle qui est partie et qui lui a brisé le coeur. Alicia est en ville. Elle chante au Styx. L’homme sera au Styx, bien sûr, pour Alicia. Ca n’est pas une bonne idée, et il le sait. L’apparition de ce fantôme va déclencher chez l’homme une plongée dans le passé, dans l’enfance et la douleur. Bouysse bascule alors dans la poésie, noire, violente, obsessionnelle, et achève son roman en beauté et en désespoir, emmenant avec lui un lecteur consentant, déconcerté, pris.

Vos avis

  • Nicolas Elie 11 septembre 2017
    Vagabond - Franck Bouysse

    Je t’avais dit que je faisais une overdose des livres de Cyril Herry. Je laisse un peu passer l’engouement pour le dernier sorti du fumeur de cigares. Il est sur mon étagère, mais je vais le savourer. Tranquillement. Pour tout te dire, j’ai lu le prologue hier soir, juste le prologue.

    Ça tue.

    Bon, retrouvé dans un carton de retour, j’ai commandé chez Écorce Éditions le sixième roman de Franck. Je l’appelle Franck. Vu comment je suis dithyrambique sur ses bouquins, on est presque potes.

    « Vagabond », donc.

    Déjà, en préambule, tu te prends « La nuit je mens » de Bashung. C’est dire.

    Pour rien te cacher, j’avais un peu les chocottes. Quand t’as lu « Grossir le ciel », tu te demandes ce que tu vas trouver dans les bouquins précédents.

    En même temps, c’est plutôt sympa de voir s’il a toujours écrit comme un artisan horloger suisse (pas le coucou, l’autre), ou si lui aussi, il est passé par la phase moins bien.

    Ben non.

    Il est pas passé par là.

    T’as l’impression qu’il écrit comme ça depuis le cours préparatoire. C’est un peu pénible.

    Comme d’hab, je te raconte pas l’histoire.

    L’histoire, c’est de la musique. Un homme qui joue de la guitare, pour une femme. Il joue du blues.

    T’en écoutes du blues ? Je sais pas, Robert Johnson ? John Lee Hooker ?

    Non ? Trouve-toi un disque. Fais comme tu veux. Mais lire Vagabond sans un bluesman en fond sonore, c’est ballot.

    Y a des cailloux, des rues sombres un peu, des gens aussi mais pas trop. Un pote, Mitch. Il est sympa. Des bars et des comptoirs. Tu sais, ceux où on te sert sans que t’aies à demander. Tu viens souvent, alors ils te connaissent, et ils te versent ton whisky. T’as l’impression parfois qu’ils ont même gardé ton verre. Qu’ils ont pas jugé utile de le laver.

    Je m’égare.

    Le mec dont il est question, il se balade dans les rues. Il attend le soir. Parce que le soir, il joue. Il joue pour une femme qui vient le voir.

    Il joue aussi pour une autre femme. Celle qui partageait ses nuits avant. Elle, elle s’appelle Alicia.

    Elle a l’air d’être belle. Elle a l’air de l’avoir blessé.

    En fait, on sait pas vraiment qui a blessé l’autre. C’est toujours pareil dans les histoires d’amour. Y a celui qui fait mal, et y a celui qui met des pansements.

    Tu te rends compte, après quelques pages, que les gens, tu les vois pas non plus. Parce que lui, il les voit pas. Il pense à Alicia, puis à une autre femme aussi. Une qu’il a croisée. Une qui lui a fait croire, peut-être, qu’il était vivant encore.

    Franck, il t’emmène exactement là où t’avais pas prévu d’aller.

    Alors une phrase, prise au hasard, parce que le livre tu l’ouvres ou tu veux, c’est juste des mots qui te brûlent. Des mots qui te noient. D’autres qui te jouent de la musique.

    « Parce que les types comme lui ne raflaient jamais la mise. Parce que les types comme lui étaient faits pour danser sur un plateau d’ébonite, poussé par un croupier dont il avait croisé le fils, la veille, dans une église, se refusant à croire qu’il puisse avoir un père. »

    Tu vois ?

    Ça tue, non ?

    Une autre, mais après tu vas chez Écorce, et tu leur demande de te l’envoyer.

    « Puis les cordes se mirent à vibrer et le Mississippi serpenta entre les tables et l’homme s’installa sur la berge, dans un premier temps ; là où des fleurs de coton allégeaient un ciel de suie ; »

    C’est « Vagabond ». C’est Franck Bouysse.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.