Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Baad - Cedric Bannel

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

7 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

À Kaboul, le Qomaandaan Kandar, ancien sniper de Massoud et patron de la brigade criminelle, enquête sur des meurtres d’enfant.

À Paris, la commissaire Nicole Laguna, chef de la Brigade nationale de Recherche des Fugitifs, est sur la trace de l’inventeur d’une nouvelle drogue de synthèse.

Deux flics qui n’auraient jamais dû se rencontrer. Et pourtant...

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • SIGPRO2022 27 décembre 2021
    Baad - Cedric Bannel

    Baad de Cédric Bannel.
    L’avantage de fréquenter assidûment une petite bibliothèque comme celle de mon village, c’est que l’on peut y trouver d’anciennes pépites. C’est le cas lorsque dans l’étagère des Thrillers j’ai découvert ce livre Baad de Cédric Bannel. « Violence et corruption, talibans vicieux, femmes asservies, trafic de drogue , mais également loyauté, solidarité : la fiction colle à la réalité . »
    Ce cocktail explosif ne pouvait qu’attirer mon attention. Je ne l’ai absolument pas regretté, bien qu’il faut vous l’avouer, des chapitres sont quelques fois difficiles à digérer et vous donneront peut-être quelques cauchemars.
    A Kaboul, le Qomaandan Oussama Kandar, ancien sniper de Massoud, patron de la brigade criminelle est informé de la découverte sur un tas d’ordures dans un bidonville, d’un troisième cadavre d’une petite fille. Les premiers indices laissent à penser qu’elle a été violée puis tuée avec une lame effilée. Pour ce chef de brigade ces crimes commis en moins de jours, sont ceux d’un tueur en série. Pour mettre fin à cette situation il doit rapidement identifier le tueur qui sans nul doute va récidiver. Dans une ville métropolitaine, cette situation criminelle, bien que complexe est relativement simple à traiter. Ici comme nous dit Cédric Bannel, en Afghanistan rien n’est simple. Le moins que l’on puisse dire en ayant terminé ce livre, c’est pour ce Qomaadan et son équipe fidèle, rien ne va être simple et les obstacles nombreux vont devoir être surmontés.
    A l’autre bout de la planète à Paris, Nicole Laguna commissaire, spécialisée dans la lutte contre les grands criminels, ancienne officière de la DGSE, se retrouve confrontée à Alfredo Vipere, chef suprême de la Cupola , organe de contrôle de toutes les mafias Italiennes recherché par toutes les polices du monde entier. Celui-ci a fait enlever et détenir son mari et ses deux enfants en otage qu’il menace de tuer si elle ne réussit pas à identifier et mettre hors d’état de nuire son concurrent direct, un chimiste qui s’apprête à inonder le monde avec une nouvelle drogue neige, mélange d’héroïne et de cocaïne. La chasse à l’homme ne se révèle pas des plus facile, compte-tenu que ce chimiste a délibérément choisi la clandestinité en faisant un nettoyage de son passé, du moins c’est ce qu’il pensé. Tout au long de ce récit ou nous allons voyager de France en Italie puis en Afghanistan, Cédric Bannel nous présente de nombreux personnages dont il prendra le soin, merci à lui, de communiquer la liste et leur identification à la fin de son roman.
    Cédric Bannel nous immerge dans un pays qu’il connaît bien l’Afghanistan et nous rend témoin des violences les plus crues, des conditions de vie notamment pour les femmes qui sont mariées, très jeunes contre leur gré, battues, violées, humiliées sous leur burqua imposé par des religieux intégristes dévoyés. Il nous invtient à prendre connaissance de la corruption institutionnalisée et nous fait rêver à la beauté de ces territoires ou les grands bouddhas de Bamyan ont été dynamités, ete comprendre la solidarité de ces guerriers de toujours ayant battu tout ceux qui sont venus combattre sur son territoire , Russes , Talibans et extrémistes.
    Nous suivons, les pires individus, les meilleurs aussi, et tout un petit peuple soumis à la loi du plus fort subsistant en gagnant quelques Afghanis pour se nourrir et subvenir à leur famille. L’on constate que l’homme n’a pas grande valeur dans ce pays ou les crimes d’honneur sont considérés comme légaux en justice ou les rivalités tribales sont toujours présentes.
    Dans ce livre vous suivrez chapitre après chapitre les dix jours de Badria, une petite fille, la dernière enlevée pour être consommée par ce sérial killer Français. Vous prendrez conscience de la corruption à tous les étages de la police, de la compromission des élites et vous serez bousculé par les scènes de violences, espérant que tout celles-ci ne soient que fiction. Toutefois, la réalité dépasse souvent la fiction. C’est avec un réel soulagement que j’ai fini ce livre en suivant cette enquête passionnante de bout en bout et en ayant apprécié cette rencontre avec ce Qomaandaan Oussama Kandar, policier intègre, respectueux et amoureux de sa femme et excellent tireur qui redore le blason de la police à Kaboul en œuvrant pour la Paix et qui d’une certaine manière met tout en œuvre pour l’obtenir. Si n’avez pas lu Baad de Cédric Bannel, courez-vite à votre bibliothèque préférée ou chez votre libraire. Bien à vous.

  • Marielle69 12 juillet 2021
    Baad - Cedric Bannel

    Corruption de la police afghane, violence d’un pays tiraillé entre ses rivalités tribales, son histoire, l’intégrisme religieux, la drogue.
    Cédric Bannel nous offre là un excellent roman policier qui nous permet de retrouver le Qomaandaan Kandar et son équipe.

  • A vos livres 16 mars 2020
    Baad - Cedric Bannel

    J’avais envie de lire ce livre depuis sa sortie, le quai du polar de Lyon ayant éveillé ma curiosité. C’est chose faite et je n’attends plus que le moment où « Kaboul express » sortira aux éditions Points.

    J’ai lu ce roman d’une traite et avec avidité. Le suspens est très prenant, de la première page à la dernière. A un cheveu de la crise d’apoplexie… Pourquoi ? Tout simplement parce que l’histoire se situe à Kaboul et que, par instinct de lectrice, ça sentait la violence, la trahison, la vengeance, la religion et surtout la politique. Et si à cela, on mélange une pincée de mafia italienne… ça devient très sanguin ! Un roman où je n’avais envie de faire confiance à personne, où chaque indice découvert, devenait un véritable casse-tête et où l’avidité et la corruption s’animent à chaque rencontre. Malgré tout, comme dans les romans de Khaled Hosseini, on découvre un Afghanistan décrit avec une beauté sauvage, un peuple qui a souffert de son Histoire mais où ressort une certaine loyauté et solidarité.

    La plume de Cédric Bannel est précise et reflète une réalité évidente que je considère comme étant visuelle, cinématographique. Un grand avantage quand le passé et la politique d’un pays peut sembler complexe à assimiler. Fort bien construites, l’enquête de Kandar et celle de Laguna se déploient et croissent avec angoisse, déception et violence. De quoi rendre le lecteur bien accro !

    En espérant lire son dernier roman assez vite, je vous souhaite de découvrir celui-ci et vous souhaite un bon voyage livresque !
    https://avoslivreschroniques.com/baad-cedric-bannel/

  • Booksnpics 21 février 2019
    Baad - Cedric Bannel

    Lorsqu’une troisième fillette est retrouvée, étranglée et poignardée à Tchelsetoun, un quartier pauvre de Kaboul, le chef de la police criminelle, Oussama Kandar, se lance sans retenue dans un travail de titan. Confronté aux réalités socio-économiques de son pays, à la corruption, à la drogue, aux talibans et autres mouvances islamistes, le qomaandaan Kandar se transforme en véritable profiler, entamant une course contre la montre afin d’éviter un nouveau meurtre.

    Pendant ce temps, à Paris, Nicole Laguna, ancien agent de la DGSE et spécialiste de la capture des criminels de guerre en fuite, véritable experte, se fait enlever en pleine rue par la mafia italienne.

    Construit sur la base de récits alternés, "BAAD" de Cédric Bannel reflète les réalités actuelles d’un pays en transition, d’un pays en train de se réformer sous les auspices de la coalition internationale mais qui souffre profondément de son manque de cohésion, d’un trop plein de corruption et d’impunité.

    A la lecture de ce roman, on ne peut que ressentir l’attachement de l’auteur à ce pays qu’il nous décrit tel un joyau brut dont les imperfections empêchent son rayonnement. Cédric Bannel , à travers ce thriller, nous parle avec passion de ces Afghans qui veulent se construire un monde meilleur. Oussama Kandar incarne ce héros, représentant l’avenir d’un pays actuellement blessé, fracturé, en quête de stabilité.

    Un récit ambitieux, très bien construit, rendant hommage tant aux paysages afghans qu’à sa diversité. Un roman, définitivement "BAAD", où l’on se plonge sans retenue tant la plume de l’auteur est efficace. On est littéralement happé au coeur de ces contrées lointaines dont on ne ressort pas indemne.

  • Musemania 4 février 2019
    Baad - Cedric Bannel

    Deuxième enquête du Qomaandaan Kandar, après celle de « L’homme de Kaboul », Cédric Bannel m’a, à nouveau, totalement scotchée tout au long de son récit. Plusieurs raisons à cela : sa connaissance du pays qu’est l’Afghanistan, la justesse de sa plume dans les descriptions aussi bien des paysages que des personnages, le suspens qu’il instille tout du long.

    J’avais déjà adoré « L’homme de Kaboul » (vous pouvez d’ailleurs retrouver sur mon blog, la chronique de ce premier volume) tant l’auteur avait su me plonger dans un pays que je connaissais peu et dans ses travées (une guerre sans fin, un régime politique si fragile,…). Encore dans cette histoire, j’ai retrouvé l’attachant Qomaandaan Kandar et son équipe qui partent ici à la traque d’un tueur de petites filles et d’un réseau de drogue impitoyable.

    En parallèle avec l’enquête qui se poursuit en Afghanistan, on fait également la rencontre dans ce deuxième opus, de Nicole Laguna, ancienne agent des services secrets de la DGSE qui devra mener une enquête de tous les risques afin de retrouver son mari et ses enfants, enlevés par la plus importante des organisations criminelles mafieuses d’Italie.

    Bien entendu, les enquêtes vont se télescoper mais l’auteur sait rondement régenter l’histoire pour que cela tienne la route et que le lecteur y soit complètement plongé.

    En 2017, ce livre a reçu le Grand Prix du Meilleur Polar des lecteurs des Editions Points (prix auquel je participe cette année en tant que juré) et je trouve que c’est amplement mérité.

    Maintenant, il me reste à découvrir dans cette lignée des aventures du Qomaandaan Kandar, la troisième enquête : « Kaboul Express ». Pour la petite histoire, on y retrouve également l’héroïne féminine du deuxième tome, Nicole Laguna. Je suis sûre que je passerai encore un très bon moment autour de la plume de cet auteur que j’affectionne dorénavant particulièrement.

    Chronique sur mon blog : https://musemaniasbooks.blogspot.com/2018/05/baad-de-cedric-bannel-policier.html

  • Au rayon des livres 18 mai 2018
    Baad - Cedric Bannel

    Troisième fillette retrouvée étranglée et poignardée dans la rue. Contrairement aux deux précédentes habillées avec des vêtements d’apparat, cette dernière est nue. Trois jeunes victimes dans trois bidonvilles différents.
    L’affaire est confiée à la police criminelle de Kaboul, avec à sa tête le qommandaan Oussama Kandar, ancien sniper du commandant Massoud.

    Au même moment, à des milliers de kilomètres de là, une femme à qui il manque trois doigts, est enlevée ainsi que toute sa famille par la mafia italienne. Pour pouvoir sauver les siens, il va falloir qu’elle mette la main au plus vite sur un certain Franck X.

    De Kaboul à Paris, Baad est le combat de deux mères prêtes à tout pour sauver leurs familles.

    Baad nous emmène donc en Afghanistan, bien loin des préjugés ou des images véhiculées par les médias. Cédric Bannel sait de quoi il parle, puisqu’il connaît bien le pays pour le sillonner depuis plusieurs années. Sans jugement ou parti pris, il nous offre un roman d’une très grande qualité extrêmement bien documenté ; puisque dès les premières pages, on est immédiatement mis dans l’ambiance. Le dépaysement est au rendez-vous. J’avoue même que si l’endroit n’est pas une destination qui fait rêver, l’auteur a réussi à décrire les paysages de manière à me donner envie de découvrir cette région du monde, c’est dire…

    On est au coeur du fonctionnement de la police afghane : corruption, violence, trafic de drogues, vengeance.
    Mais Baad est avant tout un véritable page-turner avec son lot de suspens, avec le décompte de la prochaine victime, ses rebondissements, ses intrigues, sa double enquête. Et pour que Baad ne soit pas juste un (excellent) polar parmi d’autres, l’auteur y distille ici et là des informations sur les us et coutumes des afghans. Saviez-vous que l’espérance de vie d’un afghan est de 46 ans ??

    Et les personnages dans tout ça ? Même dans cet environnement très dur, comment ne pas apprécier celui du très surprenant et charismatique qommandaan Kandar et de sa femme Malalai, gynécologue, féministe à l’esprit très ouvert, dans cette société qui allie aussi bien tradition que modernité. Et Babour, le scientifique de la Criminelle, cocasse avec ses fausses lunettes à la façon des Experts.

    Très réaliste, je me suis même demandée par moments si le roman n’était pas une autofiction.
    J’ai tellement été emportée par l’écriture très visuelle et l’ambiance que dégage ce roman, que personnellement, ça ne m’aurait pas dérangé qu’il n’y ait pas de double affaire.

    Baad (homme mauvais, violent, cruel envers les femmes) est l’un des meilleurs polars de l’année.

  • 1001histoires 17 mai 2018
    Baad - Cedric Bannel

    " Baad " écrit par Cédric BANNEL est paru en mai 2016 chez Robert Laffont, collection " La Bête Noire ". C’est la deuxième enquête du Qomaandaan Oussama Kandar de la brigade criminelle de Kaboul.

    Voir le premier tome de la série ici http://romans-policiers-des-cinq-continents.over-blog.com/2017/08/l-homme-de-kaboul-auteur-cedric-bannel.html

    Un tueur en série sévit à Kaboul. Trois meurtres de fillettes ont été commis selon un même rituel. Un intervalle précis de dix jours sépare chaque crime, le dernier a eu lieu le 1er mars. Pour Oussama Kandar le compte à rebours a commencé. Une nouvelle petite victime a sans doute déjà été choisie par le prédateur. Les indices sont rares, à chaque fois une plaie mortelle causée par un poignard à la lame effilée, des traces de cocaïne sur les cadavres. La cocaïne n’est pas une drogue habituellement consommée en Afghanistan où les habitants prennent de l’opium, de l’herbe, de l’héroïne ou la chicha. La cocaïne est une drogue d’étranger.

    La brigade criminelle au commissariat central de Kaboul est aux abois, les adjoints d’Oussama Kandar ( le rescapé Gulbudin Barmak, Chinar l’ancien sportif de haut niveau, Babour "l’Expert" et le jeune Rangin ) recherchent tous azimuts, auprès des vendeurs de poignards et des dealers, dans les opiums house. Il faut faire vite, les jours défilent. Alors il faut payer, intimider, menacer, frapper et même torturer. Il y a des enfants innocents à sauver des griffes d’un homme mauvais, baad.

    L’Afghanistan est devenu un narco-Etat, brigade des stups corrompue, l’économie de la drogue profite aux dirigeants, tout le monde ferme les yeux. Il n’y a soit-disant pas de réseaux organisés à Kaboul, seulement une économie sordide et des pratiques d’un autre âge que ni le communisme, ni les talibans et ni les dollars n’ont pu changer. Alors pour arrêter les recherches de Kandar il n’y a pas d’autres moyens que l’attentat suicide ou les embuscades à l’arme lourde. Heureusement pour le Qomaandaan Kandar, mollah Bakir un taliban modéré, veille.

    Pendant ce temps, à des milliers de kilomètres, en Europe, une guerre invisible se déroule entre cartels de la drogue. La mafia italienne voit arriver la concurrence de plus en plus pressante d’un russe ambitieux. La Russian Connection s’apprête à livrer des tonnes de dope en Europe du Nord. La Cupola, organisation criminelle secrète la plus puissante au monde et qui chapeaute toutes les mafias italiennes, veut mettre fin aux agissements du chimiste de génie sur qui repose le projet russe. Pour l’identifier puis le localiser, la Cupola a enlevé le mari et les deux enfant de Nicole Laguna pour un odieux chantage. Nicole est une ancienne agent d’élite de la DGSE et une ex-cadre de la police. Elle va devoir reprendre officieusement du service pour sauver sa famille.

    Dépaysant, mené tambour battant et terriblement d’actualité, Cédric Bannel réussit habillement à mêler enquête policière et récit d’aventures dans un contexte géopolitique plus vrai que nature. Le lecteur voyage. Il voyage à Bamyan, là où les taliban ont détruit les plus grandes statues de Bouddha. Il voyage sur les contreforts du Panshir qui dominent l’immense base militaire de Bagram. Il voyage en direction de Fayzabad sur une route bordée à perte de vue de champs de pavot. Il voyage sur les sommets à plus de quatre mille mètres d’altitude du corridor du Wakhan et tellement isolés qu’on y croise le léopard des neiges.

    Le lecteur continue d’approfondir sa connaissance du passé d’Oussama Kandar comme sniper aux côtés de Massoud. D’autres personnages ( notamment les proches collègues de Kandar ) prennent de l’importance. L’entrée en scène de Nicole Laguna est prometteuse puisqu’il semble qu’elle sera de nouveau présente dans le tome 3. De nouveaux dangers guettent l’Afghanistan, la menace Daesh se profile. Vivement la suite.

    Bibliographie de l’auteur ici http://romans-policiers-des-cinq-continents.over-blog.com/2017/05/cedric-bannel.html

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.