Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Il reste de la poussière - Sandrine Collette (Poche)

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Prix Landerneau polar 2016

Résumé :

Patagonie. Dans la steppe balayée par des vents glacés, Rafael est le dernier enfant d’une fratrie de quatre garçons. Depuis toujours, il est martyrisé par ses frères aînés. Leur père a disparu. Leur mère ne dit rien, perpétuellement murée dans un silence hostile. Elle mène ses fils et son élevage de bétail d’une main inflexible, écrasant ses rejetons de son indifférence. Alors, incroyablement seul, Rafael se réfugie auprès de son cheval et de son chien. Dans ce monde qui meurt, où les petites fermes sont remplacées par d’immenses domaines, l’espoir semble hors de portée. Et pourtant, un jour, quelque chose va changer. Rafael parviendra-t-il à desserrer l’étau de terreur et de violence qui l’enchaîne à cette famille ?

Vos #AvisPolar

  • ReadLookHear 13 mars 2019
    Il reste de la poussière - Sandrine Collette (Poche)

    Il reste la poussière est pour moi un vrai drame familial qui se joue dans la Pampa Patagonienne, une fenêtre ouverte sur une famille retirée de la civilisation et dont la communication se fait majoritairement en donnant des ordres et des coups.

    Aucun signe d’amour entre les quatre frères et la mère, aucun respect, une haine farouche lie ces cinq personnes, la haine et tout le travail qu’il y a à abattre dans une Estancia, une sorte de ranch immense avec des moutons, des boeufs, des poules, un potager …

    Il y a très peu de dialogue dans ce roman, les chapitres alternent les différents points de vue de chacun des membres de cette famille. Tout cela emmène une certaine tension tout au long de la lecture, j’avoue que je savais pas trop où est-ce que l’auteure voulait m’emmener même si l’on présage un drame à tout moment.

    La grande force de ce roman est la manière dont Sandrine Collette réussi à nous mettre dans l’ambiance, à nous faire ressentir l’aridité, la sueur, l’odeur des bêtes, la chaleur. C’est un roman puissant qui nous entraîne au plus profond de la psychologie de chacun des personnages.

    Alors n’ayant pas vraiment d’idée d’où allait m’emmener cette lecture, et restant malgré tout sur ma faim, je retiendrais la puissance de la plume de Sandrine Collette ayant réussi à me faire voyager en Patagonie, après pour moi pour être un grand roman, il manque d’inattendue et j’aurais aimé aller encore plus dans le côté sombre et dramatique.

    https://readlookhear.wordpress.com

  • kateginger63 14 mars 2019
    Il reste de la poussière - Sandrine Collette (Poche)

    *
    Une misère affective aux confins du monde
    *
    J’ai déjà lu Six fourmis blanches de Sandrine Collette. Elle met la Nature au milieu de son oeuvre. Mais une nature hostile, sauvage, âpre et qui peut devenir notre ennemie.
    Ici, nous disposons des mêmes ingrédients, mais dans un décor encore plus sauvage, et perdu vraiment aux coins d’un continent. La Patagonie, l’Argentine. Je n’y ai jamais mis les pieds (et j’y suis très attirée pourtant). A la lecture de ce récit, j’ai eu bien l’impression que j’y étais, dans cette lande sèche et très venteuse (la pampa de son nom botanique). Une description digne des photos magnifiques des magazines du National Geographic.
    *
    Passons aux habitants qui peuplent cet endroit sauvage. Une estancia (ranch/ferme d’élevage) où vivent la Mère et ses 4 fils.
    Quelle famille dysfonctionnelle ! Un portrait de matriarche saisissant (je n’en ai plus revu depuis ma lecture de la famille Maquart de Zola, c’est dire !!!). Il n’y a même pas d’adjectifs assez justes pour la décrire....
    Les 4 frères : tous différents. J’ai éprouvé de la pitié pour le petit dernier qui se fait brutaliser par les 2 jumeaux.
    Alors oui, de la cruauté, il y en a à chaque page.
    Une impression de sombrer petit à petit avec eux dans la misère la plus noire, la plus glauque. Une spirale descendante, une déchéance affective et psychologique nous entraînant toujours plus bas. Mais vous savez bien que dans un tourbillon, on remonte à la surface. Ouf ! La fin promet un avenir plus serein pour certains des protagonistes. Et heureusement, car mes nerfs en ont pris un coup, j’étais à bout de mes émotions négatives. Après cette lecture, il me fallait de la légèreté.
    *
    L’auteure a "fait son job", elle a réussi le pari de nous emmener dans le no man’s land affectif et physique (steppe). Une atmosphère sombre,inquiétante et oppressante tout le long. Bravo !

  • VALERIE FREDERICK 11 juin 2019
    Il reste de la poussière - Sandrine Collette (Poche)

    Quel roman sombre que celui-ci ; où âpreté rime tant avec cruauté dans les plaines de Patagonie. Une femme, dont on ne connaît pas le nom, élève seule ses quatre fils tout en menant d’une main ferme son estancia, dans laquelle elle élève bovins et ovins, dans le seul but de survivre, encore, face aux géants industriels qui commencent à s’implanter et à imposer l’élevage intensif des boeufs.
    Cette femme n’a absolument pas l’instinct maternel : "Elle les déteste tout le temps, tous. Mais ça aussi, c’est la vie, elle n’a pas eu le choix. Maintenant qu’ils sont là. Parfois elle se dit qu’elle aurait dû les noyer à la naissance [...]". Les garçons sont élevés à coups de trique et triment dans les travaux de la ferme du matin au soir dès qu’ils savent marcher. En plus de la haine de la mère, les garçons se détestent cordialement entre eux : les aînés sont des jumeaux qui passent leur temps à faire souffrir les plus petits par le biais de jeux cruels et d’humiliations permanentes.
    L’atmosphère de ce roman est lourde, pesante comme nous cloueraient au sol les rafales du vent brûlant qui souffle sur la plaine. C’est un air de malheur qui s’est abattu sur l’estancia de cette famille... et qui ne va aller qu’en empirant.

    Sandrine Collette est entrée dans la peau de cette femme, cela se sent. Elle en a adopté le langage rustre et l’absence de compassion. Même si j’ai été passionnée par l’intrigue, j’ai ressenti une sensation de malaise à plusieurs reprises, notamment lors des scènes de violence infligée au plus petit, Rafael.

    C’est un roman dur ; cœurs sensibles s’abstenir !!!

  • marysoad 4 octobre 2019
    Il reste de la poussière - Sandrine Collette (Poche)

    Ce n’est pas mon favori de S. Collette, mais j’ai quand même beaucoup aimé. Le côté thriller n’y ai pas, mais le roman reste très noir. Au fil des pages, je m’attache au "Petit", qui vit dans un milieu familial dur, où les sentiments n’ont pas leur place.
    On y découvre aussi le paysage des steppes de Patagonie, leurs étendus, et la difficulté d’y être fermier.

  • Gaëlle Spaeth 9 octobre 2019
    Il reste de la poussière - Sandrine Collette (Poche)

    Seconde moitié du XIXè siècle. Le jeune Rafael, orphelin de père, vit dans une estancia de Patagonie au côté d’une mère malveillante et de ses trois frères aînés dont il est le souffre douleur.
    Dans cette existence laborieuse et sans amour, seuls son cheval et son chien lui apportent un peu de réconfort et de tendresse.

    Que ce soit celle d’une famille de petits éleveurs menacée par l’émergence des grosses exploitations ou celle d’un enfant livré à la haine de ses frères et de sa mère, tout n’est que survie dans ce roman choral rude et violent où la nature, sauvage et inhospitalière, semble faire écho à la cruauté d’hommes réduits par les circonstances à leurs plus bas instincts.

    Un récit lent et oppressant servi par une écriture sans artifice qui laisse peu de place à l’espoir.
    Un grand roman noir !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.