Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Ils étaient cinq - Sandrine Destombes

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
3 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

« Ce fut un honneur de vous connaître Capitaine » Quand Antoine Brémont, capitaine de la DSC, est invité à rejoindre un puzzle macabre en qualité de Juge des Âmes, il ne sait pas encore que ce jeu cruel l’entraînera lui aussi vers un passé vertigineux.

Vos #AvisPolar

  • Ophé Lit 19 septembre 2018
    Ils étaient cinq - Sandrine Destombes

    « Ils étaient cinq » de Sandrine Destombes est un thriller rythmé et addictif.
    En suivant le Capitaine Brémont et son équipe dans leur enquête, j’ai découvert l’origine du masque des Anonymus , appris le nom de celui qui a inspiré ce visage qui , par la suite, a été stylisé et repris pour la BD « V pour Vendetta ».
    Une Vendetta… le Capitaine Brémont en est certain, c’est la vengeance qui anime les assassins qu’il traque. Combien sont-ils ? Pourquoi l’ont-ils choisi lui ? Parce que oui, ils l’ont choisis pour être leur juge.
    Tout part d’une vidéo qui lui est personnellement adressée… sur cette vidéo, l’horreur. Un sms quelques minutes plus tard pour indiquer à Brémont où se trouve la victime, puis tout bascule. L’homme est retrouvé mutilé et dans le coma, une femme est découverte prostrée, séquestrée depuis deux semaines.
    Qu’est ce qui anime les bourreaux ? Brémont sait que tant qu’il ne l’aura pas découvert le « pourquoi », les victimes s’enchaîneront…
    Mais le Capitaine se laissera envahir par ses émotions au point d’en oublier parfois son job de profileur…
    L’intrigue est bien menée, rythmée. Si le doute plane par l’ambivalence des personnages, la certitude n’est pas acquise avant le dénouement final.
    Sandrine nous balade d’un soupçon à un autre très habilement, nous transportant avec elle dans ce thriller noir.

  • booksandmartini 31 mai 2019
    Ils étaient cinq - Sandrine Destombes

    Lecture mitigée. Lecture quelque peu différente selon moi.

    Une lecture relativement facile, fluide. Je ne sais pas trop comment me positionné vis à vis du style de l’auteure. J’ai trouver ce roman froid, et quelque peu austère, et malgré que j’ai dévoré le livre (car oui l’histoire est plus que très prenante mais ça j’y reviendrais plus tard), je suis incapable de définir si c’était une simple impression de ma part ou si c’était réellement une choix volontaire et assumé de l’auteure. Je suis aussi incapable de dire si c’est à cause de tout l’aspect gendarmerie des enquêteurs.

    Quand à l’histoire.. J’ai adoré vivre ce roman du coté du profiler de la gendarmerie, littéralement. C’était différent, mais c’était très bien. Je me suis prêter au jeu d’essayer d’infiltrer la tête des tueurs comme ces enquêteurs que nous suivons. Et malheureusement. Bien que suivre ce roman de ce coté là était agréable, j’ai trouver dommage que le GRAND méchant soit si facile que ça à deviner.

  • Sangpages 4 juin 2019
    Ils étaient cinq - Sandrine Destombes

    J’avais adoré La faiseuse d’anges et suis directement passée à ce dernier sans avoir lu ni « L’Arlequin »ni « Ainsi sera-t’il » mais ce n’est qu’une question de temps !
    « Ils étaient cinq » c’est sans Max mais Antoine Brémont, profiler, prend le relais. Un personnage attachant comme l’a pu l’être Max et on ne perd rien au change !
    Happée dès la première page, c’est parti pour une bien sombre affaire… Tous les éléments pour te scotcher direct sur ta chaise, même pas le temps d’accrocher ta ceinture
    Des meurtres, une vengeance ayant un lien possible avec toute l’affaire de l’Ordre du Temple Solaire. Cet incroyable massacre en 1994. Comment oublier cette affaire ? D’autant plus qu’elle s’est produite à quelques kilomètres à peine de chez moi et que nous avons tous été, bien entendu, sous le choc.
    Cette affaire je l’ai suivie jusque dans ces moindres détails pour tout ce qu’elle peut avoir de fascinant !
    Une allusion d’ailleurs au livre « Le 54ème »de Thierry Huguenin que je recommande vivement. L’histoire d’un rescapé de la secte…c’est édifiant, terrifiant…et totalement hallucinant ! Je m’égare…mais ça vaut le coup !

    Revenons donc à nos moutons. Une bonne partie de l’intrigue se passe donc à quelques kilomètres de chez moi, C’est rare et ça fait super plaisir !
    Un livre qui met en scène un groupe de bourreaux très imaginatifs. Infligeant à leurs victimes des souffrances autant physiques que psychologiques. Une série de victimes tuées dans des conditions terrifiantes et plutôt, comment dire ? « Originales » franchement digne de Saw, il faut l’avouer !!!
    Un jeu de piste semé d’indices laissés par les tueurs qui nous font sérieusement nous questionner, nous interroger et tenter de comprendre où tout cela peut bien nous mener. On se doute assez vite du dénouement, mais le plaisir n’est pas entamé.
    Je dénote, cependant, un seul petit bémol…On tourne un peu en rond dans la deuxième moitié du livre mais ce n’est que mon ressenti.
    Un style super bon, une intrigue super bien ficelée et tordue à souhait, bref tout ce qu’il faut pour en faire un bon thriller mais, encore une fois, comme dans « la faiseuse d’anges » il y a derrière ce récit bien plus encore.
    Un regard sur les sectes. Une vision terrible de la perversion. Un questionnement clair sur cette notion de vengeance, où ceux qui se portent en bourreaux sont finalement plus victimes que les victimes.
    La question reste en suspens une fois la dernière page tournée et résonne encore longtemps « Qui sont vraiment les victimes » ?
    J’ai adoré la fin et j’imaginerai sans aucun problème une bonne série TV tirée de ce récit
    Bref, vais pas m’époumoner de plus, vous n’avez qu’à le lire

  • QuoiLire 16 juin 2019
    Ils étaient cinq - Sandrine Destombes

    Au premier abord, ce livre se présentait sous les meilleurs hospices : un départ original puisque ce ne sont pas les hommes de loi (policiers ou gendarmes) qui sont appelés pour se rendre sur un lieu de crime, mais carrément les criminels qui contactent un profiler pour le prendre à témoin de leurs exactions. En plus d’une vidéo montrant les supplices infligés à des personnes, un message mystérieux semble expliquer leur méfait.

    Les qualités rédactionnelles de Sandrine Destombes sont indéniables : la plume est fluide, avec du suspense, un rythme constant, des relances au bons moments pour conserver l’attention du lecteur. Le personnage principal, le Capitaine Antoine Brémont, est fort bien construit, l’auteur pense à nous faire partager ses sentiments et ses ressentis de l’enquête.

    Si cela est vrai pour le personnage récurrent des romans de Sandrine Destombes, malheureusement, cela n’est pas aussi vrai pour les personnages secondaires, que ce soient les autres enquêteurs composant l’équipe du Capitaine Antoine Brémont, ou bien les personnages centraux de l’enquête.

    L’autre faiblesse du roman vient de l’intrigue pour dont je trouve la solution un peu trop évidente. L’auteure pense à ses lecteurs et laisse tout au long de son roman de nombreux indices menant à la clé de l’énigme, et dès le titre du livre, un peu comme le Petit Poucet afin de ne pas perdre son lecteur.

    Mais ces défauts restent minimes, et sauf être un gros lecteur de romans policier et thrillers en tout genre, vous ne devriez pas découvrir trop vite le pot-aux-roses et passerez un agréable moment le temps de la lecture de ce livre.
    (quoilire.wordpress.com/2019/06/16/sandrine-destombes-ils-etaient-cinq/)

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.