Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La lumière de la nuit - Keigo Higashino

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Yukiho et Ryoj ont deux points communs : ils fréquentent la même école et la mère de Yukiho est la dernière personne à avoir vu le père de Ryoji avant qu’il soit assassiné. Après une enquête infructueuse, l’affaire est classée sans suite. Les années passent. Yukiho devient lycéenne, puis étudiante ; elle se marie, divorce, se remarie, dans une éblouissante ascension sociale. Ryoji, lui, vit en marge de la société, s’enrichit dans des combines douteuses, et se débarrasse des obstacles qu’il rencontre sur sa route par tous les moyens possibles. Quels liens mystérieux entretiennent-ils ?

Dans un polar incroyablement riche et subtil, Higashino distille le malaise sur fond de transformation de la société japonaise.

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Sylvie Geoffrion 28 avril 2019
    La lumière de la nuit - Keigo Higashino

    Sans hésitation 5 étoiles . Je salue ainsi bien bas cet immense talent. Talent que j’avais découvert avec "Le dévouement du suspect X" de cet auteur. Je suis sidérée, médusée. Keigo Higashino est "le" maître. Ce souci du détail, cette finesse dans la modération...juste wow. Plus de 660 pages où l’on ne s’ennuie jamais. Où l’on sent que les choses se lient entre elles, qu’elles se tissent petit à petit. Je me répète mais je suis drôlement étonnée par la précision de l’écriture de Keigo Hisgashino. Oui, ravie je suis. Pour "La lumière dans la nuit", je n’ose imaginer son plan d’écriture, son organigramme, ses réflexions. Même si on peut se sentir un peu perdu au début à suivre cette galerie de personnages (les noms japonais ne nous facilitent pas la tâche non plus) on sent qu’il nous entraine quelque part, il n’est jamais loin, il mène la danse pour le plus grand plaisir de son lecteur.
    "La lumière de la nuit" s’étend sur 20 ans ou presque. dDe 1973 à 1992. Tout commence avec le meurtre d’un prêteur sur gages à Osaka. L’enquêteur Sasagaki est très présent au début et conduit l’enquête qui n’ira nulle part. Puis, pff, il s’efface et nous n’en savons pas plus ! On rencontrera tous ceux qui ont gravité ou qui ont pu graviter autour de la victime et de son assassin. Qui sont-ils ? Que font-ils ? Quel rôle jouent-ils ? Un lien les unit ? Au compte goutte nous le saurons. Patience. Et Keigo Higashino en profite pour nous faire le portrait social d’un Japon en mutation malgré le carcan des traditions. Ses moeurs, sa discipline, la loyauté, le boum immobilier, l’informatique qui se développe, la crise économique...Et saluons au passage la sensibilité de l’auteur à la situation particulière des femmes japonaises.
    Jamais l’auteur n’en dit trop, il nous laisse plutôt toujours entrevoir. Il sait que son lecteur est intelligent, il le respecte. Et puis, un éclair, une ombre, une lueur, une petite lumière !
    Chapeau !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.