Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le petit seigneur - Antonio Ferrara

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Tonino suit la voie que son père a tracée pour lui. Celle des seigneurs, pour qui les codes d’honneur sont une question de vie ou de mort.
Chaque soir, il descend sur la place. Adossé au mur, il attend les clients qui viennent lui acheter ses petits sachets.
La drogue, c’est une histoire de famille.
À treize ans, Tonino n’a peur de rien.
Sa vie lui convient telle qu’elle est. Remplie d’adrénaline.
De toute façon, il n’a pas le choix. Dans certains quartiers de Naples, le rêve n’est pas une option.
Pourtant, quand la loi du silence se brise, la nuit laisse aussi parfois entrevoir une lueur d’espoir.
Source : Éditions Bayard

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Cancie 1er juin 2021
    Le petit seigneur - Antonio Ferrara

    https://notre-jardin-des-livres.ove...

    Avec le Petit Seigneur, nous voici encore dans un roman jeunesse très divertissant tout en étant très instructif et très touchant.
    Tonino, Toni pour ses petites soeurs Assunta et Titina, 8 et 9 ans, est un jeune garçon de 13 ans vivant à Naples. Il suit la voie que son père a prévue pour lui. La drogue, c’est une histoire de famille. Chaque soir, il attend les clients qui viennent acheter leurs doses de cocaïne, sachets minutieusement préparés par les petites mains expertes des frangines aidées parfois par celles de la petite cousine Anna. C’est l’oncle Gaetano qui fournit « la neige », remplacé ensuite par Bruno lorsqu’il se fait tuer. Il a toujours un 7.65 semi-automatique dans la poche et la main dessus. Il ne va dormir qu’au lever du jour, car la plupart des clients viennent sur la place surtout à partir de minuit ! Aussi le matin, il dort et ne va pas à l’école. Sa vie semble toute tracée, une vie remplie d’adrénaline. de toute façon, il n’a pas vraiment le choix, même si en rêve, il aimerait être journaliste, mais ce n’est qu’un rêve. C’est sans compter sur son professeur d’italien qui, sans arrêt, prend le risque de venir le relancer jusque chez lui pour le convaincre de retourner à l’école et lui rappeler qu’une autre existence est possible.
    Antonio Ferrara dresse un tableau très réaliste de ce qui se passe dans certains quartiers de Naples, depuis des années et des années, où la mafia est souveraine et où des enfants et des ados vivent la nuit, vendent la drogue et ne vont plus à l’école. L’auteur décrit très bien dès les premières pages cette organisation. Il n’omet pas de décrire la fierté éprouvée par ces jeunes ados qui portent une arme avant de savoir s’en servir, mais également leur peur, le jour où ils doivent l’utiliser. Il met bien l’accent sur le fait qu’ils ne sont que des enfants et qu’ils devraient encore pouvoir le rester. C’est la partie la plus sombre du roman.
    Heureusement, tout le monde ne baisse pas les bras devant ce fléau « Il y a des personnes courageuses, des écrivains, des journalistes, des enseignants et des magistrats que la police doit protéger jour et nuit, uniquement parce qu’ils ont envie de faire leur travail. Et leur travail, c’est de permettre à la lumière de l’emporter sur l’ombre » . C’est grâce au travail acharné de tous ces gens, que les choses peuvent changer. Beaucoup de Napolitains, pourtant honnêtes préfèrent parfois ignorer ces choses désagréables, « car une fois qu’on est au courant, il faut se bouger pour les faire changer » .
    Le bouquin ne fait que 138 pages, et pourtant réussit à condenser beaucoup de choses. S’il est axé sur ces seigneurs que sont les mafieux, il offre également de très belles pages sur le métier de boulanger ou de journaliste, autres travails de la nuit...et la passion que l’on peut ressentir à exercer un métier choisi. L’humour n’est pas absent, la cause de l’hospitalisation du grand-père est vraiment jubilatoire !
    Les sentiments fluctuants du jeune Tonino sont finement analysés et le cheminement progressif de celui-ci vers une autre voie laisse au lecteur une belle lueur d’espoir.
    Dans ce livre, l’auteur a su brillamment raconter comment certains enfants de Naples n’ont pas le droit de rêver, il leur dédie d’ailleurs ce livre ainsi qu’à Giancarlo Siani, journaliste libre, mort pour la liberté.
    Le Petit Seigneur devrait plaire aux jeunes à partir de 12 ans, mais aussi à tout lecteur quel que soit son âge qui pourra ensuite se tourner vers l’excellent Piranhas de Roberto Saviano !
    À noter la couverture magnifique qui place aussitôt le lecteur dans le contexte.
    Je remercie Babelio et les éditions Bayard jeunesse pour m’avoir permis de découvrir ce roman, roman que je vais m’empresser de faire lire aux plus grands de mes petits-enfants.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.