Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Metropolis - Philip Kerr

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Berlin, 1928. Les corps de quatre prostituées sont retrouvés massacrés dans le même quartier. Bernie Gunther, jeune flic idéaliste à la brigade des mœurs est invité à rejoindre le chef de la Kripo pour enquêter sur cette sinistre affaire.

Alors que ces meurtres laissent la population indifférente, le père de l’une des victimes, un chef de la pègre très influent, est prêt à tout pour se venger de l’assassin de sa fille.

Dès lors qu’une nouvelle vague de victimes, des vétérans de guerre handicapés, déferle sur la ville, Bernie est confronté au silence imposé par la voix montante du nazisme.

Une première enquête aux allures de course contre la montre dans un Berlin sous tension, à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur Cultura

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Stéphane Furlan 22 février 2021
    Metropolis - Philip Kerr

    À la fois la dernière enquête et la première de Bernie Gunther (et malheureusement sa dernière…). Cette critique est également pour moi l’occasion de partager mon sentiment sur l’ensemble de la série.

    J’apprécie en premier lieu le personnage de Bernie, son humanité, sa profondeur historique (Bernie est plongé dans la montée du nazisme, mais a déjà vécu la guerre précédente), son ironie qui le fait tenir, le code moral auquel il s’accroche (une véritable boussole pour les temps de tempête), son courage, sa détermination. Dans Métropolis, l’auteur a bien rendu sa jeunesse. Malgré un passé déjà douloureux et traumatisant, je le trouve bien moins désespéré que dans ses aventures postérieures (et livres antérieurs). Dans la parenthèse romantique de l’histoire, sa relation sentimentale insuffle quelque chose de thérapeutique dans son développement, alors que sa chute annonce des souffrances à venir. Car en dépit de sa jeunesse, Bernie est déjà marqué au fer rouge par son métier et son amoureuse l’a bien senti. Malgré la force de son affection, elle voit finalement Bernie comme un élément contagieux. Une sorte de pestiféré. Sa profession le place en marge et ne cessera de peser sur son destin. C’est comme une malédiction antique. Bernie rejoint les héros de la guerre de Troie. Il marche sans faillir vers sa fin.

    Un autre intérêt essentiel de cette série est, à mon sens, son sens du détail dans le respect de la vérité historique. Cette exigence englobe autant les grandes dates et divers évènements incontournables, souvent traumatisants, que les objets du quotidien, les styles vestimentaires, les marques des cigarettes, les articles d’alimentation, les modèles automobiles, etc. Grâce à un travail de documentation impressionnant, Philip Kerr facilite notre immersion dans les époques qu’il visite.

    Enfin, en utilisant les codes du polar, cette véritable saga met en scène « un tragique au carré » qui permet d’en multiplier l’intensité, surtout quand l’auteur arrive à lier les tragédies individuelle et collective. C’est le cas dans Métropolis avec ces meurtres en série de prostitués, puis de mutilés de la Grande Guerre qui font la manche dans Berlin, méprisés par nombre de leurs contemporains (et par les nazis en premier) juste parce que ces malheureux leur rappellent la défaite. Avec eux, Bernie est ballotté par l’Histoire. Il a conscience qu’il ne pèse pas lourd, mais fait de son mieux à la place qui est la sienne. Il est surprenant (ou pas) de constater que bien des soucis nous seraient évités si son état d’esprit était mieux partagé. Dans la même veine, on pourrait aussi se dire que la plupart des drames collectifs sont provoqués par ceux qui veulent à toute force laisser une trace dans l’Histoire. Cette réflexion pourrait s’avérer désespérante en suggérant que la politique avilit tout (et qu’il faut se méfier en premier de ceux qui nous veulent du bien ou plutôt que tous ceux qui s’engagent en arguant le bien commun pensent surtout à leur propre intérêt…), mais heureusement les contre-exemples sont aussi nombreux, surtout à cette époque, avec tous ces hommes qui se sont opposés aux premiers avec la même détermination. Certains, probablement sans le chercher et juste pour rester fidèles à eux-mêmes, ont ainsi rejoint nos manuels d’histoire. Alors, faisons plutôt le choix de continuer à croire en l’homme. Bernie Gunther peut nous y aider.

    Encore merci, Philip Kerr !

    https://noiraucarre.com/2021/01/14/mes-lectures-metropolis-de-philip-kerr/

  • L’atelier de Litote 3 janvier 2021
    Metropolis - Philip Kerr

    Phillip Kerr situe son roman sur une période bien particulière, nous assistons aux derniers feux de la république de Weimar à Berlin en 1928. Une époque où tous les excès, la corruption et les perversions semblent tolérés, comme pour faire un pied de nez à l’humiliation et à l’hécatombe de la première guerre mondiale. Bernie, jeune détective, vient à peine de rejoindre la Kripo que son chef lui confie l’enquête des meurtres de quatre prostituées que l’on a sauvagement scalpées. Personne en haut lieu ne manifeste d’intérêt à élucider ces crimes, d’ailleurs certains pensent même que cela débarrasse les rues de cette infamie. Pourtant lorsque la fille d’un mafieux est tuée, celui-ci tient à ce que l’enquête aboutisse, quitte à mettre son réseau sur le coup. C’est alors qu’une seconde vague de crimes prend pour victimes les anciens combattants infirmes devenus mendiants des rues. Le grand nettoyage commence alors que se fait sentir de plus en plus clairement le souffle du nazisme.
    Un livre qui nous plonge dans l’ambiance dès les premières lignes on peut évoquer Sodome et Gomorrhe ou encore Babylone. En lisant, des scènes du film de Bob Fosse « Cabaret » me sautait au visage et je n’ai eu aucune difficulté à me plonger dans cette superbe intrigue. L’auteur est un brillant conteur qui relie des personnages ayant existés dans un thriller historique et la vision d’une Allemagne allant tout droit vers les horreurs commises par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette irrémédiable montée du national socialisme, du populisme, des nazis jusqu’en 1933 est complètement présente dans ce tome comme une ombre néfaste, alors que nous lecteur savons déjà quelles en seront les terribles conséquences à venir. Ce livre permet un recul et nous donne une perspective historique sans égale, en cela il va bien au-delà d’un simple roman policier. Savoir que c’est la dernière aventure de Bernie Gunther est très frustrant, il ne me reste plus qu’à remonter le temps et piocher dans les nombreux ouvrages qui l’on précédé. Un coup de cœur pour ce roman. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2021/01/03/38656189.html

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.