Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Nada - Claude Chabrol

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

0 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Un commando anarchiste veut prendre en otage un diplomate américain. L’opération ne se déroule pas comme prévu...

La seule adaptation réussie d’un livre de Jean-Patrick Manchette est un thriller politique, qui est mis en scène comme une très bonne série B, avec suffisamment d’ironie pour qu’on y reconnaisse la manière chabrolienne. « Nada » est le nom du groupe anarchiste qui choisit d’enlever l’ambassadeur des Etats-Unis en France. L’homme est brutalement soustrait aux plaisirs qu’il s’accordait dans un bordel parisien et emmené loin des frivolités de la capitale, dans une longère de la campagne, qui rappelle immanquablement la cache des terroristes d’Action Directe.

Tourné dans le contexte des « années de plomb », le polar nerveux de Chabrol s’éloigne de l’introspection psychologique de ses films précédents, même si ses personnages interrogent aussi le sens qu’ils donnent à la radicalité, d’une manière certes moins nourrie que dans Les Justes de Camus. Les comparses du jusqu’au-boutiste Bonaventura Diaz (réminiscence de Buenaventura Durruti) ne sont pas des séides soumis à la volonté de leur leader.

Des dissensions apparaissent, exacerbées par le siège de la planque, lorsque l’imminence de la mort justifie des choix sans détour.
Le casting international n’est pas d’une évidente homogénéité artistique, mais on apprécie certaines prestations, en particulier le jeu de l’excellent Michel Aumont dans le rôle du policier stupide, Goemond, capable de reprendre l’un de ses policiers sur la bichromie d’un ouvrage anarcho-communiste, qui lui rappelle plutôt Le Rouge et Le Noir de Stendhal. Le même adoptera des méthodes de barbouze néo-fasciste pour s’en prendre à ces gauchistes qu’il abhorre, jusqu’à privilégier un assaut sanguinaire de la ferme, où le groupe Nada s’est réfugié.

Chabrol renvoie dos à dos la violence révolutionnaire et la violence étatique, dans ce film qui est un des plus brutaux de sa filmographie. Cette indéniable curiosité mérite assurément d’être vue ou revue.

Jérémy Gallet

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En DVD ou Blu-Ray

  • Acheter sur Cultura

Galerie photos

spip-slider

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.